Les portes de l'ijtihad sont-elles fermées ?

Question :

Voici ce que j'ai lu dans un livre : "Les portes de l'ijtihâd sont fermées depuis le quatrième siècle de l'hégire". Cela est-il vrai ?

-
Réponse :

En fait il faut nuancer le propos, car tout dépend de ce qu'on entend par :
premièrement) l'ijtihad ;
deuxièmement) la fermeture de ses portes.

Déjà il existe plusieurs formes d'ijtihad : le inshâ'ï, le bayânî.

Ensuite plusieurs niveaux existent par rapport à l'ijtihad :
1) al-ijithad al-mutlaq al-mustaqill (l'ijtihad absolu et indépendant, comme le faisaient par exemple Abû Hanîfa, Mâlik, ash-Shâfi'î, Ahmad ibn Hanbal, ath-Thawrî, al-Awzâ'î, etc.);
2) al-ijtihad al-mutlaq al-muntassab (l'ijtihad absolu mais affilié au cadre d'une école, comme le faisaient par exemple Abû Yûssuf et Muhmmad ibn al-Hassan dans l'école hanafite) ;
3) al-ijithad fi-l-madh'hab (l'ijtihad fait de façon secondaire dans le cadre d'une école) ;
4) al-istinbât fî ba'dh-il-massâil faqat (l'élaboration juridique à propos de certains points juridiques seulement, dans le cadre d'une école juridique donnée).

Ainsi, si quelqu'un dit "Les portes de l'ijtihâd sont fermées depuis le quatrième siècle de l'hégire", il ne peut pas vouloir désigner toutes les formes d'ijtihâd, au point de vouloir dire qu'aucune réflexion à propos d'aucun point juridique n'a été menée depuis le quatrième siècle de l'hégire.

Ainsi, il serait faux de dire que l'ijtihad du niveau 2 (al-ijtihad al-muntassab) et l'ijtihad du niveau 3 (al-ijtihâd fi-l-madh'hab) n'ont pas vu le jour après le 4ème siècle de l'hégire, puisque de nombreux savants ont vu le jour qui possédaient les compétences de ce niveau.
Citant le propos du savant hanafite indien Cheikh Abd ul-Hayy Lucknowî, Cheikh A'zamî écrit que des savants nés après le quatrième siècle de l'hégire possédaient les compétences de ce niveau ; il s'agit par exemple de "an-Nawawî, Ibn us-Salâh, Ibn Daqîq il-îd, at-Taqî as-Subkî, at-Tâj as-Subkî, as-Sirâj al-Bulqînî, Ibn uz-Zamlikânî, as-Suyûtî, et d'autres qu'eux" (Al-Albânî shudhûdhuhû wa akhtâ'uh, pp. 95-96).

Il serait a fortiori faux de dire que les portes de l'ijtihad du niveau 4 (al-istinbât wa law fî mas'ala wâhida) se sont fermées depuis le quatrième siècle de l'hégire (Idem, p. 96).

Parlant de ces trois niveaux d'ijtihad (les 2, 3 et 4), Cheikh A'zamî écrit : "Ces trois formes d'ijtihad ont leurs portes grandes ouvertes pour tous ceux qui en possèdent les compétences" (Idem, p. 96). (Il faut ici souligner que pour ma part je reconnais de bonne grâce ne posséder les compétences d'aucun de ces niveaux.)

Et qu'en est-il du fait de vouloir parler de l'ijtihad du niveau 1, al-ijtihad al-mutlaq al-mustaqill, quand on dit : "Les portes de l'ijtihâd sont fermées depuis le quatrième siècle de l'hégire", voulant dire que dorénavant il ne peut plus y avoir de mujtahid mutlaq mustaqill : est-ce vrai ou est-ce erroné ?

Ici encore, al-A'zamî cite et approuve al-Lucknowî qui a écrit : "(Cette phrase) est correcte si on veut dire par là qu'après les quatre [grands mujtahid mutlaq mustaqill], on n'a pas vu un mujtahid dont la majorité [de la Oumma] a reconnu l[es compétences d']ijtihad et l'indépendance [dans l'élaboration juridique] comme cette majorité l'a fait en ce qui concerne ces quatre-là."
Al-A'zamî commente : "Je dirai donc : Celui qui dit que la porte de l'ijtihad a été fermée depuis telle époque parle en fait de l'ijtihad mutlaq al-mustaqill, et veut dire, par "la fermeture de sa porte", qu'après les quatre [grands mujtahid mutlaq mustaqill], il n'y a pas eu un savant dont la majorité [de la Oumma] a reconnu l[es compétences d']ijtihad [mutlaq mustaqill]" (Idem, p. 95).

Quelques lignes plus haut, al-A'zamî a aussi écrit : "Ceci concerne les faits historiques. Quant à savoir s'il est possible ou non qu'après les quatre [grands mujtahid mutlaq mustaqill] un mujtahid mustaqill naisse, eh bien Ash-Sha'rânî a écrit : "Oui, car Dieu est puissant et aucune preuve n'existe que cela serait impossible". Bahr ul-Ulûm al-Lucknowî écrit quant à lui : "(Dire que cela est impossible) serait se prononcer arbitrairement face à la Puissance de Dieu. Car d'où tient-on la connaissance pour dire que jusqu'à la fin du monde il n'existera pas un savant que Dieu gratifiera du niveau de l'ijtihad [mutlaq mustaqill] ?" Le grand savant Abdul-Hayy al-Lucknowî a écrit : "Celui qui prétend que le niveau de l'ijtihad mutlaq mustaqill s'est définitivement interrompu avec les quatre imams, celui-là s'est trompé, et s'est prononcé à tort et à travers. (Par contre,) si on veut dire par là qu'après les quatre [grands mujtahid mutlaq mustaqill] on n'a pas vu un mujtahid dont la majorité [de la Oumma] a reconnu l[es compétences d']ijtihad et l'indépendance [dans l'élaboration juridique] comme cette majorité l'a fait en ce qui concerne ces quatre-là, alors cela est correct" (Idem, p. 95).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly