Abraham et les deux courants d'Isaac et Ismaël (عليهم السلام)

Martin Lings écrit : "Ce n'était pas une seule mais deux grandes nations qui devaient regarder Abraham comme leur père. Deux grandes nations, c'est-à-dire deux puissances bien guidées, deux instruments faits pour accomplir la volonté du Ciel, car la bénédiction promise par Dieu n'est pas d'ordre profane, et il n'est de grandeur devant Dieu que la grandeur selon l'Esprit. Ainsi Abraham fut-il la source de deux courants spirituels, qui ne devaient pas s'écouler ensemble mais suivre chacun son propre cours."

Les deux courants qu'évoque ici Lings sont ceux qui s'écoulèrent par Isaac et Ismaël respectivement.

Le premier courant vit, par la permission de Dieu, éclore sur ses berges tout un ensemble de prophètes et de croyants, alors que le second connut pendant un certain temps son lot de croyants sincères avant de voir ensuite son eau même devenir altérée.

A la fin, cependant, ce fut vers ce deuxième flot que Dieu manifesta Son Attention : c'est sur ses berges qu'Il suscita le dernier des prophètes. Celui-ci purifia (par l'aide de Dieu) l'eau, et celle-ci, redevenue pure en même temps qu'elle connut un plus fort débit, fit éclore une multitude de croyants, de justes, d'érudits et de pieux.

-

A) Quelques textes :

Abraham (sur lui soit la paix) :

"وَإِذِ ابْتَلَى إِبْرَاهِيمَ رَبُّهُ بِكَلِمَاتٍ فَأَتَمَّهُنَّ قَالَ إِنِّي جَاعِلُكَ لِلنَّاسِ إِمَامًا قَالَ وَمِن ذُرِّيَّتِي قَالَ لاَ يَنَالُ عَهْدِي الظَّالِمِينَ" : "(Dieu lui) dit : "Je vais faire de toi un guide pour les hommes" (Coran 2/124).

"إِنَّ إِبْرَاهِيمَ كَانَ أُمَّةً قَانِتًا لِلّهِ حَنِيفًا وَلَمْ يَكُ مِنَ الْمُشْرِكِينَ شَاكِرًا لِّأَنْعُمِهِ اجْتَبَاهُ وَهَدَاهُ إِلَى صِرَاطٍ مُّسْتَقِيمٍ وَآتَيْنَاهُ فِي الْدُّنْيَا حَسَنَةً وَإِنَّهُ فِي الآخِرَةِ لَمِنَ الصَّالِحِينَ" : "Abraham était un guide parfait, dévoué à Dieu, voué exclusivement à Lui – il n'était pas du nombre des associateurs –, reconnaissant (à Dieu) pour Ses bienfaits. Dieu l'a élu et guidé vers un chemin droit. Nous lui avons donné une belle part dans ce bas monde. Et il sera dans l'au-delà du nombre des pieux" (Coran 16/120-122).

-
Ismaël et Isaac (sur eux soit la paix) :

"الْحَمْدُ لِلّهِ الَّذِي وَهَبَ لِي عَلَى الْكِبَرِ إِسْمَاعِيلَ وَإِسْحَقَ إِنَّ رَبِّي لَسَمِيعُ الدُّعَاء" : "Louange à Dieu qui m'a donné malgré la vieillesse Ismaël et Isaac. Mon Seigneur est vraiment Celui qui entend l'invocation" (Coran 14/39).

"وَبَارَكْنَا عَلَيْهِ وَعَلَى إِسْحَاقَ وَمِنْ ذُرِّيَّتِهِمَا مُحْسِنٌ وَظَالِمٌ لِنَفْسِهِ مُبِينٌ" : "Et Nous (les) bénîmes, lui et Isaac. Et dans la descendance des deux, il y a l'homme de bien et celui qui est manifestement injuste envers lui-même" (Coran 37/113). Selon l'un des commentaires, ici, le pronom "lui" précédant le nom "Isaac" désigne : Ismaël (Tafsîr ul-Qurtubî 15/112, Qassas ul-qur'ân 1/239).

"وَإِذْ قَالَ إِبْرَاهِيمُ لِأَبِيهِ وَقَوْمِهِ إِنَّنِي بَرَاء مِّمَّا تَعْبُدُونَ إِلَّا الَّذِي فَطَرَنِي فَإِنَّهُ سَيَهْدِينِ وَجَعَلَهَا كَلِمَةً بَاقِيَةً فِي عَقِبِهِ لَعَلَّهُمْ يَرْجِعُونَ" : "Et lorsque Abraham dit à son père et à son peuple : "Je suis innocent de (tout) ce à quoi vous rendez un culte, excepté Celui qui m'a créé, car Lui va me guider". Et il fit de cette (déclaration) une parole se perpétuant parmi ses descendants. Peut-être reviendront-ils" (Coran 43/26-28).

-
La Kaaba, premier sanctuaire dédié au culte de l'Unique sur Terre :

"إِنَّ أَوَّلَ بَيْتٍ وُضِعَ لِلنَّاسِ لَلَّذِي بِبَكَّةَ مُبَارَكًا وَهُدًى لِّلْعَالَمِينَ فِيهِ آيَاتٌ بَيِّنَاتٌ مَّقَامُ إِبْرَاهِيمَ وَمَن دَخَلَهُ كَانَ آمِنًا وَلِلّهِ عَلَى النَّاسِ حِجُّ الْبَيْتِ مَنِ اسْتَطَاعَ إِلَيْهِ سَبِيلاً وَمَن كَفَرَ فَإِنَّ الله غَنِيٌّ عَنِ الْعَالَمِينَ" : "La première maison qui fut suscitée pour les hommes est celle qui se trouve à Bakka, bénie et guide pour le monde. Là se trouvent des signes clairs : le lieu où Abraham se tint debout ; et celui qui y entre est en sécurité" (Coran 3/96-97).

"وَهُوَ الَّذِي كَفَّ أَيْدِيَهُمْ عَنكُمْ وَأَيْدِيَكُمْ عَنْهُم بِبَطْنِ مَكَّةَ مِن بَعْدِ أَنْ أَظْفَرَكُمْ عَلَيْهِمْ ۚ وَكَانَ اللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرًا هُمُ الَّذِينَ كَفَرُوا وَصَدُّوكُمْ عَنِ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ وَالْهَدْيَ مَعْكُوفًا أَن يَبْلُغَ مَحِلَّهُ" (Coran 48/24-25).

"وَإِذْ بَوَّأْنَا لِإِبْرَاهِيمَ مَكَانَ الْبَيْتِ أَن لَّا تُشْرِكْ بِي شَيْئًا وَطَهِّرْ بَيْتِيَ لِلطَّائِفِينَ وَالْقَائِمِينَ وَالرُّكَّعِ السُّجُودِ وَأَذِّن فِي النَّاسِ بِالْحَجِّ يَأْتُوكَ رِجَالًا وَعَلَى كُلِّ ضَامِرٍ يَأْتِينَ مِن كُلِّ فَجٍّ عَمِيقٍ لِيَشْهَدُوا مَنَافِعَ لَهُمْ وَيَذْكُرُوا اسْمَ اللَّهِ فِي أَيَّامٍ مَّعْلُومَاتٍ عَلَى مَا رَزَقَهُم مِّن بَهِيمَةِ الْأَنْعَامِ فَكُلُوا مِنْهَا وَأَطْعِمُوا الْبَائِسَ الْفَقِيرَ ثُمَّ لْيَقْضُوا تَفَثَهُمْ وَلْيُوفُوا نُذُورَهُمْ وَلْيَطَّوَّفُوا بِالْبَيْتِ الْعَتِيقِ" : "Et lorsque Nous indiquâmes à Abraham l'emplacement de la Maison (…)" (Coran 22/26-29).

"وَإِذْ يَرْفَعُ إِبْرَاهِيمُ الْقَوَاعِدَ مِنَ الْبَيْتِ وَإِسْمَاعِيلُ رَبَّنَا تَقَبَّلْ مِنَّا إِنَّكَ أَنتَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ رَبَّنَا وَاجْعَلْنَا مُسْلِمَيْنِ لَكَ وَمِن ذُرِّيَّتِنَا أُمَّةً مُّسْلِمَةً لَّكَ وَأَرِنَا مَنَاسِكَنَا وَتُبْ عَلَيْنَآ إِنَّكَ أَنتَ التَّوَّابُ الرَّحِيمُ رَبَّنَا وَابْعَثْ فِيهِمْ رَسُولاً مِّنْهُمْ يَتْلُو عَلَيْهِمْ آيَاتِكَ وَيُعَلِّمُهُمُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَيُزَكِّيهِمْ إِنَّكَ أَنتَ العَزِيزُ الحَكِيمُ" : "Et lorsque Abraham ainsi que Ismaël élevaient les assises de la Maison. "O notre Seigneur, accepte de nous, Tu es, Toi, Celui qui entend, Celui qui sait. O notre Seigneur, fais de nous deux personnes soumises à Toi, et de notre descendance suscite une nation soumise à Toi. Enseigne-nous nos rites (de pèlerinage). Et accepte notre retour à Toi. Tu es, Toi, Celui qui accepte le retour, le Miséricordieux. O notre Seigneur, suscite parmi (cette nation) un messager issue d'elle-même, qui leur récite Tes signes, leur enseigne le Livre et la sagesse, et les purifie. Tu es, Toi, le Puissant, le Sage"" (Coran 2/127-129).

"جَعَلَ اللَّهُ الْكَعْبَةَ الْبَيْتَ الْحَرَامَ قِيَامًا لِلنَّاسِ وَالشَّهْرَ الْحَرَامَ وَالْهَدْيَ وَالْقَلَائِدَ ذَلِكَ لِتَعْلَمُوا أَنَّ اللَّهَ يَعْلَمُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَمَا فِي الْأَرْضِ وَأَنَّ اللَّهَ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيمٌ" (Coran 5/97).

"الْحَجُّ أَشْهُرٌ مَّعْلُومَاتٌ فَمَن فَرَضَ فِيهِنَّ الْحَجَّ فَلَا رَفَثَ وَلَا فُسُوقَ وَلَا جِدَالَ فِي الْحَجِّ وَمَا تَفْعَلُوا مِنْ خَيْرٍ يَعْلَمْهُ اللَّهُ وَتَزَوَّدُوا فَإِنَّ خَيْرَ الزَّادِ التَّقْوَىٰ وَاتَّقُونِ يَا أُولِي الْأَلْبَابِ لَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ أَن تَبْتَغُوا فَضْلًا مِّن رَّبِّكُمْ فَإِذَا أَفَضْتُم مِّنْ عَرَفَاتٍ فَاذْكُرُوا اللَّهَ عِندَ الْمَشْعَرِ الْحَرَامِ وَاذْكُرُوهُ كَمَا هَدَاكُمْ وَإِن كُنتُم مِّن قَبْلِهِ لَمِنَ الضَّالِّينَ ثُمَّ أَفِيضُوا مِنْ حَيْثُ أَفَاضَ النَّاسُ وَاسْتَغْفِرُوا اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ فَإِذَا قَضَيْتُم مَّنَاسِكَكُمْ فَاذْكُرُوا اللَّهَ كَذِكْرِكُمْ آبَاءَكُمْ أَوْ أَشَدَّ ذِكْرًا فَمِنَ النَّاسِ مَن يَقُولُ رَبَّنَا آتِنَا فِي الدُّنْيَا وَمَا لَهُ فِي الْآخِرَةِ مِنْ خَلَاقٍ وَمِنْهُم مَّن يَقُولُ رَبَّنَا آتِنَا فِي الدُّنْيَا حَسَنَةً وَفِي الْآخِرَةِ حَسَنَةً وَقِنَا عَذَابَ النَّارِ أُولَٰئِكَ لَهُمْ نَصِيبٌ مِّمَّا كَسَبُوا وَاللَّهُ سَرِيعُ الْحِسَاب وَاذْكُرُوا اللَّهَ فِي أَيَّامٍ مَّعْدُودَاتٍ فَمَن تَعَجَّلَ فِي يَوْمَيْنِ فَلَا إِثْمَ عَلَيْهِ وَمَن تَأَخَّرَ فَلَا إِثْمَ عَلَيْهِ لِمَنِ اتَّقَىٰ وَاتَّقُوا اللَّهَ وَاعْلَمُوا أَنَّكُمْ إِلَيْهِ تُحْشَرُونَ" (Coran 2/197-203).

