Le contenu des hadîths relatant le jeûne du 'Âchûrâ' (10ème), par les juifs de Médine de l'époque du Prophète (sur lui soit la paix) : une aberration en regard des sources juives ? Et les chiites, alors, pourquoi ne reconnaissent-ils le jeûne de ce jour-là ?

Question :

J'ai un petit souci depuis plusieurs années avec quelques hadiths.

J'ai une petite connaissance du judaïsme, et le jeûne du jour de 'achoura tel qu'il est rapporté dans nos sources m'interroge. En effet, je n'arrive pas à relier ce qui se dit dans les hadiths de al-Boukhari sur 'achoura avec les pratiques du judaïsme.

Des personnes chiites ont fait écho à mes interrogations concernant le jour de 'achoura et sa pratique dans le judaïsme.

Il existe différentes pistes d'explications possibles, dont celles-ci :
- soit un décalage est intervenu dans le calendrier islamique ;
- soit les textes juifs ont été modifiés (cependant une modification sur des textes aussi importants me semble difficile à admettre) ;
- on peut aussi imaginer un ou plusieurs hadiths pas véritablement sahih, mais dont on n'ose pas remettre en cause la valeur retenue.

Bref, pour moi il y a là un mystère. Une explication satisfaisante doit forcément exister. Peut-être la détenez vous?

-
Réponse :

Ci-après quelques éléments de réflexion...

Mais tout d'abord, que signifie "'Âchûrâ'" ?
Le terme "'Âchûrâ'" signifie seulement, littéralement, en arabe : "le jour de la 10ème nuit", puis : "le 10ème jour" (FB 4/311).
Ensuite ce qualificatif est devenu un nom propre (procédé appelé en français "antonomase"), et en est venu à désigner : "le 10ème jour du mois de Muharram précisément" (FB 4/311).

-
I) Ce n'est pas après avoir émigré à Médine que le Prophète (que Dieu le bénisse et le salue) se serait mis à jeûner le 10 Muharram. A La Mecque il le faisait déjà, et même les Quraysh polythéistes le faisaient :

En fait il y a eu 3 étapes :

à La Mecque, le Prophète Muhammad (sur lui soit la paix) jeûnait ce jour-là, tout comme les Arabes polythéistes le jeûnaient avant même la naissance du Prophète. Ils semblaient l'avoir appris d'une tradition saine et ancienne, demeurée chez eux malgré leur adoption du polythéisme. Une relation (qui sera citée en arabe plus bas) dit que ce fut ce jour-là que l'arche de Noé (sur lui soit la paix) accosta sur la terre ferme : le mont Djûdî ;

une fois arrivé à Médine, le Prophète vit que les juifs de sa nouvelle ville jeûnaient le jour de 'Âchûrâ'. Les ayant questionnés quant à la signification de ce jeûne, et, entendant leur réponse ("Ce fut en ce jour que Dieu sauva Moïse et les fils d'Israël de Pharaon"), il a seulement remarqué : "Nous sommes plus proches de Moïse que vous-même ne l'êtes". Alors, il a continué à jeûner le jour de 'Âchûrâ' (comme il le faisait déjà à La Mecque), mais il a aussi ordonné à ses Compagnons de jeûner ce jour-là : certains ulémas pensent que, à ce moment-là, ce jeûne de 'Âchûrâ' fut obligatoire, d'autres qu'il fut fortement recommandé. Le Prophète était arrivé à Médine en rabi' ul-awwal (3ème mois de l'année du calendrier lunaire), et ce fut l'an 2 de l'hégire (10 mois après) que survint pour la première fois un 10 Muharram depuis qu'il était à Médine.

Par la suite, au mois de Ramadan de l'an 2 de l'hégire, ce fut pour la première fois que le jeûne d'un mois entier fut rendu obligatoire par Dieu. A partir de ce moment-là, le jeûne de 'Âchûrâ' cessa d'être obligatoire, pour devenir simplement recommandé (mandûb / mustahabb d'après ash-Shâmî : Radd ul-muhtâr) (sauf que certains Compagnons, tels que Abdullâh ibn Omar, et peut-être aussi Abdullâh ibn Mas'ûd, considéraient ce jeûne comme n'étant plus du tout recommandé : "ليس من النفل المندوب" : la raison en est que les autres hadîths le recommandant ne leur étaient pas parvenus).

