"الرُوْم" : "les Rûm" / "les Roumis" : L'Europe et ses émanations (USA, Canada, Australie) (2/2) : Quelques mentions dans des textes islamiques

"Ar-Rûm" désignait à l'origine les Romains (ceux qui avaient bâti l'empire romain, avec Rome pour capitale).
Les Romains étaient surtout des administrateurs et des bâtisseurs ; sur le plan culturel, ils avaient repris l'héritage des Grecs.

Originaires d'Italie, les Romains conquirent tout le bassin méditerranéen, avec la Grèce, la Syrie, la Palestine, l'Egypte, le nord de l'Afrique, la péninsule ibérique (aujourd'hui Espagne et Portugal), toute la Gaule (qui allait devenir plus tard la France), une partie de ce qu'on appelle aujourd'hui la Grande-Bretagne, etc. Voir une carte de l'extension maximale de l'empire romain : au IVè siècle (années 300 de l'ère chrétienne).

En 380 le christianisme est décrété religion officielle de l'empire romain.

En 395 se produit le partage de l'Empire entre :
--- empire Romain d'Occident (avec Rome pour capitale), de culture latine,
--- et empire Romain d'Orient (avec Constantinople pour capitale), de culture grecque.
Voir une carte de l'empire ainsi partagé.

Or, avec les invasions germaniques :
--- l'empire Romain d'Occident (qui était devenu chrétien catholique) s'effondre en 476 (l'institution cléricale, l'Eglise catholique romaine, elle, demeure).
--- L'empire Romain d'Orient (qui était chrétien orthodoxe) demeure, et prendra ensuite le nom d'"empire Byzantin". On l'appelait aussi "Romania".

Et tous ceux qui avaient été auparavant de l'empire romain – qu'il soit d'Occident ou d'Orient –, les Arabes ont continué à les désigner sous le nom générique de "Rûm".
Avant même la venue du Prophète, les Arabes appelaient ainsi les Byzantins : "Rûm", et l'empereur byzantin, le basileus : "Qaysar" (= "César"). Omar ibn ul-Khattâb avait dit ainsi au prophète Muhammad (que Dieu le bénisse et le salue), après s'être attristé de la très grande simplicité matérielle dans laquelle il vivait : "يا رسول الله إن كسرى وقيصر فيما هما فيه، وأنت رسول الله" (al-Bukhârî, Muslim).

-
Par la suite, certains Arabes se sont mis à réserver le nom "Rûm" aux descendants des Byzantins (soit les chrétiens orthodoxes, dont la Grèce, héritière de Byzance, fait partie) ; et ont employé le terme "Franj" / "If'ranj" (d'après le nom "Francs" donné aux Européens venus lors des Croisades – 1095-1291 de l'ère chrétienne –) pour nommer les Européens de l'Ouest.

Cependant, d'autres Arabes ont continué à nommer tous les peuples de l'Europe de l'ouest – et peut-être même ceux de l'Europe centrale aussi : "Rûm", ce qui est normal quand on sait que tous ces peuples forment, au-delà des différences de culture, une civilisation qui est héritière entre autres du legs des Romains. "Les Roumis" sont : "les Européens".

-
De toute façon, l'Europe (de même que ses émanations : Etats-Unis d'Amérique, Canada, Australie) est, jusqu'aujourd'hui, héritière de l'empire Romain.

D'une part parce que, même après l'effondrement de Rome sous les invasions germaniques en 476, les Européens ont continué, à des occasions diverses, de se réclamer de Rome.
--- Byzance était ainsi appelée : "la seconde Rome".
--- Il y a eu, en Europe, le Saint Empire Romain Germanique.
--- De même, les Etats-Unis d'Amérique ont aujourd'hui repris au moins un symbole de Rome : l'aigle.

D'autre part parce que les peuples européens continuent à se réclamer de l'héritage de Rome.
Paul Valéry
écrit ainsi :
"Eh bien, je considérerai comme européens tous les peuples qui ont subi au cours de l'histoire ces trois influences que je vais dire : la première est celle de Rome. Partout où l'Empire romain a dominé, partout où la majesté des institutions et de la loi a été reconnue, copiée, là est quelque chose d'européen. Rome est le modèle actuel de la puissance organisée et stable.
Vint ensuite le christianisme, qui s'est peu à peu répandu dans l'espace même de la conquête romaine.
Ce que nous devons à la Grèce est peut-être ce qui nous distingue le plus profondément du reste de l'humanité : nous lui devons une méthode de pensée qui tend à rapporter toutes choses à l'homme, à l'homme complet. De cette discipline, la science devait sortir. Il y eut des arts de tous les pays, il n'y eut de véritables sciences que d'Europe"
(Variétés) (à noter que le dernier propos est assez ethnocentrique, mais ce n'est pas l'objet du présent article que de parler de cela).