Les Arabes d'avant l'Islam avaient gardé en mémoire le fait que la Kaaba avait été bâtie par Abraham. Or, comme il est bien connu : "La poésie constitue les archives des Arabes". Il est donc intéressant de se référer à la poésie pré-islamique (ash-shi'r al-jâhilî) pour y retrouver mention de la Kaaba comme "Maison de Dieu", "Lieu de prosternation Sacré". Lire à ce sujet l'excellent travail de recherche et de compilation : "الكعبة في الشعر الجاهلي" : "La Kaaba dans la poésie pré-islamique", par Abd ul-Ghanî Zeytûnî.

Il y a aussi ces célèbres vers de Abû Talîb (reproduits ici dans tout un passage écrit par Ibn Kathîr) : "وقد قال الله: {إن أول بيت وضع للناس للذي ببكة مباركا وهدى للعالمين}؛ أي أول بيت وضع لعموم الناس للبركة والهدى البيت الذي ببكة؛ قيل: مكة؛ وقيل: محلة الكعبة. {فيه آيات بينات} أي على أنه بناء الخليل والد الأنبياء من بعده وإمام الحنفاء من ولده الذين يقتدون به ويتمسكون بسنته؛ ولهذا قال: {مقام إبراهيم} أي: الحجر الذي كان يقف عليه قائما لما ارتفع البناء عن قامته، فوضع له ولده هذا الحجر المشهور ليرتفع عليه لما تعالى البناء وعظم الفناء (ما تقدم في حديث ابن عباس الطويل)؛ وقد كان هذا الحجر ملصقا بحائط الكعبة على ما كان عليه من قديم الزمان (إلى أيام عمر بن الخطاب رضي الله عنه فأخره عن البيت قليلا لئلا يشغل المصلون عنده الطائفين بالبيت، واتبع عمر بن الخطاب رضي الله عنه في هذا، فإنه قد وافقه ربه في أشياء منها في قوله لرسوله صلى الله عليه وسلم: "لو اتخذنا من مقام إبراهيم مصلى"، فأنزل الله {واتخذوا من مقام إبراهيم مصلى}). وقد كانت آثار قدمي الخليل باقية في الصخرة إلى أول الإسلام. وقد قال أبو طالب في قصيدته اللامية المشهورة:
وثور ومن أرسى ثبيرا مكانه ... وراق ليرقى في حراء ونازل
وبالبيت حق البيت من بطن مكة ... وبالله إن الله ليس بغافل
وبالحجر المسود إذ يمسحونه ... إذا اكتنفوه بالضحى والأصائل
وموطئ إبراهيم في الصخر رطبة ... على قدميه حافيا غير ناعل
يعني أن رجله الكريمة غاصت في الصخرة فصارت على قدر قدمه حافية لا منتعلة" (Al-Bidâya wa-n-Nihâya, 1/199).

Et ceux-ci, de Zayd ibn 'Amr ibn Nufayl : "قال ابن إسحاق: وحدثت عن بعض أهل زيد بن عمرو بن نفيل: أن زيدا كان إذا استقبل الكعبة داخل المسجد، قال: "لبيك حقا حقا، تعبدا ورقا.
عذت بما عاذ به إبراهم ... مستقبل القبلة وهو قائم
إذ قال:
أنفي لك اللهم عان راغم ... مهما تجشمني فإني جاشم
البر أبغي لا الخال، ليس مهجر كمن قال.
قال ابن هشام: ويقال: "البر أبقى لا الخال، ليس مهجر كمن قال". قال: وقوله "مستقبل الكعبة" عن بعض أهل العلم" (Sîrat Ibn Hishâm, 1/186).

-
Le second sanctuaire dédié sur Terre au culte de Dieu l'Unique : à Jérusalem :

Dieu, dans le Coran, parle de ce lieu, ainsi que du pays où il se trouve, en ces termes : "سُبْحَانَ الَّذِي أَسْرَى بِعَبْدِهِ لَيْلاً مِّنَ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ إِلَى الْمَسْجِدِ الأَقْصَى الَّذِي بَارَكْنَا حَوْلَهُ لِنُرِيَهُ مِنْ آيَاتِنَا إِنَّهُ هُوَ السَّمِيعُ البَصِيرُ" : "Pureté à Celui [Dieu] qui a fait voyager de nuit Son serviteur [Muhammad] du Lieu Sacré de culte jusqu'au Lieu Eloigné de culte – celui dont Nous [Dieu] avons béni les alentours –, afin de lui montrer de Nos Signes. Il [Dieu] est, Lui, Celui qui entend, Celui qui voit" (Coran 17/1). La région "bénie" est, dans le langage du Coran, la région de Shâm.

Un peu plus loin, Dieu parle des 2 catastrophes qui touchèrent ce lieu de culte : "وَقَضَيْنَا إِلَى بَنِي إِسْرَائِيلَ فِي الْكِتَابِ لَتُفْسِدُنَّ فِي الأَرْضِ مَرَّتَيْنِ وَلَتَعْلُنَّ عُلُوًّا كَبِيرًا فَإِذَا جَاء وَعْدُ أُولاهُمَا بَعَثْنَا عَلَيْكُمْ عِبَادًا لَّنَا أُوْلِي بَأْسٍ شَدِيدٍ فَجَاسُواْ خِلاَلَ الدِّيَارِ وَكَانَ وَعْدًا مَّفْعُولاً ثُمَّ رَدَدْنَا لَكُمُ الْكَرَّةَ عَلَيْهِمْ وَأَمْدَدْنَاكُم بِأَمْوَالٍ وَبَنِينَ وَجَعَلْنَاكُمْ أَكْثَرَ نَفِيرًا إِنْ أَحْسَنتُمْ أَحْسَنتُمْ لِأَنفُسِكُمْ وَإِنْ أَسَأْتُمْ فَلَهَا فَإِذَا جَاء وَعْدُ الآخِرَةِ لِيَسُوؤُواْ وُجُوهَكُمْ وَلِيَدْخُلُواْ الْمَسْجِدَ كَمَا دَخَلُوهُ أَوَّلَ مَرَّةٍ وَلِيُتَبِّرُواْ مَا عَلَوْاْ تَتْبِيرًا عَسَى رَبُّكُمْ أَن يَرْحَمَكُمْ وَإِنْ عُدتُّمْ عُدْنَا وَجَعَلْنَا جَهَنَّمَ لِلْكَافِرِينَ حَصِيرًا" (Coran 17/4-8).

Le Prophète (sur lui la paix), questionné au sujet de la première Maison (consacrée à Dieu) bâtie sur terre, a dit : "C'est la Mosquée Sacrée [la Kaaba]. - Ensuite ? lui demanda-t-on. - C'est le Lieu de culte éloigné, répondit-il. - Combien de temps entre les deux ? demanda-t-on. - 40 ans, répondit-il (rapporté par al-Bukhârî).

– Commentant ce Hadîth, certains ulémas sont d'avis que c'est Adam qui, le premier, a construit ces deux mosquées, à 40 ans d'intervalle, et que Abraham n'a fait que re-construire la Kaaba à l'endroit où elle avait été construite par Adam.

– Mais je préfère l'avis d'autres ulémas (Ibn Kathîr notamment), ceux qui, pour leur part, sont d'avis que c'est Abraham qui, le premier, a construit la Kaaba en compagnie de son fils Ismaël, et que al-Aqsâ a été fondée 40 ans après cela (Ibn Kathîr a écrit dans son Tafsîr que le Hadîth relatant que c'est Adam qui a construit le premier la Kaaba est faible). Quant au prophète-roi David, il n'a fait que réinstaller l'arche là où son ancêtre (soit Jacob, soit Abraham) avait posé les fondations du Sanctuaire. Son fils, le prophète-roi Salomon, n'a fait quant à lui que le reconstruire et l'embellir. Dans la Sunna il est relaté comment Salomon a invoqué Dieu et Lui a demandé trois choses après avoir terminé la (re-)construction du Sanctuaire (rapporté par an-Nassaï et Ibn Mâja, authentifié par al-Albânî).

Par qui le Sanctuaire de Jérusalem avait été fondé 40 ans après la construction de la Kaaba par Abraham, le prophète Muhammad (sur lui la paix) ne l'a pas dit.
--- Ibn Kathîr est d'avis qu'il s'agit du prophète Jacob, et qu'il s'agit juste d'une mise en place très sommaire qui s'est déroulée quarante ans après la construction de la Kaaba (Al-Bidâya wa-n-Nihâya, 1/233, 2/29). Ibn ul-Qayyim a écrit la même chose (Zâd ul-ma'âd 1/50). La difficulté avec cet avis est qu'il se fonde sur Genèse 28/19 ; or la fondation d'un autel par Jacob concerne Béthel, et pas Jérusalem.
--- Ibn 'Âshûr pense pour sa part qu'il s'agit d'Abraham lui-même, lorsqu'il érigea à Jérusalem un autel consacré à Dieu : "فالظاهر أن إبراهيم لما مر ببلاد الشام ووعده الله أن يورث تلك الأرض نسله عين الله له الوضع الذي سيكون به أكبر مسجد تبنيه ذريته، فأقام هنالك مسجدا صغيرا شكرا لله تعالى، وجعله على الصخرة المجعولة مذبحا للقربان. وهي الصخرة التي بنى سليمان عليها المسجد، فلما كان أهل ذلك البلد يومئذ مشركين دثر ذلك البناء حتى هدى الله سليمان إلى إقامة المسجد الأقصى عليه، وهذا من العلم الذي أهملته كتب اليهود، وقد ثبت في سفر التكوين أن إبراهيم بنى مذابح في جهات مر عليها من أرض الكنعانيين لأن الله أخبره أنه يعطي تلك الأرض لنسله، فالظاهر أنه بنى أيضا بموضع مسجد أرشليم مذبحا" (At-Tahrîr wa-t-Tanwîr, commentaire de Coran 3/196-197). Cependant, vu que la fondation de cet autel sur le mont Moriah se sera déroulée 40 ans après la construction de la Kaaba, il s'agirait alors d'un épisode ultérieur à la fondation des autels qui est citée dans le passage de la Genèse auquel le cheikh fait ici allusion.

-
L'installation de Agar et de son fils Ismaël dans le désert d'Arabie :

"لم يكذب إبراهيم عليه السلام إلا ثلاث كذبات، ثنتين منهن في ذات الله عز وجل، قوله {إني سقيم}. وقوله: {بل فعله كبيرهم هذا}. وقال: بينا هو ذات يوم وسارة، إذ أتى على جبار من الجبابرة، فقيل له: إن ها هنا رجلا معه امرأة من أحسن الناس، فأرسل إليه فسأله عنها، فقال: من هذه؟ قال: أختي، فأتى سارة قال: يا سارة: ليس على وجه الأرض مؤمن غيري وغيرك، وإن هذا سألني فأخبرته أنك أختي، فلا تكذبيني، فأرسل إليها فلما دخلت عليه ذهب يتناولها بيده فأخذ، فقال: ادعي الله لي ولا أضرك، فدعت الله فأطلق، ثم تناولها الثانية فأخذ مثلها أو أشد، فقال: ادعي الله لي ولا أضرك، فدعت فأطلق، فدعا بعض حجبته، فقال: إنكم لم تأتوني بإنسان، إنما أتيتموني بشيطان، فأخدمها هاجر، فأتته وهو قائم يصلي، فأومأ بيده: مهيا، قالت: رد الله كيد الكافر، أو الفاجر، في نحره، وأخدم هاجر " قال أبو هريرة تلك أمكم يا بني ماء السماء" :
Le prophète Muhammad (sur lui la paix) a raconté comment, alors que Abraham et Sarah passaient dans une cité, le tyran qui dirigeait celle-ci voulut s'approprier Sarah, qui était d'une grande beauté. Il la fit appeler. Elle pria Dieu, et alors qu'il voulut s'approcher d'elle, il devint incapable de respirer. Elle pria de nouveau, craignant que le tyran meurt ainsi et qu'on dise qu'elle l'avait tué. Mais il recommença. Elle pria, et de nouveau il fut incapable de respirer. La scène se répéta. Effrayé par ce "prodige" qu'il avait vu par trois fois, il ordonna à ses gardes d'emmener loin de lui cette femme, et lui donna comme servante Agar. C'est donc ainsi que celle-ci devint servante de Sarah.
Après avoir relaté ce hadîth du Prophète, Abû Hurayra, parlant de Agar, et s'adressant aux Arabes en général, dit : "C'est là votre mère, ô fils de la pluie" (al-Bukhârî, 3179, Muslim, 2371).

