Les copies uthmaniennes incluent-elles toutes les variantes enseignées ?

La révélation coranique a cette particularité que lui sont liés certains versets qui, après avoir été révélés, ont été, du vivant même du Prophète, abrogés de récitation (mansûkh ut-tilâwa).
Aïcha relate ainsi que le verset suivant figurait dans le texte coranique : "عَشْرُ رَضَعَاتٍ مَعْلُومَاتٍ يُحَرِّمْنَ". Ce verset fut ensuite abrogé – de règle et de récitation – par le verset suivant : "خَمْس مَعْلُومَات يُحَرِّمْنَ" (Abû Dâoûd, 2062, Muslim, 1452). (A l'unanimité, ce dernier verset fut ensuite à son tour abrogé pour ce qui est de sa récitation ; mais pour ce qui est de la règle qu'elle communique, celle-ci fut également abrogée d'après Abû Hanîfa, mais pas d'après ash-Shâfi'î, d'après qui elle est toujours en vigueur.)
Anas cite de même ce verset : "بَلِّغُوا قَوْمَنَا أَنْ قَدْ لَقِينَا رَبَّنَا فَرَضِىَ عَنَّا وَأَرْضَانَا" (al-Bukhârî, 3862, Muslim,  677).
D'autres exemples existent...

La révélation coranique a cette autre particularité que des variantes de récitation lui sont liées. En fait le texte coranique, au début de sa révélation, n'était enseigné par le Prophète et récité sans variantes (al-Bukharî, 4705, 819). Mais quand des personnes de diverses régions d'Arabie commencèrent à se convertir à l'islam (FB 9/36), le Prophète lui-même demanda à l'ange Gabriel de transmettre à Dieu sa demande : que soient rendues possibles des variantes de récitation du texte coranique : Dieu accepta sa demande et il y eut donc par la suite la possibilité de 7 "harf" (Muslim, 820). Cela se passa durant la période médinoise de la vie du Prophète, comme le montre la relation qui précise que le Prophète se trouvait alors auprès de "adhâti Banî Ghifâr" (Muslim, 821) (FB 9/36). Lire notre article consacré aux 7 catégories de variantes du texte coranique.

Durant chaque mois de ramadan, le Prophète (sur lui la paix) fait avec l'ange Gabriel une révision du texte coranique déjà révélé (al-Bukhârî, 6, 3048, Muslim, 2308).

Lors du dernier ramadan de sa vie terrestre, celui de l'an 10 de l'hégire, le Prophète fait cette révision 2 fois ( al-Bukhârî, 3426, Muslim, 2450) ; il s'agit de "l'ultime révision" ("al-'ardha al-akhîra"). Le Prophète meurt au mois de rabî' ul-awwal de l'an 11, soit 5 mois et quelques jours plus tard.

Lors de cette ultime révision (al-'ardha al-akhîra), un certain nombre de variantes de récitation sont abrogées en sorte que leur récitation même ne se fera plus (naskh ut-tilâwa). Ibn Abbâs évoquera cette abrogation survenue alors (Ahmad 3247).
Sont alors abrogées notamment la large permission d'utiliser certains synonymes (mutarâdif) de certains mots du texte coranique, ainsi que la large permission d'inverser les Noms divins figurant en fin de versets (cf. Ulûm ul-qur'ân, Muftî Taqî Uthmânî, p. 147, As-Sârim ul-maslûl, Ibn Taymiyya, p. 123).

-
Quand, sous son califat, avec l'objectif de mettre fin aux dissensions qui agitent une partie des musulmans à propos de variantes de récitation du Coran, Uthmân fait préparer et universaliser des copies coraniques (cliquez ici pour lire notre article sur le sujet), qu'entend-il faire ?

Son objectif est alors :
- a) que personne ne récite plus de versets dont la récitation même a été abrogée (mansûkh ut-tilâwa) lors de l'ultime révision ou bien avant, et dont certains n'avaient pas eu connaissance du caractère abrogé ;
- b) que personne ne considère plus le commentaire d’un verset comme faisant partie du texte coranique ;
- c) et que le classement des sourates les unes par rapport aux autres soit uniformisé.
Ces 3 points là sont certains.

Mais :
- d) par rapport aux variantes de récitation enseignées par le Prophète (cliquez ici), quel est l'apport des copies uthmaniennes ? ces copies ont-elles délaissé 6 des 7 harf, ou bien englobent-elles les 7 harf ?

Il y a divergence d'opinions sur le sujet...

1) Un premier avis : Les copies uthmaniennes ont délaissé 6 des 7 harf :

 

L'avis de at-Tabarî étant que les 7 harf dont parlait le Prophète sont 7 dialectes arabes de l'époque (avis que nous avons cité dans l'article sur les 7 harf), il a prolongé le raisonnement en disant ce qui suit... A l'origine, la révélation de versets coranique se faisant seulement selon 1 harf (cela est établi), il s'agit du dialecte des Quraysh. A Médine, suite aux demandes du Prophète, permission fut donnée de réciter d'après d'autres dialectes. Ceci n'étant donc qu'une facilitation (rukhsa), et cette facilitation ayant à l'époque de Uthmân entraîné les dissensions que l'on connaît entre des musulmans, Uthmân a décidé, après consultation, que les musulmans délaisseraient la récitation du Coran selon les 6 autres dialectes, et reviendraient au dialecte originel en lequel la révélation s'était faite, à savoir celui de Quraysh.

