Quid du verset où Marie mère de Jésus est nommée "Sœur de Aaron" ?

Question :

Dans la Bible il est dit que les prophètes Moïse et Aaron avaient une sœur nommée Marie (Exode 2/1-8).
Etrangement, dans le Coran, il est dit de la Vierge Marie, la mère de Jésus : "O sœur d'Aaron".

Dans la Bible il est dit que le père de Moïse, de Aaron et de cette Marie dont nous venons de parler se nommait Amram (Exode 6/20).
Etrangement, dans le Coran, le père de la Vierge Marie est nommé "Amram".

N'y a-t-il pas eu confusion dans le Coran entre Marie sœur de Moïse et de Aaron, et Marie mère de Jésus ?

-
Réponse :

I) Quel était le prénom du père de Marie (mère de Jésus) ?

Le Coran nomme effectivement le père de Marie (mère de Jésus) : "Amram" (en arabe : "'Imrân") : on y lit ainsi : "Et Marie fille de Amram…" : "وَمَرْيَمَ ابْنَتَ عِمْرَانَ الَّتِي أَحْصَنَتْ فَرْجَهَا فَنَفَخْنَا فِيهِ مِن رُّوحِنَا وَصَدَّقَتْ بِكَلِمَاتِ رَبِّهَا وَكُتُبِهِ وَكَانَتْ مِنَ الْقَانِتِينَ" (Coran 66/12).
Dans le même ordre d'idées, le Coran parle de la mère de Marie comme : "la femme de Amram" : "إِذْ قَالَتِ امْرَأَةُ عِمْرَانَ رَبِّ إِنِّي نَذَرْتُ لَكَ مَا فِي بَطْنِي مُحَرَّرًا فَتَقَبَّلْ مِنِّي إِنَّكَ أَنتَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ" (Coran 3/35). Elle se nommait, disent des commentateurs : Anne (en arabe : "Hanna").

Ce qu'il ne faut cependant pas oublier, c'est que le père de Moïse (qui est aussi le père de Aaron et de Marie leur sœur) est, lui aussi, clairement nommé dans les sources musulmanes : "fils de Amram". Le Prophète Muhammad (sur lui la paix) a dit ainsi : "Lors du voyage nocturne, je suis passé près de Moïse fils d'Amram…" : "وحدثنا عبد بن حميد، أخبرنا يونس بن محمد، حدثنا شيبان بن عبد الرحمن، عن قتادة، عن أبي العالية، حدثنا ابن عم نبيكم صلى الله عليه وسلم ابن عباس، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "مررت ليلة أسري بي على موسى بن عمران عليه السلام، رجل آدم طوال جعد كأنه من رجال شنوءة. ورأيت عيسى ابن مريم مربوع الخلق إلى الحمرة والبياض، سبط الرأس". وأري مالكا خازن النار، والدجال في آيات أراهن الله إياه، {فلا تكن في مرية من لقائه}. قال: كان قتادة يفسرها أن نبي الله صلى الله عليه وسلم قد لقي موسى عليه السلام" (Muslim, 165).

-
De même, si le Coran ne donne pas le prénom de la sœur de Moïse (ni d'ailleurs celui de leur mère, Jokébed), se contentant de les désigner respectivement ainsi : "la sœur de (Moïse)" et "la mère de Moïse" : "وَأَصْبَحَ فُؤَادُ أُمِّ مُوسَى فَارِغًا إِن كَادَتْ لَتُبْدِي بِهِ لَوْلَا أَن رَّبَطْنَا عَلَى قَلْبِهَا لِتَكُونَ مِنَ الْمُؤْمِنِينَ وَقَالَتْ لِأُخْتِهِ قُصِّيهِ فَبَصُرَتْ بِهِ عَن جُنُبٍ وَهُمْ لَا يَشْعُرُونَ" (Coran 28/10-11), des commentateurs musulmans ont explicitement écrit que cette "sœur de Moïse" se prénommait : "Marie", "son prénom étant le même que (plus tard) celui de la mère de Jésus" : "قوله تعالى: {وقالت لأخته قصيه} أي: قالت أم موسى لأخت موسى: "اتبعي أثره حتى تعلمي خبره". واسمها مريم بنت عمران، وافق اسمها اسم مريم أم عيسى عليه السلام، ذكره السهيلي والثعلبي" (Tafsîr ul-Qurtubî).

-

On voit ici que les sources musulmanes et/ou des commentateurs musulmans du Coran assument entièrement que des personnages différents - le père et sa fille - portent les mêmes prénoms, sans que l'on prenne l'un(e) pour l'autre.

