Qu'est-ce qu'une bid'a, innovation cultuelle ?

Lire au préalable notre article sur le concept islamique de ta'abbud et de 'âda.

Pour ce qui est du domaine des 'âdât, il n'y a aucun mal à ce qu'on adopte des nouveautés par rapport à ce que le Prophète et ses Compagnons faisaient. En effet, ici, l'islam donne entière liberté pour les actions nouvelles, pour peu qu'on tient compte des règles et principes qu'il a offerts (éléments ta'abbudî).

Par contre, comme l'a écrit ash-Shâtibî (Al-I'tisâm, 1/37-45 ; 2/73), en ce qui concerne ce qui est ta'abbudî, toute nouveauté constitue en fait une innovation, une bid'a (pluriel : bida'), chose à propos de laquelle le Prophète (sur lui soit la paix) a mis en garde par ces termes : "(...) Et les pires des choses sont les choses innovées. Et toute bid'a est un égarement" : "عن جابر بن عبد الله، قال: كان رسول الله صلى الله عليه وسلم إذا خطب احمرت عيناه، وعلا صوته، واشتد غضبه، حتى كأنه منذر جيش يقول: صبحكم ومساكم؛ ويقول: "بعثت أنا والساعة كهاتين"، ويقرن بين إصبعيه السبابة، والوسطى، ويقول: "أما بعد، فإن خير الحديث كتاب الله، وخير الهدى هدى محمد، وشر الأمور محدثاتها، وكل بدعة ضلالة"؛ ثم يقول: "أنا أولى بكل مؤمن من نفسه، من ترك مالا فلأهله، ومن ترك دينا أو ضياعا فإلي وعلي"" (rapporté par Muslim, 867).

Le Prophète (sur lui soit la paix) a dit aussi : "عن عائشة رضي الله عنها، قالت: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "من أحدث في أمرنا هذا ما ليس فيه، فهو رد" (rapporté par al-Bukhârî, 2550, Muslim, 1718).

Il y a encore ce hadîth : "عن العرباض بن سارية قال: قام فينا رسول الله صلى الله عليه وسلم ذات يوم، فوعظنا موعظة بليغة وجلت منها القلوب، وذرفت منها العيون، فقيل: "يا رسول الله، وعظتنا موعظة مودع! فاعهد إلينا بعهد." فقال: "عليكم بتقوى الله، والسمع والطاعة وإن عبدا حبشيا. وسترون من بعدي اختلافا شديدا؛ فـعليكم بسُنّتي وسُنّة الخلفاء الراشدين المهديين، عضوا عليها بالنواجذ؛ وإياكم والأمور المحدثات، فإن كل بدعة ضلالة" :
Le Prophète (sur lui soit la paix) a dit :
"Adoptez la taqwâ de Dieu. Ainsi que "écouter et obéir" (au dirigeant), ce dernier fût-il un esclave abyssinien.
Et vous verrez après moi des divergences fortes : à ce moment-là :
- attachez-vous fermement, en y mordant, à ma Sunna et la Sunna des califes bien guidés après moi ;
- et préservez-vous des choses innovées (Muhdath), car toute innovation (Bid'a) est un égarement" (at-Tirmidhî, 2676, Ibn Mâja, 42, et c'est sa version qui a été reproduite ici).
Ici le Prophète a évoqué les divergences où :
- d'un côté il y a la croyance, la pratique cultuelle ou encore le hukm qui figure explicitement dans la Sunna du Prophète, ou qui, au moins, n'est pas contraire à la Sunna (la preuve de cela étant que les Compagnons, et surtout les Califes bien guidés, l'ont institué),
- alors que de l'autre côté il y a une croyance, une pratique cultuelle ou un hukm qui est une Bid'a.
Cela peut être remarqué par le fait que cet amr ta'abbudî (dans les croyances ou les actions) n'a pas été adopté par les Compagnons, et surtout par les califes bien guidés.

-
Bid'a se dit donc aussi : "muhdath".

La bid'a consiste à rajouter une voie autre que celle tracée par le Prophète (que Dieu le bénisse et le salue), dans le but d'adorer Dieu.
En effet, l'une des deux définitions que ash-Shâtibî en a données est : "البدعة طريقة في الدين مخترعة، تضاهي الشرعية، يقصد بالسلوك عليها ما يقصد بالطريقة الشرعية" (Al-I'tisâm, 1/37).
Le contraire de bid'a (ou muhdath) est : "mashrû'" ("institué") / "sunna".

-
Les "éléments ta'abbudî" étant constitués aussi bien des croyances que des actions, 2 grands types d'innovations apparaissent déjà au premier abord :

– les innovations relatives aux croyances (al-bida' al-i'tiqâdiyya) ;

– les innovations relatives aux actions (al-bida' al-'amaliyya).