-
Voici les références textuelles, en arabe, depuis les sources islamiques, de ce que je viens de vous dire :

- "عن عائشة رضي الله عنها، قالت: "كان يوم عاشوراء تصومه قريش في الجاهلية، وكان النبي صلى الله عليه وسلم يصومه. فلما قدم المدينة صامه وأمر بصيامه. فلما نزل رمضان كان رمضان الفريضة، وترك عاشوراء، فكان من شاء صامه ومن شاء لم يصمه" (al-Bukhârî, 4234). "عن عائشة رضي الله عنها قالت: كانوا يصومون عاشوراء قبل أن يفرض رمضان، وكان يوما تستر فيه الكعبة. فلما فرض الله رمضان، قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "من شاء أن يصومه فليصمه، ومن شاء أن يتركه فليتركه" (B, 1515).

- "عن ابن عمر رضي الله عنهما، قال: كان عاشوراء يصومه أهل الجاهلية. فلما نزل رمضان قال: "من شاء صامه، ومن شاء لم يصمه" (B 4231, Muslim, 1126).

- "عن جابر بن سمرة رضي الله عنه، قال: "كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يأمرنا بصيام يوم عاشوراء، ويحثنا عليه، ويتعاهدنا عنده. فلما فرض رمضان، لم يأمرنا، ولم ينهنا ولم يتعاهدنا عنده" (M 1128).

- "عن ابن عباس رضي الله عنهما قال: قدم النبي صلى الله عليه وسلم المدينة فرأى اليهود تصوم يوم عاشوراء، فقال: "ما هذا؟"، قالوا: هذا يوم صالح هذا يوم نجى الله بني إسرائيل من عدوهم، فصامه موسى، قال: "فأنا أحق بموسى منكم". فصامه، وأمر بصيامه" (B 1900, M 1130). "عن ابن عباس رضي الله عنهما، قال: لما قدم النبي صلى الله عليه وسلم المدينة وجد اليهود يصومون عاشوراء، فسئلوا عن ذلك، فقالوا: "هذا اليوم الذي أظفر الله فيه موسى، وبني إسرائيل على فرعون، ونحن نصومه تعظيما له." فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "نحن أولى بموسى منكم." ثم أمر بصومه" (B 3727). "عن ابن عباس رضي الله عنهما، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قدم المدينة فوجد اليهود صياما يوم عاشوراء، فقال لهم رسول الله صلى الله عليه وسلم: "ما هذا اليوم الذي تصومونه؟" فقالوا: "هذا يوم عظيم، أنجى الله فيه موسى وقومه، وغرق فرعون وقومه، فصامه موسى شكرا، فنحن نصومه." فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "فنحن أحق وأولى بموسى منكم." فصامه رسول الله صلى الله عليه وسلم، وأمر بصيامه" (M 1130, autre version).

- "عن أبي هريرة، قال: مر النبي صلى الله عليه وسلم بأناس من اليهود قد صاموا يوم عاشوراء، فقال: "ما هذا من الصوم؟  قالوا: "هذا اليوم الذي نجى الله موسى وبني إسرائيل من الغرق، وغرق فيه فرعون، وهذا يوم استوت فيه السفينة على الجودي، فصام نوح وموسى شكرا لله." فقال النبي صلى الله عليه وسلم: "أنا أحق بموسى، وأحق بصوم هذا اليوم." فأمر أصحابه بالصوم" (Ahmad, 8717, dhaîf).

- "عن أبي موسى رضي الله عنه قال: كان يوم عاشوراء تعده اليهود عيدا. قال النبي صلى الله عليه وسلم: "فصوموه أنتم" (B 1901, M 1131). "عن أبي موسى رضي الله عنه، قال: كان أهل خيبر يصومون يوم عاشوراء، يتخذونه عيدا ويلبسون نساءهم فيه حليهم وشارتهم. فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "فصوموه أنتم" (M 1131, autre version).

- "عن الربيع بنت معوذ، قالت: أرسل النبي صلى الله عليه وسلم غداة عاشوراء إلى قرى الأنصار: "من أصبح مفطرا، فليتم بقية يومه ومن أصبح صائما، فليصم." قالت: فكنا نصومه بعد، ونصوم صبياننا، ونجعل لهم اللعبة من العهن، فإذا بكى أحدهم على الطعام أعطيناه ذاك حتى يكون عند الإفطار" (B 1839, M 1136).
- "عن سلمة بن الأكوع رضي الله عنه، قال: أمر النبي صلى الله عليه وسلم رجلا من أسلم: "أن أذن في الناس: أن من كان أكل فليصم بقية يومه، ومن لم يكن أكل فليصم، فإن اليوم يوم عاشوراء" (B 1903, M 1135).

