Est-il mashrû' (institué) d'adresser, à distance, la Salutation (Salâm) au prophète Muhammad (صلّى الله عليه وسلّم) ? Et répond-il à cette Salutation ?

-
Il y a, par rapport à cette question, 3 avis :
--- A : il est mashrû' d'adresser les salutations à distance au Prophète (sur lui soit la paix) ; cela lui est transmis, et il y répond.
--- B : La Salâm ut-Tahiyya, on ne peut l'adresser directement au Prophète que devant sa tombe (et il y répond). Ailleurs que devant sa tombe, on ne peut faire que Salâm ud-Du'â (demander à Dieu de faire Salâm au Prophète) ; ensuite :
----- B.A : cette Salâm ud-Du'â est transmise au Prophète ; et il y répond ;
----- B.B : cette Salâm ud-Du'â est transmise au Prophète ; mais il n'y répond pas.

-

Quelques hadîths en rapport avec le sujet :

1) "(...) Ne faites pas de ma tombe un 'Eid. Et demandez (à Dieu] la Salât sur moi ; votre (demande de) Salât me parviendra où que vous soyez" : "عن أبي هريرة قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "لا تجعلوا بيوتكم قبورا، ولا تجعلوا قبري عيدا، وصلوا علي فإن صلاتكم تبلغني حيث كنتم" (Abû Dâoûd, 2042) ;
--- "(...) Demandez abondamment Salât sur moi le (vendredi) ; cette (demande de) Salât m'est présentée. – Comment te sera-t-elle présentée quand tu seras mort ? – Dieu a interdit à la terre (de ronger) le corps des prophètes" : "عن أوس بن أوس قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "إن من أفضل أيامكم يوم الجمعة: فيه خلق آدم، وفيه قبض، وفيه النفخة، وفيه الصعقة. فأكثروا علي من الصلاة فيه، فإن صلاتكم معروضة علي." قال: قالوا: "يا رسول الله، وكيف تعرض صلاتنا عليك وقد أرمت - يقولون: بليت -؟" فقال: "إن الله عز وجل حرم على الأرض أجساد الأنبياء" (Abû Dâoûd, 1047).

2) "Celui qui fait Salât sur moi, sa Salât me parvient, et je fais Salât sur lui, et en sus de cela 10 bonnes actions sont inscrites en sa faveur" : "وقال النبي صلى الله عليه وسلم: "من صلى علي، بلغتني صلاته، وصليت عليه، وكتبت له سوى ذلك عشر حسنات" (at-Tabarânî dans Al-Mu'jam ul-Awsat, n° 1642).

-
3) "عن عبد الله قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "إن لله ملائكة سياحين في الأرض يبلغوني من أمتي السلام" : "Dieu a des anges parcourant la Terre, qui me font parvenir le Salâm de la part de ma Umma" (an-Nassâ'ï, 1282).

4) "عن أبي هريرة أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "ما من أحد يسلم علي إلا رد الله علي روحي حتى أرد عليه السلام" : "Toute personne qui m'adresse le Salâm, Dieu me rend mon rûh afin que je lui rende son Salâm" (Abû Dâoûd, 2041).
"Rendre le rûh" signifie ici : "tourner son attention vers la salutation".

-
5) A celui qui adresse une Salât 'alâ en faveur du Prophète, Dieu accorde 10 [unités] de Salât ; et à celui qui adresse une Salâm 'alâ en faveur du Prophète, Dieu accorde 10 [unités] de Salâm : "عن ثابت، قال: قدم علينا سليمان مولى الحسن ابن علي زمن الحجاج، فحدثنا عن عبد الله بن أبي طلحة، عن أبيه أن رسول الله صلى الله عليه وسلم جاء ذات يوم والبشرى في وجهه، فقلنا: "إنا لنرى البشرى في وجهك"، فقال: "إنه أتاني الملك، فقال: "يا محمد، إن ربك يقول: "أما يرضيك أنه لا يصلي عليك أحد إلا صليت عليه عشرا، ولا يسلم عليك أحد، إلا سلمت عليه عشرا" (an-Nassâ'ï, 1283, 1295, Ahmad, 16361 : hassan d'après al-Albânî).