-
Ibn Abbâs dit :

"Lorsqu'il se passa entre Abraham et son épouse ce qui se passa, Abraham prit avec lui Ismaël et la mère de celui-ci" (al-Bukhârî, 3185).

Ibn Abbâs raconte :

"Abraham les emmena, elle et son fils Ismaël, qu'elle allaitait (encore), et les laissa près de la Maison, près d'un grand arbre situé en haut du [lieu où se trouve] Zamzam, en haut de [l'endroit où se trouve maintenant] la mosquée. Il n'y avait alors personne à la Mecque, et il ne s'y trouvait pas d'eau. Il les laissa là, et il plaça près d'eux un sac dans lequel se trouvaient des dattes ainsi qu'une outre dans laquelle il y avait de l'eau. Puis Abraham s'en retourna pour s'en aller.

La mère de Ismaël le suivit et dit : "Abraham, où pars-tu en nous laissant dans cette vallée où il n'y a ni humain ni rien ?" Elle lui dit ces paroles plusieurs fois. Et lui ne se retournait pas vers elle. Alors elle lui dit : "Est-ce Dieu qui t'a ordonné cela ? – Oui, dit-il. – Alors Il ne nous détruira pas", fit-elle. Et elle s'en retourna. Abraham continua jusqu'à ce que, lorsqu'il fut auprès du col, là où ils ne le voyaient plus, il dirigea sa face vers [le lieu où il devait bâtir plus tard] la Maison et pria en ces termes, les mains levées : "Notre Seigneur, j'ai installé une partie de ma descendance dans une vallée sans champ, auprès de Ta Maison sacrée, Seigneur, afin qu'ils accomplissent la prière. Fais donc les cœurs d'humains se pencher vers eux, et accorde-leur des fruits, afin qu'ils soient reconnaissants."

La mère de Ismaël allaitait celui-ci et buvait de cette eau, jusqu'à ce que l'outre fut terminée. Elle et son fils connurent alors la soif. Elle le regardait se tortiller. Elle se déplaça pour ne plus le voir ainsi. Elle vit que as-Safa était le plus proche monticule d'elle, elle y grimpa alors, puis se tourna vers la vallée, regardant si elle voyait quelqu'un. Elle ne vit personne. Elle descendit de as-Safa, releva le pan de sa robe lorsqu'elle atteignit (le fond du) vallon, puis courut comme le fait l'homme en difficulté jusqu'à traverser le vallon, puis arriva à al-Marwa. Elle s'y tint debout et regarda si elle voyait quelqu'un. Elle ne vit personne. Elle fit ainsi sept fois."
Ibn Abbâs dit : "Le Prophète a dit : "C'est là [l'origine du] parcours que les hommes font entre ces deux (collines)."

Ibn Abbâs poursuit : "Lorsqu'elle eut escaladé al-Marwa, elle entendit une voix. Elle dit – à elle-même – : "Chut", puis écouta attentivement. Elle entendit encore (quelque chose). Elle dit alors : "Tu t'es fait entendre. Si tu as un secours, (secoure-nous) !" Un ange se tenait auprès du lieu [où se trouve] Zamzam. Il creusa le sol de son talon – ou de son aile –, jusqu'à ce que l'eau apparaisse. (Agar) se mit alors à faire un bassin et à faire ainsi de ses deux mains ; elle se mit à prendre l'eau de ses mains et la verser dans l'outre ; l'eau jaillissait après qu'elle en eut pris dans ses mains."
Ibn Abbâs dit : "Le Prophète a dit : "Que Dieu fasse miséricorde à la mère de Ismaël ! Si elle avait laissé Zamzam – ou bien il a dit : Si elle n'avait pas pris l'eau dans ses mains –, Zamzam aurait été une source coulant (librement).""
Ibn Abbâs poursuit :
"Elle but alors, et donna à boire à son enfant. L'ange lui dit : "Ne craignez pas d'être détruits. Ici se trouve la Maison de Dieu que cet enfant et son père bâtiront. Dieu ne détruit pas les siens." [Le lieu où allait être bâtie] la Maison était élevé comme une petite colline ; les crues survenaient et passaient à droite et à gauche.

(Agar) demeura ainsi jusqu'à ce que des voyageurs de Jur'hum – ou "des gens de Jur'hum" – passent auprès d'eux, arrivant du chemin de Kadâ' ; ils s'installèrent dans la partie basse de la Mecque. Ils virent alors un oiseau d'eau et dirent : "Cet oiseau tournoie au-dessus de l'eau. Il y a peu de temps que nous sommes passés dans cette vallée et il n'y avait pas d'eau." Ils envoyèrent une ou deux personnes (s'en rendre compte) ; ceux-ci trouvèrent de l'eau, retournèrent et informèrent les (leurs) de la présence d'eau. Ils avancèrent alors," il [= Ibn Abbâs] dit : "alors que la mère de Ismaël se trouvait auprès de l'eau, et dirent : "Nous donnes-tu la permission de nous installer auprès de toi ?" "Oui, répondit-elle, mais vous n'avez pas de droit [de propriété] sur l'eau." "D'accord", dirent-ils."
Ibn Abbâs dit : "Le Prophète a dit : "Cet [événement] arriva à la mère de Ismaël, qui aimait la compagnie."
Ibn Abbâs poursuit : "Ils s'installèrent donc là, et envoyèrent chercher leurs famille qui s'y installèrent avec eux.

Quelques maisonnées de ces (gens) furent là, le garçon devint jeune homme et apprit d'eux la langue arabe. Il leur plut lorsqu'il devint jeune. Puis, lorsqu'il eut atteint l'âge de se marier, ils le marièrent avec une femme d'entre eux. [Plus tard] la mère de Ismaël mourut.

Abraham vint après que Ismaël se fut marié, s'enquérant de la situation de la (descendance) qu'il avait laissé. Il ne trouva pas Ismaël. Il questionna son épouse à son sujet, elle dit : "Il est sorti pour chercher pour nous de quoi manger." Il la questionna au sujet de leur vie et de leur situation, elle dit : "Nous vivons mal, nous sommes en difficulté" ; elle se plaignit à lui. Il dit : "Lorsque ton époux reviendra, transmets-lui la salutation, et dis-lui de changer le pas de sa porte." Lorsque Ismaël revint, c'est comme s'il ressentit quelque chose ; il dit : "Quelqu'un serait-il venu à vous ?" "Oui, répondit (son épouse). Un homme âgé de telle et telle apparence, il nous a questionnés à ton sujet, je l'ai informé. Et il m'a questionnée au sujet de notre vie, je l'ai informé que nous sommes en difficulté." "T'a-t-il recommandé quelque chose ?" s'enquit-il. "Oui, répondit-elle, il m'a demandé de te transmettre la salutation, et il a dit de changer le pas de ta porte." "Cet homme est mon père, déclara Ismaël, et il m'a demandé de me séparer de toi. Retourne auprès des tiens." Il divorça d'elle. Et il se maria avec une autre femme d'entre eux.

Abraham resta loin d'eux le temps que Dieu voulut, puis il se rendit auprès d'eux. Il ne trouva pas (Ismaël). Il se rendit auprès de son épouse et la questionna à son sujet. Elle dit : "Il est sorti pour chercher pour nous de quoi manger." "Comment allez-vous ?" "Nous sommes dans le bien-être et l'aisance" répondit-elle, et elle fit les éloges de Dieu. "Quelle est votre nourriture ?" demanda-t-il. "La viande" répondit-elle. "Quelle est votre boisson ?" questionna-t-il. "L'eau" dit-elle. Il fit : "O Dieu, bénis pour eux la viande et l'eau." Le Prophète (sur lui soit la paix) a dit : "Ils n'avaient alors pas de grain ; s'ils en avaient, il aurait invoqué Dieu pour eux à propos du grain (aussi)" [3184] ; "(Choses) bénies [pour les gens de la Mecque] grâce à l'invocation de Abraham" [3185]. Ibn Abbâs poursuit : "Ces deux choses sont telles que consommées seules ailleurs qu'à la Mecque, elles ne conviennent pas à quelqu'un. Il [= Abraham] dit : "Lorsque ton époux viendra, transmets-lui la salutation, et dis-lui de garder le pas de sa porte." Lorsque Ismaël vint, il dit : "Quelqu'un serait-il venu à vous ?" (Son épouse) répondit : "Oui, un homme âgé, de belle apparence" – et elle fit ses éloges – "il m'a questionné à ton sujet, je l'ai informé, et il m'a demandé comment est notre vie, je lui ai dit que nous sommes dans le bien-être." Il s'enquit : "T'a-t-il recommandé quelque chose ?" "Oui, répondit-elle. Il te salue, et te dit de garder le pas de ta porte." Ismaël déclara alors : "C'est mon père, et tu (es représentée par) le pas de la porte ; il m'a dit de te garder."

Ensuite Abraham resta loin d'eux un temps que Dieu voulut, puis il revint. Ismaël arrangeait une de ses flèches sous un arbre, près de Zamzam. Lorsqu'il le vit il se leva vers lui et tous deux firent comme font le père vis-à-vis de son fils et le fils vis-à-vis de son père. Puis il dit : "O Ismaël, Dieu m'a ordonné quelque chose." "Fais donc ce que ton Seigneur t'a ordonné" dit Ismaël. "Et tu m'aideras ?" demanda-t-il. "Et je t'aiderai", répondit-il. "Eh bien, reprit-il, Dieu m'a ordonné de bâtir une Maison ici" et il indiqua un tertre surélevé par rapport à son alentour. C'est alors qu'ils élevèrent les assises de la Maison. Ismaël apportait les pierres et Abraham les assemblait. Puis, lorsque la construction se fut élevée, il apporta cette pierre et, debout dessus, il (continuait à) bâtir, pendant que Ismaël lui tendait les pierres. Tous deux disaient : "O notre Seigneur, accepte de nous, Tu es, Toi, Celui qui entend, Celui qui sait". Ils bâtirent donc (cet édifice). Ensuite ils tournèrent autour de la Maison en disant : "O notre Seigneur, accepte de nous, Tu es, Toi, Celui qui entend, Celui qui sait"" (al-Bukhârî, 3184-3185).

-

B) Quelques points de développement :

1) La première Maison dédiée à Dieu :

As-Suddî est d'avis que le premier prototype de la Kaaba constitue la première maison jamais construite par des hommes sur terre (Tafsîr Ibn Kathîr 1/329-330).

Mais Alî (que Dieu l'agrée) disait qu'il ne s'agit pas de la première maison ayant été bâtie sur terre, mais de la première maison dédiée à Dieu ayant été bâtie sur terre (Tafsîr Ibn Kathîr 1/329-330). De même, al-Hassan al-Basrî commentait ce verset ainsi : "La première maison qui fut suscitée pour les hommes pour qu'y soit célébré le culte de Dieu est celle qui se trouve à Bakka" (Ad-Durr ul-manthûr, as-Suyûtî, 2/93).

-
2) Qui a construit le premier la Kaaba : Adam ou Abraham ?

– Ibn Hajar penche vers l'avis de Ibn ul-Jawzî, selon qui c'est Adam qui le premier a bâti la Kaaba. Ensuite on perdit la trace de celle-ci. Finalement Dieu indiqua à Abraham son emplacement (cf. Fat'h ul-bârî 6/495, 487).