- "عن أبي قتادة: "(...). ثم قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "ثلاث من كل شهر، ورمضان إلى رمضان، فهذا صيام الدهر كله. صيام يوم عرفة، أحتسب على الله أن يكفر السنة التي قبله، والسنة التي بعده. وصيام يوم عاشوراء، أحتسب على الله أن يكفر السنة التي قبله" (M 1162, at-Tirmidhî, 752).
- "عن ابن عباس رضي الله عنهما، قال: ما رأيت النبي صلى الله عليه وسلم يتحرى صيام يوم فضله على غيره إلا هذا اليوم يوم عاشوراء، وهذا الشهر يعني شهر رمضان" (B 1902).
- "عن الحكم بن الأعرج، قال: انتهيت إلى ابن عباس رضي الله عنهما وهو متوسد رداءه في زمزم، فقلت له: "أخبرني عن صوم عاشوراء." فقال: "إذا رأيت هلال المحرم فاعدد، وأصبح يوم التاسع صائما." قلت: "هكذا كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يصومه؟" قال: "نعم" (M 1133, T 754).

- "عن عبد الله بن عباس رضي الله عنهما، يقول: حين صام رسول الله صلى الله عليه وسلم يوم عاشوراء وأمر بصيامه قالوا: "يا رسول الله إنه يوم تعظمه اليهود والنصارى." فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "فإذا كان العام المقبل إن شاء الله صمنا اليوم التاسع." قال: فلم يأت العام المقبل حتى توفي رسول الله صلى الله عليه وسلم" (M 1134, version citée en premier). "عن عبد الله بن عباس رضي الله عنهما، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "لئن بقيت إلى قابل لأصومن التاسع" (M 1134, seconde version).
- "عن ابن عباس، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "صوموا يوم عاشوراء، وخالفوا فيه اليهود، صوموا قبله يوما، أو بعده يوما" (Ahmad, 2154, dha'îf). Cela est également rapporté comme parole de Ibn Abbâs (mawqûfan), et alors cela est authentique (note de bas de page n° 2 par al-Arna'ût sur ZM 4/69).

- "عن حميد بن عبد الرحمن أنه سمع أنه سمع معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما، يوم عاشوراء عام حج على المنبر يقول: "يا أهل المدينة أين علماؤكم؟ سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول: "هذا يوم عاشوراء ولم يكتب الله عليكم صيامه، وأنا صائم. فمن شاء، فليصم ومن شاء، فليفطر" (B 1899).

- "عن ابن عمر رضي الله عنهما، قال: صام النبي صلى الله عليه وسلم عاشوراء، وأمر بصيامه. فلما فرض رمضان ترك. وكان عبد الله لا يصومه إلا أن يوافق صومه" (B 1793).
- "عن عبد الله، قال: دخل عليه الأشعث وهو يطعم فقال: "اليوم عاشوراء!" فقال: "كان يصام قبل أن ينزل رمضان. فلما نزل رمضان ترك. فادن فكل" (B 4233, M 1127).

-
II) Première objection : "Le jour où les juifs jeûnent est le 10 Tishri : c'est le Jour du Kippour. Or ce jour-là ne correspond nullement à la sortie d'Egypte (comme le relatent les recueils de Sunna) ! La sortie d'Egypte se fête le 14 Nissan ; et il n'y a pas de jeûne chez les juifs ce jour-là" :

A ce sujet je me contente de ce que le professeur Muhammad Hamidullah a apporté comme élément de réponse.

Il écrit :
"Evidemment, il était facile aux critiques de montrer la divergence entre les traditions juives et islamiques sur ce sujet, et "démontrer" le peu de relation des connaissances islamiques avec les réalités juives.
Mais reportons-nous à une autre réalité israëlite : Dans le Rituel de prière pour tous les jours de l'année, édité et traduit par le grand rabbin S. Debré (Paris 1932, il y a une prière pour le yôm kippour aussi, s'étendant sur 25 pages en hébreu et autant en français, et sur p. 680-681 il y a ce passage significatif :
"et (dans ton amour), tu as appelé cette fête une sainte solennité, en souvenir de la sortie d'Egypte".
Si la sainteté du yôm kippour provient du fait qu'il constitue le souvenir de la sortie d'Egypte, il n'y a pas divergence entre [ce que disent sur le sujet] les deux religions" (Le Prophète de l'islam, sa vie et son oeuvre, tome 1 p. 514, note de bas de page).

