Dans les contrées où le soleil ne se couche pas pendant des mois, comment feront les gens pour effectuer les prières du coucher du soleil et de la nuit ?

Question :

Mon frère, les enseignements de l'islam sont universels. Comment feront ceux qui habitent à des latitudes où le soleil ne se couche pas pendant des mois : comment définiront-ils que c'est l'heure de la prière de al-maghrib [= prière après le coucher du soleil] et de al-'ishâ [= quand il fait nuit] ?

-
Réponse :

Les avis des ulémas sont partagés sur le sujet :

A) Certains pensent que, pour ces gens, celles des cinq prières quotidiennes dont la cause (sabab) (telle posture du soleil dans le ciel) ne se réalise pas, ces prières-là sont caduques (il n'y aura donc même pas à les remplacer plus tard). C'est là l'avis notamment des hanafites al-Hulwânî, al-Marghînânî, ash-Shurunbulâlî et d'autres (Ad-Durr ul-mukhtâr, 2/20).

– B) D'autres pensent que ces gens devront procéder à une évaluation du temps pour effectuer chaque jour les cinq prières, comme les autres musulmans de la Terre. C'est là l'avis des shafi'ites ; c'est aussi l'avis des hanafites Ibn ul-Humâm et Ibn ush-Shahna (Ibid., 2/19).

-
An-Nawwâs ibn Sam'ân a relaté que le Prophète (sur lui soit la paix) a annoncé que lors de l'apparition du Trompeur (ad-Dajjâl), il y aura un jour qui durera autant qu'une année, un autre qui durera autant qu'un mois, enfin un troisième qui durera une semaine ; ensuite les 37 jours suivants seront de durée normale. Entendant cela, des Compagnons ont questionné : "Le jour qui sera comme une année, les prières d'un jour nous suffiront-elles alors ?" Le Prophète répondit : "Non. Procédez à l'évaluation du (temps normal) [et accomplissez les prières chaque fois que ce temps se sera écoulé]" : "قلنا: يا رسول الله وما لبثه في الأرض؟ قال: "أربعون يوما، يوم كسنة، ويوم كشهر، ويوم كجمعة، وسائر أيامه كأيامكم". قلنا: يا رسول الله فذلك اليوم الذي كسنة، أتكفينا فيه صلاة يوم؟ قال: "لا، اقدروا له قدره". قلنا: يا رسول الله وما إسراعه في الأرض؟ قال: "كالغيث استدبرته الريح" (Muslim 2937).

Pour ce qui est de la durée anormalement longue de ces 3 jours :
– I) certains ulémas pensent que ce ne sera qu'illusion ; le mouvement de la Terre sur elle-même sera alors normal, mais le Trompeur réalisera une illusion mondiale, les hommes voyant le soleil "avancer" très lentement dans le ciel (c'est l'avis de at-Torpeshtî et de Alî al-qârî : Mirqât ul-mafâtîh) ;
– II) d'autres ulémas pensent que le soleil ne "se lèvera" et ne "se couchera" alors réellement qu'une seule fois pendant une séquence de temps beaucoup plus longue : il y aura une dilatation du temps ("بسط الزمان" : Mirqât ul-mafâtîh) (c'est l'avis de Ibn ul-Malik : Mirqât ul-mafâtîh) ; c'est aussi l'avis de al-Qâdhî 'Iyâdh : "فقال القاضي وغيره: هذا حكم مخصوص بذلك اليوم، شرعه لنا صاحب الشرع. قالوا: ولولا هذا الحديث ووكلنا إلى اجتهادنا، لاقتصرنا فيه على الصلوات الخمس عند الأوقات المعروفة في غيره من الأيام. ومعنى "اقدروا له قدره" أنه إذا مضى بعد طلوع الفجر قدر ما يكون بينه وبين الظهر كل يوم فصلوا الظهر، ثم إذا مضى بعده قدر ما يكون بينها وبين العصر فصلوا العصر، وإذا مضى بعد هذا قدر ما يكون بينها وبين المغرب فصلوا المغرب، وكذا العشاء والصبح، ثم الظهر ثم العصر ثم المغرب هكذا، حتى ينقضي ذلك اليوم. وقد وقع فيه صلوات سنة فرائض، كلها مؤداة في وقتها. وأما الثاني الذي كشهر والثالث الذي كجمعة، فقياس اليوم الأول أن يقدر لهما كاليوم الأول على ما ذكرناه. والله أعلم" : Shar'h Muslim).

Contrairement à ce que certaines personnes pourraient penser, cette seconde divergence ne recoupe pas celle évoquée plus haut et qui concerne la question. En effet, les ulémas de l'avis A peuvent être de l'avis II comme de l'avis I ; pareillement, les ulémas de l'avis B peuvent avoir adopté l'avis I comme l'avis II.

-
L'argument de l'avis A :

Etant donné que chaque prière a été reliée à une position du soleil lors de sa course quotidienne (celle-ci étant la cause - sabab - de l'obligation de cette prière), la non-existence, en un lieu donné à un moment donné, de certaines de ces positions solaires dans le ciel entraîne que les prières qui leur sont liées deviennent caduques : l'absence de la cause entraîne l'absence de ce qui y est lié (Ad-Durr ul-mukhtâr 2/18-23 ; Majâliss-é hakîm ul-ummat, pp. 112-115).
Quant au hadîth de an-Nawwâs :
--- soit, conformément à l'avis I, il s'agira d'une illusion, et donc la règle communiquée par le Prophète ne peut pas faire l'objet d'une exportation par analogie ;
--- soit, même s'il ne s'agira alors pas d'une illusion mais d'un fait réel (et ce conformément à l'avis II), le fait que le Prophète ait ordonné d'accomplir alors les cinq prières quotidiennes chaque fois que se sera écoulé le laps de temps d'une journée est contraire à la règle normale, et est exceptionnel ; le raisonnement par analogie n'est donc pas possible (cliquez ici) ; c'est là la position de al-Qâdhî 'Iyâdh (Radd ul-muhtâr 2/21).

-
L'argument de l'avis B :

Le caractère obligatoire des cinq prières quotidiennes est tellement appuyé que la considération pour ce nombre passe avant la considération des positions du soleil. D'ailleurs, certes, les positions du soleil sont présentées comme les causes (sabâb) de ces différentes prières.
Mais, en réalité, ce sont les séquences de temps déterminées (az-zamân) qui sont les causes (sabab) auxquelles ces cinq prières quotidiennes obligatoires sont reliées, tandis que les positions du soleil ne sont que les indicateurs de ces différentes séquences de temps ('alâmât uz-zamân). Les cinq prières sont donc obligatoires même dans les latitudes où le soleil ne se couche pas pendant des mois entiers.(Radd ul-muhtâr 2/23 ; Majâliss-é hakîm ul-ummat, pp. 112-115).
Pour cela, il s'agit de procéder à l'évaluation de la séquence de temps correspondant à celles des prières dont les causes apparentes ne se réalisent pas, et d'accomplir ces prières dès que ces séquences de temps se sont écoulées.

Cet avis peut se marier avec les deux postures suscitées quant au fait que, à l'époque du Trompeur, le soleil ne se couchera qu'une seule fois pendant un temps durant en réalité une année : la posture selon laquelle ceci ne sera qu'illusion (I) ; et la posture selon laquelle ceci sera réel (II).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email