Pourquoi le musulman garde-t-il la barbe ?

Questions :

1) Quelle est la raison pour laquelle l'islam demande aux hommes de garder la barbe ?

2) Je sais que le Prophète (sur lui la paix) portait la barbe. Mais j'aimerais savoir s'il est obligatoire de la porter ou bien si c'est juste une sunna ?

3) A-t-on le droit de s'enlever la barbe qui se trouve sur le cou ? et sur les joues ? Quelle doit être la longueur minimale de la barbe ? Y a-t-il des ulémas qui ont émis l'avis selon lequel il est autorisé de ne garder qu'une très courte barbe ?

-
Réponse à la question 1 : Pourquoi le Prophète nous a-t-il enjoint de garder la barbe ?

En résumé : L'islam a dit à l'homme de garder la barbe parce que celle-ci fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence masculines ("اللحية من جمال الفحول وتمام هيأتهم").

Explications détaillées...
La raison de cet impératif, le Prophète (sur lui soit la paix) l'a explicitée : "Dix (actions) font partie de la fit'ra", et il a énuméré parmi celles-ci : "garder la barbe" (Muslim, 261).

On voit ici que garder la barbe relève de la fit'ra, c'est-à-dire, d'après une des interprétations, de ce qui relève de ce qui fait la plénitude physique de l'homme, ce qui contribue à la réalisation de l'objectif supérieur du nafs.

Il est possible d'intercaler (entre l'impératif mentionné dans ce Hadîth et le motif, 'illa, exposé dans ce même Hadîth, "relever de la fit'ra") un motif ('illa) intermédiaire : garder la barbe relève en fait de ce qui constitue la beauté et la plénitude de l'apparence masculine ; or c'est ce qui constitue la beauté et la plénitude de l'apparence masculine qui fait partie des actions relevant de la fit'ra, et permet donc de réaliser cette fit'ra, qui elle-même permet de réaliser l'objectif supérieur du nafs (terme qui désigne ici le physique).
Le fait que le port de la barbe fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence des hommes : ont écrit cela : al-Ghazâlî ("فإن اللحية زينة الرجال (...)، وهو من تمام الخلق وبها يتميز الرجال عن النساء" : Al-Ihyâ', 1/144), Shâh Waliyyullâh ("وهي جمال الفحول، وتمام هيأتهم" : Hujjat ullâh il-bâligha, 1/517), al-Qaradhâwî ("min tamâm ir-rujûla wa dalâ'ïliha-l-mutamayyiza" : Al-halâl wa-l-harâm, p. 85).

Nous avons alors ceci :
– La barbe fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence masculines ("اللحية من جمال الفحول وتمام هيأتهم") ;
– Or ce qui constitue la beauté et la plénitude de l'apparence masculines fait partie des actions relevant de la fit'ra ("وما هو من من جمال الفحول وتمام هيأتهم، فهو من الفطرة") ; et l'accomplissement des actions relevant de la fit'ra permet la réalisation de l'objectif supérieur du nafs ; c'est donc une maslaha ;
– Donc garder la barbe constitue une maslaha.

On remarque alors ceci :
– "La barbe fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence masculines" ("اللحية من جمال الفحول وتمام هيأتهم") ; ceci constitue la mineure, ainsi qu'un hukm shar'î (c'est donc ainsi que le musulman doit considérer les choses), et on y lit aussi la 'illa ("relever de la beauté et de la plénitude de l'apparence") ;
– "Or ce qui fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence masculines fait partie de la fit'ra" ("وما هو من من جمال الفحول وتمام هيأتهم، فهو من الفطرة") ; ceci constitue la majeure ainsi qu'un autre hukm shar'î, non exprimé mais sous-entendu ;
– "Donc garder la barbe constitue une maslaha" : ceci constitue la règle telle que communiquée dans les Hadîths.

On peut également formuler les choses ainsi :
– garder la barbe a été ordonné dans le hadîth, et constitue donc une maslaha (échelon IV) ; et ce car la barbe fait partie de la beauté et de la plénitude de l'apparence masculines ("اللحية من جمال الفحول وتمام هيأتهم") ;
– or adopter ce qui fait partie de la plénitude de l'apparence masculines constitue une maslaha pour l'homme (échelon III) ; et ce car la plénitude de l'apparence fait partie de la fit'ra ("وما هو من من جمال الفحول وتمام هيأتهم، فهو من الفطرة") ;
– or la réalisation de la fit'ra est une maslaha (échelon II) ; et ce car la réalisation de la fit'ra est partie de la réalisation du nafs ;
– or la réalisation du nafs est une maqsad parmi les maqâssid ush-shar'îa (échelon I).