-
6) Le cas du Salâm présent dans la Tashahhud :

----- Le Prophète avait enseigné cela en les termes suivants (selon la formule apprise et relatée par Ibn Mas'ûd) : "Les Tahiyyât sont pour Allah, ainsi que les Invocations, et les Evocations. Que le Salâm soit sur toi ô Prophète, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses bénédictions. Que le Salâm soit sur nous et sur les pieux serviteurs de Dieu". Je témoigne qu'il n'y a de divinité que Dieu, et je témoigne que Muhammad est Son serviteur et Son messager." Le Prophète a dit au sujet de la phrase : "Que le Salâm soit sur nous et sur les pieux serviteurs de Dieu" : "car lorsque vous direz cela, cela atteindra tout pieux serviteur se trouvant dans le ciel ou sur la terre. "(...)" : "التحيات لله والصلوات والطيبات، السلام عليك أيها النبي ورحمة الله وبركاته. السلام علينا وعلى عباد الله الصالحين"، فإنكم إذا قلتم أصاب كل عبد في السماء أو بين السماء والأرض، "أشهد أن لا إله إلا الله، وأشهد أن محمدا عبده ورسوله" (al-Bukhârî, 800, etc., Muslim, 406).

----- 6.1) Bien des Compagnons n'ont pas opéré de changement entre la période du vivant du Prophète, et celle de son décès, et ont continué à dire et à enseigner les termes : "As-salâmu 'alay-ka ayyuha-n-Nabiyyu" ("لكن جمهور الصحابة والتابعين وغيرهم من المحدثين والفقهاء مطبقون على التشهد المرفوع المروى بصيغة الخطاب والنداء، أي على عدم المغايرة بين زمانه - صلى الله عليه وسلم - وما بعده" : Mir'ât ul-mafâtîh).

----- 6.2) Par contre, Ibn Mas'ûd relate que, dans la Tashahhud, lui et d'autres Compagnons disaient : "As-salâmu 'alay-ka ayyuha-n-Nabiyyu" "lorsque le Prophète était parmi [eux]. Puis, lorsqu'il fut repris, [ils] dirent : "As-salâmu 'ala-n-Nabiyyi"" : "عن ابن مسعود قال: علمني رسول الله صلى الله عليه وسلم، وكفي بين كفيه، التشهد، كما يعلمني السورة من القرآن: "التحيات لله، والصلوات والطيبات، السلام عليك أيها النبي ورحمة الله وبركاته، السلام علينا وعلى عباد الله الصالحين، أشهد أن لا إله إلا الله، وأشهد أن محمدا عبده ورسوله" وهو بين ظهرانينا. فلما قبض قلنا: "السلام" - يعني - "على النبي" صلى الله عليه وسلم" (al-Bukhârî, 5910). "وقد ورد في بعض طرق حديث بن مسعود هذا ما يقتضي المغايرة بين زمانه صلى الله عليه وسلم فيقال بلفظ الخطاب، وأما بعده فيقال بلفظ الغيبة (...) ففي الاستئذان من صحيح البخاري من طريق أبي معمر عن بن مسعود بعد أن ساق حديث التشهد قال وهو بين ظهرانينا فلما قبض قلنا "السلام" يعني على النبي؛ كذا وقع في البخاري؛ وأخرجه أبو عوانة في صحيحه والسراج والجوزقي وأبو نعيم الأصبهاني والبيهقي من طرق متعددة إلى أبي نعيم شيخ البخاري فيه بلفظ: "فلما قبض قلنا: السلام على النبي" بحذف لفظ يعني؛ وكذلك رواه أبو بكر بن أبي شيبة عن أبي نعيم" (FB 2/406).
La même chose est relatée de certains autres Compagnons encore : "وقد وجدت له متابعا قويا: قال عبد الرزاق أخبرنا بن جريج أخبرني عطاء أن الصحابة كانوا يقولون والنبي صلى الله عليه وسلم حي: "السلام عليك أيها النبي"، فلما مات قالوا: "السلام على النبي"؛ وهذا إسناد صحيح" (FB 2/406).
Enfin, il est relaté de Aïcha qu'elle enseignait de dire : "As-salâmu 'ala-n-Nabiyyi wa rahmatullâh" : "عن القاسم بن محمد، قال: رأيت عائشة، تعد بيدها تقول: "التحيات الطيبات الصلوات الزاكيات لله. السلام على النبي ورحمة الله. السلام علينا وعلى عباد الله الصالحين، أشهد أن لا إله إلا الله، وأشهد أن محمدا عبده ورسوله." قال: "ثم يدعو لنفسه بما بدا له" (Ibn Abî Shayba, 2993 ; al-Bayhaqî dans As-Sunan ul-kub'râ, 2882) و "ويؤيده أن عائشة رضي الله عنها كذلك كانت تعلمهم التشهد في الصلاة: "السلام على النبي": رواه السراج في مسنده، والمخلص في الفوائد، بسندين صحيحين عنها" (Sifatu salât in-Nabiyyi, al-Albânî, p. 126, note de bas de page).

-

Avis A) D'après certains ulémas (parmi lesquels Cheikh Ashraf 'Alî Thânwî) : Adresser le Salâm au Prophète (sur lui soit la paix) est institué, que cela soit quand on est devant sa tombe, ou quand on est à distance. Dans le premier cas il l'entend directement, tandis que dans le second cas cela lui est transmis par des Anges. Mais dans les deux cas il répond à ce Salâm :

Cheikh Ashraf 'Alî Thânwî écrit :
"Il est établi que systématiquement :
--- il entend le Salâm – directement si cela est fait de près ; et par le biais de la transmission d'anges si cela est fait de loin – ;
--- et il y répond"
(Nashr ut-tîb, p. 249).

La formule de Salâm présente dans le Tashahhud (6.1) semble également servir d'argument à cet avis A : vu qu'on peut dire "As-Salâmu 'alay-ka ayyuha-n-Nabiyyu wa rahmatullâhi wa barakâtuh" dans la tashahhud alors qu'on est distant de la tombe et alors que, à son époque, certains Compagnons étaient distants de lui (en voyage, par exemple, ou même à Médine, mais dans d'autres mosquées) , cela est la preuve qu'on peut lui adresser la Salutation à distance.

Or, en vertu du hadîth 4, il répond au Salâm qui lui est adressé : "عن أبي هريرة أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "ما من أحد يسلم علي إلا رد الله علي روحي حتى أرد عليه السلام" : "Toute personne qui m'adresse le Salâm, Dieu me rend mon rûh afin que je lui rende son Salâm".

Cela en sus du fait que à celui qui Lui adresse un Du'â de Salâm en faveur du Prophète, Dieu accorde 10 [unités] de Salâm ; et, à celui qui Lui adresse une Salât 'alâ en faveur du Prophète, Dieu accorde 10 [unités] de Salât (hadîth 5).

Abd ul-Haqq ad-Dihlawî écrit :
"قوله: "إلا ردّ اللَّه علي روحي" [4] قد اختلفوا في أن هذا الردّ مخصوص بزائري القبر الشريف يدخلون في حضرته ويسلمون كالداخل في المجلس؟ أو عام لكل من يسلّم كما في التشهد وغيره؟
والظاهر العموم، وهو القول الصحيح؛ إلا أن يكون ههنا فرق بأن يسمع هو - صلى اللَّه عليه وسلم - السلام من الزائرين بنفسه الكريمة، وممن عداهم بواسطة الملائكة، كما يأتي في حديث أبي هريرة في الفصل الثالث، واللَّه أعلم"
(Lama'ât ut-tanqîh).