-
La bid'a est donc :

La bid'a est donc :
--- une croyance religieuse,
--- ou une action cultuelle,
--- ou une norme perçue comme religieuse,
qu'un musulman a adoptée en pensant se rapprocher de Dieu par ce moyen, alors que cela n'a pas été tracé par le prophète Muhammad (sur lui soit la paix).

Toute bid'a est une ma'siya (désobéissance à Dieu), car Dieu a voulu d'une part qu'on n'adore que Lui, mais aussi et d'autre part qu'on ne L'adore que par le moyen qu'Il a institué.
-

Cependant, toute ma'siya n'est pas une bid'a : en effet, manger du porc tout en sachant qu'on fait là acte interdit est un grand péché (kabîra), mais n'est pas une bid'a.
Par contre, dire que la chair du porc élevé proprement est licite, parce que si Dieu avait interdit le porc autrefois c'est parce qu'ils étaient sales, alors qu'aujourd'hui ils sont nourris de nourritures saines, cela constitue un propos bid'a.

-
La bid'a est donc en soi mauvaise.

Cette croyance en soi "fausse" (croyance que la personne pensait être la croyance correcte, "نَدِيْنُ به ربَّ العالمين") ou cette action ou cette norme en soi "non-instituée" (que la personne pensait être "mashrû'" : "recommandée" ou "obligatoire"), ou en soi "interdite" (que la personne pensait être "autorisée", voire "recommandée" ou même "obligatoire"), cette bid'a constitue en soi :

--- 1) soit une croyance ou une action qui constitue du kufr akbar ; comme le fait pour l'homme se réclamant de l'islam de dire que tel grand saint entend tout et partout ; ou encore l'action, pour des hommes se réclamant de l'islam, d'adresser des invocations à un pieux défunt ;

--- 2) soit une croyance ou une action qu'il est un grand péché, kabîra (harâm), de faire ou d'avoir (sans que cela aille jusqu'au kufr akbar) ;

--- 3) soit une croyance ou une action qu'il est un petit péché, saghîra (mak'rûh tahrîmî) de faire ou d'avoir.

-
Par ailleurs, cette bid'a a été adoptée par celui qui la pratique ou y adhère suite à :

--- A) soit ce qui constitue une erreur ghayr ijtihâdî* (cela concernant tous les cas 1 et 2 et certains cas 3) (* une erreur de ce type peut être excusée par Dieu, mais ne rapporte pas de récompense à son auteur)  ;

--- B) soit ce qui constitue une erreur ijtihâdî (cela ne pouvant concerner que la plupart des cas 3, et jamais un cas 2 ou 1).

-
– Toutes les Bid'a qui constituent du Kufr Akbar (A.1), et la plupart des Bid'a qui constituent du Dhalâl (A.2) sont appelées : "Bida' Mughalladha".

– Les Bid'a qui ne constituent pas du Dhalâl (A.3 ; B.3) sont appelées : "Bid'a Mukhaffafa". Ceux qui y adhèrent, tout en demeurant pour les autres points dans la Sunna, ceux-là font partie des Ahl us-Sunna wa-l-Jamâ'ah.

– Enfin, certains avis du type A.2 sont tels que bien que présents chez l'un ou l'autre parmi les Salaf Sâlih, ils sont en des avis mutaffarid de leur part, et, étant isolés, ils ne font pas sortir leur auteur des Ahl us-Sunna wa-l-Jamâ'ah.