Lire notre article détaillé au sujet des échelons de ce genre.

-
Un autre élément en rapport avec la question 1 : L'objectif de la barbe n'est pas de différencier le musulman du non-musulman :

Certes, un autre hadîth se lit ainsi : "عن أبي هريرة قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "جزوا الشوارب، وأرخوا اللحى؛ خالفوا المجوس" : "Taillez-vous les moustaches et laissez-vous la barbe : faites différemment des Zoroastriens" (Muslim, 260). Ce sont apparemment bien les Zoroastriens explicitement cités dans cette version, qui ont été désignés par le terme "les Polythéistes" dans l'autre version : "عن ابن عمر عن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "خالفوا المشركين: وفروا اللحى، وأحفوا الشوارب" (al-Bukhârî, 5553, Muslim, 259) (en effet, car les Polythéistes d'Arabie, qui étaient fils d'Ismaël et étaient tombés dans l'Hénothéisme, gardaient, eux, la barbe : on le voit bien avec Abû Jahl à Badr).
Se fondant sur cet autre hadîth,
ِcertaines personnes ont d'ailleurs pensé que l'impératif de garder la barbe étant motivé par la seule nécessité de se différencier d'avec les Zoroastriens, s'il arrive que le musulman vit dans un lieu où il n'y a plus (ou presque plus) de non-musulman ne gardant pas la barbe (par exemple dans un lieu où ne vivent que des juifs pratiquants), alors le fait de devoir garder la barbe devient caduque, puisque motivé par le seul fait de garder une apparence de "musulman" (yadûr ul-hukm ma'a dawrân il-'illa, wujûdan wa 'adaman).

Cependant, cet autre hadîth n'induit nullement l'objectif qu'a l'impératif de garder la barbe. Le raisonnement ci-dessus est par conséquent erroné.

En fait, cet autre hadîth s'explique ainsi :
--- se raser la barbe était déjà interdit en soi, car contredisant la fit'ra ;
--- or les Zoroastriens se rasaient la barbe ;
--- quand le Prophète a enjoint de garder la barbe, il l'a expliqué en soi par le fait que cela relève de la fit'ra ; et il l'a expliqué parfois, incidemment, par le fait de ne pas faire comme font les Zoroastriens, qui délaissaient ce qui est en soi obligatoire.

Cela est comparable au fait suivant :

--- Le Prophète, voyant sur Abdullâh ibn 'Amr deux vêtements teints au carthame ('usfur), lui dit : "Est-ce ta mère qui t'a dit de porter cela ?" : "عن طاوس، عن عبد الله بن عمرو قال: رأى النبي صلى الله عليه وسلم عليّ ثوبين معصفرين، فقال: "أأمك أمرتك بهذا؟" قلت: أغسلهما؟ قال: "بل أحرقهما" (Muslim, 2077). An-Nawawî écrit : "Ceci signifie que cela relève des habits des femmes et de leurs mœurs" (Shar'h Muslim 14/55). D'après l'école hanafite, le port de vêtements teints au carthame est mak'rûh pour les hommes mais pas pour les femmes (Ad-Durr ul-mukhtâr 9/515, 10/486). Dans la version rapportée par Abû Dâoûd, cela est d'ailleurs dit explicitement : Suite au propos du Prophète, Abdullâh brûla effectivement le vêtement. Revenu le lendemain, le Prophète, ayant appris de lui ce qu'il avait fait du vêtement, lui dit : "Tu aurais dû le faire porter à une (femme) de ta famille, car il n'y a pas de problème pour les femmes" : "عن عمرو بن شعيب عن أبيه عن جده قال: هبطنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم من ثنية، فالتفت إليّ وعليّ ريطة مضرجة بالعصفر، فقال: "ما هذه الريطة عليك؟" فعرفت ما كره. فأتيت أهلي وهم يسجرون تنورا لهم، فقذفتها فيه. ثم أتيته من الغد، فقال: "يا عبد الله، ما فعلت الريطة؟" فأخبرته، فقال: "أفلا كسوتها بعض أهلك، فإنه لا بأس به للنساء" : (Abû Dâoûd, 4066).

--- Or, voici ce qu'une autre version du même hadîth relate : Le Prophète, ayant vu sur Abdullâh ibn 'Amr les deux vêtements teints au carthame, lui a dit : "Ceci fait partie des vêtements de non-musulmans, ne les porte donc pas" : "عن جبير بن نفير أن عبد الله بن عمرو بن العاص أخبره، قال: رأى رسول الله صلى الله عليه وسلم علي ثوبين معصفرين، فقال: "إن هذه من ثياب الكفار فلا تلبسها" (Muslim, 2077).

