Le Prophète, "envoyé vers les ummiyyûn et d'autres parmi eux" : qu'est-ce que cela signifie ? (Commentaire de Coran 62/2-4)

Question :

"هُوَ الَّذِي بَعَثَ فِي الْأُمِّيِّينَ رَسُولًا مِّنْهُمْ يَتْلُو عَلَيْهِمْ آيَاتِهِ وَيُزَكِّيهِمْ وَيُعَلِّمُهُمُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَإِن كَانُوا مِن قَبْلُ لَفِي ضَلَالٍ مُّبِينٍ {62/2} وَآخَرِينَ مِنْهُمْ لَمَّا يَلْحَقُوا بِهِمْ وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ {62/3} ذَلِكَ فَضْلُ اللَّهِ يُؤْتِيهِ مَن يَشَاء وَاللَّهُ ذُو الْفَضْلِ الْعَظِيمِ {62/4" :
"Il est Celui qui a envoyé chez les ummiyyûn un messager issu d'eux-mêmes, qui leur récite Ses signes, les purifie et leur enseigne le Livre et la sagesse – alors qu'auparavant ils étaient dans un égarement évident. Et d'autres parmi eux, qui ne les ont pas encore rejoints. Et Il est le Puissant, le Sage. Cela est la faveur de Dieu, Il la donne à qui Il veut. Et Dieu est Celui qui dispose de la grande faveur"
(Coran 62/2-4)
.

Je n'ai pas compris les mots "Et d'autres parmi eux".

J'en aurais compris facilement le sens s'il n'y avait pas ces deux mots "parmi eux", car, alors, le verset aurait signifié que le Prophète a été envoyé également pour d'autres personnes que les ummiyyûn, et ces autres personnes n'ont pas encore rejoint ces ummiyyûn dans la foi.
Mais là ce qu'il est dit c'est que ces autres-là aussi sont "parmi eux", donc sont des ummiyyûn aussi.

-
Réponse :

En fait le nom "ummiyyûn" d'une part, et les termes "âkharîn" ("d'autres") et "minhum" ("parmi eux" / "du nombre d'eux") d'autre part, font l'objet de compréhensions différentes, comme nous allons le voir…

-
Le verset 2 de cette sourate 62 se lit ainsi : "هُوَ الَّذِي بَعَثَ فِي الْأُمِّيِّينَ رَسُولًا مِّنْهُمْ يَتْلُو عَلَيْهِمْ آيَاتِهِ وَيُزَكِّيهِمْ وَيُعَلِّمُهُمُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَإِن كَانُوا مِن قَبْلُ لَفِي ضَلَالٍ مُّبِينٍ" : "Il est Celui qui a envoyé chez les ummiyyûn un messager issu d'eux-mêmes, qui leur récite Ses signes, les purifie et leur enseigne le Livre et la sagesse – alors qu'auparavant ils étaient dans un égarement évident" :

Qui sont "الْأُمِّيِّينَ" ?

D'après un avis, le terme signifie littéralement "illettrés" ; et il désigne les Arabes, dont la majorité des individus étaient à l'époque illettrés (Rûh ul-ma'ânî, Tafsîr ul-Jalâlayn, Tafsîr ur-Râzî).
Appuie cet avis le verset où on lit ces mots : "الَّذِينَ يَتَّبِعُونَ الرَّسُولَ النَّبِيَّ الأُمِّيَّ الَّذِي يَجِدُونَهُ مَكْتُوبًا عِندَهُمْ فِي التَّوْرَاةِ وَالإِنْجِيلِ" (Coran 7/157) : ce dernier qualificatif signifie : "illettré".

D'après un autre avis, le terme désigne ceux qui n'avaient jusqu'à présent reçu aucune Ecriture céleste (Rûh ul-ma'ânî).
Etaye cet avis le verset qui dit : "وَقُل لِّلَّذِينَ أُوْتُواْ الْكِتَابَ وَالأُمِّيِّينَ أَأَسْلَمْتُمْ فَإِنْ أَسْلَمُواْ فَقَدِ اهْتَدَواْ وَّإِن تَوَلَّوْاْ فَإِنَّمَا عَلَيْكَ الْبَلاَغُ وَاللّهُ بَصِيرٌ بِالْعِبَادِ" (3/20) : "ceux qui ont reçu l'Ecriture" sont ici distincts des "ummiyyûn". Les "ummiyyûn" sont donc : "ceux qui n'avait pas reçu d'Ecriture".
Un autre verset emploie le terme avec le même sens : "وَمِنْهُم مَّنْ إِن تَأْمَنْهُ بِدِينَارٍ لاَّ يُؤَدِّهِ إِلَيْكَ إِلاَّ مَا دُمْتَ عَلَيْهِ قَآئِمًا ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ قَالُواْ لَيْسَ عَلَيْنَا فِي الأُمِّيِّينَ" (Coran, 3/75).