Cette explication pose cependant problème, vu que d'une part les Quraysh ne prononcent pas la lettre hamza ("Quraysh lâ tahmiz"), cela est relaté et connu. Et que d'autre part cette lettre hamza a dûment continué à être prononcée sans élision dans de nombreuses récitations du Coran.

-
2) Un second avis : Les copies uthmaniennes n'ont pas été rédigées selon 1 seule des 7 harf, mais ont au contraire cherché à englober un certain nombre des qirâ'ât établies :

Ensuite il existe plusieurs nuances à l'intérieur de ce second avis...

--- 2.1) Les copies uthmaniennes englobent toutes les qirâ'ât enseignées par le Prophète et n'en ont délaissé aucune :

Cet avis a été relaté dans Al-Itqân , où as-Suyûtî l'attribue à "des groupes de fuqahâ, de qurrâ' et de mutakallimûn" (p. 157).
Ceci est peut-être l'avis de Ibn Hazm aussi (Al-Fissal, 1/331).

Ibn ul-Jazarî relate ainsi leur avis : "اختلف هل المصاحف العثمانية مشتملة على جميع الأحرف السبعة ؟ فذهب جماعة من الفقهاء والقراء والمتكلمين إلى ذلك، وبنوا عليه أنه لا يجوز على الأمة أن تهمل نقل شيء منها" (Al-Itqân, p. 157).

-
--- 2.2) Les copies uthmaniennes n'englobent pas la totalité mais seulement un certain nombre des qirâ'ât enseignées par le Prophète et appartenant à l'ensemble des 7 catégories de variantes (harf) autorisées :

("(...) وذهب جماهير العلماء من السلف والخلف وأئمة المسلمين إلى أنها مشتملة على ما يحتمله رسمها من الأحرف السبعة فقط (...)" : Al-Itqân p. 157).

Les ulémas partisans de cet avis 2.2 se subdivisent ensuite en tenants de deux avis...

----- 2.2.1) Les qirâ'ât qui, bien qu'ayant été enseignées par le Prophète, ont ensuite été abrogées lors de l'ultime révision, ces copies ne les incluent pas. Par contre, des qirâ'ât ayant été enseignées par le Prophète au cours de sa mission et n'ayant pas été abrogées lors de l'ultime révision, ces copies n'ont délaissé aucune :

("مشتملة على ما يحتمله رسمها من الأحرف السبعة فقط، جامعة للعرضة الأخيرة التي عرضها النبي صلى الله عليه وسلم على جبريل، متضمنة لها، لم تترك حرفاً منها" : Al-Itqân p. 157).
Cet avis est celui auquel Ibn ul-Jazârî a donné préférence (Ibid.).
Ce que Ibn Taymiyya a écrit in As-Sârim (p. 123) semble aussi y correspondre.

-
----- 2.2.2) Les qirâ'ât qui, bien qu'ayant été enseignées par le Prophète, ont ensuite été abrogées lors de l'ultime révision, ces copies ne les incluent pas. Et des qirâ'ât ayant été enseignées par le Prophète au cours de sa mission et n'ayant pas été abrogées lors de l'ultime révision, ces copies en englobent une partie seulement : certaines ont dû être délaissées :

Cet avis, bien que nuancé par rapport à l'avis 2.2.1, ressort pourtant de ce que Ibn ul-Jazarî lui-même a écrit.
Parlant des qirâ'ât établies par une chaîne authentique mais ne pouvant pas être récitées à partir de l'écriture des copies uthmaniennes (nous allons en voir quelques-unes plus bas), Ibn ul-Jazarî affirme en effet que si on ne peut pas les réciter en tant que variantes du Coran, c'est "parce qu'elles n'ont pas atteint le tawâtur, même si elles sont établies par relation (naql) ; elles sont donc abrogées :
soit par l'ultime révision,
soit par le consensus des Compagnons sur les copies uthmaniennes"

("والأكثر على المنع لأنها لم تتواتر وإن ثبتت بالنقل. فهي منسوخة بالعرضة الأخيرة أو بإجماع الصحابة على المصاحف العثمانية") (Al-Itqân p. 240).
Si les variantes n'étant plus récitées à cause de la première cause sont effectivement abrogées (mansûkh), celles ne l'étant plus à cause de la seconde cause sont délaissées (mat'rûk) davantage que abrogées.

-
En fait, des variantes de récitation existent qui sont relatées mais n'ont pas été incluses dans la graphie des copies uthmaniennes :

Des variantes de récitation existent ainsi qui sont relatées de Ibn Mas'ûd et d'autres Compagnons, après le décès du Prophète, mais qui n'ont pas été incluses dans la graphie uthmanienne :

"وَنَادَوْا يَا مَالِ" (au lieu de "وَنَادَوْا يَا مَالِكُ") : récitation de Ibn Mas'ûd (rapporté par al-Bukhârî, n° 3058, concernant Coran 43/77) ;
"ذلك مُسْتَقَرّ لَّهَا" (au lieu de : "لِمُسْتَقَرٍّ لَّهَا") : récitation de Ibn Mas'ûd (rapporté par al-Bukhârî, n° 6988, Muslim, n° 159, at-Tirmidhî, n° 2186, à propos de Coran 36/38) ;
"وَتَكُونُ الْجِبَالُ كَالصُّوْفِ الْمَنفُوشِ" (au lieu de : "وَتَكُونُ الْجِبَالُ كَالْعِهْنِ الْمَنفُوشِ") : récitation de Ibn Mas'ûd (cité ta'lîqan par al-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûrat ul-qâri'a, concernant Coran 101/5) ;
"وَقَالَ الرَّسُولُ يَا رَبِّ" (au lieu de : "وَقِيلِهِ يَارَبِّ") : récitation de Ibn Mas'ûd (cité par al-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûrat uz-zukhruf, à propos de Coran 43/88) ;
"إِنَّنِي بَرِيْءٌ مِّمَّا تَعْبُدُونَ" (au lieu de : "إِنَّنِي بَرَاء مِّمَّا تَعْبُدُونَ") : récitation de Ibn Mas'ûd (cité par al-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûrat uz-zukhruf, à propos du verset 26 de cette sourate, soit Coran 43/26) ;
"فَصِيَامُ ثَلاَثَةِ أَيَّامٍ متتابعات" (au lieu de : "فَصِيَامُ ثَلاَثَةِ أَيَّامٍ"), concernant Coran 5/89 : récitation de Ibn Mas'ûd (rapporté par Ibn Abî Shayba et 'Abd ur-Razzâq : Nasb ur-râya, 3/296) et Ubayy ibn Ka'b (rapporté par al-Hâkim : Nasb ur-râya, 3/296) ;
"فَإِنْ فَآؤُوا فِيْهِنَّ فَإِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ" (au lieu de : "فَإِنْ فَآؤُوا فَإِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ") : récitation attribuée à Ibn Mas'ûd (Al-Mughnî, 10/454, à propos du verset coranique 2/226) ;
"وَمَا أُوتُوْا مِنَ الْعِلْمِ إِلاَّ قَلِيلاً" (au lieu de : "وَمَا أُوتِيتُم مِّن الْعِلْمِ إِلاَّ قَلِيلاً") : récitation que al-A'mash relatera ("hâkhadhâ fî qirâ'atinâ") (rapporté par al-Bukhârî, n° 125, n° 7024, à propos de Coran 17/85) ;
"الْحَيُّ الْقَيَّامُ" (au lieu de : "الْحَيُّ الْقَيُّومُ") : récitation de Omar ibn ul-Khattâb (cité par al-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûratu nûh, à propos de Coran 2/255) ;
"فَامْضُوْا إِلَى ذِكْرِ اللَّهِ" (au lieu de : "فَاسْعَوْا إِلَى ذِكْرِ اللَّهِ") : récitation de Omar (cité par al-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûrat ul-jumu'a, à propos de Coran 62/9) ;
"وَكَانَ أَمَامَهُمْ مَّلِكٌ يَأْخُذُ كُلَّ سَفِينَةٍ صَالِحَةٍ غَصْبًا" (au lieu de : "وَكَانَ وَرَاءهُم مَّلِكٌ يَأْخُذُ كُلَّ سَفِينَةٍ غَصْبًا") : récitation de Ibn Abbâs (rapporté par al-Bukhârî, n° 3220, 2380, 3149, à propos de Coran 18/79) ;
"وَأَمَّا الْغُلَامُ فَكَانَ كَافِرًا وَكَانَ أَبَوَاهُ مُؤْمِنَيْنِ" (au lieu de : "وَأَمَّا الْغُلَامُ فَكَانَ أَبَوَاهُ مُؤْمِنَيْنِ") : récitation de Ibn Abbâs (rapporté par al-Bukhârî, n° 3220, 2380, 3149, à propos de Coran 18/80) ;
"وَرِياشًا" (au lieu de : "وَرِيشًا") : récitation de Ibn Abbâs [reprise par al-Hassan al-Basrî] (cité par al-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûrat ul-a'râf, à propos de Coran 7/26) ;
"أَمْوَالَكُمُ الَّتِي جَعَلَ اللّهُ لَكُمْ قِوَامًا" (au lieu de : "أَمْوَالَكُمُ الَّتِي جَعَلَ اللّهُ لَكُمْ قِيَامًا"), concernant Coran 4/5 : récitation de Ibn Abbâs et de Ibn Omar (Sahîh ul-Bukhârî, kitâb ut-tafsîr, sûrat un-nissâ', avec Fat'h ul-bârî 8/ ) ;
"مِّن قُرَّاتِ أَعْيُنٍ" (au lieu de : "مِّن قُرَّةِ أَعْيُنٍ"), concernant Coran 32/17 : récitation de Abû Hurayra (rapporté par al-Bukhârî, n° 4501-4502)
- "حَتَّى تَسْتَأْذِنُوا وَتُسَلِّمُوا عَلَى أَهْلِهَا" (au lieu de : "حَتَّى تَسْتَأْنِسُوا وَتُسَلِّمُوا عَلَى أَهْلِهَا"), concernant Coran 24/27 : récitation de Ubayy ibn Ka'b et de Ibn Abbâs ; Ibrâhîm an-Nakha'î dit que c'est ce terme qui figurait dans la copie de Ibn Mas'ûd (cité dans Fat'h ul-bârî, 11/12)...

-
Plus encore, des variantes existent que des Compagnons relatent explicitement avoir entendu le Prophète les réciter, et qui pourtant n'ont pas été incluses dans la graphie uthmanienne :

"وَالذَّكَرِ وَالْأُنثَى" (au lieu de : "وَمَا خَلَقَ الذَّكَرَ وَالْأُنثَى"), que Abu-d-Dardâ a relaté avoir appris du Prophète, et qui est également la récitation de Ibn Mas'ûd (rapporté par al-Bukhârî, n° 4659, concernant Coran 92/3) ;
"إِنّي أناَ الرَّزَّاقُ ذُو الْقُوَّةِ الْمَتِينُ" (au lieu de : "إِنَّ اللَّهَ هُوَ الرَّزَّاقُ ذُو الْقُوَّةِ الْمَتِينُ") : Ibn Mas'ûd relate avoir appris du Prophète ainsi (rapporté par at-Tirmidhî, n° 2940, concernant Coran 51/58) ;
"حَافِظُواْ عَلَى الصَّلَوَاتِ والصَّلاَةِ الْوُسْطَى وصلاة العصر وَقُومُواْ لِلّهِ قَانِتِينَ" (au lieu de : "حَافِظُواْ عَلَى الصَّلَوَاتِ والصَّلاَةِ الْوُسْطَى وَقُومُواْ لِلّهِ قَانِتِينَ") : Aïcha relate avoir entendu le Prophète réciter ainsi (rapporté par Muslim, n° 629, at-Tirmidhî, n° 2982, concernant Coran 2/238) ;
"يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ إِذَا طَلَّقْتُمُ النِّسَاء فَطَلِّقُوهُنَّ في قُبُلِ عِدَّتِهِنَّ" (au lieu de : "يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ إِذَا طَلَّقْتُمُ النِّسَاء فَطَلِّقُوهُنَّ لِعِدَّتِهِنَّ") : Ibn Omar relate avoir entendu le Prophète réciter ainsi (rapporté par Muslim, n° 1471, à propos de Coran 65/1)...

-
Comment explique-t-on qu'il y ait ainsi des variantes qui ne sont plus récitées en tant que texte coranique alors qu'elles sont relatées de Compagnons, voire même du Prophète ?

----- Pour un certain nombre de ulémas (ceux qui sont partisans de l'avis 2.2.1) :

Ce genre de variantes, relatées par Ibn Mas'ûd etc., qui ne peuvent pas être lues à partir de la graphie des copies uthmaniennes, avaient déjà été abrogées lors de l'ultime révision par le Prophète. Cependant, Ibn Mas'ûd et ces autres Compagnons n'en avaient pas eu connaissance. Par contre, Zayd ibn Thâbit, lui, le savait, et c'est pourquoi Uthmân le nomma à la tête de la commission chargée d'élaborer la graphie des copies coraniques à universaliser.
Al-Baghawî
écrit : "On dit que Zayd ibn Thâbit a été témoin d[u contenu d]e la dernière révision, celle où ont été fixés ce qui est abrogé et ce qui est gardé (…). C'est pourquoi Uthmân l'a chargé de préparer les copies" (Al-Itqân, p. 158). La graphie des copies "uthmaniennes" inclut donc la totalité des variantes qui n'ont pas été abrogées lors de l'ultime révision entre le Prophète et Gabriel ("مشتملة على ما يحتمله رسمها من الأحرف السبعة فقط جامعة للعرضة الأخيرة التي عرضها النبي صلى الله عليه وسلم على جبريل متضمنة لها لم تترك حرفاً منها" : Al-Itqân p. 157, ce passage a déjà été cité plus haut).
Cet avis est celui qu'enseigne mon propre professeur de tajwîd, Cheikh Muhammad Siddiq. Il semble aussi être celui de Muftî Taqî Uthmânî (cf. Ulûm ul-qur'ân, p. 124).
Mon professeur ajoute que certaines de ces variantes ont été rapportées du Prophète par seulement un ou deux Compagnons. Etant donc âhâd et non pas mutâwâtir, Zayd ne pouvait les inclure dans la graphie des copies coraniques à universaliser, car il n'y incluait que les variantes établies au tawâtur depuis le Prophète.

------ Notre humble préférence va cependant à l'avis 2.2.2 :

Et selon celui-ci, s'il y a des variantes qui sont rapportées du Prophète par des Compagnons mais ne peuvent pas être lues à partir de la graphie des copies, c'est, comme nous l'avons vu sous la plume de Ibn ul-Jazarî, parce qu'elles "sont abrogées :
soit par l'ultime révision,
soit par le consensus des Compagnons sur les copies uthmaniennes"

("فهي منسوخة بالعرضة الأخيرة أو بإجماع الصحابة على المصاحف العثمانية") (Al-Itqân p. 240).
Si les copies uthmaniennes englobaient vraiment toutes les qirâ'ât (je ne parle pas des versets mais bien des qirâ'ât de versets) pratiquées à l'époque du Prophète et n'ayant pas été abrogées de l'ultime révision (comme l'affirment les tenants de l'avis 2.2.1), comment explique-t-on qu'ici il soit dit que la qirâ'ah "وَ الذَّكَرِ وَالْأُنثَى" et autres semblables ont été abrogées soit par l'ultime révision, soit par le consensus des Compagnons sur les copies uthmaniennes ?

En fait :
il y a effectivement des variantes qui avaient déjà été abrogées lors de l'ultime révision mais, certains Compagnons, ne l'ayant pas su, continuèrent à les réciter comme ils avaient entendu le Prophète le faire. Il était normal ne pas les inclure dans la graphie des copies uthmaniennes : elles ne devaient plus être récitées car ayant été abrogées par le Prophète lors de l'ultime révision ;
mais d'un autre côté il y a d'autres variantes de récitation qui n'avaient pas été abrogées lors de l'ultime révision, et c'est pourquoi Ibn Mas'ûd, par exemple, qui les avaient apprises du Prophète, continua à les enseigner. Si ces variantes-là ne peuvent pas être lues à partir de la graphie des copies uthmaniennes, c'est parce que, alors qu'elles n'ont pas été incluses dans cette graphie [nous allons voir plus bas pourquoi], il y a eu consensus des Compagnons sur la nécessité, pour pouvoir réciter une variante même enseignée par le Prophète, de pouvoir la lire à partir du "socle" des copies uthmaniennes. C'est le consensus des Compagnons qui a donc établi qu'on ne réciterait plus ces variantes-là (d'après ce que as-Suyûtî a relaté de Ibn ul-Jazarî, déjà cité). Par contre il est vrai qu'on devrait parler non pas d'abrogation (naskh) mais plutôt de délaissement (tark) de ces variantes.

La graphie des copies "uthmaniennes" inclut donc bien sûr tous les versets qui ont été gardés lors de l'ultime révision. Cependant, elle inclut une partie conséquente mais non pas la totalité des variantes de récitation relatives à ces versets et non abrogées par le Prophète lors de la dernière année de sa vie terrestre.
Si les variantes relatées par Ibn Mas'ûd et d'autres Compagnons ne peuvent plus être récitées en tant que texte coranique, c'est donc, pour un certain nombre d'entre elles, à cause du consensus des Compagnons sur la nécessité, pour pouvoir réciter une variante enseignée par le Prophète, de pouvoir la lire à partir du "socle" des copies uthmaniennes.

-
Pourquoi notre humble préférence va-t-elle à l'avis 2.2.2 plutôt qu'à l'avis 2.2.1 ?

Parce que Ibn Mas'ûd disait qu'il ne comprenait pas pourquoi il devait abandonner certaines variantes qu'il avait apprises du Prophète et qui figuraient dans sa copie à lui. Il ne disait pas que les qirâ'ât connues par Zayd et incluses dans les copies que celui-ci préparait étaient incorrectes ; il disait que si ces qirâ'ât là étaient correctes, celles que lui il récite étaient aussi correctes : n'ont-elles pas toutes été enseignées par le Prophète ?

Ibn Mas'ûd disait ainsi :
"عن أبي وائل قال: خطبنا ابن مسعود فقال: "كيف تأمروني أقرأ على قراءة زيد بن ثابت، بعد ما قرأت من في رسول الله صلى الله عليه وسلم بضعا وسبعين سورة، وإن زيدا مع الغلمان له ذؤابتان" : "Comment m'ordonnez-vous de lire selon la qirâ'ah de Zayd, après que j'aie appris de la bouche même du Prophète plus de 70 sourates, quand Zayd était avec les enfants, portant deux tresses ?" (an-Nassâ'ï, 5064).
"قال الزهري: فأخبرني عبيد الله بن عبد الله بن عتبة أن عبد الله بن مسعود كره لزيد بن ثابت نسخ المصاحف وقال: "يا معشر المسلمين أعزل عن نسخ كتابة المصحف ويتولاها رجل والله لقد أسلمت وإنه لفي صلب رجل كافر؟" يريد زيد بن ثابت. ولذلك قال عبد الله بن مسعود: "يا أهل العراق اكتموا المصاحف التي عندكم وغلوها! فإن الله يقول: {ومن يغلل يأت بما غل يوم القيامة}، فالقوا الله بالمصاحف". قال الزهري: "فبلغني أن ذلك كرهه من مقالة ابن مسعود رجال من أفاضل أصحاب النبي صلى الله عليه وسلم" :
"O société des musulmans, je serais mis à l'écart du fait de recopier l'écriture de la copie, et s'en occuperait un homme qui, par Dieu, j'étais déjà musulman quand il était encore dans les reins d'un incroyant" (il voulait parler de Zayd ibn Thâbit) ? (at-Tirmidhî 3104). "Gens d'Irak, dissimulez les copies qui sont auprès de vous" (at-Tirmidhî 3104).
"عن عبد الله أنه قال:
{ومن يغلل يأت بما غل يوم القيامة}، ثم قال: "على قراءة من تأمرونى أن أقرأ؟ فلقد قرأت على رسول الله صلى الله عليه وسلم بضعا وسبعين سورة! ولقد علم أصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم أنى أعلمهم بكتاب الله. ولو أعلم أن أحدا أعلم منى، لرحلت إليه" (Muslim, 2462).

Or, affirmait également Ibn Mas'ûd, les variantes de récitation qu'il avait apprises du Prophète étaient elles aussi conformes à "l'ultime révision" :
"وإن رسول الله صلى الله عليه وسلم كان يعارض بالقرآن فى كل رمضان؛ وإنى عرضت فى العام الذى قبض فيه مرتين، فأنبأنى أنى محسن. وقد قرأت من فى رسول الله صلى الله عليه وسلم سبعين سورة"
: "Et le Messager de Dieu faisait la révision du Coran pendant chaque ramadan. L'année où il devait mourir, je le lui ai présenté par deux fois ; il m'a informé que je lisais bien. Et j'ai lu de la bouche du Prophète (que Dieu le bénisse et le salue) 70 sourates" (Ahmad, 3652).

Comment, alors, pourrait-on affirmer que les qirâ'ât connues par Ibn Mas'ûd avaient été abrogées lors de l'ultime révision mais qu'il ne l'avait pas su ?

Ibn Abbâs disait lui aussi explicitement que la récitation de Ibn Mas'ûd était conforme à l'ultime révision.
Ainsi : "عن مجاهد عن ابن عباس قال قال: أى القراءتين كانت أخيرا قراءة عبد الله أو قراءة زيد؟ قال قلنا قراءة زيد. قال لا؛ إلا أن رسول الله -صلى الله عليه وسلم- كان يعرض القرآن على جبرائيل كل عام مرة؛ فلما كان فى العام الذى قبض فيه عرضه عليه مرتين؛ وكانت آخر القراءة قراءة عبد الله" : Mujâhid relate : Ibn Abbâs demanda : "Laquelle des deux qirâ'ât est la dernière : celle de 'Abdullâh ou bien celle de Zayd ?" Nous dîmes : "Celle de Zayd !" Il répondit : "Non. Le Messager de Dieu présentait le Coran à Gabriel une fois chaque année. Lorsque vint l'année où il devait mourir, il la lui présenta deux fois. Et la dernière qirâ'ah fut celle de Abdullâh" (Ahmad, 2364).
"عن أبى ظبيان عن ابن عباس قال أى القراءتين تعدون أول؟ قالوا قراءة عبد الله. قال لا بل هى الآخرة. كان يعرض القرآن على رسول الله -صلى الله عليه وسلم- فى كل عام مرة؛ فلما كان العام الذى قبض فيه عرض عليه مرتين؛ فشهده عبد الله فعلم ما نسخ منه وما بدل" : Abû Zibyân relate que Ibn Abbâs demanda : "Laquelle des deux qirâ'ât considérez-vous comme étant la première ?" Ils dirent : "La qirâ'ah de 'Abdullâh". Il dit : "Elle est plutôt la dernière ! Le Coran était révisé (entre Gabriel et le) Messager de Dieu chaque année une fois ; lorsque vint l'année où il devait mourir, il fut révisé deux fois. Alors Abdullâh assista à cela (shahidahû) ; il sut donc qu'est-ce qui en fut abrogé et qu'est-ce qui en fut changé" (Ahmad 3247).

Voyez : ces propos de Ibn Abbâs montrent que les variantes de récitation relatées par Ibn Mas'ûd et ne pouvant pas être lues à partir de la graphie uthmanienne n'ont pas été abrogées lors de l'ultime révision entre le Prophète et Gabriel...

Cependant, comme az-Zuhrî l'a dit, parlant du refus de Ibn Mas'ûd de se conformer à l'ordre maslahî du calife 'Uthmân : "قال الزهري: "فبلغني أن ذلك كرهه من مقالة ابن مسعود رجال من أفاضل أصحاب النبي صلى الله عليه وسلم" : "Il m'est parvenu que des hommes parmi les plus illustres Compagnons du Prophète, que Dieu le bénisse et le salue, désapprouvèrent cela parmi (tout) le propos de Ibn Mas'ûd" (at-Tirmidhî 3104).

-
Pourquoi, alors, la commission nommée par Uthmân n'a-t-elle pas inclus ces variantes aussi dans la graphie particulière des copies qu'elle préparait ?

Parce que ces variantes relèvent surtout de catégories qui ne pouvaient être (ou ne pouvaient toutes être) englobées avec les autres dans une même graphie (il s'agit des catégories numérotées 3, 6 et 7 dans mon article Pourquoi y a-t-il des variantes de récitation dans le texte coranique ?).

Or le calife Uthmân se trouvait alors face à deux possibilités :
soit il ne faisait rien et les malentendus à propos des variantes du texte coranique allaient s'amplifiant ;
soit il universalisait un seul type de copie mais devait pour cela se résigner à ne pas pouvoir y inclure certaines variantes de récitation relatées du Prophète.
Il n'eut d'autre choix que d'avoir recours à la deuxième possibilité (cf. Fath ul-bârî, 9/39, premières lignes de la page).

On peut citer ici Ibn ul-Qayyim ; bien qu'étant pour sa part de l'avis 1, et avançant cette explication de l'action de Uthmân par rapport à cet avis 1, l'explication qu'il donne est tout aussi valable pour l'avis 2.2.2. Il écrit :
"ومن ذلك جمع عثمان رضي الله عنه الناس على حرف واحد من الأحرف السبعة التي أطلق لهم رسول الله صلى الله عليه و سلم القراءة بها، لمّا كان ذلك مصلحة.
فلمّا خاف الصحابة رضي الله عنهم على الأمة أن يختلفوا في القرآن ورأوا أن جمعهم على حرف واحد أسلم وأبعد من وقوع الأيختلاف، فعلوا ذلك ومنعوا الناس من القراءة بغيره. وهذا كما لو كان للناس عدة طرق إلى البيت وكان سلوكهم في تلك الطرق يوقعهم في التفرق والتشتت ويطمع فيهم العدو، فرأى الإمام جمْعهم على طريق واحد وترك بقية الطرق، جاز ذلك؛ ولم يكن فيه إبطال لكون تلك الطرق موصلة إلى المقصود؛ وإن كان فيه نهي عن سلوكها لمصلحة الأمة "
:
"Relève de cela [as-siyâssât al-juz'iyya at-tâbi'a li-l-massâlih] le fait que Uthmân ait rassemblé les gens sur une seule harf parmi les sept harf par lesquelles le Prophète avait autorisé qu'on fasse la récitation (du Coran), et ce à cause du fait que cela constituait une maslaha. (...) Ceci est comparable au fait suivant : si les gens disposaient de plusieurs chemins menant à une maison ; [mais qu'à un moment donné] le fait pour eux d'emprunter ces chemins les amenèrent à se diviser, ce qui (attira) alors sur eux la convoitise de l'ennemi ; et que le chef considéra (nécessaire) de les réunir sur un seul chemin et qu'ils délaissent les autres : cela est permis. Et cela ne constitue pas une annulation ("ibtâl") du fait que ces chemins mènent à l'objectif, même si cela consiste en une interdiction de les emprunter ("nah'yun 'an sulûkihâ"), et ce à cause de la maslaha du groupe"
(At-Turuq ul-hukmiyya, p. 31).

-
Pourquoi, alors, à la fin de préparer les copies à universaliser, Uthmân a-t-il choisi Zayd ibn Thâbit et les variantes de récitation que lui il connaissait, et non pas Ibn Mas'ûd et les variantes que lui il connaissait ?

Ibn Hajar écrit que c'est parce que d'une part Ibn Mas'ûd habitait à Kufa, en Irak, et que Uthmân, à Médine, ne pouvait pas différer le début de ces travaux devenus si importants à cause des graves dissensions qui voyaient le jour un peu partout.

Et parce que, d'autre part, c'était Zayd Ibn Thâbit qui, sur la demande de Abû Bakr et de Omar lors du califat de Abû Bakr, avait réalisé la première compilation écrite complète du Coran, afin de pallier à l'éventuelle mort de nombreux Compagnons connaissant par cœur le texte coranique (cf. Fath ul-bârî, tome 9 pp. 25-26).

-
Pourquoi, alors, Abû Bakr avait-il choisi Zayd ibn Thâbit et non pas Abdullâh ibn Mas'ûd pour réaliser cette première compilation ?

Les raisons de ce choix ont été explicitement mentionnées dans le récit où on lit que Abu Bakr a expliqué à Zayd ce qu'il devait faire.

Zayd raconte : "Abû Bakr me dit : "Tu es un homme jeune, intelligent, nous ne te soupçonnons pas, et tu écrivais la révélation"" (al-Bukhârî).

Ibn Hajar écrit : "Il lui a cité 4 qualités qui entraînaient sa spécificité pour cette (tâche) :
le fait qu'il soit jeune : il sera donc plus actif pour ce qui lui est demandé ;
le fait qu'il soit intelligent : il sera donc à même de mieux saisir ce (qu'on lui relate) ;
le fait qu'il n'est pas soupçonné ; l'âme penchera donc vers lui ;
et le fait qu'il écrivait la révélation : il a donc davantage pratiqué ce (fait d'écrire les versets du Coran).
Et ces qualités qui sont réunies pour lui peuvent se trouver en d'autres personnes que lui, mais de façon séparée"
(FB 9/18).

C'est-à-dire qu'il y existait peut-être un autre Compagnon qui avait les deux premières qualités, mais non pas les deux dernières ; un autre avait les trois premières, mais pas la dernière. etc. Ibn Mas'ûd n'était pas aussi jeune que Zayd et n'avait pas aussi souvent été scribe de la révélation que lui à Médine. Zayd a tellement pratiqué cette tâche de scribe de la révélation à Médine qu'on le désigne parfois par Al-Kâtib, LE Scribe (c'est ce que Ibn Hajar a écrit : FB 9/29).

-
Un autre point, qui appuie lui aussi l'idée que ce n'est pas la totalité des variantes non incluses dans la graphie uthmanienne qui avaient été abrogées lors de la dernière révision entre le Prophète et Gabriel :

Certes, Ibn Abbâs et Aïcha ne protestèrent pas comme le fit Ibn Mas'ûd à propos de la non-inclusion, dans les copies uthmaniennes, des variantes de récitation que eux ils rapportaient du Prophète.

Néanmoins, il est relaté d'eux que leur avis était que, à propos de certains mots précis du Coran, le choix de la commission nommée par Uthmân aurait pu porter sur l'autre variante que celle qu'elle retint effectivement : "وقد أجاب ابن أشتة عن هذه الآثار كلها بأن المراد: أخطئوا في الاختيار وما هو الأولى لجمع الناس عليه من الأحرف السبعة. لا أن الذي كتب خطأ خارج عن القرآن" (Al-Itqân, p. 588, p. 592).

Ce qui suit est relaté de Ibn Abbâs à ce sujet :
– Ibn Hajar écrit : "وجاء عن بن عباس إنكار ذلك فأخرج سعيد بن منصور والطبري والبيهقي في الشعب بسند صحيح: أن بن عباس كان يقرأ: "حتى تستأذنوا" ويقول: "أخطأ الكاتب." وكان يقرأ على قراءة أبي بن كعب" (authentifié par Ibn Hajar : Fat'h ul-bârî 11/12 ; également cité dans Al-Itqân, p. 590 ; ) ;
– un propos voisin est rapporté de lui, qui lisait : "أفلم يتبين الذين آمنوا أن لو يشاء الله لهدى الناس جميعا", au lieu de : "أفلم ييأس الذين آمنوا أن لو يشاء الله لهدى الناس جميعا" (rapporté par Ibn ul-Anbârî, cité dans Al-Itqân, pp. 590-591).

Et ce qui suit est relaté de Aïcha :
– "قال أبو عبيد في فضائل القرآن: حدثنا أبو معاوية عن هشام بن عروة عن أبيه قال: "سألت عائشة عن لحن القرآن عن قوله تعالى: {إنّ هذان لساحران} وعن قوله تعالى: {والمقيمين الصلاة والمؤتون الزكاة} وعن قوله تعالى: {إن الذين آمنوا والذين هادوا والصابئون}." فقالت: "يا بن أخي هذا عمل الكُتّاب، أخطؤوا في الكِتاب". هذا إسناد صحيح على شرط الشيخين" (Al-Itqân, pp. 584-585, p. 588) ;
– "حدثنا يزيد، أخبرنا صخر بن جويرية، عن إسماعيل، عن أبي خلف، أنه دخل مع عبيد بن عمير على عائشة، فسألها عبيد بن عمير: "كيف كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يقرأ هذه الآية: "الذين يأتون ما أتوا" أو "يؤتون ما آتوا"؟" فقالت: "أيهما أحب إليك؟" فقال: "والله لإحداهما أحب إلي من كذا وكذا." قالت: "أيتهما؟" قال: "الذين يأتون ما أتوا." فقالت: "أشهد لكذلك كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يقرؤها، وكذاك أنزلت؛ ولكن الهجاء حرف" (rapporté par Ahmad, n° 23500, 23963, cité dans Al-Itqân, p. 590 ; dha'îf d'après certains spécialistes).

Voyez ici encore : ces variantes ne peuvent pas être lues à partir de la graphie de Uthmân. Pourtant, elles ne semblent pourtant pas avoir été abrogées lors de l'ultime révision. Sinon, il n'aurait pas été relaté de Aïcha et de Ibn Abbâs ce qui a été relaté et où, comme l'a écrit Ibn Ushta, ils voulaient dire : "Ceux qui ont préparé les copies auraient pu choisir une autre variante que celle-là, parmi toutes les variantes existantes".

Car, écrit encore Ibn Ushta :
"قال ابن أشتة: فهذا الخبر يدل على
أن القوم يتخيرون أجمع الحروف للمعاني وأسلسها على الألسنة وأقربها في المأخذ وأشهرها عند العرب للكتابة في المصاحف؛
وأن الأخرى كانت قراءة معروفة عند كلهم. وكذا ما أشبه ذلك"
(cité dans Al-Itqân, p. 592).

-
Conclusion :

Les copies "uthmaniennes" englobent la totalité des versets dont la récitation n'a pas été abrogée lors de l'ultime révision entre le Prophète et Gabriel.
Cependant, elles n'englobent pas la totalité des variantes de récitation qui ont été conservées alors, mais seulement une partie d'entre celles-ci : le calife Uthmân n'avait pas d'autre choix. C'est le consensus des Compagnons – qui se réalise ensuite – qui fait qu'on ne peut plus réciter, en tant que relevant du texte coranique, que les variantes enseignées par le Prophète qui peuvent être lues à partir de la graphie uthmanienne.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email