– Ibn Kathîr est par contre d'avis que c'est Abraham et non Adam qui, le premier, a bâti le premier prototype de la Kaaba (Al-Bidâya wa-n-nihâya 1/199). Quant au verset qui dit : "Et lorsque Nous indiquâmes à Abraham l'emplacement de la Maison…" (Coran 22/26), il veut, selon Ibn Kathîr, dire que Dieu indiqua à Abraham "l'emplacement qu'Il avait fixé pour que la Kaaba y soit bâtie", et non pas "l'emplacement que, à l'époque de Adam, la Kaaba aurait occupé" (Al-Bidâya wa-n-nihâya 1/199). Il est vrai qu'il existe un hadîth attribué au Prophète qui dit que c'est Adam qui avait bâti le premier prototype de la Kaaba ; mais il n'est pas authentique (Tafsîr Ibn Kathîr 1/330). Il est vrai également que des propos rapportés de 'Abdullâh ibn 'Amr ibn il-'As disent explicitement que c'est Adam qui, le premier, avait bâti la Kaaba ; mais ces propos n'ont pas pour origine le Prophète (Tafsîr Ibn Kathîr 1/330 ; Al-Bidâya wa-n-nihâya 1/199).
Il est tout aussi vrai que le Prophète a dit dans une parole : "Cette ville, c'est Dieu qui l'a rendue sacrée le jour où Il a créé les cieux et la terre" (al-Bukhârî et Muslim). Cependant, étant donné qu'il a aussi dit : "Abraham a déclaré la Mecque sacrée, et je déclare Médine sacrée" (al-Bukhârî et Muslim), la première parole peut signifier simplement que Dieu avait, lors de la création même, prédestiné que Abraham déclarerait la Mecque sacrée, et ce sur Son Ordre (Shar'h Muslim 9/124).

--- L'avis de as-Suddî, cité en 1 plus haut, est compatible avec l'avis de Ibn Hajar, mais pas avec celui de Ibn Kathîr.

"Quel lieu de culte (de Dieu l'Unique) fut institué sur la terre le premier ? demanda Abû Dharr au Prophète. – Le lieu de culte Sacré [= la Kaaba]. – Ensuite ? demanda-t-il. Le lieu de culte Eloigné [= le Sanctuaire de Jérusalem], répondit-il. Combien de temps entre les deux ? demanda-t-on. – 40 ans, répondit-il (rapporté par al-Bukhârî, 3186, Muslim, 520).
Nous venons de le voir, Ibn Kathîr est d'avis que ce fut Abraham qui, avec l'aide d'Ismaël, fut l'artisan de cette institution sur terre du premier lieu de culte dédié à Dieu l'Unique.

-
3) Quelle différence entre "Makka" et "Bakka" ?

Le nom "Makka" est couramment employé pour désigner la cité proprement dite de la Mecque.
Cependant, ce nom désigne aussi, dans un sens plus large, toute la vallée dans laquelle cette cité se trouve. C'est bien pourquoi un autre verset du Coran dit, lorsqu'il relate ce qui s'est passé lors de la tentative du Prophète de venir accomplir la petit pèlerinage à la Kaaba : "وَهُوَ الَّذِي كَفَّ أَيْدِيَهُمْ عَنكُمْ وَأَيْدِيَكُمْ عَنْهُم بِبَطْنِ مَكَّةَ مِن بَعْدِ أَنْ أَظْفَرَكُمْ عَلَيْهِمْ وَكَانَ اللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرًا" : "Et Il est Celui qui a retenu vos mains d'eux et leurs mains de vous, dans la vallée de la Mecque ("bi batni Makka"), après vous avoir donné victoire contre eux" (Coran 48/24). Ces derniers mots font allusion à la capture, par les musulmans, d'une petite armée ayant alors dévalé de la montagne de at-Tan'îm (Tafsîr Ibn Kathîr) ; cet épisode ne s'est donc pas déroulé dans la cité "Makka" mais dans la vallée "Makka". Al-Qurtubî relate un avis selon lequel "Batnu Makka" désigne ici : "al-Hudaybiya" (Tafsir ul-Qurtubî). Certains ulémas disent d'ailleurs : "Makka : min al-fajji ila-t-tan'îm" (Tafsîr Ibn Kathîr 1/330).

Et qu'est-ce que "Bakka" ? Ce nom désigne-t-il un lieu différent de "Makka" ? Mujâhid est d'avis que les deux noms désignent le même lieu (Tafsîr Ibn Kathîr 1/330 ; Tafsîr ul-Qurtubî 2/89). Selon cet avis, la différence ne porte que sur deux lettres – "m" et "b" – qui sont proches quant à leur lieu d'articulation (makhraj), ce qui explique leur interversion courante en langue arabe (Ma'ârif ul-qur'ân 2/116). C'est ainsi que les Arabes disent aussi bien : "tîn lâzib" que "tîn lâzim" (Tafsîr ul-Qurtubî 2/89).

-
4) Quelles différences essentielles ya-t-il entre le récit que la Torah a fait de l'installation de Ismaël dans le désert et celui que Ibn Abbâs en a fait ?

Mis à part des divergences sur un certain nombre de points, il y a entre le récit que la Torah fait de cet événement et celui qu'Ibn Abbâs en fait "la différence qui existe entre la brièveté et de l'explicitation" ("ijmâl-ô-tafsîl kâ farq hé") : ce sont les termes de Cheikh Sayyid Sulaymân an-Nadwî (Ardh ul-qur'ân p. 284).

Ceci s'explique par le fait que, comme l'a écrit Martin Lings, "la Genèse" est "le livre consacré à Isaac et à sa descendance, et non à l'autre lignée d'Abraham".
Muhammad Asad écrit de même : "Seul le début de l'histoire d'Ismaël et de sa mère figure dans l'Ancien Testament, car ses développements ultérieurs ne concernent pas directement les destinées du peuple hébreu, auxquels le livre est principalement consacré".

-
5) Pourquoi Agar et Ismaël furent-ils éloignés du lieu où Abraham habitait ?

– S'ils durent partir alors que Ismaël était encore nourrisson (nous allons revenir sur cette question au point 6), alors c'est parce que Sarah était jalouse (dans le sens de ghayra et non de hassad) de Agar, qui avait donné un enfant à Abraham. Agar dut alors partir pour apaiser les tensions.

– Et s'ils durent partir alors que Isaac était déjà né (et que Ismaël avait alors au moins déjà 14 ans), c'est parce que Sarah l'exigea en ces termes : "L'enfant grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré. Sara vit s'amuser le fils que Hagar l'Égyptienne avait donné à Abraham. Elle dit à ce dernier : "Chasse la servante et son fils, car le fils de cette servante ne doit pas hériter avec mon fils Isaac." Cette parole fâcha beaucoup Abraham parce que c'était son fils" (Genèse 21/8-12).

Le récit de Ibn Abbâs fait brièvement allusion à la tension existant entre Sarah et Abraham à ce sujet : "Lorsqu'il se passa entre Abraham et son épouse ce qui se passa, Abraham prit avec lui Ismaël et la mère de celui-ci" (al-Bukhârî 3185).

-
6) Quel âge avait Ismaël quand sa mère et lui durent partir suite à l'ordre de Sarah ?

– Le récit de la Torah dit que Isaac était déjà né lorsque Sarah exigea de Abraham que Ismaël et sa mère Agar soient éloignés d'eux (cf. Genèse 21/9-14) ; ceci présuppose que Ismaël était alors âgé de plus de 14 ans, puisque, selon la même source, c'est l'âge qu'il avait quand Isaac est né.

– Par contre le récit de Ibn Abbâs dit, nous l'avons vu, qu'Ismaël était encore un nourrisson et que sa mère l'allaitait lorsqu'ils arrivèrent à la Mecque.

Laquelle de ces deux versions retenir : Ismaël était-il alors encore nourrisson, ou bien déjà jeune garçon ?

– Cheikh Syôhârwî a écrit que Ismaël était alors encore un nourrisson : le récit de Ibn Abbâs, dit-il, est formel sur ce point (cf. Qassas ul-qur'ân 1/230-231, 233) ;

– Cheikh Sulaymân an-Nadwî est par contre d'avis que Ismaël était alors âgé de plus de 14 ans, conformément à ce qu'en dit la Torah. Cela est ce qu'implique le texte même du Coran (sourate as-Sâffât), surtout si on retient bien que c'est Ismaël qui a failli être sacrifié : le texte du Coran montre bien que ce fils ayant failli être sacrifié vivait jusqu'alors auprès de son père Abraham encore : "فَلَمَّا بَلَغَ مَعَهُ السَّعْيَ قَالَ يَا بُنَيَّ إِنِّي أَرَى فِي الْمَنَامِ أَنِّي أَذْبَحُكَ فَانْظُرْ مَاذَا تَرَى قَالَ يَا أَبَتِ افْعَلْ مَا تُؤْمَرُ سَتَجِدُنِي إِنْ شَاءَ اللَّهُ مِنَ الصَّابِرِينَ" (Coran 37/102). Quant au récit de Ibn Abbâs, le cheikh en dit que, mis à part certains passages qui ont pour source le Prophète, le reste provient de sources non-islamiques, lesquelles sont autorisées mais dont les éléments n'ont pas le même caractère formel que les données du Coran et des Hadîths (Ardh ul-qur'ân, pp. 282-283).

En fait il s'agit de se demander si c'est la totalité du récit que Ibn Abbâs tient du Prophète (auquel cas il est hors de question de lui préférer la version de la Torah), ou bien si certains éléments de ce récit sont issus de traditions préislamiques (cas où il serait en soi possible de choisir quelque chose d'autre, s'il s'avère que ce "quelque chose d'autre" est plus authentique) ?

– Ibn Hajar est d'avis que le fait qu'Ibn Abbâs ait explicitement attribué, au cours du récit, certaines phrases au Prophète, cela indique que c'est la totalité du récit qu'il tient de celui-ci ("وهذا القدر صرح بن عباس برفعه عن النبي صلى الله عليه وسلم وفيه إشعار بأن جميع الحديث مرفوع" : Fat'h ul-bârî 6/486). Ibn Abbâs aura simplement relaté le reste du récit par ses mots à lui.

– Par contre Ibn Kathîr pense que, certes, pour ce qui est des phrases que Ibn Abbâs a directement rapportées du Prophète, il les tient effectivement de ce dernier, cependant, ce n'est pas le cas de la totalité du récit ; il en est une partie qu'il tient de traditions ayant d'autres sources que le Prophète : "والحديث - والله أعلم - إنما فيه مرفوع أماكن صرح بها ابن عباس عن النبي صلى الله عليه وسلم" (Tafsîr Ibn Kathîr 1/156) ; "وهذا الحديث من كلام ابن عباس وموشح برفع بعضه؛ وفي بعضه غرابة وكأنه مما تلقاه ابن عباس عن الإسرائيليات. وفيه أن اسمعيل كان رضيعا إذ ذاك؛ وعند أهل التوراة أن إبراهيم أمره الله بأن يختن ولده اسمعيل وكل من عنده من العبيد وغيرهم فختنهم وذلك بعد مضي تسع وتسعين سنة من عمره، فيكون عمر اسمعيل يومئذ ثلاث عشرة سنة" (Al-Bidâya wa-n-nihâya, 1/191) ; "وكأن بعض هذا السياق متلقى من الإسرائيليات ومطرز بشئ من المرفوعات ولم يذكر فيه قصة الذبيح" (Al-Bidâya wa-n-nihâya, 1/191). Ces sources non-islamiques autorisées sont peut-être, comme l'a dit Muhammad Asad, des traditions arabes préislamiques.

-
7) Quel fut le lieu où Agar et Ismaël s'installèrent ?

Le Coran dit explicitement que la Kaaba fut bâtie conjointement par Abraham et Ismaël (Coran 2/127). Le récit de Ibn Abbâs que nous avons vu plus haut dit que c'est en le lieu où la Kaaba fut bâtie que Ismaël s'installa.

Le récit de la Torah dit seulement qu'Ismaël s'installa dans le désert de Parân : "Dieu fut avec le garçon qui grandit et habita au désert. C'était un tireur d'arc ; il habita dans le désert de Parân, et sa mère lui fit épouser une femme du pays d'Egypte" (Genèse 21/20-21).

Où situe-t-on le désert de Parân ?