'Alî al-Qârî écrit :
"إن لله ملائكة سياحين في الأرض يبلغوني من أمتي السلام" [3] (...): إذا سلموا علي قليلا أو كثيرا، وهذا مخصوص بمن بعد عن حضرة مرقده المنور ومضجعه المطهر، وفيه إشارة إلى حياته الدائمة وفرحه ببلوغ سلام أمته الكاملة، وإيماء إلى قبول السلام حيث قبلته الملائكة وحملته إليه عليه السلام، وسيأتي [4] أنه يرد السلام على من سلم عليه" (Mirqât ul-mafâtîh).

Comme cela est précisé dans ces textes, cet avis A ne dit nullement que si on adresse directement au Prophète la salutation, c'est parce qu'il est systématiquement présent près de soi de par son âme / parce que dès qu'on lui adresse la salutation, son âme vient près de soi ; au contraire, cet avis stipule que lorsqu'on lui adresse la salutation en étant loin de sa tombe, le Prophète n'entend pas directement cette salutation : ce sont des anges qui la lui transmettent (conformément au hadîth 3) : "إلا أن يكون ههنا فرق بأن يسمع هو - صلى اللَّه عليه وسلم - السلام من الزائرين بنفسه الكريمة، وممن عداهم بواسطة الملائكة" ; par contre, cet avis A dit bien que dans les deux cas il répond à la Salâm lui étant adressée (et ce conformément au hadîth 4, interprété comme induisant une généralité).

Certains ulémas de l'Inde précisent juste que l'utilisation de cette formule "As-salâmu 'alay-ka yâ Rassûlallâh" est, ainsi, en soi possible même à distance, la croyance étant que ce sont des anges qui la transmettent au Prophète, lequel répond à ce Salâm. Cependant, dans les faits ce n'est pas à tout un chacun qu'on dira de prononcer cette formule à la 2nde personne : la raison en est qu'un certain nombre de personnes du grand public, n'étant pas capables de saisir toutes les nuances et subtilités de la question, risquent de se méprendre et se mettre à croire que si on s'adresse à lui directement, c'est parce que son âme est présente / parce que son âme se rend systématiquement et immédiatement à l'endroit où on lui adresse ce Salâm (ce qui constitue la croyance dite "barelwî" en Inde, qui est erronée).

-

Avis B) D'après d'autres ulémas : il faut distinguer la Salâm ut-Tahiyya (Salutation adressée à la personne, et ce par la formule du "Salâm"), et la Salâm ud-Du'â (Invocation adressée à Dieu en faveur d'une personne, de lui accorder le Salâm)La Salâm ut-Tahiyya, on ne peut l'adresser au Prophète que près de sa tombe ; par contre, la Salâm ud-Du'â, à distance aussi on peut la demander à Dieu en faveur du Prophète :

Ensuite...

– Avis B.A) D'après certains de ces ulémas (parmi lesquels al-Mubârakpûrî) : C'est à ces deux types de Salâm que le Prophète répond : la Salâm ut-Tahiyya (qui ne peut être faite que près de sa tombe), et la Salâm ud-Du'â (qui peut être faite à distance) :

Al-Mubârakpûrî écrit, en commentaire du hadîth 4 :
"ظاهره الإطلاق الشامل لكل مكان وزمان، فيكون فيه دليل على حصول فضيلة رد السلام لكل مسلم قريبا كان أو بعيدا، وعلى أنه - صلى الله عليه وسلم - يرد السلام على من يسلم عليه من جميع الآفاق من جميع أمته على بعد شقته.
لكن فهم عامة العلماء منه أن المراد: السلام عليه عند قبره، فيدل على تخصيص رد السلام بالقريب من القبر
(...)