--- En fait les 2 premiers hadîths nous enseignent que le port de vêtements teints au carthame est déjà en soi interdit (ou déconseillé) pour les hommes, que des non-musulmans portent ce genre de vêtement ou non. Dans le 3ème hadîth, ce que le Prophète a voulu dire est, comme l'a écrit Alî al-qârî : "Ceci fait partie des vêtements de non-musulmans qui ne distinguent pas le licite et l'illicite, et qui n'observent pas de différence au sujet des vêtements entre les femmes et les hommes" (Mirqât 8/243). (On lit la même chose dans I'lâ' us-sunan, 17/387.)

Il s'est donc agi, de la part du Prophète, de dire ici de ne pas imiter ces non-musulmans dans une action que ceux-ci font mais qui était déjà, en soi, interdite en islam, sans égard pour le fait que ces non-musulmans la font, ne la font pas, ou ne la font plus.

Les Zoroastriens étaient connus pour se raser la barbe et se laisser la moustache :
Les deux émissaires envoyés du Yémen à Médine, sur ordre de l'empereur Perse, étaient ainsi. Le Prophète (que Dieu le bénisse et le salue) les a alors interpelés sur le sujet :
"عن عبد الله بن شداد قال: كتب كسرى إلى باذام: أني نبئت أن رجلا يقول شيئا لا أدري ما هو، فأرسِلْ إليه فليقعد في بيته ولا يكن من الناس في شيء وإلا فليواعدني موعدا ألقاه به. قال: فأرسل باذام إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم رجلين حالقي لحاهما مرسلي شواربهما. فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "ما يحملكما على هذا؟" قال: فقالا له: "يأمرنا به" الذي يزعمون أنه ربهم. قال: فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "لكنا نخالف سنتكم: نجز هذا ونرسل هذا." قال: فمر به رجل من قريش طويل الشارب، فأمره رسول الله صلى الله عليه وسلم أن يجزهما. قال: فتركهما بضعا وعشرين يوما. ثم قال: "اذهبا إلى الذي يزعمون أنه ربكما، فأخبراه أن ربي قتل الذي يزعم أنه ربه." قالا: متى؟ قال: اليوم! قال: فذهبا إلى باذام فأخبراه الخبر. قال: فكتب إلى كسرى، فوجدوا اليوم هو الذي قتل فيه كسرى" :
"ٍ(...) (Sur ordre de l'empereur Parwiz), Bâdhâm envoya deux hommes auprès du Prophète, que Dieu le bénisse et le salue. (Ces deux hommes) se rasaient la barbe et se laissaient les moustaches. Le Prophète (que Dieu le bénisse et le salue) leur dit : "Qu'est-ce qui vous pousse à faire ainsi ?" Ils répondirent : "Nous ordonne de faire ainsi :" celui dont ils disent qu'il est leur rabb (ils voulaient parler de l'empereur de Perse). Le Prophète leur dit alors : "Mais nous faisons différemment de votre sunna : nous taillons ceci, et laissons cela" (rapporté par Ibn Abî Shayba : sahîh ul-isnâd mursalan 'an Abdillâh ibn Shaddâd, wa huwa min kibâr it-tâbi'în).

Une autre version se lit ainsi : "ودخلا على رسول الله صلى الله عليه وسلم وقد حلقا لحاهما وأعفيا شواربهما. فكره النظر إليهما. ثم أقبل عليهما فقال: "ويلكما من أمركما بهذا؟" قالا: "أمرنا بهذا ربنا" يعنيان كسرى. فقال رسول الله: "لكن ربي قد أمرني بإعفاء لحيتي وقص شاربي" :
"Il ne voulut pas regarder ces deux hommes. Puis il se tourna vers eux et leur dit :
"Hélas pour vous, qui vous a ordonné ceci ?" Ils répondirent : "Nous a ordonné ceci : notre rabb" ; ils voulaient parler de l'empereur de Perse. Le Prophète leur dit alors : "Mais mon Rabb m'a ordonné de garder la barbe et me tailler la moustache" (rapporté par at-Tabarî, la chaîne de transmission de cette version comporte cependant certains maillons qui ont fait l'objet de critiques).

(Ce que le Prophète, sur lui soit la paix, a fait ici, je n'appelle nullement à l'appliquer tel quel, sans compréhension du contexte, sans évaluation entre maslaha et mafsada. Tout au contraire ! Mais justement, on voit bien là que tout un chacun sait faire preuve d'un minimum de compréhension du Réel avant d'appliquer tout ce qui est relaté comme Sunna.)