--- Selon des commentateurs chrétiens, il s'agit du "désert de la péninsule du Sinaï, au sud de Qadesh" (TOB) ;

--- Selon Ibn Taymiyya, le nom Parân désigne non pas seulement le désert de la péninsule du Sinaï, mais tout le désert qui recouvre une partie de la péninsule du Sinaï, le pays de Madian et le littoral occidental de la péninsule arabique (le lecteur se réfèrera à une carte géographique) (Al-Jawâb us-sahîh 3/242).

Il est donc tout aussi vrai de dire qu'Ismaël habita le désert qui recouvre le sud du Sinaï, que de dire qu'il habita le désert où se situe la vallée de Bakka : le nom "Parân" désigne le tout.

Il est également à noter que d'une part le texte biblique aussi affirme que les fils d'Ismaël s'établirent en Arabie : "les Ismaélites demeurèrent de Hawila à Shour, aux confins de l'Egypte, jusqu'à Ashour…" (Genèse 25/18) :
– Hawila : "selon 10/2, il s'agirait d'une région d'Arabie" (TOB, p. 24, note de bas de page) ;
– Shour se trouve également en Arabie, près de Madian et du Sinaï, comme l'implique le récit de l'Exode avec Moïse : Exode 15/22 ;
– quant à Ashour, la TOB en dit : "région non identifiée, mentionnée également en Nombres 24/22" (TOB, p.47).

On note de même que Téma est une cité d'Arabie bien connue, alors que c'est aussi le nom d'un fils d'Ismaël (Genèse 25/15) : tout porte à penser que la cité a été nommée d'après le nom de ceux qui s'y sont installés, autrement dit des fils d'Ismaël. La même chose est valable pour Douma, qui est le nom d'une cité d'Arabie (Dûmat ul-jandal) en même temps que d'un des fils d'Ismaël.

Or, dire que Ismaël n'ait pas dépassé la péninsule du Sinaï mais que ses fils soient, eux, allés prendre souche dans la péninsule arabique, cela est peu probable. Par contre, dire que Ismaël s'était installé à la Mecque, cela rend plus facilement compréhensible le fait que ses fils aient essaimé dans les 3 directions : vers le nord jusqu'à Téma et aux confins d'Egypte, vers l'est, et vers le sud (vers l'ouest non car là se trouve la mer Rouge).

Un autre indice allant dans ce sens est qu'une autre passage du texte biblique affirme : "Le Seigneur est venu du Sinaï, pour eux il s'est levé à l'horizon, du côté de Séïr, il a resplendi depuis le mont de Parân" (Deutéronome 33/2). Cette prophétie semble désigner des révélations de Dieu ; or, si on considère l'avis selon lequel le désert de Parân ne désigne que le désert de la péninsule du Sinaï, on peut se demander quelle révélation reconnue par les judéo-chrétiens a eu lieu dans cette partie du désert. Par contre, si on considère l'avis selon lequel il s'agit du désert qui va jusqu'à la péninsule arabique, les choses deviennent plus claires : à la Mecque a eu lieu la révélation d'une grande partie du Coran à Muhammad, descendant d'Ismaël. Dans le commentaire de la TOB sur ce verset, on lit : "mont de Parân : localisation incertaine ; on peut le mettre en rapport avec le désert de Parân (voir Gn 21/21 et la note) Ha 3.3" (TOB p. 256).

-
8) Agar et Ismaël s'y rendirent-ils seuls, ou accompagnés de Abraham ?

– La Genèse dit que ce fut sans Abraham que Agar et Ismaël quittèrent Canaan : "Abraham se leva de bon matin, prit du pain et une outre d'eau qu'il donna à Hagar. Il mit l'enfant sur son épaule et la renvoya. Elle s'en alla errer dans le désert de Béer-Shéva. Quand l'eau de l'outre fut épuisée, elle jeta l'enfant sous l'un des arbustes. Puis elle alla s'asseoir à l'écart, à la distance d'une portée d'arc. Elle disait en effet : "Que je n'assiste pas à la mort de l'enfant !" Assise à l'écart, elle éleva la voix et pleura. Dieu entendit la voix du garçon, et, du ciel, l'ange de Dieu appela Hagar. Il lui dit : "Qu'as-tu, Hagar ? Ne crains pas, car Dieu a entendu la voix du garçon, là où il est. Lève-toi ! Relève l'enfant et tiens-le par la main car de lui je ferai une grande nation." Dieu lui ouvrit les yeux et elle aperçut un puits avec de l'eau. Elle alla remplir l'outre et elle fit boire le garçon. Dieu fut avec le garçon qui grandit et habita au désert. C'était un tireur d'arc ; il habita dans le désert de Parân, et sa mère le fit épouser une femme du pays d'Egypte" (Genèse 21/14-21). Martin Lings également, au travers du passage de son livre reproduit plus bas, pense que ce fut sans Abraham à leurs côtés que Agar et Ismaël allèrent s'installer dans la vallée de la Mecque : ils y furent acheminés par une caravane.

– Par contre le récit de Ibn Abbâs dit que ce fut Abraham qui les accompagna jusqu'à la vallée avant de les y laisser. Muhammad Asad a repris cette idée que c'est Abraham qui les y accompagna – nous allons lire un extrait de ses écrits plus bas –, mais il a ajouté que Abraham a effectué ce voyage à dos de chameau. Or il faut souligner que la tradition relatée par Ibn Abbâs ne précise pas sur quel animal ils effectuèrent le voyage depuis Canaan jusqu'à Bakka ; et s'il est des spécialistes qui ont comme avis que ce n'est qu'assez tardivement – en tous cas bien après l'époque où l'on situe la vie de Abraham – que le dromadaire fut domestiqué (lire par exemple Moïse et Pharaon, Maurice Bucaille, pp. 73-74, pp. 295-296), il en est d'autres qui ont écrit que le dromadaire était déjà domestiqué en Arabie durant le second millénaire avant Jésus ("La domestication du dromadaire prit son essor en Arabie vers 2000 ans avant notre ère" : cliquez ici).

-
9) Ismaël se maria-t-il avec une femme de la tribu sudarabique de Jur'hum ou d'Egypte ?

– Le récit de Ibn Abbâs dit : une jur'humite.

– Celui de la Torah dit : une femme du pays d'Egypte.

L'un ne contredit pas l'autre. Le fait est que les Jur'humites faisaient partie de ces clans d'Arabie qui étaient semi-nomades et allaient jusqu'en Egypte vendre des produits du Yémen. Si on sait que la route de l'encens a existé de façon organisée pendant le premier millénaire avant Jésus, Cheikh Sulaymân an-Nadwî écrit que durant le second millénaire avant la venue du Messie la route commerciale entre le Yémen jusqu'à la Méditerranée existait déjà (cf. Ardh ul-qur'ân, p. 336).

Martin Lings, expliquant comment il se fait que, selon lui, Agar et Ismaël furent peut-être conduits jusqu'à la vallée de Bakka par des voyageurs, écrit lui aussi que la vallée "était située sur l'une des grandes routes de caravane, appelée parfois la route de l'encens à cause des parfums et autres denrées de même nature qui étaient acheminés par cette voie, du sud de l'Arabie à la Méditerranée." Peut-être que s'il est avéré qu'à l'époque de Abraham le chameau n'était pas encore domestiqué – nous en avons parlé dans le point précédent –, le commerce n'avait cours sur cette route que de façon sporadique, étant l'œuvre de semi-nomades et non de caravanes organisées.

-
10) Une remarque à propos de la comparaison faite par Muhammad Asad :

Après avoir conquis la cité de La Mecque, le prophète Muhammad (que Dieu le bénisse et le salue) attend que les gens se calment, puis il se rend à la Kaaba et en accomplit les septuples circumambulations (tawâf), sur sa monture (Sîrat Ibn Hishâm, sanad hassan : FB 8/24).
Les 360 idoles qui avaient été placées par la tribu Quraysh tout autour de la Kaaba, le Prophète les brise : "عن عبد الله رضي الله عنه، قال: دخل النبي صلى الله عليه وسلم مكة يوم الفتح، وحول البيت ستون وثلاث مائة نصب فجعل يطعنها بعود في يده، ويقول: "جاء الحق وزهق الباطل، جاء الحق وما يبدئ الباطل وما يعيد" (al-Bukhârî 4036). "عن ابن مسعود، قال: دخل رسول الله صلى الله عليه وسلم مكة عام الفتح وحول الكعبة ثلاث مائة وستون نصبا، فجعل النبي صلى الله عليه وسلم يطعنها بمخصرة في يده - وربما قال بعود - ويقول: "{جاء الحق وزهق الباطل إن الباطل كان زهوقا جاء الحق وما يبدئ الباطل وما يعيد}" (at-Tirmidhî, 3138). Nulle part il n'a été relaté que les Quraysh auraient placé ces idoles accolées à la Kaaba. Apparemment elles se trouvaient, au contraire, disposées à une certaine distance de la Kaaba et en cercle autour d'elle ; celui qui faisait tawâf marchait entre la Kaaba et le cercle que les idoles formaient un peu plus loin ; et celui qui se prosternait vers la Kaaba n'était alors pas tourné vers ces idoles. Par contre je ne sais pas (لا أدري) si, lors de la conquête de La Mecque, le Prophète a brisé ces idoles avant de débuter le tawâf, ou bien pendant qu'il faisait le tawâf.

Après avoir fait le tawâf, il fait s'asseoir sa monture, puis fait venir la clé de la Kaaba. Il la fait ouvrir, mais avant d'entrer dans la Kaaba, il en fait sortir les images présentes à l'intérieur : il y avait là une sculpture de Abraham et de Ismaël consultant des flèches divinatoires ("عن ابن عباس رضي الله عنهما، أن النبي صلى الله عليه وسلم لما رأى الصور في البيت، لم يدخل حتى أمر بها فمحيت؛ ورأى إبراهيم وإسماعيل عليهما السلام بأيديهما الأزلام، فقال "قاتلهم الله، والله إن استقسما بالأزلام قط" : al-Bukhârî, 1524) ; il y avait aussi une représentation de Marie ("عن ابن عباس رضي الله عنهما، قال: دخل النبي صلى الله عليه وسلم البيت، فوجد فيه صورة إبراهيم، وصورة مريم، فقال: "أما لهم، فقد سمعوا أن الملائكة لا تدخل بيتا فيه صورة! هذا إبراهيم مصور، فما له يستقسم" : al-Bukhârî, 3173) tenant dans son giron Jésus (il s'agissait en fait d'une peinture, réalisée sur un des piliers intérieurs de la Kaaba : Fat'h ul-bârî 8/22) ; il s'y trouvait aussi une sculpture de colombe en bois : le Prophète la brise lui-même (Sîrat Ibn Hishâm, 4/50) ("وكانت تماثيل على صور شتى؛ فامتنع النبي صلى الله عليه وسلم من دخول البيت وهي فيه، لأنه لا يقر على باطل ولأنه لا يحب فراق الملائكة وهي لا تدخل ما فيه صورة" : Fat'h ul-bârî 3).

Puis il demeure longtemps dans la Kaaba à y prier Dieu : "عن عبد الله رضي الله عنه: أن رسول الله صلى الله عليه وسلم أقبل يوم الفتح من أعلى مكة على راحلته مردفا أسامة بن زيد، ومعه بلال، ومعه عثمان بن طلحة من الحجبة، حتى أناخ في المسجد، فأمره أن يأتي بمفتاح البيت ففتح. ودخل رسول الله صلى الله عليه وسلم ومعه أسامة، وبلال، وعثمان، فمكث فيها نهارا طويلا، ثم خرج. فاستبق الناس؛ وكان عبد الله بن عمر أول من دخل، فوجد بلالا وراء الباب قائما، فسأله: "أين صلى رسول الله صلى الله عليه وسلم؟" فأشار له إلى المكان الذي صلى فيه. قال عبد الله: فنسيت أن أسأله كم صلى من سجدة" (al-Bukhârî, 2826).

Plus de détails relatifs à cet événement sont visibles dans notre article qui consacré à la patience du Prophète (sur lui soit la paix), suivie du succès.

-
Muhammad Asad a comparé cette destruction, par le prophète Muhammad, des idoles, à la destruction, par Moïse, du Veau d'or adoré par son peuple dans le Sinaï (nous allons lire son écrit plus bas).

On pourrait plutôt comparer cet acte au fait que, pendant la période où l'Alliance conclue entre Dieu et les fils d'Israël était en vigueur, des personnages israélites ont dû eux aussi purifier le Sanctuaire de Jérusalem des idoles qui y avaient été placées.
Ainsi, Manassé, un roi de Juda, y avait installé l'idole de Ashéra (Astarté) (2Rois 21/7) ; ce fut Josias, un autre roi, qui purifia le Sanctuaire en détruisant les objets qu'on avait faits et qu'on y avait placés en l'honneur de Baal, Ashéra et autres divinités (2Rois 23/4).
Quelques siècles plus tard, une idole de Zeus fut installée sur ordre des Séleucides ; ce fut Judas Maccabée qui purifia le Sanctuaire après s'être révolté et avoir remporté la victoire.

-
11) Prendre la direction de la Kaaba pour se prosterner devant Dieu, cela est comparable au fait que les fils d'Israël se tournaient vers Bayt ul-Maqdis de Jérusalem pour se prosterner :

Il est relaté que Salomon (sur lui soit la paix) pria Dieu ainsi : "Quand les fils d'Israël auront péché contre toi, car il n’y a pas d'homme qui ne pèche, que tu te seras irrité contre eux, que tu les auras livrés à l’ennemi et que leurs vainqueurs les auront emmenés captifs dans un pays ennemi, lointain ou proche, si, dans le pays où ils sont captifs, ils réfléchissent, se repentent et t'adressent leur supplication dans le pays de leurs vainqueurs en disant : "Nous sommes pécheurs, nous sommes fautifs, nous sommes coupables", s'ils reviennent à toi de tout leur cœur, de toute leur âme, dans le pays des ennemis où ils auront été emmenés et s'ils prient vers toi, en direction de leur pays, le pays que tu as donné à leurs pères, en direction de la ville que tu as choisie et de la Maison que j'ai bâtie pour ton nom, écoute depuis le ciel, la demeure où tu habites, écoute leur prière et leur supplication, et fais triompher leur droit" (1Rois 8/46-49).

Le prophète Daniel (sur lui soit la paix), une fois à Babylone, priait la face tournée vers Bayt ul-Maqdis : "Lorsque Daniel sut que le rescrit avait été signé, il entra dans sa maison. Celle-ci avait des fenêtres qui s'ouvraient, à l'étage supérieur, en direction de Jérusalem. Trois fois par jour, il se mettait donc à genoux, et il priait et louait en présence de son Dieu, comme il le faisait auparavant" (Daniel 6/11).

Lire notre article : Pourquoi le besoin d'une Qibla pour se prosterner devant Dieu ?

-
12) Les rites du pèlerinage musulman à la Kaaba sont une répétition des gestes que Abraham, Agar et Ismaël ont faits dans ces lieux :

Tourner (tawâf) autour de la Kaaba a été fait par Abraham et Ismaël (voir la relation de Ibn Abbâs plus haut).
Cheminer entre Safa et Marwa est une répétition de ce que Agar a fait lorsque, désespérée, elle scrutait l'horizon dans l'espoir de voir une caravane s'approcher.
Sacrifier un animal reproduit le sacrifice d'un bélier que Abraham fit, en échange du sacrifice de son fils Ismaël.
Stationner à Arafa pour prier Dieu, à al-Muzdalifa pour y passer la nuit, et à Mina pour y jeter des cailloux sur l'une et ensuite sur les 3 stèles, cela a été institué par Abraham : "عن ابن عباس رفعه قال: "لما أتى إبراهيم خليل الله المناسك عرض له الشيطان عند جمرة العقبة فرماه بسبع حصيات حتى ساخ في الأرض، ثم عرض له عند الجمرة الثانية فرماه بسبع حصيات حتى ساخ في الأرض، ثم عرض له عند الجمرة الثالثة فرماه بسبع حصيات حتى ساخ في الأرض." قال ابن عباس: "الشيطان ترجمون، وملة أبيكم تنعون." هذا حديث صحيح على شرط الشيخين، ولم يخرجاه" (Al-Hâkim, Al-Mustad'rak, 1713) (la même parole est rapportée par al-Bayhaqî, As-Sunan al-Kub'râ, 9693 : à la fin, ici, on lit plutôt : "قال ابن عباس رضي الله تعالى عنه: "الشيطان ترجمون، وملة أبيكم تتبعون"). On trouve ici mention de l'occasion où Abraham s'est rendu dans les lieux des rites du pèlerinage.
Car Abraham s'était bel et bien rendu dans ces lieux de pèlerinage : "عن عمرو بن عبد الله بن صفوان، عن يزيد بن شيبان، قال: أتانا ابن مربع الأنصاري ونحن وقوف بالموقف مكانا يباعده عمرو، فقال: "إني رسول رسول الله صلى الله عليه وسلم إليكم يقول: "كونوا على مشاعركم، فإنكم على إرث من إرث إبراهيم" (at-Tirmidhî, 883, Abû Dâoûd, an-Nassâ'ï, Ibn Mâja).

-
Pourquoi, nous interpellent certains non-musulmans, répéter des gestes tels que cheminer entre Safa et Marwa et lancer des cailloux sur 3 stèles à Mina, alors que ces gestes ont été faits pour une raison précise (maslaha), qui n'existe plus aujourd'hui ?

La réponse est que ces gestes ont été incorporés aux nombreux rites du pèlerinage à La Mecque, lesquels, comme leur nom l'indique, sont rituels et ont donc une forme précise. La sagesse en est qu'il s'agit d'imiter ainsi (par souvenir, et par reconnaissance envers Dieu) les gestes des "pères fondateurs" qui ont installé la Milla Ibrâhîmiyya (forme de religion abrahamique) dans le désert d'Arabie.

Shâh Waliyyullâh écrit :
"المصالح المرعية في الحج أمور: منها: تعظيم البيت، فإنه من شعائر الله، وتعظيمه هو تعظيم الله تعالى. ومنها: تحقيق معنى العرضة؛ فإن لكل دولة أو ملة اجتماعا يتوارده الأقاصي والأدانى، ليعرف فيه بعضهم بعضا ويستفيدوا أحكام الملة ويعظموا شعائرها؛ والحج عرضة المسلمين وظهور شوكتهم واجتماع جنودهم وتنويه ملتهم؛ وهو قول الله تعالى: {وإذا جعلنا البيت مثابة للناس وأمنا}. ومنها: موافقة ما توارث الناس عن سيدنا إبراهيم وإسمعيل عليهما السلام؛ فإنهما إماما الملة الحنيفة ومشرعاها للعرب؛ والنبي صلى الله عليه وسلم بعث لتظهر به الملة الحنيفية وتعلو بها كلمتها؛ وهو قوله تعالى: {ملة أبيكم إبراهيم}؛ فمن الواجب المحافظة على ما استفاض عن إماميها، كخصال الفطرة ومناسك الحج؛ وهو قوله صلى الله عليه وسلم: "قفوا على مشاعركم فإنكم على إرث من إرث أبيكم إبراهيم". ومنها: الاصطلاح على حال يتحقق بها الرفق لعامتهم وخاصتهم، كنزول منى، والمبيت بمزدلفة؛ فإنه لو لم يصطلح على مثل هذا لشق عليهم، ولو لم يسجل عليهم، لم تجتمع كلمتهم عليه مع كثرتهم وانتشارهم. ومنها: الأعمال التي تعلن بأن صاحبها موحد، تابع للحق، متدين بالملة الحنيفية، شاكر لله على ما أنعم على أوائل هذه الملة، كالسعي بين الصفا والمروة. ومنها أن" (Hujjat ullâh il-bâligha, 2/146-147).
"والسر في السعي بين الصفا والمروة على ما ورد في الحديث أن هاجر أم إسمعيل عليه السلام لما اشتد بها الحال، سعت بينهما سعي الإنسان المجهود، فكشف الله عنهما الجهد بابداء زمزم وإلهام الرغبة في الناس أن يعمروا تلك البقعة؛ فوجب شكر تلك النعمة على أولاده ومن تبعهم، وتذكر تلك الآية الخارقة، لتبهت بهيميتهم وتدلهم على الله؛ ولا شيء في هذا مثل أن يعضد عقد القلب بهما بفعل ظاهر منضبط، مخالف لمألوف القوم، فيه تذلل، عند أول دخولهم مكة؛ وهو محاكاة ما كانت فيه من العناء والجهد؛ وحكاية الحال في مثل هذا أبلغ بكثير من لسان المقال" (Ibid., 2/160-161).
"والسر في الهدى: التشبه بفعل سيدنا إبراهيم عليه السلام فيما قصد من ذبح ولده في ذلك المكان طاعة لربه وتوجها إليه، والتذكر لنعمة الله به وبأبيهم إسمعيل عليه السلام؛ وفعل مثل هذا الفعل في هذا الوقت والزمان ينبه النفس أي تنبه" (Ibid., 2/158-159).

Cela est comparable au fait que, génération après génération, les fils d'Israël continuent à reproduire certains gestes, et même parfois à consommer les mêmes mets, que ceux que leurs Anciens avaient faits et consommés lors d'épisodes forts de leur histoire. Ainsi, lors de la Pâque juive, il s'agit pour eux de manger des pains sans levain pendant 7 jours (parce que leurs ancêtres avaient dû emporter précipitamment leur pain lors de leur Exode d'Egypte). Il y a même alors un repas, le Seder, où la table comporte (entre autres choses) une eau salée : elle rappelle les larmes versées par les ancêtres lors de leur esclavage en Égypte ; et une pâte de fruits qui rappelle le mortier que leurs ancêtres devaient fabriquer sur ordre de Pharaon en Égypte.

C'est pour (entre autres) le même motif que, à la naissance de son enfant, le musulman sacrifie un animal pour Dieu, procède au rasage de la tête du bébé, et le circoncit si c'est un garçon :
"واعلم أن العرب كانوا يعقون عن أولادهم، وكانت العقيقة أمرا لازما عندهم وسنة مؤكدة، وكان فيها مصالح كثيرة راجعة إلى المصلحة الملية والمدنية والنفسانية. فمن تلك المصالح: التلطف بإشاعة نسب الولد، إذ لا بد من إشاعته لئلا يقال ما لا يحبه، ولا يحسن أن يدور في السكك، فينادي "إنه ولد لي ولد"؛ فتعين التلطف بمثل ذلك. ومنها: اتباع داعية السخاوة وعصيان داعية الشح. ومنها: أن النصارى كان إذا ولد لهم ولدا صبغوه بماء اصفر يسمونه المعمودية، وكانوا يقولون: يصير الولد به نصرانيا، وفي مشاكلة هذا الاسم نزل قوله تعالى: {صبغة الله ومن أحسن من الله صبغة}؛ فاستحب أن يكون للحنفيين فعل - بإزاء فعلهم ذلك - يشعر بكون الولد حنيفيا تابعا لملة إبراهيم واسماعيل عليهما السلام؛ وأشهر الأففال المختصة بهما المتوارثة في ذريتهما ما وقع له عليه السلام من الإجماع على ذبح ولده، ثم نعمة الله عليه أن فداه بذبح عظيم؛ وأشهر شرائعهما الحج الذي فيه الحلق والذبح؛ فيكون التشبه بهما في هذا تنويها بالملة الحنيفية، ونداء أن الولد قد فعل به ما يكون من أعمال هذه الملة. ومنها: أن هذا الفعل في بدء ولادته يخيل إليه أنه بذل ولده في سبيل الله كما فعل إبراهيم عليه السلام، وفي ذلك تحريك سلسلة الاحسان والانقياد كما ذكرنا في السعي بين الصفا والمروة" (Hujjat ullâh il-bâligha, 2/383-384).
"قال النبي صلى الله عليه وسلم: "عشر من الفطرة: قص الشارب، وإعفاء اللحية، والسواك، والاسنتشاق بالماء، وقص الأظافر، وغسل البراجم، ونتف الأبط، وحلق العانة، وانتقاص الماء - يعني الاستنجاء - قال الراوي: ونسيت العاشرة إلا أن تكون المضمضة". أقول: هذه الطهارة منقولة عن إبراهيم عليه السلام، متداولة في طوائف الأمم الحنيفية أشربت في قلوبهم، ودخلت في صميم اعتقادهم، عليها محياهم، وعليها مماتهم عصرا بعد عصر، ولذلك سميت بالفطرة. وهذه شعائر الملة الحنيفية؛ ولا بد لكل ملة من شعائر يعرفون بها ويؤاخذون عليها، ليكون طاعتها وعصيانها أمرا محسوسا؛ وإنما ينبغي أن يجعل من الشعائر ما كثر وجوده وتكرر وقوعه، وكان ظاهرا. وفيه فوائد جمة تقبله أذهان الناس أشد القبول. والجملة في ذلك أن بعض الشعور النابتة من جسد الإنسان يفعل فعل الأحداث في قبض الخاطر؛ وكذا شعث الرأس واللحية؛ وليرجع الإنسان في ذلك إلى ما ذكره الأطباء في الشرى والحكة وغيرهما من الأمراض الجلدية أنها تحزن القلب وتذهب النشاط. (...) والغرلة عضو زائد يجتمع فيها الوسخ ويمنع الاستبراء من البول، وينقض لذة الجماع، وفي التوراة أن الختان ميسم الله على إبراهيم وذريته؛ معناه أن الملوك جرت عادتهم بأن يسموا ما يخصهم من الدواب لتتميز من غيرها، والعبيد الذين لا يريدون إعتاقهم؛ فكذلك جعل الختان ميسما عليهم؛ وسائر الشعائر يمكن أن يدخلها تغيير وتدليس، والختان لا يتطرق إليه تغيير إلا بجهد" (Ibid., 1/517-518).