-
Quant au verset 3, il dit : "وَآخَرِينَ مِنْهُمْ لَمَّا يَلْحَقُوا بِهِمْ وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ" : "Et d'autres parmi eux, qui ne les ont pas encore rejoints" :

Que signifient "آخَرِينَ" et "مِنْهُمْ" ?

Selon un des commentaires présents dans Rûh ul-ma'ânî (le commentaire des Jalâlayn est le même pour la proposition principale, mais diffère quant à la proposition relative "qui ne les ont pas encore rejoints") :
--- "آخَرِينَ" est au cas indirect (majrûr) car coordonné (ma'tûf) à "al-ummiyyîn" ; c'est-à-dire que, comme on lit explicitement la particule "" devant "al-ummiyyîn", on considérera cette particule sous-entendue devant "âkharîn".
--- quant à "مِنْهُمْ", il signifie : "min al-ummiyyîn".

Tout ceci nous donne la signification suivante : "Et (Il a suscité ce messager chez) d'autres (également), parmi eux [c'est-à-dire chez d'autres personnes, également des ummiyyûn, mais distinctes des ummiyyûn premièrement cités], qui n'ont pas encore rejoint ceux-ci".

Etant donné que le verset 2 comme le verset 3 parlent tous deux des ummiyyûn mais que ceux mentionnés en 2 sont distincts de ceux évoqués en 3 :
--- le verset 2 parle des Arabes qui, au moment de la révélation de cette sourate, s'étaient déjà convertis à l'islam,
--- tandis que le 3 désigne les Arabes qui ne s'étaient alors pas encore convertis à l'islam mais dont il était écrit qu'ils rejoindraient les premiers dans le futur, proche (ce seront alors eux aussi des Compagnons) ou lointain (il s'agit de tous les Arabes qui seront musulmans, jusqu'à la fin des temps).

Dès lors, tout le passage ne parle que des "mab'ûth fîhim", donc des Arabes, et va dans le même sens que cet autre verset, qui relate de Abraham et de Ismaël l'invocation suivante "Rabbanâ wa-b'ath fîhim rassûlan minhum" (Coran 2/129). Ce passage ne parle pas de la totalité des "mab'ûth ilayhim" (qui sont les humains dans leur ensemble). Ce sont d'autres passages du Coran qui parlent de ces "mab'ûth ilayhim" : 25/1 ; 6/90 ; 12/104 ; 38/87 ; 67/52 ; 81/27.

-
Selon le commentaire de Bayân ul-qur'ân :
--- "آخَرِينَ" est au cas indirect (majrûr) car les mots "li ajli" sont sous-entendus avant lui.
--- quant à "مِنْهُمْ", il signifie : "min jumlatihim".

Ceci nous fournit la signification suivante : "Et (Il a envoyé ce messager pour) d'autres (également) [c'est-à-dire pour d'autres que les ummiyyûn suscités : ces autres sont soit ummiyûn eux aussi mais distincts des ummiyyûn suscités, soit ne sont pas ummiyyûn], (qui seront) du nombre d'eux (c'est-à-dire qui feront partie de la même communauté qu'eux), qui ne les ont pas encore rejoints."

Si on retient ce commentaire,
--- le verset 2 parle des "mab'ûth fîhim", à savoir les Arabes ;
--- et le verset 3 parle quant à lui de tous ceux des "mab'ûth ilayhim" qui sont autres que ceux évoqués dans le verset 2, qui accepteront le message et feront donc partie de la même communauté – la Umma Muslima –, et qui, au moment où Dieu dit ces paroles, ne se sont pas encore joints à cette communauté, formée pour le moment, de façon quasi-totale, d'Arabes.
Ces "autres" seront :
- soit également des ummiyyûn, des Arabes, mais ils ne se sont, au moment de la révélation de ces versets, pas encore convertis à l'islam, chose qu'ils feront dans le futur ;
- soit des non-ummiyyûn, des non-arabes ; dès lors, quand le verset dit qu'ils rejoindront les Arabes musulmans, c'est non pas dans le sens où ils deviendront Arabes, mais dans la mesure où ils rejoindront le noyau formé par les premiers musulmans – les Compagnons – qui, eux, étaient pour leur quasi-totalité Arabes.

Selon ce dernier commentaire, le passage met en exergue le fait que les Arabes furent les destinataires premiers du message (lire à ce sujet Hujjat ullâh il-bâligha 1/355-356, 341-342, Al-Fawz ul-kabîr, p. 45), non pas d'une primauté de destination (eux étant destinataires du message de façon originelle, les non-Arabes ne l'étant que sur un plan secondaire), non, mais d'une primauté dans le temps, pour des raisons pratiques : il fallait bien que le Prophète apparaisse en un lieu donné au milieu d'un peuple donné, et que ce soit de là que son message soit connu (cliquez ici pour en savoir plus).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email