Quel fut cet empereur perse à qui le Prophète (sur lui soit la paix) adressa sa lettre : Parwiz ou Chéroé ?

Il faut savoir que, quelque temps après la défaite de son armée à Ninive en 627, l'empereur perse Parwiz, qui régnait alors depuis quelques 38 ans, fut assassiné par Chéroé, son propre fils.

Quand cet événement se déroula-t-il ?

Première hypothèse) D'après une source citée par at-Tabarî, ce parricide eut lieu en dhu-l-qa'da 6 (Le Prophète de l'Islam, Muhammad Hamidullah, 1/333, ci-après : "LPI"), soit une date située aux alentours de mars 628. Très voisin est ce que relate Théophane, d'après lequel Héraclius écrivit à son fils une lettre où il disait que l'empereur de Perse avait été assassiné le 27 février 628 (cité dans LPI 1/333).

Seconde hypothèse) D'après al-Wâqidî, le parricide eut lieu en jumâda-l-ûlâ 7 (LPI, 1/334), soit environ septembre 628.

Or il faut savoir que le Prophète adressa des lettres aux empereurs et rois de la région pour leur présenter l'islam, et qu'il le fit dans les temps qui suivirent le pacte de al-Hudaybiya – dhu-l-qa'dah 6, ce qui correspond à mars 628 – (Fat'h ul-bârî 8/159). Il y eut une lettre envoyée à l'empereur perse par l'intermédiaire de Abdullâh ibn Hudhâfa as-Sahmî : ce dernier devait remettre la lettre au gouverneur de Bahreïn et lui demander de la faire parvenir jusqu'à Chosroes (al-Bukhârî 4162). Quand il la reçut, Chosroes déchira avec mépris cette lettre d'un Arabe qui osait écrire à l'empereur de Perse pour lui présenter une religion autre que celle de ses glorieux ancêtres. Puis il ordonna qu'on fasse parvenir son ordre à son gouverneur au Yémen : deux émissaires seraient envoyés se saisir de cet Arabe. (Une partie du Yémen, en effet, était passée aux mains des Perses.)

Quel fut donc cet empereur perse à qui le Prophète adressa sa lettre : Parwiz ou Chéroé ?

Possibilité 1) Il s'agissait de Chéroéh, qui avait déjà assassiné son père (Parwiz) ; dans ce cas, il faut donner à l'assassinat une date antérieure à celle de la rédaction de la lettre. Or, les lettres du Prophète ayant été rédigées au plus tôt vers mars-avril 628, on tend vers l'avis relaté par at-Tabarî, qui date le parricide de mars 628.

Possibilité 2) L'empereur perse destinataire de la lettre du Prophète était Parwiz, le père qui allait être assassiné ; dans ce cas, et étant donné que les lettres n'ont pas pu partir d'auprès du Prophète avant le dernier mois de l'an 6 hégirien (avril 628), Parwiz était encore vivant en février-mars 628. Il reste donc à choisir l'autre hypothèse, celle de al-Wâqidî, selon laquelle l'assassinat eut lieu vers septembre 628.

La possibilité 1 pose problème dans la mesure où, comme nous l'avons vu, lorsque l'empereur perse reçut la lettre du Prophète, il ordonna que son gouverneur du Yémen dépêche deux émissaires auprès du Prophète. Or Ibn Hishâm relate que lorsque ces deux émissaires se présentèrent devant le Prophète pour lui dire qu'ils étaient venus l'arrêter et l'emmener, le Prophète leur fit pour toute réponse : "Cette nuit, mon Maître [= Dieu] a fait en sorte que votre maître a été assassiné" (Sîrat Ibn Hishâm).

L'empereur perse qui a été assassiné semble donc bien avoir reçu et lu la lettre du Prophète ; or c'est Parwiz qui a été assassiné. C'est donc bien à Parwiz que la lettre a été envoyée et qui l'a lue (c'était la possibilité 2). Et lorsque le Prophète fit rédiger la lettre, Parwiz était encore vivant.
Et c'est alors l'avis de al-Wâqidî qui est à retenir : l'assassinat semble avoir eu lieu vers septembre 628.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email