-
Le prophète Esaïe (sur lui soit la paix) avait eu cette prophétie : "Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes plus ! Fais éclater ton allégresse et ta joie, toi qui n'as plus de douleurs ! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux que les fils de celle qui est mariée, dit l'Eternel" (Esaïe, 54/1).
Cette prophétie parle de La Mecque : elle n'enfantait plus d'hommes pieux (vu que, au fil du temps, la grande majorité de ses fils étaient devenus polythéistes). Mais, après la mission de Muhammad (sur lui soit la paix), le retour des fils d'Ismaël dans le monothéisme et leur prédication dans le monde entier, les fils pieux de la (femme-esclave) qui a été délaissée car éloignée dans le désert (Agar) finiront par être plus nombreux que les fils pieux de la femme qui a été épousée (et gardée auprès de Abraham) (Sarah).

-
Un verset du Coran se lit ainsi : "Il n'y a pas de mal, pour celui qui accomplit le grand ou le petit pèlerinage à la Maison, à faire le parcours entre (Safâ et Marwa)" : "إِنَّ الصَّفَا وَالْمَرْوَةَ مِن شَعَآئِرِ اللّهِ فَمَنْ حَجَّ الْبَيْتَ أَوِ اعْتَمَرَ فَلاَ جُنَاحَ عَلَيْهِ أَن يَطَّوَّفَ بِهِمَا" (Coran 2/158).
--- 'Urwa se demanda si ce verset ne signifiait pas que le parcours entre les deux monticules Safâ et Marwa était purement facultatif, vu que Dieu y a dit qu'"il n'y a pas de mal à" le faire (al-Bukhârî, 1422).
--- Mais cette formulation est due au fait que, comme Anas ibn Mâlik l'a expliqué à une autre personne, certains musulmans se demandaient si ce parcours n'était pas un élément non abrahamique du pèlerinage, un rite rajouté longtemps après Abraham par des Arabes polythéistes, et que, une fois en islam, il fallait donc délaisser. Et s'ils se demandaient cela, c'est parce qu'ils avaient remarqué que si Dieu avait bien évoqué d'autres rites du pèlerinage dans le Coran, de ce parcours Il n'avait rien dit (al-Bukhârî, 4226).
--- Pour sa part, Aïcha a avancé une autre explication : certaines tribus arabes se demandaient si, maintenant que l'islam était venu, ils devaient, ou pas, accomplir ce parcours, car lorsqu'ils étaient dans la Jâhiliyya, eux, contrairement à d'autres, ne le pratiquaient pas (al-Bukhârî, 1561 etc.).
"قال عروة: سألت عائشة رضي الله عنها فقلت لها: "أرأيت قول الله تعالى: {إن الصفا والمروة من شعائر الله فمن حج البيت أو اعتمر فلا جناح عليه أن يطوف بهما}، فوالله ما على أحد جناح أن لا يطوف بالصفا والمروة؟" قالت: بئس ما قلت يا ابن أختي، إن هذه لو كانت كما أولتها عليه، كانت: لا جناح عليه أن لا يتطوف بهما، ولكنها أنزلت في الأنصار، كانوا قبل أن يسلموا يهلون لمناة الطاغية التي كانوا يعبدونها عند المشلل، فكان من أهل [أي لمناة في الجاهلية] يتحرج أن يطوف بالصفا والمروة. فلما أسلموا، سألوا رسول الله صلى الله عليه وسلم عن ذلك، قالوا: يا رسول الله، إنا كنا نتحرج أن نطوف بين الصفا والمروة، فأنزل الله تعالى: {إن الصفا والمروة من شعائر الله} الآية. قالت عائشة رضي الله عنها: "وقد سن رسول الله صلى الله عليه وسلم الطواف بينهما، فليس لأحد أن يترك الطواف بينهما.
ثم أخبرت أبا بكر بن عبد الرحمن فقال: إن هذا لعلم ما كنت سمعته! ولقد سمعت رجالا من أهل العلم يذكرون: أن الناس، - إلا من ذكرت عائشة - ممن كان يهل بمناة، كانوا يطوفون كلهم بالصفا والمروة، فلما ذكر الله تعالى الطواف بالبيت ولم يذكر الصفا والمروة في القرآن، قالوا: "يا رسول الله، كنا نطوف بالصفا والمروة
[أي في الجاهلية]، وإن الله أنزل الطواف بالبيت فلم يذكر الصفا، فهل علينا من حرج أن نطوف بالصفا والمروة؟" فأنزل الله تعالى: {إن الصفا والمروة من شعائر الله} الآية.
قال أبو بكر: فأسمع هذه الآية نزلت في الفريقين كليهما، في الذين كانوا يتحرجون أن يطوفوا بالجاهلية بالصفا والمروة؛ والذين يطوفون [أي بالصفا والمروة في الجاهلية] ثم تحرجوا أن يطوفوا بهما في الإسلام؛ من أجل أن الله تعالى أمر بالطواف بالبيت ولم يذكر الصفا، حتى ذكر ذلك، بعد ما ذكر الطواف بالبيت"
(al-Bukhârî 1561).
"عن عاصم بن سليمان، قال: سألت أنس بن مالك رضي الله عنه عن الصفا والمروة، فقال: "كنا نرى أنهما من أمر الجاهلية، فلما كان الإسلام أمسكنا عنهما." فأنزل الله تعالى: {إن الصفا والمروة من شعائر الله فمن حج البيت أو اعتمر فلا جناح عليه أن يطوف بهما}" (al-Bukhârî 4226).
Dieu leur dit donc dans ce verset que le parcours entre ces deux monticules faisait, tout au contraire, bel et bien partie du rituel du pèlerinage tel que voulu par Dieu (مِن شَعَائِرِ اللّهِ) et ayant donc été enseigné par Abraham, et qu'il n'y avait par conséquent, dans le fait de le pratiquer, aucune imitation des polythéistes, aucun mal.

-

C) Un extrait de l'ouvrage de Martin Lings :

"Le livre de la Genèse relate qu'Abraham n'avait pas d'enfants et qu'il ne nourrissait plus l'espoir d'en avoir. Une nuit, Dieu le fit sortir de sa tente et lui dit : "Lève les yeux au ciel et compte les étoiles si tu peux les dénombrer." Et tandis qu'Abraham plongeait son regard dans la voûte céleste, il entendit la voix lui dire : "Telle sera ta postérité" [Genèse 15/5].
Sarah, l'épouse d'Abraham, avait alors soixante-seize ans, et lui en avait quatre-vingt-cinq. Elle lui donna sa servante Agar, une Egyptienne, afin qu'il la prît comme seconde épouse. Mais les rapports s'aigrirent entre la maîtresse et la servante [devenue enceinte], et Agar s'enfuit de devant la colère de Sarah, implorant Dieu dans son infortune. Il lui envoya un Ange avec ce message : "Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu'on ne pourra pas la compter." Et l'Ange ajouta : "Voici, tu es enceinte et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom d'Ismaël, car le Seigneur t'a entendue dans ta détresse" [Genèse 16/10-11]. Alors Agar retourna auprès d'Abraham et de Sarah et leur rapporta les paroles de l'Ange. Et quand vint la naissance, Abraham nomma son fils Ismaël, ce qui signifie : "Dieu entend".
Lorsque l'enfant [Ismaël] atteignit l'âge de treize ans, Abraham était dans sa centième année et Sarah était nonagénaire. Dieu parla une nouvelle fois à Abraham et lui promit que Sarah également lui donnerait un fils, qui devait recevoir le nom d'Isaac. Craignant que son fils aîné ne perdît de ce fait la faveur de Dieu, Abraham formula cette prière : "Puisse Ismaël vivre devant Toi !" Et Dieu lui dit : "En faveur d'Ismaël, Je t'ai entendu. Vois, Je l'ai béni… et Je ferai de lui une grande nation. Mais mon alliance, Je l'établirai avec Isaac, que va enfanter Sarah, l'an prochain à la même saison" [Genèse 17/20-21].
Sarah donna naissance à Isaac, et ce fut elle-même qui l'allaita. Lorsqu'il fut sevré, elle dit à Abraham qu'Agar et son fils ne devaient pas demeurer plus longtemps dans leur foyer. Abraham en fut affligé, car il aimait Ismaël. Mais Dieu lui parla à nouveau, lui disant de suivre le conseil de Sarah et de ne point s'attrister ; et Il lui renouvela sa promesse qu'Ismaël serait béni"
(Le Prophète Muhammad, Martin Lings, pp. 9-10, Seuil, 1986).

"Ce n'était pas une seule mais deux grandes nations qui devaient regarder Abraham comme leur père. Deux grandes nations, c'est-à-dire deux puissances bien guidées, deux instruments faits pour accomplir la volonté du Ciel, car la bénédiction promise par Dieu n'est pas d'ordre profane, et il n'est de grandeur devant Dieu que la grandeur selon l'Esprit. Ainsi Abraham fut-il la source de deux courants spirituels, qui ne devaient pas s'écouler ensemble mais suivre chacun son propre cours. Il confia Agar et Ismaël à la bénédiction de Dieu et aux soins de Ses Anges, certain que tout irait bien pour eux.
Deux courants spirituels, deux religions, deux mondes consacrés à Dieu ; deux cercles, et par conséquent deux centres. Un lieu n'est jamais saint par le choix de l'homme, mais parce qu'il a été choisi dans le Ciel. Il y avait deux centres sacrés dans l'orbite d'Abraham : l'un d'eux était proche de lui, tandis que l'emplacement de l'autre ne lui était peut-être pas encore connu. Or ce fut vers le second qu'Agar et Ismaël furent dirigés, dans une vallée déserte d'Arabie, à une quarantaine de jours de caravane au sud de Canaan. La Vallée s'appelait Bacca en raison, disent certains, de son étroitesse : elle était cernée de tous côtés par des collines, avec seulement trois ouvertures, une vers le nord, une vers le sud et la troisième vers l'ouest, en direction de la mer Rouge, éloignée d'une vingtaine de lieues"
(Ibid., pp. 9-10).

