La maison de l'islam

Comprendre l'islam... dans son authenticité, avec contemporanéité

Le musulman doit-il adopter une tenue vestimentaire négligée ou soignée ?

Par Anas • 4 juil, 2008 • Catégorie: N- Vêtements et apparence

Dieu rappelle aux hommes dans le Coran les trois grandes fonctions que le vêtement remplit :

– il protège de la chaleur et du froid, ainsi, pour certains vêtements, des risques de blessure par agression : "... Et Il vous a donné des vêtements qui vous protègent de la chaleur et des vêtements qui vous protègent de votre violence" (Coran 16/81) ;
– il couvre l'intimité par rapport aux regards des autres ;
– il embellit celui qui les porte ; ces deux bienfaits ont été évoqués dans ce verset : "Fils d'Adam, Nous vous avons donné un vêtement pour cacher votre nudité, ainsi que par parure. Et le vêtement de la piété, voilà qui est meilleur" (7/26).

-
De quel niveau doit être sa tenue vestimentaire : négligée, sophistiquée, ou simple tout en étant soignée ?

L'islam a donné préférence à la voie du milieu, et l'enseignement du Prophète (sur lui la paix) à ce sujet communique les principes qui dessinent l'éthique musulmane en la matière.

-
A) Porter une tenue sale : cela est à éviter :

Le Prophète a blâmé le fait de porter par négligence des vêtements sales. Jâbir raconte ainsi que le Prophète, voyant un jour un homme dont les cheveux étaient tout ébouriffés, remarqua : "Cet homme ne trouve-t-il donc pas de quoi arranger ses cheveux ?" Voyant un autre homme vêtu de vêtements sales, il fit : "Cet homme ne trouve-t-il donc pas de quoi laver ses vêtements ?" (rapporté par Abû Dâoûd, n° 4062).

-
B) Choisir de porter une tenue négligée alors qu'on possède les moyens de porter quelque chose de mieux : cela est à éviter :

De même, le Prophète a voulu que les vêtements que le musulman et la musulmane portent soient d'un niveau convenable et présentable, et que chacun et chacune y veillent dans la mesure de leurs moyens. Un de ses Compagnons, Mâlik ibn Nadhla, raconte ainsi : "J'étais assis en compagnie du Prophète. J'avais sur moi des vêtements de piètre qualité ("ratth"). Le Prophète me dit : "As-tu des biens ? - Oui, Messager de Dieu, je possède des biens de toutes sortes. - Eh bien, quand Dieu t'a donné des biens, l'effet doit transparaître sur toi"" (rapporté par an-Nassâ'ï, n° 5223, Abû Dâoûd, n° 4063).
Il s'agit d'une recommandation de porter des vêtements d'un niveau tahsînî (cliquez ici).
Bien sûr, celui qui se trouve dans une grande pauvreté et ne peut s'acheter des vêtements d'un bon niveau s'abstiendra de le faire : c'est pourquoi le Prophète s'était au préalable enquis de la situation matérielle de Mâlik ibn Nadhla.

On notera ici que bien que le mieux soit de limiter ses efforts pour atteindre le niveau hâjî en terme de richesses matérielles (cliquez ici), en revanche, le mieux est de porter des vêtements de niveau tahsînî. Il n'y a pas contradiction entre ces deux points, car il ne s'agit pas de se faire une garde-robe impressionnante, mais de posséder quelques vêtements de ce niveau, ce qui ne requiert pas que l'on soit aisé financièrement.
Je l'ai vu personnellement là où j'ai étudié en Inde, où de nombreux étudiants, bien que "serrés" financièrement, aimaient porter des vêtements qui étaient beaux tout en demeurant simples ; un de nos professeurs disaient d'eux que leur tenue faisait d'eux "des rois à la poche vide" ("khâlî jayb bâdshâh").

-
C) Porter des vêtements différents de ceux évoqués en B :

C.A) Porter des beaux vêtements, mais avec l'intention de s'enorgueillir par rapport à son prochain, ou avec l'intention de se faire connaître pour ses vêtements : cela est interdit :

le Prophète a voulu que cette recherche d'une bonne tenue ne soit pas faite avec excès : il a ainsi blâmé le fait de faire du port de beaux vêtements un objectif de sa vie : en quelque sorte de devenir l'esclave du beau vêtement. Il a dit :
"عن أبي هريرة، عن النبي صلى الله عليه وسلم، قال: تعس عبد الدينار، وعبد الدرهم، وعبد الخميصة، إن أعطي رضي، وإن لم يعط سخط، تعس وانتكس، وإذا شيك فلا انتقش"

"Malheur à l'esclave de la pièce d'or, à l'esclave de la pièce d'argent, à l'esclave du beau vêtement. S'il reçoit il est satisfait, s'il ne reçoit pas il est mécontent. Malheur à lui, qu'il soit tête en bas, ! et si une épine venait à l'atteindre, qu'elle ne puisse pas être enlevée !"
(al-Bukhârî, 2730).
Etre esclave de quelque chose, c'est lui donner son cœur. C'est lui donner dans son cœur la place qui revient à Dieu. Le Prophète avait demandé de ne pas tomber de veiller à ne pas tomber dans l'autre excès, qui consiste à faire de l'embellissement de son corps et de ses vêtements un objectif premier de sa vie sur terre.