-
Réponse à la question 2 : Le port de la barbe est-il "une sunna" ou bien "une obligation" ?

La question ne se pose pas en ces termes.

Car le terme "sunna" présent dans les textes des deux sources, désigne seulement : ce que le Prophète a enseigné, fait ou approuvé ; et parfois : ce qui est mashrû'.
-
Le terme "
sunna" ne signifie pas, dans les textes des sources : "recommandé" (mandûb).

En effet, ce qui est "une sunna" / ce qui est "sunna", peut être classé :
--- obligatoire,
--- ou fortement recommandé,
--- ou légèrement recommandé,
--- ou purement autorisé (mubâh).
Lire le compte-rendu du livret de Abû Ghudda traitant de la confusion entre "ce qui est sunna" et "ce qui n'est que recommandé"
.

C'est pourquoi la salât ul-witr est, dans l'école hanafite, wâjib quant à son caractère (hukm), et "sunna" dans le sens de : "induite par les Hadîths et pas par le Coran". Al-Haskafî écrit : "فرض عملا وواجب اعتقادا وسنة ثبوتا" (Ad-Durr ul-mukhtâr 2/438-441). Ash-Shâmî commente cela en ces termes : "قوله وسنة ثبوتا) أي ثبوته علم من جهة السنة لا القرآن، وهي قوله صلى الله عليه وسلم: "الوتر حق، فمن لم يوتر فليس مني" قاله ثلاثا، رواه أبو داود والحاكم وصححه؛ وقوله صلى الله عليه وسلم: "أوتروا قبل أن تصبحوا"، رواه مسلم؛ والأمر للوجوب، وتمامه في شرح المنية" (Radd ul-muhtâr 2/439).

Il y a par ailleurs des sunnas dont l'applicabilité dépend de la présence de certaines causes dans le Réel. Il y a enfin des sunnas qui ont été abrogées par une sunna ultérieure.

En tous cas, le port de la barbe ne fait pas partie de ce que le Prophète faisait par habitude culturelle seulement. En effet, car le Prophète a communiqué un impératif lié à du Ta'abbud : "Laissez-vous la barbe et taillez-vous les moustaches" (rapporté par al-Bukhari et Muslim entre autres). Ibn Hajar relate les différents termes qui ont été employés dans ce dernier Hadîth : "a'fû", "arkhû", "waffirû", et "awfû", tous signifiant qu'il faut garder une barbe, les deux derniers termes ayant même un sens de la rendre "pleine".

Il s'agit donc bien d'une sunna ta'abbudiyya (dont l'ensemble est également appelé "sunan al-hudâ"), et non pas d'une sunna 'âdiyya (dont l'ensemble est également appelé "sunan az-zawâ'ïd").

Maintenant, quel est le degré de cette sunna ta'abbudiyya ?
la majorité des ulémas sont d'avis qu'il est interdit (harâm) de se raser la barbe, et donc obligatoire (fardh) de la garder (d'après l'école hanafite, la garder est : "wâjib", au sens particulier qu'a ce terme dans cette école, ce qui confère un caractère "mak'rûh tahrîmî" au fait de se raser la barbe) ;
d'autres ulémas sont d'avis que garder la barbe est bien une sunna ta'abbudiyya, mais de niveau "recommandé" (mustahabb), et donc ne pas garder la barbe est mak'rûh, c'est-à-dire : mak'rûh tanzîhî (cf. Al-Fiqh ul-islâmî wa adillatuh, p. 2659). C'est ce second avis auquel al-Qaradhâwî a donné préférence (Al-Halâl wa-l-harâm, p. 85). Ce second avis est cependant une khata' ijtihâdî qat'î, car il contredit le Consensus, Ijmâ', préalablement établi quant au caractère obligatoire de se laisser la barbe : il repose sur un malentendu de la part de certains ulémas shafi'ites postérieurs quant au terme "mak'rûh" écrit par an-Nawawî sur le sujet. D'autres ulémas shafi'ites postérieurs à an-Nawawî, tels Ibn ur-Rif'a et al-Isnawî, ont alors souligné cette erreur. D'autres encore, tels al-Adhru'î et Zayn ud-dîn al-Malîbârî, se sont bornés à dire que l'avis correct est que cela est interdit. D'autres encore, comme Ibn Hajar al-Haytamî, s'est contenté de dire que la majorité des shafi'ites postérieurs sont d'avis que cela est interdit (tout cela est extrait du livret Al-Ijmâ' 'alâ tahrîmi halq il-lihya, 'Abdullâh Ramadan Mûssâ). Ce second avis doit donc être délaissé, ce n'est pas un avis sâ'ïgh, bien qu'ayant été émis par des ulémas.