-

Ce qui s'est passé c'est qu'un personnage du nom de Amram a eu l'honneur d'être le père des prophètes Moïse et Aaron ainsi que d'une fille nommée Marie (considérée prophétesse dans la Torah).
Longtemps après, un père et une mère ont nommé leur fils "Amram" ; celui-ci, devenu adulte, et/ou sa femme Anne (si lui était alors déjà mort) ont/a nommé la fille qu'ils ont eue : "Marie" ; leur objectif était probablement de perpétuer la ressemblance des prénoms avec la famille de Moïse.

Difficilement croyable ?

Non, pas du tout.
Voyez vous-même : j'ai un ami d'enfance, musulman réunionnais (et comme moi d'origine indienne), à qui son père a donné comme prénom Zacariya (forme arabe de "Zacharie"). Il a récemment eu un fils ; devinez comment il l'a nommé ? Yahyâ (forme arabe de "Jean"), histoire de perpétuer la ressemblance généalogique avec Zacharie de Abia (en qui les musulmans voient un prophète de Dieu) et son fils Jean (celui que les chrétiens nomment le Baptiste) !
Il y a un autre musulman qui a été nommé à sa naissance "Ibrâhîm" (forme arabe de "Abraham") par ses parents ; ce Ibrâhîm, devenu adulte, s'est marié et a eu un premier fils, il l'a nommé... Ismâ'îl (forme arabe de "Ismaël") ; il a eu ensuite un second fils, il l'a nommé... vous avez deviné, Is'hâq (forme arabe de "Isaac"). Je ne sais pas si celui-ci, quand il aura un fils, l'appellera 'Îssû (forme arabe de "Esaü"), ou plutôt Ya'qûb (forme arabe de "Jacob") (vu que Esaü, le fils aîné de Isaac, n'est pas très connu des musulmans), mais il y a des chances...

Quand cela se passe aujourd'hui chez des musulmans dont, à un moment donné, les ancêtres jusqu'alors hindous, se sont convertis à l'islam, est-il étonnant que, chez les Fils d'Israël, on ait cherché à reproduire les successions de noms qui existaient chez ses ancêtres étant des prophètes et des pieux ? Le Prophète Muhammad l'a dit clairement : les Fils d'Israël "se donnaient comme noms ceux des prophètes et des pieux ayant vécu avant eux" (Muslim, 2135, at-Tirmidhî, 3155). Qu'y a-t-il donc d'étonnant en l'existence d'une Marie fille de Amram quelques douze cents ans après une autre Marie fille de Amram ?

Reste que dans la tradition chrétienne le père de Marie mère de Jésus n'est pas nommé "Amram" mais "Joachim".
Mais il n'y a là non plus rien de très étonnant : ce n'est pas la seule différence apparaissant entre les noms de personnages entre le texte blibique et le texte coranique : le Coran nomme le père de Abraham "Âzar", alors que la Bible dit qu'il s'appelait "Tèrah".

Hamza Boubakeur écrit :
"Le fait le plus étonnant c'est que les anciennes sources chrétiennes ne nous fournissent presque aucune information substantielle sur la généalogie de la Vierge. (…) Les sources chrétiennes orthodoxes donnent cependant quelques renseignements. La tradition arménienne donne comme père à la Vierge : Joachim (Ev. De l'Enfance, II, 2).
Sur la Vierge, la tradition musulmane est autrement copieuse et elle est la seule à donner la généalogie d'Anne (Hanna), mère de la Vierge et grand-mère de Jésus. Son père était Fakudh b. Kathîl, son époux, 'Imrân b. Yashihim, descendait de Salomon, fils de David (Tab., III, 235)."

On voit par là que Marie est une descendante de David (qui lui-même descend de Juda) (cela est aussi affirmé par Ibn Kathîr in Al-Bidâya wa-n-Nihâya 2/63).

Un peu plus loin Hamza Boubakeur écrit : "Des auteurs comme Ibn Khaldûn connaissent 'Imrân b. Mathân [le mari de Anne / Hanna] sous le nom de Joachim (cf. 'Ibar, II, 144)" (Le Coran, traduction et commentaire, tome 1 p. 191).
Ailleurs Hamza Boubakeur cite textuellement ce passage des 'Ibar de Ibn Khaldûn ; il écrit :
"Un auteur comme Ibn Khaldûn, qui s'étend longuement sur la généalogie de la Vierge, dit : "Il est dit dans la révélation coranique : "Marie fille d''Imrân". Mais qu'on sache que le mot 'Imrân a comme sens en hébreu : Yû'aquim" [= Joachim]"
(Ibid., tome 1 p. 953).