قلت:
إن كان المراد بالسلام في قوله: "ما من أحد يسلم" الخ [4]: ما هو بمنزلة سلام التحية الموجب للرد الذي هو حق المسلّم، ولا يختص بالمؤمن، فإن الصحيح أن المراد في الحديث: السلام عليه عند قبره، كما فهمه كثير من العلماء؛ لأن سلام التحية على الميت يكون عند القبر (...).
وإن كان المراد بالسلام في الحديث [4]: ما أمر الله به في القرآن، أعني الذي يسلم على صاحبه كما يصلي على من صلى عليه، والذي يختص بالمؤمن ولا يوجب الرد ولا يستدعيه، بل هو بمنزلة دعاء المؤمن للمؤمنين والاستغفار لهم، وله فيه الأجر والثواب من الله ليس على المدعو لهم مثل ذلك الدعاء، خلافا لسلام التحية، فحمله على العموم هو الظاهر بل هو المتعين؛ لأنه ليس في الحديث ما يدل على اعتبار كون المسلم عليه حاضرا عند قبره، ولأن السلام مأمور به في القرآن مع الصلاة عليه بقوله: {صلوا عليه وسلموا تسليما} مشروع له في جميع الأمكنة، لا يختص بمكان دون مكان، ولا مزية للسلام عليه عند قبره، كما لا مزية للصلاة عليه عند قبره، بل قد نهى عن تخصيص قبره بهذا كما روى: لا تتخذوا قبري عيدا، فإن تسليمكم يبلغني أينما كنتم.
والراجح عندي أن المراد بالسلام في الحديث [4]: سلام دعاء لا سلام تحية؛ فيتعين حمل الحديث على العموم، ولا يكون في ذلك فرق بين القريب والبعيد" (Mir'ât ul-mafâtîh).

-
La question que cet avis B.A soulève, c'est bien évidemment : "Si le Prophète répond aux deux, quelle différence reste-t-il entre Salâm ut-Tahiyya et Salâm ud-Du'â, de sorte que le premier ne soit autorisé que devant sa tombe, alors que le second l'est partout ?"

Apparemment la différence entre les deux est que :
--- la Salâm ut-Tahiyya est celle qui s'adresse explicitement au Prophète - bien qu'étant aussi une demande à Dieu - : "As-salâmu 'alay-ka yâ Rassûlallâh !" ; pareille formule ne doit être adressée au Prophète que lorsqu'on se trouve devant la tombe de celui-ci ; il l'entend alors directement, et il y répond ;
--- tandis que la Salâm ud-Du'â est celle qui s'adresse explicitement à Dieu en faveur du Prophète : "Allâhumma sallim 'alâ Rassûlik", ou s'adresse implicitement à Dieu : "As-salâmu 'alâ Rassûlillâh" ; le Prophète est mis au courant, par le biais d'anges, du fait que quelqu'un a adressé cette demande à Dieu ; et il répond à ce Salâm en demandant lui aussi à Dieu de faire Taslîm à cette personne.

Le hadîth 2 dit que le Prophète répond aux Du'â de Salât sur lui ; al-Mubârakpûrî a retenu ce hadîth : "وأخرج الطبراني في الأوسط بإسناد لا بأس به من حديث أنس - رضي الله عنه - قال: قال رسول الله - صلى الله عليه وسلم -: "من صلى علي بلغتني صلاته، وصليت عليه، وكتب له سوى ذلك عشر حسنات" (Mir'ât ul-mafâtîh). Et semble s'être appuyé dessus pour faire l'analogie du Du'â de Salâm : le Prophète répond à ce dernier aussi. Dès lors, le hadîth 4, "Toute personne qui fait Salâm sur moi, Dieu me rend mon rûh afin que je lui rende son Salâm""ما من أحد يسلم علي إلا رد الله علي روحي حتى أرد عليه السلام", est compris comme ayant une portée générale : son propos (rendre le Salâm) concerne la Salâm ut-Tahiyya (qui ne peut être prononcée que devant la tombe) mais aussi la Salâm ud-Du'â (prononcée partout sur la Terre).