Le seul avis à retenir est donc que le port de la barbe est une sunna ta'abbudiyya qui est obligatoire.

-
Réponse à la question 3 : Peut-on se tailler la barbe, ou bien y a-t-il une longueur minimale qu'elle doit avoir ?

Déjà : Qu'est-ce que la barbe ? Ce qui pousse sur les joues, sur le cou, sur le menton, fait-il également partie de la barbe ?

La barbe (اللِحْية) est ce qui pousse sur tout le maxillaire inférieur (اللَحْي) y compris le menton (الذقن). Ibn Hajar l'a définie ainsi : "وهي اسم لما نبت على الخدين والذقن" (FB 10/429).

--- Cela inclut-il ce qui pousse chez certains hommes sur les pommettes (الوجنتان), ou près du nez ?
Non d'après un avis, lequel avis se marie avec l'avis qui dit le NamS (qui est interdit) est propre aux sourcils.

--- Cela inclut-il ce qui pousse chez certains hommes sur le cou (الرقبة) ?
Non. (Attention : ne confondons pas "le cou" avec "le dessous du menton", et "les pommettes" avec le "maxillaire inférieur".)

--- Cela inclut-il ce qui pousse juste en-dessous de la lèvre inférieure (العنفقة) ?
Il y a sur ce point divergence.

-
Ensuite : Pour ce qui relève réellement de la barbe : faut-il la laisser pousser sans jamais la tailler ? ou bien peut-on la tailler ?

--- D'un côté il y a les Hadîths cités plus haut, qui montrent qu'il est nécessaire de garder la barbe et de la laisser grandir et qui n'indiquent aucune limite à cela.

--- Et puis de l'autre côté il y a des actes de Compagnons :

----- Jâbir raconte : "Nous laissions notre barbe pousser, sauf après le grand ou le petit pèlerinage [alors, nous la taillions]" : "عن جابر، قال: كنا نعفي السبال، إلا في حج أو عمرة" (Abû Dâoûd, n° 4201, hassan d'après Ibn Hajar).
----- Abdullâh ibn Omar, après avoir accompli le grand ou le petit pèlerinage, prenait sa barbe dans sa poignée et taillait ce qui en dépassait : "عن ابن عمر، عن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "خالفوا المشركين: وفروا اللحى، وأحفوا الشوارب". وكان ابن عمر إذا حج أو اعتمر قبض على لحيته، فما فضل أخذه" (al-Bukhârî, n° 5553). Il faisait cela lorsqu'il se rasait la tête après le pèlerinage : "مالك، عن نافع، أن عبد الله بن عمر كان إذا حلق في حج أو عمرة، أخذ من لحيته وشاربه" (Mâlik).

----- Abû Hurayra prenait sa barbe dans sa poignée, et taillait ce qui dépassait la poignée : "عن أبي زرعة، قال: كان أبو هريرة يقبض على لحيته، ثم يأخذ ما فضل عن القبضة" (Mussannaf Ibn Abî Shayba, n° 25481) (voir aussi n° 25488).
----- Al-Hassan al-Basrî relate également cela de façon générale : "عن الحسن، قال: كانوا يرخصون فيما زاد على القبضة من اللحية أن يؤخذ منها" (Mussannaf Ibn Abî Shayba, n° 25484).

Dès lors, plusieurs avis ont vu le jour chez les ulémas :
1) Certains ulémas sont d'avis qu'il faut s'abstenir à tout moment de se tailler la barbe, que ce soit dans la longueur ou dans la largeur de celle-ci.
2) D'autres sont d'avis qu'il faut s'abstenir de se tailler la barbe en temps normal, et qu'on ne peut se la tailler qu'après avoir accompli le grand ou le petit pèlerinage.
3) Enfin, d'autres ulémas disent qu'en toutes circonstances (et non pas seulement après le pèlerinage) on peut se tailler la barbe jusqu'à une certaine limite.

1) Les ulémas du premier avis se sont fondés, affirme Ibn Hajar, sur "ce qui ressort apparemment du Hadîth". Or les Hadîths du Prophète cités plus haut ("waffirû", "a'fû", "arkhû" et "awfû") ne mentionnent à ce sujet aucune limite (ils sont mutlaq). Et de ce qui est rapporté de Ibn Omar, ces ulémas fournissent la réponse suivante : "cela ne signifie pas, explique Ibn ut-Tîn, qu'il ne gardait qu'une barbe de la longueur d'une poignée, cela signifie qu'il prenait sa barbe dans sa main et en taillait ce qui dépassait de façon irrégulière", et ce "afin que la longueur de sa barbe soit partout la même".