-
Ibn Taymiyya écrit : "وأنكر حماد بن أبي سليمان ومن اتبعه تفاضل الإيمان ودخول الأعمال فيه والاستثناء فيه؛ وهؤلاء من مرجئة الفقهاء. وأما إبراهيم النخعي - إمام أهل الكوفة شيخ حماد بن أبي سليمان - وأمثاله، ومن قبله من أصحاب ابن مسعود كعلقمة والأسود، فكانوا من أشد الناس مخالفة للمرجئة، وكانوا يستثنون في الإيمان. لكن حماد بن أبي سليمان خالف سلفه، واتبعه من اتبعه؛ ودخل في هذا طوائف من أهل الكوفة ومن بعدهم. ثم إن السلف والأئمة اشتد إنكارهم على هؤلاء وتبديعهم وتغليظ القول فيهم؛ ولم أعلم أحدا منهم نطق بتكفيرهم، بل هم متفقون على أنهم لا يكفرون في ذلك؛ وقد نص أحمد وغيره من الأئمة على عدم تكفير هؤلاء المرجئة" (MF 7/507). Dans ce deuxième extrait, tabdî' signifie : "dire qu'ils sont tombés dans la Bid'a", et non pas : "les sortir de Ahl us-Sunna wa-l-Jamâ'ah", puisque le même Ibn Taymiyya écrit par ailleurs : "وأمّا المرجئة فليسوا من هذه البدع المغلّظة، بل دخل في قولهم طوائف من أهل الفقه والعبادة، وما كانوا يُعَدّون إلا من أهل السنة، حتى تغلّظ أمرهم بما زادوه من الأقوال المغلظة. ولما كان قد نسب إلى الإرجاء والتفضيل قوم مشاهير متبعون، تكلم أئمة السنة المشاهير في ذم المرجئة [و]المفضلة، تنفيرا عن مقالتهم. كقول سفيان الثوري: "من قدم عليا على أبي بكر والشيخين فقد أزرى بالمهاجرين والأنصار، وما أرى يصعد له إلى الله عمل مع ذلك"، أو نحو هذا القول؛ قاله لما نسب إلى تقديم على بعض أئمة الكوفيين؛ وكذلك قول أيوب السختياني: "من قدم عليا علي عثمان فقد أزرى بالمهاجرين والأنصار"؛ قاله لما بلغه ذلك عن بعض أئمة الكوفيين؛ وقد روي أنه رجع عن ذلك. وكذلك قول الثوري ومالك والشافعي وغيرهم في ذم المرجئة لما نسب إلى الإرجاء بعض المشهورين" (MF 3/357). Il écrit cela après avoir parlé des Jahmiyya, des Mutazilites, des Kharijites et des Chiites Rafidhites (ces groupes sont donc pour leur part dans les Bida' Mughalladha). Peu avant il a écrit ceci : "والأصل الثاني: أن المقالة تكون كفرا - كجحد وجوب الصلاة والزكاة والصيام والحج وتحليل الزنا والخمر والميسر ونكاح ذوات المحارم-، ثم القائل بها قد يكون بحيث لم يبلغه الخطاب وكذا لا يكفر به جاحده، كمن هو حديث عهد بالإسلام أو نشأ ببادية بعيدة لم تبلغه شرائع الإسلام: فهذا لا يحكم بكفره بجحد شيء مما أنزل على الرسول إذا لم يعلم أنه أنزل على الرسول. ومقالات الجهمية هي من هذا النوع؛ فإنها جحد لما هو الرب تعالى عليه ولما أنزل الله على رسوله؛ وتغلط مقالاتهم من ثلاثة أوجه: أحدها: أن النصوص المخالفة لقولهم في الكتاب والسنة والإجماع كثيرة جدا مشهورة وإنما يردونها بالتحريف؛ الثاني: أن حقيقة قولهم تعطيل الصانع، وإن كان منهم من لا يعلم أن قولهم مستلزم تعطيل الصانع؛ فكما أن أصل الإيمان الإقرار بالله، فأصل الكفر الإنكار لله؛ الثالث: أنهم يخالفون ما اتفقت عليه الملل كلها وأهل الفطر السليمة كلها. لكن مع هذا قد يخفى كثير من مقالاتهم على كثير من أهل الإيمان حتى يظن أن الحق معهم لما يوردونه من الشبهات، ويكون أولئك المؤمنون مؤمنين بالله ورسوله باطنا وظاهرا؛ وإنما التبس عليهم واشتبه هذا كما التبس على غيرهم من أصناف المبتدعة فهؤلاء ليسوا كفارا قطعا بل قد يكون منهم الفاسق والعاصي؛ وقد يكون منهم المخطئ المغفور له؛ وقد يكون معه من الإيمان والتقوى ما يكون معه به من ولاية الله بقدر إيمانه وتقواه. وأصل قول أهل السنة الذي فارقوا به الخوارج والجهمية والمعتزلة والمرجئة أن الإيمان يتفاضل ويتبعض" (MF 3/354-355).

Voici un exemple de B.3 : "عن أبي مالك الأشجعي سعد بن طارق، قال: قلت لأبي: "يا أبت إنك قد صليت خلف رسول الله صلى الله عليه وسلم وأبي بكر وعمر وعثمان وعلي هاهنا بالكوفة نحوا من خمس سنين. فكانوا يقنتون في الفجر؟" فقال: "أي بني محدث" (Ibn Mâja, 1241 : c'est la mudâwama qu'il qualifie ici de "muhdath"). "حدثنا أحمد بن منيع قال: حدثنا يزيد بن هارون، عن أبي مالك الأشجعي، قال: قلت لأبي: "يا أبة، إنك قد صليت خلف رسول الله صلى الله عليه وسلم وأبي بكر، وعمر، وعثمان، وعلي بن أبي طالب، هاهنا بالكوفة نحوا من خمس سنين، أكانوا يقنتون؟" قال: "أي بني محدث". هذا حديث حسن صحيح، والعمل عليه عند أكثر أهل العلم. وقال سفيان الثوري: "إن قنت في الفجر فحسن، وإن لم يقنت فحسن واختار أن لا يقنت." ولم ير ابن المبارك القنوت في الفجر. وأبو مالك الأشجعي اسمه سعد بن طارق بن أشيم" (at-Tirmidhî, 402).

