La prière facultative "salât al-awwâbîn" existe-t-elle ?

Question :

Assalamu 'aleykum. J'ai lu dans un livre qu'il existe une prière recommandée (six cycles – raka'ât) à accomplir après la prière obligatoire qui est faite après le coucher du soleil (maghrib). On appelle cette prière recommandée "salât al-awwâbîn". S'agit-il d'une sunna ? Si oui, quelle en est la récompense dans les hadîths authentiques ? Certains disent que la récompense est de douze années d'adorations, est-ce vrai ?

-
Réponse :

Wa 'alaykum us-salâm.

A condition que ce ne soit pas à un des trois horaires où le Prophète (sur lui la paix) a interdit de la faire (après le début de l'aube jusqu'au lever du soleil, au moment du zénith, après avoir accompli la prière de la fin d'après-midi (al-'asr) jusqu'au coucher du soleil), vous pouvez faire une prière supplémentaire (salât nâfila) quand vous voulez. C'est ce que le Prophète avait dit à 'Amr ibn 'Abassa :
"… Accomplis la prière de l'aube. Puis, ne fais plus de prière ("salât") jusqu'à ce que le soleil se lève et s'élève ; car (…) à ce moment-là des incroyants se prosternent devant lui.
Ensuite tu peux faire la prière. A la prière que tu fais, [des anges] assistent [pour en témoigner auprès de Dieu]. Tu peux faire la prière jusqu'au moment où une lance n'a plus d'ombre. Ne fais plus, alors, de prière (…). Ensuite (…)."
Ce Hadîth, rapporté par Muslim, montre bien qu'il est tout à fait permis de faire des prières supplémentaires quand on veut, entre le lever du soleil et le zénith.

Par contre, il est vrai qu'il faut éviter de pratiquer régulièrement et à un horaire fixe une prière supplémentaire (salât nâfila) si les sources musulmanes elles-mêmes n'ont pas institué cet horaire. C'est pourquoi vous avez raison de vous interroger et de chercher s'il y a des Hadîths à la base de cette prière dont vous avez entendu parler.

"Salât ul-awwâbîn" veut dire : "la prière de ceux qui se repentent" ou "des pieux". Dans un Hadîth rapporté par Muslim et Ahmad, la "salât ul-awwâbîn" est décrite comme étant la même que la "salât udh-dhuhâ" (qui se fait dans la matinée). Ainsi, Aboû Hurayra dit : "Mon ami [le Prophète, sur lui la paix] m'a recommandé trois choses : jeûner trois jours chaque mois, faire la "salât ul-witr" avant de dormir, et accomplir la "salât udh-dhuhâ", car c'est la "salât des awwâbîn"" (rapporté par Ahmad). De même, ayant vu des gens faire la "salât udh-dhuhâ" assez tôt dans la matinée, Zayd ibn Arqam, pour leur recommander de faire cette salât plus tard, lorsqu'il fait plus chaud, fit cette remarque : "Le Prophète a dit : "La salât des awwâbîn est lorsque les jeunes chameaux ressentent la chaleur de la journée"" (rapporté par Muslim et Ahmad). Voilà pour la dénomination "salât al-awwâbîn", et, d'après ces deux paroles, la prière à laquelle elle se réfère.

Concernant maintenant le fait de fixer une prière facultative après la prière obligatoire après le coucher du soleil (maghrib), il y a le Hadîth suivant : "Celui qui fait 6 cycles (rak'as) après la "salât al-maghrib" et ne prononce aucune parole de mal entre ces cycles, ces cycles de prière seront comptés pour lui comme l'adoration de douze années" (rapporté par at-Tirmidhî, n° 435, et Ibn Mâja, n° 1392). Il y a aussi cet autre Hadîth : "Celui qui, entre la "salât al-maghrib" et la "salât al-'ishâ", accomplit vingt cycles de prière, Dieu construira une maison pour lui dans le paradis" (rapporté par Ibn Mâja, n° 1391). Voici donc les Hadîths qui sont à la source de la prière au sujet de laquelle vous avez posé votre question, même s'ils ne la nomment pas "salât ul-awwâbîn". C'est vous qui m'avez demandé si ces Hadîths sont authentiques. At-Tirmidhî a déclaré très faible (dha'îf jiddan) un des maillons de la chaîne de transmission du premier Hadîth. Quant au deuxième Hadîth, Ahmad Muhammad Shâkir dit à propos d'un des maillons de la chaîne que Ahmad ibn Hanbal ainsi que d'autres spécialistes n'acceptaient pas les Hadîths qu'il rapportait. Ceci a conduit certains spécialistes du Hadîth à dire du premier Hadîth qu'il est très faible (dha'îf jiddan) et du deuxième qu'il est inventé (mawdhû').

Malgré tout, si vous voyez quelqu'un faire cette prière facultative après la "salât ul-maghrib", n'allez pas le critiquer : il ne sait peut-être pas que les Hadîths à ce sujet sont ce qu'ils sont, ou peut-être qu'il le sait mais est de l'avis que pour ce genre d'actions recommandées, des hadîths faibles peuvent être mis en pratique ; c'est l'avis de Ibn ul-Humâm et d'autres illustres savants. Et puis il faut également tenir compte des priorités, et ce serait la dernière chose à faire que d'être virulent envers quelqu'un qui essaie d'adorer son Seigneur.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly