Eclipses de soleil et de lune : des mauvais présages selon l'islam ?

Question (posée par lettre) :

"Assalâmou alaykoum.

Lorsque j'étais enfant, j'ai appris que les éclipses avaient quelque chose de particulier au regard des musulmans. En effet, il y eut un jour une éclipse solaire partielle, et, à l'initiative de ma grand-mère (paix à son âme), toute la famille fut rassemblée et pria.

Cependant, ensuite à l'école on m'a appris qu'éclipses solaire et lunaire n'étaient que des phénomènes parfaitement naturels, sans aucun rapport avec une quelconque "punition divine".

Aujourd'hui je ne sais plus quelle explication l'islam donne à ces phénomènes. Et je ne sais pas vraiment comment expliquer une éclipse à mes enfants. Je vous serais très reconnaissante de bien vouloir me donner quelques bases sur le sujet. D'avance, merci."

Réponse :

Wa 'alaykum us-salâm wa rahmatullâh.

Lisez tout d'abord notre page : Rester fidèle à l'islam veut-il dire renier les découvertes scientifiques ?. Vous comprendrez d'une part pourquoi, chez les scientifiques occidentaux, les découvertes scientifiques en sont arrivées à être coupées de toute considération religieuse, et pourquoi chez nous musulmans, les choses ne se présentent pas de la même façon et comment chez nous, croire ne veut pas dire rejeter les découvertes scientifiques.
Lisez ensuite notre page : Les penseurs musulmans entre modernistes et traditionalistes et vous comprendrez d'autre part comment parfois, certains penseurs musulmans aussi en sont malheureusement arrivés à se méfier de toute découverte scientifique.

Il se trouve ici que votre grand-mère et votre professeur d'école avaient tous les deux quelque peu raison. Mais il vous faut arriver à concilier leur point de vue respectif pour que vous appréhendiez le phénomène des éclipses comme il se doit.

Accepter les découvertes scientifiques :

Il n'y a aucun mal à ce que nous musulmanes et musulmans adoptions l'explication scientifique du mécanisme des éclipses et leur prévision par les calculs astronomiques. Rien dans l'islam ne s'oppose à cela.

Le célèbre savant al-Ghazâlî écrit à ce sujet : "Un risque est ici présent et guette celui qui veut défendre l'islam mais qui est ignorant. Pensant qu'il faut, pour défendre l'islam, renier systématiquement toute découverte faite par des non-musulmans, ce genre de personnes refusent toute science provenant des non-musulmans, tant et si bien qu'elles refusent jusque leur explication des éclipses de lune et de soleil, croyant que cela contredit les sources de l'islam. Dès lors, lorsque celui qui a fait cette découverte entendra cela, il pensera que l'islam est fondé sur l'obscurantisme et sur la réfutation de ce qui est formellement prouvé. Et il éprouvera davantage encore d'attirance pour l'incroyance et de répulsion pour l'islam. C'est ainsi que ceux qui pensaient défendre l'islam en réfutant ce qui est prouvé lui font en fait un grand tort !
En réalité, les sources de l'islam n'ont pas pour objet les explications de ce genre de phénomènes naturels. Quant au hadîth du Prophète disant "Le soleil et la lune sont deux signes parmi les signes de (l'existence et de la puissance) de Dieu ; ils ne s'éclipsent ni pour la vie ni pour la mort de quelqu'un ; lorsque vous voyez des éclipses, accourrez à la prière", il ne contient absolument rien qui demanderait de refuser la découverte du mécanisme des éclipses, à savoir qu'elles sont dues à des alignements ou à des oppositions du soleil et de la lune par rapport à la terre pendant leur course sur leur orbite."

Un autre risque guette cependant le musulman : celui d'accepter tout ce que disent les non-musulmans. En effet, écrit al-Ghazâlî, "d'autres personnes, admirant la rigueur des arguments que des scientifiques avancent dans certains domaines, sont prêtes à accepter tout ce qu'elles disent dans tous les domaines. Alors qu'il n'est pas dit que celui qui est spécialiste dans une discipline le soit aussi dans toutes les autres. Etre compétent en mathématiques n'implique pas obligatoirement que l'on ait des arguments aussi fondés dans le domaine théologique !"

Les théories scientifiques (qui sont différentes des découvertes scientifiques) doivent donc être examinées sérieusement avant d'être acceptées par le musulman. Quant aux découvertes scientifiques, elles doivent être intégrées par le musulman à ce que sa foi lui souffle : "Tu dois te souvenir, écrit al-Ghazâlî, que l'univers est soumis à Dieu et ne fonctionne pas indépendamment de la volonté du Créateur. Le soleil, la lune, les étoiles et la nature sont ainsi soumis entièrement à Sa volonté" (Al-Munqidh min adh-dhalâl, al-Ghazâlî).

Intégrer ces découvertes scientifiques à ce que l'islam nous offre :

Nous pouvons donc parfaitement adopter les explications scientifiques des phénomènes des éclipses de lune et de soleil. Cependant, nous ne devons pas oublier que nous ne sommes pas que raison, mais raison et cœur. Nous voyons et percevons les choses avec l'œil de notre cœur en même temps et dans le même moment qu'avec l'œil de notre raison. Or notre cœur est habité d'une foi qui est globale (shâmil). Aux éléments de cette foi nous devons donc intégrer les découvertes scientifiques.

Aussi, alors que les scientifiques non-musulmans ne voient dans les éclipses que des phénomènes naturels, répertoriés et prévisibles, les musulmans veulent être à la fois scientifiques et religieux : ils voient dans les éclipses certes des phénomènes naturels, répertoriés et prévisibles, mais aussi des rappels périodiques de la part de Dieu le créateur des deux astres.

C'est ce que le Prophète Muhammad (sur lui la paix) nous a enseigné lors de l'éclipse de soleil qui s'était produite de son vivant à Médine. Son fils unique et chéri, Ibrahîm, venait de mourir en bas âge, et des gens s'empressèrent de dire que l'éclipse avait eu lieu à cause de la mort du fils du Messager de Dieu. Mais le Messager, malgré sa tristesse, dénonça ces superstitions en disant : "Le soleil et la lune (…) ne s'éclipsent ni pour la vie ni pour la mort de quelqu'un" (al-Bukhârî et Muslim). D'une part il mit donc fin aux explications mythologiques des éclipses. D'autre part, il nous enseigna également qu'il y avait une prière facultative particulière à accomplir au moment des éclipses, prière connue dans la jurisprudence musulmane sous le nom de salât al-kusûf. Et il déclara : "Le soleil et la lune sont deux signes parmi les signes de (l'existence et de la puissance) de Dieu. (…) Lorsque vous voyez des éclipses, accourrez à la prière" (al-Bukhârî et Muslim). Il affirma aussi à propos des éclipses : "Dieu suscite de la sorte la crainte de ses serviteurs" (al-Bukhârî et Muslim).

Ce sont ces deux dernières phrases qu'il faut bien comprendre. Le Prophète a, selon an-Nawawî, expliqué dans la première d'entre elles que les éclipses étaient l'occasion d'un rappel "que le soleil et la lune, à l'instar de toutes les autres créatures, sont sujets aux amoindrissements et aux changements" (Sharh Muslim, 6/201). Ainsi se comprend la prière particulière à faire à Dieu à ce moment-là : on témoigne de la sorte que seul Lui, le créateur, ne s'éclipse jamais et est toujours présent.

La seconde phrase du Prophète n'exprime pas le fait que l'éclipse serait perçue en islam comme une punition divine ou un mauvais présage, mais que Dieu rappelle ainsi aux hommes que tout n'est pas éternel et qu'un jour viendra la fin du monde (as-sâ'a), jour où, d'après le Coran, le soleil sera également obscurci (Coran 81/1). Il faut craindre ce jour-là (d'une crainte révérentielle) et donc se préparer au jugement qui suivra en s'efforçant de faire des actes de bien.

Note :

Contrairement à ce qu'on peut lire dans certains ouvrages contemporains, la phrase "Dieu suscite de la sorte la crainte de ses serviteurs" (al-Bukhârî et Muslim) n'est pas rapportée par un seul transmetteur contre tous les autres, ce qui ferait d'elle un propos "shâdhdh", donc non authentique. Car si un seul transmetteur contre quatre autres la rapporte effectivement de Yûnus qui la rapporte de al-Hassan qui la rapporte de Abû Bakra qui la rapporte du Prophète (al-Bukhârî), Mubârak et Ash'ath aussi la rapportent de al-Hassan qui la rapporte de Abû Bakra qui la rapporte du Prophète (al-Bukhârî, 1001). De plus, trois tout autres chaînes de transmission sont mentionnées par Muslim, qui rapportent cette même phrase du Prophète et qui remontent jusqu'à ce dernier non pas par Abû Bakra mais respectivement par Abû Mas'ûd al-Ansârî (Muslim, 911), par Abû Mûssâ (Muslim, 912) et par Aïcha (Muslim, 902).

Synthèse de la réponse :

D'après l'islam, les éclipses ne sont pas une "punition divine" ou un "mauvais présage". Nous musulmans pouvons parfaitement accepter les explications scientifiques des éclipses.
Mais nous les intégrons aux enseignements de notre bien-aimé le prophète Muhammad (sur lui la paix).
Nous adresserons donc à Dieu la prière facultative enseignée pour cette occasion (salât al-kusûf), car nous verrons dans l'éclipse, bien qu'elle soit parfaitement prévisible sur le plan astronomique, un rappel (parmi tant d'autres) que seul Dieu ne s'éclipse jamais. Nous y verrons également un rappel (parmi d'autres) à ne pas être insouciant mais à se souvenir et à craindre Dieu, car l'éclipse du soleil nous rappelle le jour qui viendra où le soleil sera éclipsé puis détruit, comme la lune, la terre, etc., tout ceci précédant le jugement... notre jugement pour nos actes.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email