-
Les Arabes appelaient également les Rûm ainsi : "Banu-l-Asfar" : "les fils du Pâle" :

L'Européen ne s'appelait-il pas lui-même auparavant : "l'homme blanc", "the white man" ? Les Africains noirs ne l'appelaient-ils pas ainsi ?

Globalement parlant, les Européens sont bien : "des hommes au teint blanc".

Dans le Hadîthu Hiraql (relation où on parle d'Héraclius), on lit que [en l'an 7 hégirien / 628 grégorien] Abû Sufyân et un groupe d'Arabes mecquois, convoqués à Jérusalem par Héraclius pour en savoir plus sur celui qui lui a envoyé une épître l'invitant à accepter sa religion, Abû Sufyân désigne Héraclius comme étant "le roi des Banu-l-Asfar" : "لقد أمر أمر ابن أبي كبشة، إنه يخافه ملك بني الأصفر" .
Dans le même récit, on lit que, sur le chemin du retour, à Homs, le même Héraclius s'adressera à ses sujets par une formule que le transmetteur relatera ainsi en langue arabe : "Yâ ma'shar ar-Rûm" : "يا معشر الروم، هل لكم في الفلاح والرشد، وأن يثبت ملككم، فتبايعوا هذا النبي؟" (al-Bukhârî, Muslim).

-
Un verset du Coran où Dieu a employé ce nom "Rûm" pour désigner les Byzantins :

Il dit :
"الم {30/1} غُلِبَتِ الرُّومُ {30/2} فِي أَدْنَى الْأَرْضِ وَهُم مِّن بَعْدِ غَلَبِهِمْ سَيَغْلِبُونَ {30/3} فِي بِضْعِ سِنِينَ لِلَّهِ الْأَمْرُ مِن قَبْلُ وَمِن بَعْدُ وَيَوْمَئِذٍ يَفْرَحُ الْمُؤْمِنُونَ {30/4} بِنَصْرِ اللَّهِ يَنصُرُ مَن يَشَاء وَهُوَ الْعَزِيزُ الرَّحِيمُ {30/5} وَعْدَ اللَّهِ لَا يُخْلِفُ اللَّهُ وَعْدَهُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ {30/6"
:
"Alif, Lâm, Mîm. Les Rûm ont été vaincus dans un proche territoire. Après (cette) défaite ils seront bientôt vainqueurs, dans quelques années. A Dieu appartient l'ordre avant et après. Et ce jour-là les croyants se réjouiront de l'aide de Dieu. Il aide qui Il veut. Et Il est le Puissant, le Miséricordieux. Promesse de Dieu ! Dieu ne trahit jamais Sa Promesse. Mais la plupart des hommes ne savent pas"
(Coran 30/2-6).

Il est ici question de la défaite des Byzantins face aux Perses, survenue pendant la période où le Prophète (sur lui soit la paix) était encore à La Mecque (lire notre article : Une allusion au conflit entre les Byzantins et les Perses dans le Coran).

Ibn Abbâs relate que les Compagnons du Prophète souhaitaient alors la victoire des Byzantins sur les Perses, car les premiers étaient malgré tout Gens du Livre : "عن سفيان الثوري، عن حبيب بن أبي عمرة، عن سعيد بن جبير، عن ابن عباس، في قول الله تعالى: {الم غلبت الروم في أدنى الأرض} قال: غلبت وغلبت. كان المشركون يحبون أن يظهر أهل فارس على الروم لأنهم وإياهم أهل أوثان؛ وكان المسلمون يحبون أن يظهر الروم على فارس لأنهم أهل كتاب. فذكروه لأبي بكر فذكره أبو بكر لرسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "أما إنهم سيغلبون." فذكره أبو بكر لهم، فقالوا: اجعل بيننا وبينك أجلا، فإن ظهرنا كان لنا كذا وكذا، وإن ظهرتم كان لكم كذا وكذا، فجعل أجلا خمس سنين.
فلم يظهروا، فذكر ذلك للنبي صلى الله عليه وسلم، قال: "ألا جعلته إلى دون - قال: أراه: العشر". قال سعيد: والبضع ما دون العشر.
قال: ثم ظهرت الروم بعد. قال: فذلك قوله تعالى: {الم غلبت الروم} إلى قوله {يفرح المؤمنون بنصر الله ينصر من يشاء}.
قال سفيان: سمعت أنهم ظهروا عليهم يوم بدر"
(at-Tirmidhî, 3193).