-
Il faut ici souligner que, parfois, il se produit une divergence de niveau zannî entre les ulémas orthodoxes quant à une croyance, ou une action, ou une norme, les uns qualifiant celle-ci de bid'a et les autres de mashrû'. La question n'est alors pas tranchée (elle demeure zannî).
C'est le cas quant à savoir si les bienheureux seront sous l'ombre de Dieu, du Trône de Dieu ou d'une ombre que Dieu créera par rapport à leurs actions.
C'est également le cas pour l'utilisation du chapelet (sub'ha) pour comptabiliser les formules d'évocation que l'on récite.

-
Une précision concernant les innovations relatives aux actions (al-bida' al-'amaliyya) :

Il existe ici :

--- l'action complètement innovées (al-bida' al-'amaliyya al-haqîqiyya) ;

--- l'innovation relative (al-bida' al-'amaliyya al-idhâfiyya).

-
Les innovations réelles (ou : complètes) (al-bida' al-'amaliyya al-haqîqiyya) :

Certaines innovations sur le plan des actions sont absolues. Conformément aux écrits d'ash-Shâtibî, elle consistent :
- dans le domaine de ce qui est purement cultuel, à imaginer une forme de culte que le Prophète (sur lui la paix) n'a pas faite ; par exemple adorer Dieu en se mortifiant le corps ; faire le vœu de ne pas parler pendant une journée pour se rapprocher de Dieu (Fat'h ul-bârî 7/189-190), etc.
- dans le domaine de ce qui n'est pas purement cultuel, à imaginer des principes issus ni directement ni indirectement du Coran et des Hadîths ; par exemple s'interdire, dans le but de se rapprocher de Dieu (et non par exemple pour raison médicale due à un problème de santé), de manger de la viande.

A l'époque du Prophète, Abû Isrâ'ïl avait ainsi fait le vœu de rester debout dans le soleil, de ne pas s'asseoir, de ne pas profiter des lieux ombragés, et de ne pas parler ; le Prophète (sur lui la paix) lui demanda de rompre ces vœux (rapporté par al-Bukhârî).

-
Les innovations relatives (al-bida' al-'amaliyya al-idhâfiyya) :

D'autres innovations sont relatives. Elles consistent à pratiquer une forme de culte certes enseignée par le Prophète, mais dans laquelle on a rajouté un élément innové. Ash-Shâtibî écrit que ces innovations sont mak'rûh tahrîmî.

Par exemple :
- pratiquer un acte de culte facultatif, qui existe dans les sources musulmanes, mais en fixant un horaire revenant régulièrement, alors que celui-ci n'a pas été indiqué par le Prophète : par exemple prendre l'habitude de faire un jeûne facultatif chaque mardi.

Ainsi, alors que le Prophète faisait le sermon (khutba) après la prière de la fête du 'Eîd,un temps après son époque où le gouverneur omeyyade Marwân ibn ul-Hakam se mit à le faire avant la prière du Eid. Il s'agit ici d'une innovation relative, et des Compagnons présents lui reprochèrent cette innovation. Il refusa cependant, par ignorance, de les écouter et invoqua le prétexte que le contexte avait changé (ce récit est rapporté par Muslim).

-
Pourquoi un tel accent mis sur l'interdiction d'innover quoi que ce soit dans ce qui est Dînî (l'innovation n'étant possible que dans les éléments Dunyawî) ?

Al-Qaradhâwî répond que c'est là le secret du réel maintien, en islam, de l'orthodoxie. Car celui qui étudie l'histoire des autres religions monothéistes constate comment ce sont les innovations d'ordre Dînî qui ont conduit la Voie présentée comme représentant ces religions à dévier plus ou moins grandement de la Voie sur laquelle leur prophète-messager fondateur respectif les avaient laissées : cette déviance fut par la suite perçue comme "le message du messager fondateur" (cf. Al-'Ibâda fi-l-islâm, pp. 174-175).

En effet, comme chacun peut le constater :
- La Bid'a 'Amaliyya Tarkiyya est la fenêtre d'entrée de la Bid'a du Tahrîm ul-halâl, puis de l'exagération (Ghuluww).
- La Bid'a 'Amaliyya Idhâfiyya est le sas d'entrée de la Bid'a 'Amaliyya Haqîqiyya.
- La Bid'a 'Amaliyya Haqîqiyya est la porte d'entrée de la Bid'a I'tiqâdiyya.
- La Bid'a I'tiqâdiyya est pour sa part le sas d'entrée du Kufr et du Shirk Akbar (car dans la nuit des âges, ce fut l'intention de se rapprocher de Dieu l'Unique qui conduisit des hommes à rendre le culte à des rapprochés de Lui : le Shirk était dès lors apparu dans l'humanité).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email