2) Quant aux ulémas du deuxième avis, ils se sont fondés sur la parole de Jabîr et sur ce qui est rapporté de Ibn Omar : ces Compagnons se taillaient la barbe à l'occasion des pèlerinages. Ces ulémas "ont donc, dit Ibn Hajar, fait, de la globalité ('umûm) de l'ordre de garder la barbe, exception (takhsîs) de l'occasion du pèlerinage ; et ils ont appréhendé cet ordre de garder la barbe comme se rapportant uniquement aux cas autres que celui des pèlerinages". Autrement dit, selon ces ulémas, l'occasion de la désacralisation qui suit le pèlerinage n'est pas incluse dans ce à quoi se rapporte la parole "Laissez-vous la barbe", et on peut alors, et alors seulement, se tailler celle-ci.

3) Les ulémas du troisième avis, quant à eux, "ont, selon Ibn Hajar, appréhendé l'impératif concernant le fait de se laisser la barbe comme se rapportant uniquement au cas autre que de celui où l'apparence de quelqu'un devient disgracieuse à cause de la trop grande longueur ou trop grande largeur de sa barbe". Selon at-Tabarî, "ces ulémas comprennent l'interdiction [du fait de se réduire la barbe] comme se rapportant au fait de se la tailler et de la réduire (...)" excessivement.

Autrement dit, selon ces ulémas du 3ème avis, on peut se tailler la barbe, mais il y a une longueur minimale à respecter. Et quand les hadîths disent de se laisser la barbe, cela signifie de ne pas la tailler moins que cette longueur.

Par ailleurs, certes, Jâbir ne se taillait la barbe qu'après le pèlerinage ; cependant :
--- Ibn Omar, c'est quand il avait l'intention d'aller accomplir le pèlerinage (il le faisait 1 année sur 2) que, depuis le 1er shawwâl, il ne se taillait plus ni la chevelure ni la barbe : "مالك، عن نافع أن عبد الله بن عمر كان إذا أفطر من رمضان، وهو يريد الحج، لم يأخذ من رأسه ولا من لحيته شيئا حتى يحج. قال مالك: وليس ذلك على الناس" (Mua'ttâ Mâlik) ;
--- Quant à Abû Hurayra , il se taillait la barbe de façon générale (et pas seulement après ou avant le pèlerinage) : "عن أبي زرعة، قال: كان أبو هريرة يقبض على لحيته، ثم يأخذ ما فضل عن القبضة" (Mussannaf Ibn Abî Shayba, n° 25481) (voir aussi n° 25488) ;
--- Al-Hassan al-Basrî relate également cela de façon générale : "عن الحسن، قال: كانوا يرخصون فيما زاد على القبضة من اللحية أن يؤخذ منها" (Mussannaf Ibn Abî Shayba, n° 25484) ;
--- Ibrâhim an-Nakha'î disait pour sa part : "عن إبراهيم، قال: كانوا يطيبون لحاهم، ويأخذون من عوارضها" (Ibid., n° 25490) ;
--- Il est relaté que Omar a fait tailler la barbe d'un musulman qu'il a vu passer, car elle était trop longue : "وروي عن عمر رضي الله عنه أنه رأى رجلا قد ترك لحيته حتى كبرت فأخذ يجذيها ثم قال: "ائتوني بجلمتين" ثم أمر رجلا فجزما تحت يده، ثم قال: "اذهب فأسلح شعرك أو أفسده! يترك أحدكم نفسه حتى كأنه سبع من السباع" ('Umdat ul-qâri', 22/46-47).

C'est donc ce 3ème avis qui est pertinent.

-
2 & 3) Et quelle est la longueur minimale à respecter ?

A) L'avis le plus répandu et le plus connu est que cette longueur minimale est celle d'une poignée, car c'est ce qui est relaté de Ibn Omar et de Abû Hurayra.

Par ailleurs : Concernant le fait de garder la barbe de la longueur d'une poignée :
--- A.1) certains ulémas sont d'avis que cette longueur doit être respectée aussi bien dans le sens de la longueur (vers le bas) que dans celui de la largeur (les côtés) de la barbe ;
--- A.2) Cheikh Khâlid Saïfullâh est pour sa part d'avis que la longueur d'une poignée est nécessaire seulement dans le sens de la longueur de la barbe, et pas sur les côtés : sur les côtés, il faut aussi qu'il y ait de la barbe (puisque cela entre dans la définition de la barbe, voir plus haut), mais cela peut être plus court qu'une poignée. (Cet avis m'a été communiqué, suite à la question de ma part, par téléphone.)