Voici ce que le fac-similé du passage de cette prière, que le Professeur Hamidullah a inséré dans son livre :

Existerait-il deux relations dans les textes du judaïsme sur ce point ?

-
III) Seconde objection : "Le calendrier des juifs est lunaire au niveau de chaque mois, mais est luni-solaire au niveau des années, de sorte qu'il se ré-ajuste par rapport aux 4 saisons. Alors que le calendrier musulman est purement lunaire. Comment comprendre alors une correspondance du 10 Tishri avec le 10 Muharram" ?

Ce point pose effectivement question.

Pour y répondre, voici plusieurs possibilités (ihtimâlât)...

1) Première possibilité : les Arabes pratiquaient eux aussi l'intercalation d'un 13ème mois tous les 3 ans : c'était cela, an-Nassî' évoqué dans le Coran 9/36 :

Et ce fut en l'an 10 de l'hégire que, chaque mois étant "retourné à sa place" suite au jeu des décalages successifs, le Prophète (sur lui soit la paix) proclama, lors de son pèlerinage d'Adieu : "إن الزمان قد استدار كهيئته يوم خلق الله السموات والأرض، السنة اثنا عشر شهرا، منها أربعة حرم، ثلاث متواليات: ذو القعدة، وذو الحجة، والمحرم، ورجب مضر الذي بين جمادى وشعبان" : "Le temps est retourné à la forme (hay'a) qu'il avait le jour où Dieu a créé les cieux et la Terre. L'année est (constituée de) 12 mois. 4 d'entre eux sont sacrés : Dhu-l-qa'da, Dhu-l-hijja, Muharram et le Rajab des Mudhar, celui qui est entre Jumâdâ et Sha'bân" (al-Bukhârî 5230 etc., Muslim 1679). Avant cette date, les 2 calendriers (arabe anté-islamique, et juif) correspondaient donc.

Le problème avec cette tentative de réponse c'est que, comme Ibn Kathîr l'a écrit, le Nassî' ne consistait pas en le décalage de tous les mois par rapport à leur place véritable, par adjonction (ou suppression) d'un mois régulièrement. Le Nassî' évoqué et dénoncé par le Coran constituait en la simple inversion de Muharram et de Safar, par les Arabes désireux de reprendre la guerre (l'attente étant trop longue à leur regard à cause de la succession de 3 mois d'interdiction, Dhu-l-Qa'da, Dhu-l-Hijja, puis Muharram).

-
2) Seconde possibilité : les Arabes ne pratiquaient pas ce genre d'intercalation, mais les juifs d'Arabie non plus ne pratiquaient pas l'intercalation d'un 13ème mois lors des années embolismiques :

Ces juifs de Médine et éventuellement de l'Arabie étaient tellement arabisés qu'ils n'intercalaient pas de 13ème mois tous les 3 ans, et que leur calendrier était donc purement lunaire. Les 2 calendriers (arabe anté-islamique, et juif) correspondaient donc.

-
3) Troisième possibilité : les Arabes ne pratiquaient pas ce genre d'intercalation, alors que le calendrier liturgique juif le faisait. Et le 10 Tishri ne coïncidait pas avec le 10 Muharram (sauf, exceptionnellement, 2 ou 3 ans de suite sur un cycle d'une trentaine d'années) :

Un calcul (fait par moi avec certes des moyens basiques) permet d'établir que le 10 Tishri de l'an 4383 du calendrier juif correspondit approximativement au 11 Rabî' al-awwal de l'an 1 de l'hégire (ces deux dates coïncidant à peu près avec le 23 Septembre 622).