"Les Ecritures ne nous disent pas comment Agar et son fils atteignirent Bacca. Peut-être des voyageurs les prirent-ils en charge, car la vallée était située sur l'une des grandes routes de caravane, appelée parfois la route de l'encens à cause des parfums et autres denrées de même nature qui étaient acheminés par cette voie, du sud de l'Arabie à la Méditerranée. Et sans doute Agar reçut-elle, une fois parvenue à cet endroit, l'inspiration de quitter la caravane. Mais après peu de temps la mère et l'enfant commencèrent à souffrir de la soif, au point qu'Agar craignit pour la vie d'Ismaël. Selon les traditions rapportées par leurs descendants, celui-ci, couché sur le sable, élevait ses plaintes vers le Ciel tandis que sa mère, debout sur un rocher au pied d'une éminence voisine, cherchait à voir si quelque secours était en vue. N'apercevant personne, elle gagna rapidement un autre promontoire rocheux d'où son regard ne put découvrir âme qui vive. A demi égarée par la détresse, elle parcourut ainsi par sept fois la distance séparant les deux monticules jusqu'à ce que, s'étant enfin assise pour se reposer sur le rocher le plus éloigné, elle entendît la voix de l'Ange. Selon la Genèse : Dieu entendit la voix de l'enfant et l'Ange de Dieu appela du ciel Agar et lui dit : "Qu'as-tu, Agar ? Ne crains pas, car Dieu a entendu la voix de l'enfant dans le lieu où il est. Lève-toi ! Relève l'enfant et prends-le par la main, car Je ferai de lui une grande nation." Dieu lui ouvrir alors les yeux et elle vit un puits d'eau [Genèse 21/17-20]. L'eau étant celle d'une source que Dieu avait fait jaillir du sable au contact du talon d'Ismaël. Par la suite, la vallée devint rapidement une halte pour les caravanes en raison de l'excellence et de l'abondance de cette eau ; et le puits fut appelé Zemzem" (Ibid., pp. 10-11).

"Quant à la Genèse, qui est le livre consacré à Isaac et à sa descendance, et non à l'autre lignée d'Abraham, elle nous dit au sujet d'Ismaël : Et Dieu fut avec l'enfant, il grandit et demeura au désert, et il devint habile à tirer à l'arc [Genèse 21/17-20]. Après quoi elle ne mentionne que rarement son nom, si ce n'est pour nous apprendre que les deux frères, Isaac et Ismaël, inhumèrent ensemble leur père à Hébron et que, quelques années plus tard, Esaü épousa sa cousine, qui était la fille d'Ismaël" (Ibid., p. 11).

"Au moment où Agar et Ismaël atteignaient leur destination, Abraham avait encore soixante-quinze années à vivre, et il rendit visite à son fils dans le lieu saint où Agar avait été guidée. Le Coran nous dit que Dieu lui montra l'emplacement exact, près du puits de Zemzem, sur lequel lui et Ismaël devaient bâtir un sanctuaire ; et ils furent instruits sur la façon de l'édifier. (…) Lorsque le sanctuaire fut achevé, Dieu parla encore à Abraham et lui ordonna d'instituer le rite du pèlerinage à Bacca ou, comme on devait le dire plus tard, Makka (La Mecque) : "Purifie ma Maison pour ceux qui accomplissent les circuits, pour ceux qui se tiennent debout auprès d'elle, pour ceux qui s'inclinent et se prosternent. Appelle les hommes au Pèlerinage pour qu'ils viennent à toi à pied, ou sur quelque monture élancée, de tout chemin" encaissé [Coran 22/26-27].
Agar ayant conté à Abraham la façon dont elle avait cherché du secours, il prescrivit que les pèlerins, en accomplissant les rites du Pèlerinage, passeraient par sept fois entre les deux éminences sur lesquelles Agar était montée pour scruter l'horizon et auxquelles furent donnés les noms de Safâ et Marwah.
Plus tard encore, peut-être lorsqu'il était à Canaan et qu'il contemplait les pâturages et les champs de blé qui s'étendaient autour de lui, Abraham pria ainsi : "En vérité j'ai établi un partie de mes descendants dans une vallée stérile, auprès de Ta Maison sacrée… Aussi incline vers eux les cœurs des hommes et accorde-leur des fruits pour subsistance afin qu'ils soient reconnaissants" [Coran 14/37]"
(Ibid., pp. 11-12).

-

D) Un extrait de l'ouvrage de Muhammad Asad :

"Aux temps préislamiques déjà, Abraham occupait certainement une place éminente dans les généalogies des Arabes comme ancêtre, par Ismaël fils d'Agar, du groupe "nordique" qui comprend aujourd'hui plus de la moitié de la nation arabe prise dans son ensemble et auquel appartenait la tribu même de Muhammad, celle des Quraysh. Seul le début de l'histoire d'Ismaël et de sa mère figure dans l'Ancien Testament, car ses développements ultérieurs ne concernent pas directement les destinées du peuple hébreu, auxquels le livre est principalement consacré. Mais la tradition arabe préislamique a beaucoup plus à dire sur ce sujet.

Selon cette tradition, Agar et Ismaël furent abandonnés par Abraham à l'endroit où la Mecque est aujourd'hui située, ce qui ne paraît aucunement impossible si l'on se souvient que, pour un nomade à dos de chameau, un voyage de trente jours ou davantage n'avait, et n'a toujours rien d'extraordinaire. En tous cas, la tradition arabe dit que ce fut dans cette vallée qu'Abraham conduisit Agar et leur enfant, dans cette gorge entre des collines rocheuses, nue et aride sous le soleil d'Arabie, balayée par les vents brûlants du désert et qu'évitent même les oiseaux de proie. Aujourd'hui encore, bien que la vallée de la Mecque soit couverte de maisons avec des rues où se croisent des gens de langues et de races multiples, le désert proclame sa solitude du haut des pentes stériles tout autour et, au-dessus des foules des pèlerins qui se prosternent devant la Kaaba, planent les fantômes de ces millénaires durant lesquels le silence, ininterrompu et dépourvu de toute vie, dominait la vallée vide.

Au désespoir de cette esclave égyptienne qui avait donné un fils à son maître et, de la sorte, s'était attirée la haine de l'épouse de ce maître, elle devait être rejetée avec son fils Ismaël. Le patriarche dut être affligé lorsqu'il accomplit cette action pour apaiser son implacable épouse, mais il faut se souvenir que lui, qui était si proche de Dieu, était convaincu que Sa miséricorde était sans limite. Le livre de la Genèse nous dit que Dieu le réconforta en lui disant : "Que cela ne déplaise pas à tes yeux, à cause de l'enfant et de la servante… du fils de la servante je ferai aussi une nation, parce qu'il est né de toi" [Genèse 21/13]. Ainsi Abraham abandonna la femme en pleurs et l'enfant dans la vallée, leur laissant une outre remplie d'eau et une autre de dattes. Puis il partit vers le nord par Midian jusqu'au pays de Canaan.

Un arbre sarha sauvage se dressait solitaire dans la vallée. Agar s'assit à son ombre tenant l'enfant sur ses genoux. Autour d'elle il n'y avait que chaleur, lumière, sable et rochers. Qu'elle était bienfaisante, l'ombre de l'arbre… Mais quel silence horrible que ne troublait même pas la respiration d'une créature vivante ! Le jour passait lentement et Agar pensait : si seulement un être vivant venait ici, un oiseau, un animal, oui, même une bête de proie, quelle joie ce serait ! Mais rien ne vint, excepté la nuit, réconfortante comme toutes les nuits du désert, voûte rafraîchissante d'obscurité et d'étoiles qui adoucit l'amertume de son désespoir. Agar reprit courage. Elle fit manger des dattes à son fils et tous deux burent à l'outre.

La nuit passa, puis ce fut un nouveau jour et une nouvelle nuit. Mais lorsque vint le troisième jour avec son haleine de feu, il n'y eut plus d'eau dans l'outre, le désespoir l'emporta et l'espérance fut comme un vase brisé. Et lorsque l'enfant, d'une voix faiblissante, pleura, en vain, pour avoir de l'eau, Agar elle aussi pleura vers le Seigneur ; mais Il ne Se manifesta pas. Alors Agar, saisie de détresse par la souffrance de son enfant mourant, se mit à courir, les mains levées, à travers la vallée, répétant le même trajet entre deux petites collines. Et c'est en souvenir de son désespoir que les pèlerins qui viennent maintenant à la Mecque courent sept fois entre ces deux éminences, criant comme elle avait elle-même crié : "O Toi Généreux, Toi Plein de grâce ! Qui nous fera miséricorde si Tu ne nous la fais pas !"

Alors vint la réponse : voici que de l'eau jaillit et commença de couler sur le sable. Agar clama sa joie et approcha du précieux liquide le visage de l'enfant pour le faire boire, et elle but elle aussi, s'exclamant entre ses gorgées "Zummi, zummi", mot dénué de signification mais qui imite seulement le bruit de l'eau jaillissant de terre, comme pour lui dire "Coule, coule encore !" Pour empêcher l'eau de s'échapper et de se perdre dans le sol, Agar construisit une petite digue de sable autour de la source ; alors celle-ci cessa de répandre son eau et devint un puits qui devait être désormais connu comme le puits de Zemzem et qui existe encore aujourd'hui.

La mère et le fils étaient maintenant sauvés de la soif et il leur restait encore un peu de dattes. Au bout de quelques jours arriva un groupe de bédouins qui, avec leurs familles et leurs biens, avaient quitté leur patrie dans le sud de l'Arabie et, à la recherche de pâturages, passèrent au débouché de la vallée. Lorsqu'ils virent des oiseaux décrire des cercles autour de celle-ci, ils en conclurent qu'il devait y avoir de l'eau. Quelques-uns d'entre eux allèrent explorer la vallée et ils y trouvèrent une femme solitaire avec un enfant assis au bord d'un puits abondant. Animés de dispositions pacifiques, les hommes de la tribu demandèrent à Agar la permission de s'établir dans la vallée. La réponse fut positive à la condition que le puits de Zemzem reste pour toujours la propriété d'Ismaël et de ses descendants.

Quant à Abraham, la tradition dit qu'il retourna en ces lieux quelque temps plus tard et qu'il y trouva Agar et leur fils en vie, conformément à la promesse de Dieu. Il les visita souvent depuis lors et il vit Ismaël devenir adulte et épouser une fille de la tribu du sud.

Des années plus tard, le patriarche reçut dans un rêve l'ordre d'élever à côté du puits de Zemzem un temple dédié à son Seigneur. Il construisit donc, avec l'aide de son fils, le prototype du sanctuaire qui se trouve à la Mecque aujourd'hui encore et qui est connu sous le nom de Kaaba. Alors qu'ils taillaient les pierres destinées à ce qui allait devenir le premier temple jamais élevé pour l'adoration du Dieu Unique, Abraham tourna sa face vers le ciel et s'exclama : "Labbayk, Allahumma, labbayk !" – "Pour Toi je suis prêt, ô Dieu, pour Toi je suis prêt !" Et c'est pourquoi les musulmans, lors de leur pèlerinage à la Mecque – pèlerinage au premier temple du Dieu unique – s'écrient "Labbayk, Allahumma, labbayk !" au moment où ils s'approchent de la Cité sainte" (Le chemin de la Mecque, 324-326).

"Aucun musulman ne saurait nier que la Kaaba avait existé longtemps avant le Prophète Muhammad ; or sa signification réside précisément dans ce fait. Le Prophète ne prétendait pas être le fondateur d'une religion nouvelle. Au contraire, l'abandon de soi-même à Dieu – islam – a été, selon le Coran, "l'inclination naturelle de l'homme" depuis l'aurore de la conscience humaine. C'était cela qu'Abraham, Moïse, Jésus et tous les autres prophètes de Dieu avaient enseigné, le message du Coran n'étant que la dernière des Révélations divines.
Un musulman ne saurait pas non plus nier que le sanctuaire avait été rempli d'idoles et de fétiches avant que Muhammad les brisât, juste comme Moïse avait brisé le veau d'or au Sinaï. Car, longtemps avant que les idoles fussent introduites dans la Kaaba, le vrai Dieu y avait été adoré et Muhammad ne fit que rendre le temple à sa destination première"
(Ibid., p. 337).

"Là elle se dressait, cube (signification de son nom arabe) presque parfait, entièrement recouvert de brocart noir, île de paix au centre du vaste quadrilatère formé par la mosquée, plus paisible que tout autre édifice architectural au monde. Il semblerait presque que celui qui pour la première fois construisit la Kaaba – car, depuis le temps d'Abraham, la structure originale a été reconstruite plusieurs fois dans la même forme – avait voulu créer un symbole de l'humilité de l'homme devant Dieu. Le constructeur savait qu'aucune beauté architecturale ni aucune harmonie linéaire, si parfaites soient-elles, ne sauraient jamais rendre justice à l'idée de Dieu ; alors il se limita à la plus simple des formes à trois dimensions, un cube de pierre" (Ibid., 335).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email