Par ailleurs encore :
----- A.a) Certains de ce groupe de ulémas disent qu'il est alors : seulement autorisé (jâ'ïz) de se la raccourcir à cette longueur (comme al-'Irâqî et an-Nawawî).
----- A.b) D'autres parmi ce groupe disent qu'il est recommandé de se la raccourcir à cette longueur, et donc de ne pas la laisser être beaucoup plus longue qu'une poignée (c'est ce qui est dit dans : Al-Bahr ur-râ'ïq et dans Mirqât de 'Alî al-qârî) (az-Zurqânî a pour sa part dit cela à propos de la barbe trop longue, sans préciser si cela vaut dès que la barbe dépasse une poignée, ou bien si cela ne concerne qu'une barbe beaucoup plus longue : "le juste milieu est souhaitable ; et la trop grande longueur peut enlaidir l'apparence" : "لأن الاعتدال محبوب، والطول المفرط قد يشوه الخلق" : Shar'h ul-Mu'attâ).
----- A.c) Certains seraient même d'avis qu'il est obligatoire de ne pas la laisser dépasser une poignée (c'est que le zâhir du texte du livre hanafite An-Nihâya laisse à penser).

-
B) Un autre avis est qu'il est autorisé de se raccourcir la barbe tant qu'on n'exagère pas (يأخذ من طولها وعرضها ما لم يفحش).

Cela est relaté de al-Hassan (ce qui est étonnant, vu qu'il est également relaté de lui : "une poignée", comme nous l'avons vu plus haut ; est-ce que là-bas il relatait ce que des Compagnons faisaient, et ici il aurait exprimé ce qu'il pense autorisé de faire ?).
----- B.a) At-Tabarî interprète cet avis comme signifiant : "tant qu'on ne se démarque pas de l'usage des gens". Veut-il ainsi désigner (lui qui vivait en pays musulman) : "l'usage des musulmans" ? Si c'est le cas, cela ferait correspondre cet avis avec le propos de Ibrâhîm an-Nakha'î : "عن أبي حنيفة عن حماد بن أبي سليمان عن إبراهيم أنه قال : "لا بأس أن يأخذ الرجل من لحيته ما لم يتشبه بأهل الشرك"" (Kitâb ul-Âthâr de Abû Yûssuf) ? Mais si c'est le cas, alors est-ce que cela dépend de l'usage du pays où le musulman vit ? ou bien est-ce que cela ne fait que renvoyer à l'avis A, vu qu'il est là-bas relaté de Compagnons qu'il ne se taillaient la barbe que lorsqu'elle dépassait une poignée ?
----- B.b) Cheikh Khâlid al-Muslih relate comme interprétation de cet avis qu'il signifie qu'il ne faut pas que la barbe soit raccourcie autant que les moustaches le sont (et doivent l'être), vu que les hadîths ont demandé de raccourcir les moustaches mais de laisser la barbe (voir une vidéo où il dit cela, de même qu'une autre vidéo).
Quand on voit certains Imams des mosquées de La Mecque et de Médine, on s'aperçoit qu'il est clair qu'ils se taillent la barbe à moins qu'une poignée ; peut-être suivent-ils cet avis B.b :
soudaisbaleelamuayqilijuhany

-
Par ailleurs, du moment qu'on respecte la longueur minimale (une poignée, selon l'avis A) : Ibn ul-Qâssim relate de Mâlik qu'il n'y a pas de problème à ce qu'on taille les poils qui partent dans un sens différent de celui du reste de la barbe ("روى ابن القاسم عن مالك: لا بأس أن يؤخذ ما تطاير من اللحية وشذ، قيل لمالك: فإذا طالت جداً قال: أرى أن يؤخذ منها وتقص" : al-Bâjî dans Al-Muntaqâ).
Cela est logique, vu que le fait de garder la barbe a pour objectif : la plénitude et la beauté de l'apparence masculine.

-

L'avis A présente l'avantage, en plus d'être celui d'un grand nombre de ulémas, d'offrir quelque chose de précis (mundhabit).
L'avis B semble malgré tout être "un avis tenant la route, possible" (sâ'ïgh) (ta'yînu-s-swawâb min bayni hâdhayn ir-ra'yayn : zannî).