Ceci étaye alors l'avis des Ulémas qui ont interprété le hadîth "لما قدم النبي صلى الله عليه وسلم المدينة وجد اليهود يصومون عاشوراء، فسئلوا عن ذلك، فقالوا: "هذا اليوم الذي أظفر الله فيه موسى، وبني إسرائيل على فرعون، ونحن نصومه تعظيما له." فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "نحن أولى بموسى منكم." ثم أمر بصومه" (B 3727) ("Lorsque le Prophète, que Dieu le bénisse et le salue, arriva à Médine, il y vit les juifs jeûner le jour de 'Âchûrâ'. (...) Puis il ordonna que ce (jour) soit jeûné") de façon littérale : ce fut le 10 (ou 11) du mois de son arrivée, Rabî' ul-awwal, que le Prophète vit les juifs de Yathrib observer ce jeûne du 'Âchûrâ'. Et ce fut seulement 10 mois plus tard, le 10 Muharram, que le Prophète ordonna à ses Compagnons d'observer le jeûne du 'Âchûrâ'. Ibn ul-Qayyim relate cette interprétation ainsi : "وإن كان بالشمسية زال الإشكال بالكلية، ويكون اليوم الذي نجى الله فيه موسى هو يوم عاشوراء من أول المحرم، فضبطه أهل الكتاب بالشهور الشمسية، فوافق ذلك مقدم النبي صلى الله عليه وسلم المدينة في ربيع الأول. وصوم أهل الكتاب إنما هو بحساب سير الشمس. وصوم المسلمين إنما هو بالشهر الهلالي، وكذلك حجهم، وجميع ما تعتبر له الأشهر من واجب أو مستحب. فقال النبي صلى الله عليه وسلم: "نحن أحق بموسى منكم". فظهر حكم هذه الأولوية في تعظيم هذا اليوم وفي تعيينه، وهم أخطئوا تعيينه لدورانه في السنة الشمسية" (Zâd ul-ma'âd 2/69-70). "ويحتمل أن يكون أولئك اليهود كانوا يحسبون يوم عاشوراء بحساب السنين الشمسية فصادف يوم عاشوراء بحسابهم اليوم الذي قدم فيه صلى الله عليه وسلم المدينة؛ وهذا التأويل مما يترجح به أولوية المسلمين وأحقيتهم بموسى عليه الصلاة والسلام لإضلالهم اليوم المذكور وهداية الله للمسلمين له" (Fat'h ul-bârî 4/314 : Ibn Hajar penche cependant vers une autre interprétation).

Et, à la fin de la mission du Prophète, le 10 Tishri de l'an 4392 du calendrier juif correspond au 11 Jumâdâ al-âkhira de l'an 10 de l'hégire (ces deux dates correspondant approximativement au 14 Septembre 631).

Le Prophète étant décédé au mois de Rabî' al-awwal de l'an 11 de l'hégire (juin 632), le dernier 'Âchûra' qu'il ait vécu fut le 10 Muharram de l'an 11 de l'hégire, qui coïncidait approximativement avec le 8 Nissan 4392.

Cela signifie que, pendant les 10 années de vie du Prophète à Médine, pas une fois le 10 Muharram du calendrier musulman n'a correspondu avec le 10 Tishri du calendrier juif.
Simplement, le mois de Tishri est le premier mois de l'année chez les juifs (selon l'une des perspectives existant chez eux), comme le mois de Muharram est le premier mois de l'année chez les musulmans.

Ibn Hajar cite le athar suivant, où Khârija rapporte de son père Zayd ibn Thâbit (Compagnon du Prophète, qui avait appris l'hébreu ou le syriaque) : "عن خارجة بن زيد، عن أبيه قال: "ليس يوم عاشوراء باليوم الذي يقوله الناس، إنما كان يوم تستر فيه الكعبة وتقلس فيه الحبشة عند رسول الله صلى الله عليه وسلم. وكان يدور في السنة. فكان الناس يأتون فلانا اليهودي، فيسألونه. فلما مات اليهودي أتوا زيد بن ثابت فسألوه" : "Le jour de 'Âchûrâ' [dans la période d'avant l'islam] n'était pas le jour que les gens observent [aujourd'hui]. C'était un jour où la Kaaba était revêtue. Et des Abyssiniens venaient virevolter auprès du Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue. Et (la détermination de) ce jour variait dans l'année [lunaire, au cours des ans]. Les gens se rendaient auprès d'Untel, qui était juif, et le questionnaient [quant à la date où ce jour-là tomberait]." Lorsque ce juif mourut, poursuit Khârija, les (gens) se rendirent auprès de Zayd ibn Thâbit et le questionnèrent" (at-Tabarânî, Al-Mu'jam ul-Kabîr, n° 4876 ; "sanad hassan" d'après Ibn Hajar : FB 4/314 ; "isnâd jayyid" : FB 7/345).
Ibn Hajar écrit : "ظفرتُ بمعناه في كتاب "الآثار القديمة" لأبي الريحان البيروني: فذكر [أي البيروني] ما حاصله أن جهلة اليهود يعتمدون في صيامهم وأعيادهم حساب النجوم، فالسنة عندهم شمسية لا هلالية. قلت: فمن ثم احتاجوا إلى من يعرف الحساب ليعتمدوا عليه في ذلك" (FB 4/314 ; Ibn Hajar écrira cependant en FB 7/345 quelque chose de différent).