Niyâr ibn Muk'ram relate la même chose en ces termes :
"عن نيار بن مكرم الأسلمي، قال: " لما نزلت {الم غلبت الروم في أدنى الأرض وهم من بعد غلبهم سيغلبون في بضع سنين} فكانت فارس يوم نزلت هذه الآية قاهرين للروم، وكان المسلمون يحبون ظهور الروم عليهم لأنهم وإياهم أهل كتاب، وفي ذلك قول الله تعالى: {ويومئذ يفرح المؤمنون بنصر الله ينصر من يشاء وهو العزيز الرحيم} فكانت قريش تحب ظهور فارس لأنهم وإياهم ليسوا بأهل كتاب ولا إيمان ببعث" (at-Tirmidhî, 3194).

-
Un hadîth où, parmi 6 événements que le Prophète (sur lui soit la paix) énumérait comme devant se dérouler entre le moment où il parlait et celui de la fin du Monde, on lit ceci : "Puis un accord de paix qui existera entre vous et les Banu-l-Asfar" :

"عن عوف بن مالك، قال: أتيت النبي صلى الله عليه وسلم في غزوة تبوك وهو في قبة من أدم، فقال: "اعدد ستا بين يدي الساعة: موتي. ثم فتح بيت المقدس. ثم موتان يأخذ فيكم كقعاص الغنم. ثم استفاضة المال حتى يعطى الرجل مائة دينار فيظل ساخطا. ثم فتنة لا يبقى بيت من العرب إلا دخلته. ثم هدنة تكون بينكم وبين بني الأصفر..." (al-Bukhârî, 3005).

Ne sommes-nous pas, actuellement, dans cette phase ?

Actuellement où il existe, depuis l'après seconde guerre Mondiale, la Mu'âhada, entre les pays musulmans et les pays occidentaux (l'Europe de l'Ouest, ainsi que ses émanations : les Etats-Unis d'Amérique, le Canada, l'Australie...).

-
Un hadîth du Prophète (sur lui soit la paix) et un propos de 'Amr ibn ul-'As, au sujet des Rûm :

"قال المستورد القرشي، عند عمرو بن العاص: سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم، يقول: "تقوم الساعة والروم أكثر الناس." فقال له عمرو: أبصر ما تقول، قال: أقول ما سمعت من رسول الله صلى الله عليه وسلم! قال: لئن قلت ذلك، إن فيهم لخصالا أربعا: إنهم لأحلم الناس عند فتنة، وأسرعهم إفاقة بعد مصيبة، وأوشكهم كرة بعد فرة وخيرهم لمسكين ويتيم وضعيف، وخامسة حسنة جميلة: وأمنعهم من ظلم الملوك"
Al-Mustawrid relata que le Prophète (sur lui soit la paix) a dit : "La fin du monde aura lieu alors que les Rûm seront les plus nombreux des hommes".

Ensuite 'Amr ibn ul-'As dit au sujet des Rûm :
"Il y a en eux 4 [en fait 5] qualités [particulières]. Ils sont :
- les plus calmes au moment d'une Fitna [= troubles sociaux, révolution] ;
- les plus rapides à se redresser après un malheur ;
- les plus prompts à revenir après un repli ;
- les meilleurs vis-à-vis d'un pauvre, d'un orphelin et d'un faible ;
- la cinquième est chose [particulièrement] bien : ils sont ceux qui empêchent le plus les rois d'être oppresseurs"
(Muslim 2898).

Quand on regarde les peuples européens, en effet, ce sont 5 de leurs caractéristiques. Et on voit effectivement qu'ils ont réussi à mettre un frein à l'autocratie de leurs rois en restreignant les prérogatives de ceux-ci, et en les obligeant à consulter le peuple : le cas de la Magna Carta en Angleterre est bien connu.

