La religion, responsable de l'intolérance et de presque toutes les guerres ?

Un message :

Je rebondis sur votre article sur la croyance en l'existence de Dieu.

Pour aller vite : je n'y vois bien sûr qu'une série d'élucubrations sans fondement autre que des textes colportés depuis l'antiquité, non raisonnés ni réfutables, ce qui est le contraire même de la démarche scientifique, et sur lesquels cependant vous appuyez votre analyse (…). Voyez-vous, l'exercice de la libre pensée s'abstient de tout dogmatisme et commence par renoncer à cette interprétation de la réalité à travers le prisme déformant d'une religion ou bien d'une autre. (…) Par essence, un bon chercheur est ennemi des dogmes quand bien même il croit en quelque chose (tout au moins à la valeur de l'homme et de la nature...).
Personnellement je pense que toute religion (…), sous couvert du bien général, vise à manipuler dans un sens ou dans l'autre la masse de ses adhérents et est porteuse de germes totalitaires. Ce qui les rend dangereuses ce n'est pas tant les principes énoncés, souvent de bonne volonté, mais leur valeur d'exclusion de ce qui n'est pas de leur temple, et les crispations que cela provoque, entraînant dans leur sillage des exactions incontrôlables (cf. l'histoire en général, où presque toutes les guerres ont pour fondement une justification d'ordre religieux ; en effet, on ne tue bien son semblable que si on l'on croit avoir demandé à Dieu d'abord l'autorisation et que l'on croit, bien entendu, que Dieu a donné son accord). (…) De grâce que l'on ne lessive pas trop tôt le cerveau de nos chers petits avec de l'absolu qui n'en est pas.

-
Notre réponse :

Vous dites que les éléments qui sont développés dans mon article sont "non raisonnés" : si vous avez voulu dire qu'ils ne peuvent pas être établis sur la base de la seule raison pure, alors c'est ce que j'ai moi-même explicitement écrit : la raison seule trouve dans l'univers un faisceau d'arguments lui indiquant l'existence d'une intelligence créatrice ; mais pour qu'elle croit, il s'agit pour elle de raisonner avec le coeur ; sinon elle peut échafauder des tentatives d'explications quant à ce qu'elle a trouvé dans l'univers. Prière de relire plus attentivement l'article.

Vous dites aussi de ces éléments qu'ils ne sont pas "réfutables" : encore une fois, si vous avez voulu le dire par rapport à la seule raison, c'est très exactement ce que j'y ai écrit. Je vous prie de relire plus attentivement ledit article.

"Voyez-vous, l'exercice de la libre pensée s'abstient de tout dogmatisme et commence par renoncer à cette interprétation de la réalité à travers le prisme déformant d'une religion ou bien d'une autre. (…) Par essence, un bon chercheur est ennemi des dogmes quand bien même il croit en quelque chose (tout au moins à la valeur de l'homme et de la nature...). Personnellement je pense que toute religion (…), sous couvert du bien général, vise à manipuler dans un sens ou dans l'autre la masse de ses adhérents."

Et vous, vous seriez donc un "esprit libre", "non manipulé", "bon chercheur ", etc.… Eh bien voyons cela…

"leur valeur d'exclusion de ce qui n'est pas de leur temple, et les crispations que cela provoque, entraînant dans leur sillage des exactions incontrôlables (cf. l'histoire en général, où presque toutes les guerres ont pour fondement une justification d'ordre religieux ; en effet, on ne tue bien son semblable que si on l'on croit avoir demandé à Dieu d'abord l'autorisation et que l'on croit, bien entendu, que Dieu a donné son accord)."

Parlons-en.
Première guerre mondiale : 8 millions de morts.
Seconde guerre mondiale : 50 millions de morts.
Brève histoire – d'une séquence de soixante-dix ans seulement – de la mise en place et du fonctionnement d'Etats puis du Bloc se réclamant – à tort ou à raison – du Marxisme : entre 50 et 80, voire 100 millions de morts (les chiffres font encore débat).
Colonisation (hier et aujourd'hui) pour pouvoir mieux profiter des ressources naturelles de certaines régions se trouvant hors de ses frontières, trouver des marchés pour ses produits et pouvoir diffuser ensuite plus facilement son mode de vie pour pouvoir faire toujours plus d'argent (la fameuse devise : "In Gold we trust") : combien de millions de morts ?

Vous pourriez nous dire dans quelle mesure c'est au nom d'un "accord de Dieu" présent dans un texte présenté comme étant Sa Parole que ces hommes ont réalisé ces "exactions incontrôlables" ? Vous pourriez nous dire dans quelle mesure ce sont des religions - au sens où vous avez utilisé ce terme dans votre message - qui ont été le déclencheur de ces guerres ?

Alors excusez-moi, mais avec tout le respect que je vous dois en tant qu'être humain, le "bon chercheur-capable d'interpréter la réalité sans prisme déformant-habitué à l'exercice de la libre pensée-hors de tout dogmatisme" semble, tout au contraire, être touché par une bonne dose de dogmatisme – mais cette fois "anti-religieux" – qui déforme sa perception des faits. Alors, pour ce qui est du "dogme" et du "prisme déformant" aux travers desquels s'exerce sa "perception de la réalité", et de l'esprit "manipulé" et "lessivé" depuis quand on est un "cher petit" (et autres termes par vous employés), hum hum...

Je pense aux "chers petits" à qui vous devez sûrement ici et là faire des déclarations "libérées", et qui auront l'esprit manipulé par des vérités absolues qui n'en sont pas.

Note :

Un certain nombre de personnes se disent ainsi "libres car étant sans dieu". C'est oublier que chaque homme ou groupe d'hommes, fut-il athée, se prend – qu'il en soit conscient ou non – une ou plusieurs divinités (ou dieux, avec un "d" minuscule) : les divinités sont parfois d'ordre spirituel, parfois non : une "divinité", un "dieu" (avec un "d" minuscule) est tout simplement ce que l'homme considère comme le principe supérieur auquel il se voue entièrement, corps, raison et âme.

Il est des hommes qui prennent Dieu le Créateur comme seule divinité. Il en est d'autres qui croient en Dieu mais Lui associent d'autres entités, qu'ils se prennent donc aussi, en plus de Dieu, comme divinités. Il en est, enfin, qui ne croient pas en Dieu mais qui se prennent comme divinités des éléments matériels ou des concepts terrestres.

Avoir le sentiment d'appartenir à une même Nation que d'autres hommes est naturel chez l'homme ; par contre, être ultra-nationaliste, est-ce autre chose que avoir divinisé la Nation ? On peut facilement raisonner de même avec tous les autres concepts, de même qu'avec les éléments physiques de l'univers : "In Gold we trust", n'est-ce pas le credo de certaines personnes ? La Seconde guerre mondiale a-t-elle été provoquée par autre chose que la divinisation, par certains groupes d'homme, de la Nation de laquelle ils se réclamaient ?

Et je me demande ce que Voltaire aurait dit s'il avait vécu à notre époque et connu tout cela : il rendait les religions spirituelles responsables de l'intolérance et des massacres, mais il ne pouvait pas savoir que bien d'autres guerres auraient lieu, dans les deux siècles qui suivraient le sien, à cause cette fois de la "religion non religieuse" qui se nomme Matérialisme et qui rend un culte à la Matière, devenue une divinité – un "absolu", comme on dit – non spirituelle, ou de cette "foi" – également non religieuse – qui s'appelle Ultra-nationalisme.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email