-
Si on retient cette 3ème possibilité, et qu'on la marie avec le athar que nous venons de voir, il y aurait eu, à l'époque, 2 jours de "'Âchûrâ'"
retenus dans l'année comme importants (le terme "'Âchûrâ'" signifiant seulement, littéralement, en arabe : "le 10ème jour" (voir plus haut, au tout début) :

un 'Âchûrâ' était le 10 Tishrî', le Yom Kippour, et ce jour-là, les juifs de Médine et de Khaybar jeûnaient. Avant la conquête de La Mecque par le Prophète, ce jour-là les Quraysh polythéistes paraient la Kaaba. Car il y avait ainsi certains points où certains Polythéistes d'Arabie faisaient, avant la venue de l'islam, comme les Juifs d'Arabie : la raison en est que les premiers reconnaissaient les seconds comme "Gens de l'Ecriture".
J'ai cité quelques-uns de ces points dans l'article : Quelques différences culturelles existant, en Arabie même, à l'époque du Prophète (صلى الله عليه وسلم), entre les musulmans de La Mecque et les musulmans de Médine ou d'ailleurs – Universalité de l'islam et pluralité des cultures musulmanes.
On se souvient aussi que les Quraysh avaient dépêché des leurs pour demander aux juifs de Yathrib (la future Médine) des questions à poser à Muhammad, celui-là qui se prétendait prophète (A quel événement le récit des "Gens de la Caverne" fait-il allusion ?).
Et, pour établir la date de ce jour, les Arabes polythéistes consultaient un juif, car pendant longtemps les dates du calendrier juif n'étaient pas fixées à l'avance, et seuls des spécialistes savaient les établir (ce fut à un moment donné que le cycle métonique fut retenu chez les juifs, mais, même alors, certaines communautés juives de la diaspora conservèrent pendant un certain temps des coutumes antérieures).
Par ailleurs, il y aurait eu, ce jour-là, comme tradition (purement culturelle et non pas cultuelle) de la part de certains Abyssiniens de virevolter (avec des mouvements d'armes). Et ils l'ont fait peut-être une ou deux fois devant la mosquée du Prophète. Toute personne ayant étudié les hadîths sait que la formule "كان يفعل كذا" qui y est présente désigne parfois ce qui s'est passé avec régularité, mais d'autres fois ce qui ne s'est passé qu'une ou deux fois.

un autre 'Âchûrâ' était le 10 Muharram : ce fut le jour du jeûne tel qu'institué par le Prophète (sur lui soit la paix) : en fait, même si le Prophète Muhammad (sur lui soit la paix) approuva que les juifs de Yathrib (Médine) célébraient la libération de Moïse et des fils d'Israël le 10 Tishri, il n'a pas suivi leur calendrier liturgique pour établir ce jour-là : la raison en est que les juifs s'étaient au cours des siècles mis à intercaler un 13ème mois, afin de permettre un réajustement des 12 mois lunaires avec les années solaires, d'où une permanence des différentes célébrations de l'année avec les saisons. Ce qui fit que le 10 Tishri de leur calendrier luni-solaire ne correspondait plus tout à fait avec le 10 du mois de l'année lunaire ne comportant que 12 mois, année telle que les Patriarches Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, Moïse et tant d'autres (que Dieu les salue) l'observaient.
Ibn Hajar écrit : "والمعروف من حال المسلمين في كل عصر في صيام عاشوراء أنه في المحرم لا في غيره من الشهور. نعم وجدت في الطبراني بإسناد جيد عن زيد بن ثابت قال: "ليس يوم عاشوراء باليوم الذي يقول الناس إنما كان يوم تستر فيه الكعبة وتقلس فيه الحبشة وكان يدور في السنة وكان الناس يأتون فلانا اليهودي يسألونه فلما مات أتوا زيد بن ثابت فسألوه." فعلى هذا فطريق الجمع أن تقول: كان الأصل فيه ذلك. فلما أمر النبي صلى الله عليه وسلم بصيام عاشوراء، رده إلى حكم شرعه، وهو الاعتبار بالأهلة؛ فأخذ أهل الإسلام بذلك" (FB 7/345).
Ibn Taymiyya écrit quant à lui ce propos général : "ومن عرف ما دخل على أهل الكتابين والصابئين والمجوس وغيرهم في أعيادهم وعباداتهم وتواريخهم وغير ذلك من أمورهم من الاضطراب والحرج وغير ذلك من المفاسد، ازداد شكره على نعمة الإسلام. مع اتفاقهم أن الأنبياء لم يشرعوا شيئا من ذلك وإنما دخل عليهم ذلك من جهة المتفلسفة الصابئة الذين أدخلوا في ملتهم وشرعوا لهم من الدين ما لم يأذن به الله. فلهذا ذكرنا ما ذكرناه حفظا لهذا الدين عن إدخال المفسدين فإن هذا مما يخاف تغييره" (MF 25/140).