Par ailleurs, le Prophète a blâmé le fait de porter des vêtements avec l'intention de se faire une renommée parmi les gens, ou le fait de porter des vêtements qui assurent de façon certaine la renommée parmi les gens. Il a dit : "Celui qui dans ce monde porte des vêtements de renommée ("shuh'ra"), Dieu lui fera porter des vêtements d'humiliation le jour du jugement…" (rapporté par Abû Dâoûd, n° 3399). (Il s'agit, d'après Ibn Taymiyya, du vêtement de très haut niveau, tellement haut qu'il sort de l'ordinaire, ou du vêtement de tellement bas niveau qu'il sort de l'ordinaire : MF 22/138.) Il s'agit d'un vêtement qui confine au niveau isrâf, même si on possède beaucoup de moyens financiers.

Le Prophète a blâmé de plus "celui qui est fier que les lacets de ses sandales soient plus beaux que ceux de son ami" (rapporté par at-Tabarî, cité dans Fat'h ul-bârî, tome 10 p. 320). Ainsi, même si ses vêtements ne sont pas d'un niveau qui sort de l'ordinaire, être fier de la beauté de ses vêtements par rapport à ceux de son frère est interdit.

-
C.B) Porter des vêtements d'un niveau différent de celui évoqué en B, sans qu'il y ait une des trois choses interdites citées en C.A : c'est ce qu'il faut choisir :

Ayant entendu le Prophète dire : "N'entrera pas au Paradis celui dans le coeur de qui il y a le poids d'une poussière d'orgueil", un homme le questionna ainsi : "L'homme aime que son vêtement soit beau et ses sandales soient belles ? - Dieu, répondit le Prophète, est Beau et Il aime la beauté ! L'orgueil consiste en le fait de refuser ce qui est la vérité et de mépriser les hommes" (rapporté par Muslim, n° 91).

-
La question qui se pose ici est : Vaut-il mieux que ses vêtements soient d'un haut niveau (rafî') (C.B.A) (sans bien sûr les intentions évoquées en C.A, qui sont interdites) ? ou qu'ils soient d'un niveau convenable (afin d'éviter le B) tout en demeurant simples (C.B.B) ?

Si le Prophète a recommandé que l'on porte des vêtements d'un niveau convenable (soit de niveau tahsînî, nous l'avons vu en B), il a également préféré les vêtements qui restent d'une certaine simplicité par rapport à ceux qui sont d'un haut niveau (rafî'), même s'il n'a pas interdit le port de ceux-ci. C'est bien pourquoi, d'autre part, voici ce qu'il a dit : "Celui qui, par humilité vis-à-vis de Dieu, délaisse un vêtement alors qu'il a les moyens de le porter, Dieu l'appellera le jour du jugement devant toutes les créatures et lui demandera de choisir celle des tenues de la foi qu'il désirera porter" (rapporté par at-Tirmidhî, n° 2483). Il s'agit apparemment d'un vêtement de haut niveau, soit d'un vêtement à mi-chemin entre le vêtement de niveau isrâf (évoqué en C.A) et celui de strict niveau tahsînî, et qui est donc purement jâ'ïz.

Le fait est qu'un vêtement de strict niveau tahsînî (sans toutefois tomber dans l'excès du B) est susceptible de créer davantage d'humilité vis-à-vis de Dieu (kamâl ut-tawâdhu' al-mustahabb) que le vêtement de haut niveau (de type C.B.A).
Cependant, ce vêtement de niveau C.B.A ne constitue pas en soi une action d'orgueil (nous venons de le voir au travers du hadîth rapporté par Muslim, qui englobe le C.B.A et le C.B.B).

En fait le choix du vêtement de haut niveau ne constitue pas en soi de l'orgueil, comme le choix du vêtement simple ne constitue pas en soi de l'humilité (vu que certaines personnes portent volontairement ce genre de vêtement mais continuent à mépriser autrui ou à refuser ce qu'elles savent au fon d'elles-mêmes être la vérité).
Cependant, si on a réussi à s'abstenir de refuser ce qu'on sait être la vérité et de mépriser les hommes, choisir le vêtement simple exprime vis-à-vis de Dieu une perfection recommandée dans l'humilité (kamâl ut-tawâdhu' al-mustahabb).

Par ailleurs, cela correspond à cette orientation générale que le Prophète a enseignée : "N'entendez-vous pas ? N'entendez-vous pas ? La simplicité (al-badhâdha) fait partie de la foi ! La simplicité fait partie de la foi !" (rapporté par Abû Dâoûd, n° 4161).

-
En résumé :

Il existe :
– le vêtement négligé (B) ; en porter est à éviter (sauf si on se trouve dans une situation de grande pauvreté) ;
– le vêtement convenable tout en demeurant simple (C.B.B) ; c'est le vêtement qu'il est recommandé de porter ;
– le vêtement de haut niveau (C.B.A) ; en porter est autorisé (sauf si on éprouve alors de la fierté) ;
– le vêtement de très haut niveau par rapport à ceux portés dans la société (C.A) ; en porter est interdit.

-
A lire en complément :

D'autres normes relatives au vêtement du musulman ;
D'autres normes relatives au vêtement de la musulmane ;
Faut-il porter des vêtements différents de ceux portés par les non-musulmans ?

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).