-
Voici ce que Ibn Hajar et al-'Aynî ont relaté sur le sujet :

Ibn Hajar écrit :
"قلت: الذي يظهر أن ابن عمر كان لا يخص هذا التخصيص بالنسك بل كان يحمل الأمر بالإعفاء على غير الحالة التي تتشوه فيها الصورة بإفراط طول شعر اللحية أو عرضه [3]. فقد قال الطبري: ذهب قوم إلى ظاهر الحديث فكرهوا تناول شيء من اللحية من طولها ومن عرضها [1]. وقال قوم: إذا زاد على القبضة يؤخذ الزائد؛ ثم ساق بسنده إلى بن عمر أنه فعل ذلك، وإلى عمر أنه فعل ذلك برجل، ومن طريق أبي هريرة أنه فعله؛ وأخرج أبو داود من حديث جابر بسند حسن قال كنا نعفي السبال إلا في حج أو عمرة وقوله نعفي بضم أوله وتشديد الفاء أي نتركه وافرا وهذا يؤيد ما نقل عن بن عمر فإن السبال بكسر المهملة وتخفيف الموحدة جمع سبلة بفتحتين وهي ما طال من شعر اللحية فأشار جابر إلى أنهم يقصرون منها في النسك.
ثم حكى الطبري اختلافا فيما يؤخذ من اللحية هل له حد أم لا؟ فأسند عن جماعة الاقتصار على أخذ الذي يزيد منها على قدر الكف [ألف]. وعن الحسن البصري أنه يؤخذ من طولها وعرضها ما لم يفحش
[بوعن عطاء نحوه. قال وحمل هؤلاء النهي على منع ما كانت الأعاجم تفعله من قصها وتخفيفها. قال: وكره آخرون التعرض لها إلا في حج أو عمرة، وأسنده عن جماعة [2]. واختار قول عطاء" (Fat'h ul-Bârî 10/429-431).

Al-'Aynî écrit quant à lui :
"وقال الطبري: فإن قلت: ما وجه قوله "اعفوا اللحى"، وقد علمت أن الإعفاء الإكثار وأن من الناس من إذا ترك شعر لحيته اتباعا منه لظاهر قوله "اعفوا اللحى"، فيتفاحش طولا وعرضا ويسمج حتى يصير للناس حديثا ومثلا ؟ قيل: قد ثبتت الحجة عن رسول الله صلى الله عليه وسلم على خصوص هذا الخبر وأن اللحية محظور إعفاؤها وواجب قصها، على اختلاف من السلف في قدر ذلك وحده: فقال بعضهم: حد ذلك أن يزاد على قدر القبضة طولا وأن ينتشر عرضا فيقبح ذلك [ألف]؛ وروي عن عمر رضي الله عنه أنه رأى رجلا قد ترك لحيته حتى كبرت فأخذ يجذيها ثم قال: "ائتوني بجلمتين" ثم أمر رجلا فجزما تحت يده، ثم قال: "اذهب فأسلح شعرك أو أفسده! يترك أحدكم نفسه حتى كأنه سبع من السباع"؛ وكان أبو هريرة يقبض على لحيته فيأخذ ما فضل؛ وعن ابن عمر مثله. وقال آخرون: يأخذ من طولها وعرضها ما لم يفحش [ب ولم يحدوا في ذلك حدا؛ غير أن معنى ذلك عندي: ما لم يخرج من عرف الناس. وقال عطاء: لا بأس أن يأخذ من لحيته الشيء القليل من طولها وعرضها إذا كبرت وعلت، كراهة الشهرة، وفيه تعريض نفسه لمن يسخر به" ('Umdat ul-qâri', 22/46-47).

-
Deux précisions supplémentaires de ma part :

1) Il m'est arrivé d'entendre un imam dire à des jeunes musulmans qui ne gardaient qu'une petite trace de barbe : "Cela ne sert à rien de garder ce genre de barbe. Laissez-la pousser jusqu'à une poignée, ou bien rasez-la complètement".
Je lui ai alors dit : "C'est comme si tu disais à celui qui ne fait qu'une seule des 5 prières par jour que cela ne servait à rien, et qu'il devait soit les faire toutes les 5, soit délaisser la seule qu'il fait !" Il faut impérativement éviter ce genre de discours, peu susceptible de faire naître une communauté musulmane mature et capable de discuter dignement. Il faut au contraire encourager.

2) Lorsqu'on fait le rappel (da'wa) à des frères qui sont éloignés de bien des actes de l'islam, on ne devrait pas commencer par leur rappeler l'obligation de garder une barbe. Il faut un minimum de compréhension des priorités dans le rappel (da'wa). Lire mon article Comprendre les priorités et la progressivité.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email