-

II) Quel était le lien de parenté entre d'une part Marie, et d'autre part Elizabeth, Îshâ' ("إيشاع", on trouve parfois aussi : "أشياع"), Elizabeth étant l'épouse de Zacharie (ce dernier étant le père de Jean-Baptiste) ?

Nous avons ici : Jean-Baptiste, fils de Zacharie et d'Elizabeth.
Et nous avons : Jésus, fils de Marie, fille de Amram/Joachim et d'Anne.

Selon un premier avis (celui de Ibn Ishaq, c'est aussi celui de at-Tabarî), Elizabeth était la sœur d'Anne (Fat'h ul-bârî 6/571) (avis également cité in Al-Bidâya wa-n-Nihâya 2/63).
Ceci fait qu'Elizabeth était la tante maternelle de Marie ; que Zacharie était l'oncle par alliance de Marie ; que Jean-Baptiste était le cousin germain de Marie ; et que Jésus était le fils de la cousine germaine de Jean-Baptiste.

Selon l'avis d'auteurs chrétiens, Elizabeth était la cousine de Marie. Car Elizabeth était la nièce d'Anne : c'est Ismérie, mère d'Elizabeth, qui était la sœur d'Anne.
L'avis de ces auteurs chrétiens fait que Zacharie était l'époux de la cousine de Marie ; et que Jean-Baptiste et Jésus étaient cousins issus de germains.

Quand Ibn Kathîr écrit que Elizabeth était la sœur de Marie (avis retenu in Al-Bidâya wa-n-Nihâya 2/63) :
--- veut-il dire en fait qu'elles étaient cousines germaines (ce qui rejoint alors l'avis de ces auteurs chrétiens) ?
--- ou bien veut-il dire que Anne a eu (avant Marie, ou après elle) une autre fille, Elizabeth (ce qui entraînerait que Zacharie était en fait le beau-frère de Marie, et que Jean-Baptiste et Jésus étaient cousins germains) ?

-

III) Comment comprendre l'interpellation "O sœur de Aaron" rapportée par le Coran (Coran 19/28) ayant été adressée à Marie la mère de Jésus ?

La question que vous m'avez adressée à ce sujet avait en fait été posée au prophète Muhammad lui-même (que Dieu le bénisse et le salue).

En effet, al-Mughîra ibn Shu'ba raconte :
"عن المغيرة بن شعبة، قال: لما قدمت نجران سألوني، فقالوا: إنكم تقرءون يا أخت هارون، وموسى قبل عيسى بكذا وكذا، فلما قدمت على رسول الله صلى الله عليه وسلم سألته عن ذلك، فقال: "إنهم كانوا يسمون بأنبيائهم والصالحين قبلهم" (Muslim).
"عن المغيرة بن شعبة، قال: بعثني رسول الله صلى الله عليه وسلم إلى نجران، فقالوا لي: ألستم تقرءون {يا أخت هارون} وقد كان بين عيسى وموسى ما كان! فلم أدر ما أجيبهم. فرجعت إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم فأخبرته، فقال: ألا أخبرتهم أنهم كانوا يسمون بأنبيائهم والصالحين قبله" (at-Tirmidhî).
"Le Prophète (sur lui la paix) m'envoya à Nadjran [au Yémen].
Là-bas on me dit : "Vous récitez : "O Sœur de Aaron", alors que Moïse a vécu tant et tant (de siècles) avant Jésus !" Je n'ai pas su quoi leur répondre.
Lorsque je rentrai (à Médine), je questionnai le Prophète sur le sujet. Il me dit : "Tu les aurais informés qu'ils se donnaient comme noms ceux des prophètes et des pieux ayant vécu avant eux !"" (Muslim, 2135, at-Tirmidhî, 3155, Ahmad).

A la lumière de cette parole du Prophète, plusieurs interprétations ont vu le jour chez des ulémas quant à l'interpellation "O sœur de Aaron" mentionnée dans le Coran...

– A) Soit il s'agit d'un autre Aaron que le frère de Moïse :

Dans ce cas le Hadîth peut être compris comme signifiant que les Fils d'Israël donnaient à leurs enfants des prénoms de prophètes et de pieux prédécesseurs ; et à l'époque de Marie mère de Jésus, il y avait effectivement un homme à qui ses parents avaient donné le prénom "Aaron" :

--- A.a) soit cet homme était de la même famille que Marie mais n'avait pas un lien de parenté direct avec elle ("nussibat ilâ rajulin min qawmihâ" : at-Tabarî) ;

--- A.b) soit il n'était pas de la même famille que Marie mais était connu pour sa piété ("nussibat ilâ rajulin sâlihin kâna fîhim, ismuhû Hârûn, fa kânat tata'assâ bihî fi-z-zahâda wa-l-'ibâda" : Ibn Kathîr).