"être les plus nombreux des hommes" peut signifier non pas le nombre en quantité, mais la présence conséquente ;
– et je m'étais demandé s'il n'y avait pas une version de ce hadîth qui se lirait ainsi : "لا تقوم الساعة حتى يكون الروم أكثر الناس", ce qui signifierait : "La fin du monde n'aura pas lieu jusqu'à ce que vienne le temps où les Rûm seront les plus nombreux des hommes". Si une telle version existait, on pourrait dire que ce hadîth parle lui aussi du passé récent et de la période actuelle : partout ce sont les Rûm qui tiennent le haut du pavé dans les réflexions, les cercles de débat, etc., à l'échelle planétaire... Mais je n'ai pas trouvé une telle version de ce hadîth.

-
Le hadîth suivant ferait-il allusion à la colonisation des pays musulmans par les Européens ?

"عن عبد الله بن عمر قال: كنا قعودا عند رسول الله، فذكر الفتن فأكثر في ذكرها حتى ذكر فتنة الأحلاس، فقال قائل: يا رسول الله وما فتنة الأحلاس؟ قال: "هي هرب وحرب! ثم فتنة السراء، دخنها من تحت قدمي رجل من أهل بيتي يزعم أنه مني، وليس مني، وإنما أوليائي المتقون، ثم يصطلح الناس على رجل كورك على ضلع. ثم فتنة الدهيماء، لا تدع أحدا من هذه الأمة إلا لطمته لطمة، فإذا قيل: انقضت، تمادت يصبح الرجل فيها مؤمنا، ويمسي كافرا، حتى يصير الناس إلى فسطاطين، فسطاط إيمان لا نفاق فيه، وفسطاط نفاق لا إيمان فيه؛ فإذا كان ذاكم فانتظروا الدجال، من يومه أو من غده" (Abû Dâoûd, 4242).
La troisième Fitna évoquée se lit ainsi : "Ensuite la Fitna de la petite chose obscure : elle ne laissera personne de cette Umma sans la gifler. Lorsqu'il sera dit : "Elle est terminée", elle se poursuivra. Lors de (cette Fitna), l'homme [= le musulman] sera croyant le matin, et incroyant le soir. Jusqu'à ce que les hommes [= les musulmans] deviendront deux camps : un camp de foi dans lequel il n'y a pas d'hypocrisie, et un camp d'hypocrisie dans lequel il n'y a pas de foi. Lorsque cela sera, alors attendez-vous au Dajjâl le jour même, ou le lendemain" (Abû Dâoûd, 4242).

Ne s'agirait-il de la colonisation des pays musulmans par des pays européens ?

Le fait est que :

--- cette colonisation a marqué de sa trace chaque musulman ("elle ne laissera personne de cette Umma sans la gifler") ;

--- elle a engendré, par l'éducation qu'elle leur a prodigué, certains musulmans prononçant des paroles de kufr akbar le matin ou le soir ("l'homme [= le musulman] sera croyant le matin, et incroyant le soir"). Abu-l-Hassan 'Alî an-Nadwî a parlé de ces croyances de kufr akbar qui, depuis l'irruption de la colonisation européenne sur leur sol, ont gagné les coeurs et les raisons de certains hommes des pays musulmans, sans que ces hommes aient pourtant déclaré abandonner l'islam pour une autre religion (Riddatun wa lâ Abâ Bakrin lahâ, an-Nadwî, pp. 12-13, pp. 14-17). An-Nadwî écrit ensuite : "Auparavant on disait : "Un problème, et pas de Abû Hassan [= Alî, radhiyallâhu 'anh] pour y faire face !" Je dirai : "Un problème, et pas de Abû Bakr [radhiyallâhu 'anh] pour y faire face !" Cela est un problème qu'il est nécessaire de combattre, (...) (mais) sans révolution ni violence. Car la violence ne fera qu'aggraver le problème et le renforcer. (...) Ce problème (demande à être combattu par) la détermination, la sagesse, la patience et l'étude" (Riddatun wa lâ Abâ Bakrin lahâ, an-Nadwî, pp. 13-14) ; il s'agit donc de combattre cette apostasie, mais de la combattre sans violence : de lui faire face par le rappel, la diffusion, la formation et l'éducation, et le tout avec beaucoup de patience et de sagesse ;

--- alors qu'on se dit que la colonisation est (enfin) terminée, elle perdure ou reprend sous d'autres formes ("Lorsqu'il sera dit : "Elle est terminée", elle se poursuivra")...

Cet état des choses durera jusqu'à juste peu avant l'apparition du Messie Trompeur.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly