Hypothèse quant à la date de naissance d'Ismaël, fils d'Abraham (عليهما السلام)

Ci-après une hypothèse quant à la date de naissance de Ismaël fils d'Abraham, hypothèse fondée sur un calcul à partir de la chaîne généalogique de Muhammad (sur eux soit la paix).

Il faut tout d'abord savoir que les habitants de la partie septentrionale du désert d'Arabie étaient pour leur majorité des descendants de Ismaël (cliquez ici et ici). Le Prophète Muhammad aussi était un descendant de ce dernier (sur eux la paix).

(Cliquez ici pour découvrir si, comme l'affirment certains orientalistes, ce ne fut qu'une fois Muhammad à Médine que le texte coranique se mit à les affilier, lui ainsi que les Arabes, à Ismaël et Abraham.)

-
Les généalogistes musulmans ont établi les points suivants :

1) Entre le prophète Muhammad (sur lui soit la paix) et Adnân :

--- 1.a) il est certain que le Prophète Muhammad (sur lui la paix) descend de Adnân ;
--- 1.b) de plus, les Arabes ismaélites de l'époque du Prophète connaissaient parfaitement le nom de chaque maillon de la chaîne généalogique patrilinéaire entre eux et Adnân.

– 2) Entre Adnân et le prophète Ismaël (sur lui soit la paix) :

--- 2.a) il est également certain que Adnân descend de Ismaël ;
--- 2.b) par contre les Arabes ne connaissaient pas de façon exacte la chaîne généalogique entre Adnân et Ismaël, et différentes généalogies circulaient à ce sujet.

-
– 1.a & 1.b) La chaîne généalogique entre le prophète Muhammad (sur lui soit la paix) et Adnân est la suivante :

Muhammad (صلى الله عليه وسلم)
fils de Abdullah,
fils de Abd ul-Muttalib,
fils de Hâshim,
fils de Abdu Manâf,
fils de Qussayy,
fils de Kilâb,
fils de Murra,
fils de Ka'b,
fils de Lu'ayy,
fils de Ghâlib,
fils de Fih'r,
fils de Mâlik,
fils de an-Nadhr,
fils de Kinâna,
fils de Khuzayma,
fils de Mud'rika,
fils de Ilyâs,
fils de Mudhar,
fils de Nizâr,
fils de Ma'add,
fils de Adnân.

Cette chaîne est citée dans Sahîh ul-Bukhârî (Kitâbu Fadhâ'ïl is-Sahâba, Mab'ath un-Nabiy ; voir également Fat'h ul-bârî 6/646-647).

On note qu'il y a 20 maillons entre Muhammad (صلى الله عليه وسلم) et Adnân, ni le Prophète ni Adnân n'étant inclus dans le décompte.

Rappelons que les Qurayshites sont les hommes qui descendent de Fih'r / de an-Nadhr : ces deux avis existent entre les ulémas (cf. Al-Bidâya wa-n-Nihâya, 2/232-233 ; Fat'h ul-bârî, 6/653). Ibn 'Abd il-Barr, az-Zubayr ibn Bakkâr, Ibn Sa'd, Ibn Hajar, etc. sont du premier avis. Ibn ul-Qayyim (Zâd ul-ma'âd, 3/618) et Ibn Kathîr (Al-Bidâya wa-n-Nihâya, 2/232) sont du second.

Kinâna est pour sa part l'ancêtre de la majorité de ceux qui habitaient la région du Hedjaz à l'époque du Prophète (Fat'h ul-bârî, 6/647).

Après avoir cité cette chaîne entre le Prophète et Adnân, Ibn ul-Qayyim écrit : "Jusqu'ici (la chaîne) est d'authenticité connue et fait l'objet d'un consensus parfait entre les généalogistes" (Zâd ul-ma'âd 1/71). Ibn Hajar écrit de même : "Pour ce qui est du (détail de la) chaîne entre le Prophète et Adnân, elle fait l'unanimité" (Fat'h ul-bârî 6/646).

-
– 2.a & 2.b) En revanche, pour ce qui est de la seconde partie de la chaîne :

S'"il y a unanimité quant au fait que Adnân descend de Ismaël" (Zâd ul-ma'âd 1/71), par contre "le (détail de la) chaîne généalogique entre Adnân et Ismaël fait l'objet de divergences" (Fat'h ul-bârî 6/646).

Aïcha disait : "Les généalogies des gens [= des Arabes musta'riba] sont établies jusqu'à Ma'add ibn Adnân" : "وروى الطبراني بإسناد جيد عن عائشة قالت: استقام نسب الناس إلى معد بن عدنان" (rapporté par at-Tabaranî, chaîne excellente d'après Ibn Hajar, Fat'h ul-bârî 6/647). (Par contre, d'après al-Albânî, le Hadîth où Ibn Abbâs dit du Prophète : "كان إذا انتسب لم يجاوز في نسبته معد بن عدنان بن أد، ثم يمسك ويقول: "كذب النسابون، قال الله تعالى: {وقرونا بين ذلك كثيرا" n'est pas authentique : Dha'îf ul-jâmi' is-saghîr 4166 et 4351, et Silsilat ul-ahâdîth idh-dha'îfa 111).
Mâlik ibn Anas, questionné au sujet de l'homme qui énonçait sa chaîne généalogique jusqu'à Adam, n'aima pas cela et dit : "D'où tient-il ce savoir ?" ; on lui dit : "Jusqu'à Ismaël, alors ?" ; il désapprouva cela aussi (Al-Bidâya wa-n-Nihâya, 2/226). Ce propos est à comprendre comme se rapportant au fait d'énoncer ces chaînes avec autant de certitude que les chaînes qui vont jusqu'à Adnân. Sinon d'autres ulémas ont cité des relations concernant ces chaînes remontant à plus haut que Adnân aussi.

Ibn Hajar a ainsi cité quelques-uns des différents avis existant à propos de cette seconde partie de la chaîne, plus haut que Adnân (cf. Fath ul-bârî 6/658). Au sein de tout ce qu'il a cité, on distingue d'emblée deux tendances...

Selon une tendance, on a, entre Adnân et Ismaël, un très petit nombre de maillons (avec ensuite des divergences quant à leur nombre exact et quant aux noms) ; certaines de ces courtes chaînes passent par Nebayoth fils de Ismaël.

– Et puis on distingue une autre tendance présentant une quarantaine de maillons entre Adnân et Ismaël (avec, ensuite, des divergences quant au nombre exact de maillons et à leur nom) et selon laquelle Adnân descendrait de Ismaël par son fils Qedar (cf. Fat'h ul-bârî 6/658).

As-Suhaylî écrit : "Le laps de temps qu'il y a entre Adnân et l'époque de Ismaël est trop long pour que entre les deux il y ait (seulement) 4, 10 ou 20 (maillons)" (cité dans Al-Bidâya wa-n-Nihâya, 2/226).
-
Cheikh Mansûrpûrî a ainsi donné préférence à la longue chaîne d'une quarantaine de maillons (
Rahmatun li-'âlamîn, Cheikh Mansûrpûrî, cité dans Ar-Rahîq ul-makhtûm, p. 55, note de bas de page).

Si nous ajoutons ce nombre de 40 au nombre de maillons existant entre le Prophète et Adnân (qui est de 20, nous l'avons vu plus haut), nous obtenons, pour le nombre de générations entre Muhammad et Ismaël, un total d'environ 60.

60 multiplié par 40 (qui serait la période moyenne séparant une génération de la suivante), cela donne 2400.

De l'an 570 (année de la naissance du Prophète), on retranche 2400, et on obtient alors : - 1830.
Ce chiffre correspondrait à la date (approximative) de la naissance de Ismaël.

-
Or, il existe un autre calcul
:

Nous avons vu dans un autre article (et sur la base d'un autre calcul, fait à partir de la date présumée de l'Exode, de la durée biblique du séjour des Israélites en Egypte, de l'âge approximatif de Joseph quand l'installation de sa famille eut lieu en Egypte, et de la différence approximative entre les dates de naissances de Abraham et de Joseph) que Abraham serait né vers - 1875.

Or Abraham n'ayant eu son premier fils (Ismaël) qu'à un âge avancé (86 ans, dit la Torah : Genèse 16/16), Ismaël serait né vers - 1790.

-

Les deux calculs fournissent donc deux résultats différents (- 1830 pour le premier, contre - 1790 pour le second).
La différence peut paraître notable, mais elle se révèle en fin de compte assez minime, eu égard à ce que l'on peut attendre de tels calculs fondés sur des hypothèses et des approximations (la durée de la période moyenne séparant chaque génération de l'autre n'étant qu'une de celles-ci).

-

Note :

Nous avons vu que s'il est certain que Muhammad (que Dieu le bénisse et le salue) descend de Adnân, et que Adnân descend de Ismaël, par contre la partie de la chaîne généalogique entre Adnân et Ismaël ne fait pas l'unanimité entre les généalogistes.
Il faut ici rappeler que pour Jésus c'est la même chose : s'il est certain que Jésus descend de David et que David descend de Isaac (sur tous les prophètes soit la paix), le détail de la chaîne généalogique entre Jésus et David ne fait pas non plus l'unanimité entre Matthieu et Luc (voir Matthieu 1/1-17 et comparer avec Luc 3/23-34).

Il est cependant à noter que ces deux chaînes généalogiques citent, comme ascendant direct de Jésus : Joseph, et non pas Marie, alors même que les textes évangéliques affirment que Jésus est né de Marie sans l'intervention d'un homme (Luc 1-34-35).

Il est aussi à noter que d'après Matthieu Jésus descend de David par son fils Salomon, tandis que selon Luc il descend de David par son fils Natham.

Enfin, il faut noter qu'entre Jésus et David il y aurait 26 maillons intermédiaires selon Matthieu, contre 41 selon Luc (les deux personnages étant non inclus) ; et entre David et Isaac il y aurait 11 maillons intermédiaires selon Matthieu, 12 selon Luc (les deux personnages cités n'étant pas inclus dans le décompte). Or si, d'une part, on retient le calcul, fait à partir de la date présumée de l'Exode, selon lequel Abraham aurait vécu au XIXè siècle avant J.-C. et si, d'autre part, on accepte que David aurait vécu au Xè siècle avant J.-C., on est amené à penser qu'il manque des maillons dans la chaîne entre David et Abraham.

En tout état de cause, avec les chaînes que ces textes fournissent, on obtient, entre Jésus et Isaac (ces deux personnages n'étant pas inclus), un total de 38 maillons (selon Matthieu) et celui de 54 maillons (selon Luc).
Multipliés par 40 (qui serait la période moyenne séparant une génération de la suivante), ces deux chiffres de 38 et 54 donnent respectivement 1520 et 2120. Chacun de ces chiffres présenterait l'hypothétique date (en négatif, à partir de la naissance de Jésus) où Isaac fils d'Abraham est né.

La vérité semblerait se situer entre ces deux chiffres.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email