Selon cette interprétation, quand certaines personnes voulurent reprocher à Marie ce qu'elles pensaient, à savoir qu'elle avait eu un enfant sans être mariée, elles l'interpelèrent en utilisant la figure de style "O sœur de Aaron", voulant lui dire : "O toi qui dis être sur la même voie que Aaron, ce contemporain respecté pour sa piété, comment as-tu pu faire chose pareille ?"

-
– B) Soit il s'agit du Aaron frère de Moïse et contemporain du pharaon :

Dans ce cas...

--- B.a) soit le Hadîth signifie que les Fils d'Israël s'interpellaient (ce peut être le sens du terme employé dans le Hadîth : "yussammûna") par des noms de prophètes et de pieux ayant vécu avant eux.
Selon cette interprétation, ces personnes rappelèrent à Marie que toute sa famille portait les prénoms de la famille de Moïse : "O toi en qui nous avions de l'estime et que nous comparions jusqu'à présent à la sœur d'Aaron, dont tu portes d'ailleurs le prénom, comment as-tu pu faire chose pareille ?" L'entourage de Marie voyait donc en elle et les siens une famille comparable à celle de Marie fille de Amram et sœur de Moïse et de Aaron, et ce non seulement dans la piété mais aussi par rapport aux similitudes dans les prénoms.

--- B.b) soit le Hadîth peut être compris comme parlant de Marie précisément : c'est d'elle que le Prophète parlait lorsqu'il dit que les Fils d'Israël se nommaient selon les noms de leurs ancêtres : c'est donc elle qui fut nommée selon le nom d'une pieuse parmi ses lointains parents, afin de reproduire, eu égard au fait que son père se nommait Amram, la succession des noms qui existaient chez les lointains ancêtres : Marie (la mère de Jésus) fille de Amram était comparable à Marie (la sœur de Moïse et Aaron) fille de Amram.
Dans ce cas, "O sœur de Aaron" est à comprendre comme signifiant "O descendante de Aaron". Luc relate que Elisabeth, l'épouse de Zacharie de Abia et la mère de Jean le Baptiste, descendait de Aaron (Evangile selon Luc 1/5) et qu'elle était une parente de Marie (Ibid. 1/36). Il est donc possible que Marie mère de Jésus descende elle aussi de Aaron. (Ce qui impliquerait que Marie descende à la fois de la lignée royale de David et donc de Juda – comme nous l'avons dit plus haut –, mais aussi de la lignée sacerdotale de Aaron et donc de Lévi également.)
Or, dans la langue arabe, "sœur de Untel" et "frère de Untel" ne désignent pas systématiquement "la fille et le garçon ayant le même père ou la même mère que Untel" : il arrive que ces termes désignent "le descendant – fille ou garçon – de Untel lui-même". En voici un exemple présent dans un autre verset du Coran : "Et cite le frère de Aad, lorsqu'il avertit son peuple… " (Coran 46/21) : il est ici question du prophète Hûd. Or Hûd n'est absolument pas le frère de sang de Aad, il en est un descendant. Aad est en fait son ancêtre. Pourtant Hûd a été nommé ici : "frère de Aad". Ibn Kathîr cite de même cette expression arabe : on interpelle le Qurayshite en disant : "O frère de Quraysh !", le Tamimite en disant : "O frère de Tamîm !" (Tafsîr Ibn Kathîr).
Ce serait donc la même chose dans le verset "O sœur de Aaron" : quand certaines personnes voulurent reprocher à Marie ce qu'elles pensaient, à savoir qu'elle avait eu un enfant sans être mariée, elles l'interpellèrent en utilisant la figure de style "O sœur de Aaron", voulant lui dire : "O toi qui descends du pieux Aaron, dont les descendants sont attachés au service de l'Oratoire sacré, comment as-tu pu faire chose pareille ?"

Personnellement c'est à cette explication B.b que va mon humble préférence. Wallâhu A'lam.

-
--- Je n'ai personnellement pas trouvé d'avis chez les ulémas voyant dans le verset 19/28 une allusion à l'existence d'un frère de sang – au sens français du terme – de Marie mère de Jésus, et qui se serait prénommé "Aaron" (ce qui constituerait alors une autre explication, que l'on pourrait classifier comme A.c). Si un tel avis existe, je prie les frères et sœurs compétents de m'en informer.

Quelle que soit celle de ces interprétations que l'on retient, ce que ce Hadîth du Prophète prouve c'est qu'il n'y a pas, dans les textes des sources de l'islam, confusion entre Marie la mère du Messie Jésus, et Marie la sœur de Moïse le contemporain du Pharaon (probablement Ramsès II).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email