-
Ce genre de mouvements physiques faits par ces Abyssiniens sont-ils autorisés, de sorte que le Prophète (sur lui soit la paix) ait observé le silence (taqrîr) quand ils étaient faits devant sa personne
?

Lire sur le sujet notre article : Le Prophète laissait faire ; un Compagnon est intervenu ; comment est-ce possible ?.

-
Peut-on célébrer une fête religieuse non-musulmane
?

Non.

Anas (que Dieu l'agrée) relate ce qui suit : "عن أنس قال: قدم رسول الله صلى الله عليه وسلم المدينة ولهم يومان يلعبون فيهما، فقال: ما هذان اليومان؟ قالوا: كنا نلعب فيهما في الجاهلية، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "إن الله قد أبدلكم بهما خيرا منهما: يوم الأضحى، ويوم الفطر"" : "Le Prophète arriva à Médine alors qu'ils (y) avaient deux jours de festivités. Il leur demanda : "Que sont ces deux jours ? - Nous jouions lors de ces deux jours dans la Jâhiliyya." Le Messager de Dieu dit alors : "Dieu vous a donné en échange mieux que cela : le jour du sacrifice, et le jour de la fin du jeûne" (Abû Dâoûd, 4137).
Des commentateurs ont dit qu'il s'agissait des deux fêtes du Neyrôz et de Mahrajân (Mirqât ul-mafâtîh), qui sont deux fêtes d'origine persane.

--- Certains ulémas sont d'avis que c'est toute célébration régulière autre que les deux jours annuels de fête de l'islam (al-Fitr et al-Adh'hâ) qui est à proscrire pour le musulman, que cette célébration soit dînî, ou 'âdî. Car ils distinguent : ----- le simple "ihtifâl", célébration d'un événement ponctuel comme fêter la réussite à tel examen de son fils ; ----- et le "'eîd" qui revient à chaque fois, avec une cause (sabab) (c'est la racine étymologique du terme "Eîd", qui provient de "'âda / ya'ûdû", qui signifie : "revenir") ;

--- Cheikh Khâlid Saïfullah est d'avis que le hadîth ici cité concerne seulement les célébrations à caractère religieux (dînî) [que la participation du musulman à une célébration religieuse non-musulmane ait lieu de façon régulière, occasionnelle, ou exceptionnelle : cela est interdit]. Dès lors, si la célébration est d'ordre temporel ('âdî ou maslahî), est fondée sur quelque chose de réel (et non pas sur de la mythologie), qui constitue réellement une cause de joie (comme la commémoration d'une libération nationale, et non pas comme l'entrée du soleil dans telle zone du zodiaque), et que la manifestation/événement n'entraîne pas de mafsada shar'iyya, alors il est possible d'y assister par maslaha, à condition qu'il n'y ait rien d'interdit à faire, alors, ni à y assister.
Quant à ce hadîth qui dit que nous n'avons que 2 Eids et interdit tout autre Eid, le manât ul-hukm y est que le Eid ait un fondement religieux ou une teinte religieuse (dînî), ou présente un manquement par rapport à un autre des points suscités.
Cheikh Khâlid a ajouté que de nombreux Ulémas en Inde commémorent la libération de l'Inde en marquant ce jour-là (le 15 août) par l'absence de cours dans leurs madrassas (tout cela est la substance d'une conversation téléphonique entre l'auteur de ces lignes et Cheikh Khâlid Saïfullah de Hyderabad, Inde).

-
IV) Certes, certains Chiites affirment que le jeûne du 'Âchûrâ' n'existe pas dans la Sunna du Prophète (sur lui soit la paix), et prétendent que les hadîths suscités ont été en fait forgés par des Omeyyades pour pouvoir célébrer l'assassinat de al-Hussein à al-Karbalâ' le 10 Muharram de l'an 60 (au lieu de pleurer cet assassinat). Et pourtant...

Oui, l'assassinat de al-Hussein ibn 'Alî (que Dieu les agrée tous deux) est un péché, une grave faute. Lire notre article.
Ceci étant, ce que ces Chiites disent là n'est pas vrai : dans leurs livres à eux également on trouve recommandation de jeûner le jour de 'Âchûrâ', lequel existait déjà avant cet assassinat (ce fut une "coïncidence" que cet assassinat eut lieu un 10 Muharram, ce jour-là même où le jeûne était pratiqué devant avant).

Abdullâh ibn 'Abd il-Aziz al-'Anqarî est l'auteur d'un ouvrage intitulé Man qatala-l-Hussein (radhiyallâhu 'anh) ?. Dans le Chapitre (Fasl) 5, au point (mab'hath) 8, il a recensé des paroles de référents chiites disant la même chose, au sujet du jeûne de 'Âchûrâ', que les hadîths présents auprès des Sunnites (et dans certains cas faisant même dater du 10 Muharram davantage d'événements que le font les recueils des Sunnites : par exemple avec les prophètes Adam, Abraham, Jonas, que Dieu les salue ; événements dont les Sunnites, pour leur part, n'authentifient pas la datation en des jours de 'Âchûrâ').

-
Voici quelques-unes de ces citations de référents chiites au sujet du jeûne de 'Âchûrâ', dans les ouvrages de référence chiites
:

- Alî (radhiyallâhu 'anh) : "وروي عن أبي الحسن عليه السلام أنه قال: "صام رسول الله صلى عليه وآله يوم عاشوراء".

- Ibn Abbâs (radhiyallâhu 'anhumâ) : "وعن ابن عباس رضي الله عنهما قال: "إذا رأيت هلال المحرم، فاعدد؛ فإذا أصبحت من تاسعه فأصبِح صائماً. قلت أي الراوي: كذلك كان يصوم محمد صلى الله عليه وآله؟ قال: نعم".

- Alî (radhiyallâhu 'anh) : "يروى عن أبي عبد الله عليه السلام عن أبيه أن عليّاً عليهما السلام قال : "صوموا العاشوراء هكذا: التاسع والعاشر، فإنه يكفر ذنوب سنة".

- Alî (radhiyallâhu 'anh) : عن علي رضي الله عنه قال: "صوموا يوم عاشوراء التاسع والعاشر احتياطاً، فإنه كفارة السنة التي قبله؛ وإن لم يعلم به أحدكم حتى يأكل فليتم صومه"

- Muhammad al-Bâqir (rahimahullâh) : "وروي عن جعفر عن أبيه عليه السلام أنه قال: "صيام يوم عاشوراء كفارة سنة".

(Les sources des références chiites de ces citations sont visibles sur cette page du site islamqa.com, qui les a lui-même recopiées de l'ouvrage suscité, Man qatala-l-Hussein (rahdiyllâhu 'anh) ? : chacun peut aller vérifier à la source.)

-
Par contre, pour ce qui est du hadîth attribué au Prophète (sur lui soit la paix) : "من وسع على عياله يوم عاشوراء وسع الله عليه سائر سنته" : "Celui qui fait largesse sur sa famille le jour de 'Âchûrâ', Dieu fera largesse sur lui le reste de l'année" :

Ibn Taymiyya pense en effet qu'il a été forgé (mawdhû'), et ce peut-être par certaines personnes détestant les Ahl ul-bayt, versant alors dans l'autre extrême par rapport aux lamentations de chiites le jour de 'Âchûrâ', et désireux d'instituer une manifestation de joie par des cadeaux en ce jour-là.

D'autres spécialistes tels que al-Bayhaqî pensent que l'ensemble des chaînes de ce hadîth sont dha'îf mais cet ensemble fait que le hadîth peut s'élever au degré de hassan li ghayrihî.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email