D'après cet avis, le hadîth 3, "Dieu a des anges parcourant la Terre, qui me font parvenir le Salâm de la part de ma Umma", "إن لله ملائكة سياحين في الأرض يبلغوني من أمتي السلام", qui parle de transmission du Salâm par les anges, concerne la Salâm ud-Du'â seulement. Car la Salâm ut-Tahiyya, le Prophète l'entend directement, puisqu'elle ne peut être faite que près de sa tombe.

-
Comment cet avis B.A explique-t-il alors que, dans la Tashahhud (hadîth 6), on continue à dire "As-salâmu 'alayka ayyuha-n-Nabiyyu wa rahmatullâhi wa barakâtuh", alors même que cette formulation est sensée être constitutive de la Salâm ut-Tahiyya, laquelle ne doit, d'après cet avis, être prononcée que devant la tombe du Prophète ?

Cet avis l'explique comme étant un cas particulier au Tashahhud : du vivant même du Prophète (sur lui soit la paix), des Compagnons voyageaient et se trouvaient à des centaines de kilomètres de lui, et pourtant, dans la Tashahhud, continuaient à utiliser cette formulation : cela est exceptionnel, et ne peut donc pas être transposé à un autre moment que la Tashahhud : "وأيضا علمهم النبي - صلى الله عليه وسلم - التشهد هكذا بلفظ الخطاب والنداء بدون التفريق بين الحاضرين منهم والغائبين عنه، مع أن الصحابة كانوا يغيبون عنه - صلى الله عليه وسلم - في الغزوات والسرايا وغير ذلك من الأسفار ولا يغايرون بين الحضور عنده والغيبة عنه، ولم يثبت ما تقدم من حكاية المعراج. فهذا كله يدل على أن ذلك مما لم نؤت علمه، فينبغي لنا أن لا نبحث فيه، ونكل أمره إلى الله، قال الله تعالى: {ولا تقف ما ليس لك به علم}. وإذا يكون هذا الخطاب معدولا عن العقل والقياس، فيكون مقصورا على مورده، فلا يقتضى هذا الخطاب جواز خطابه - صلى الله عليه وسلم - ونداءه في غير تشهد الصلاة" (Mir'ât ul-mafâtîh).

-

– Avis B.B) Le Prophète ne répond qu'à la Salâm ut-Tahiyya ; quant à la Salâm ud-Du'â, information lui en est donnée par des anges, mais il n'y répond pas, vu que ce n'est pas une salutation, mais un pur du'â adressé à Allah :

"واعلم أن الذين استحبوا سلام التحية في المسجد خارج الحجرة - وهم أحمد وأبو داود وابن حبيب والبيهقي وغيرهم - قد ذهبوا إلى أن المراد بالسلام في الحديث [4]: السلام عند قبره؛ وأنه - صلى الله عليه وسلم - لا يرد على كل مسلّم عليه في صلاته في شرق الأرض وغربها؛ واحتجوا لما اختاروه بهذا الحديث [4]، واعتمدوا عليه في مسألة الزيارة. لكن في الاستدلال به على استحباب سلام التحية في المسجد خارج الحجرة نظر" (Mir'ât ul-mafâtîh, sur 934).

La différence entre les deux types de Salâm est que :
--- la Salâm ut-Tahiyya est celle qui s'adresse explicitement au Prophète - bien qu'étant aussi une demande à Dieu - : "As-salâmu 'alay-ka yâ Rassûlallâh !" ; mais elle ne doit être adressée au Prophète que lorsqu'on se trouve devant la tombe de celui-ci ; il l'entend alors directement, et il y répond ;
--- tandis que la Salâm ud-Du'â s'adresse explicitement à Dieu en faveur du Prophète : "Allâhumma sallim 'alâ Rassûlik", ou s'adresse implicitement à Dieu : "As-salâmu 'alâ Rassûlillâh" ; le Prophète est mis au courant, par le biais d'anges, que quelqu'un a adressé cette demande à Dieu à son sujet ; mais il n'y répond pas. C'est Dieu qui, à celui qui Lui adresse un Du'â de Salâm en faveur du Prophète, accorde 10 [unités] de Salâm ; comme, à celui qui Lui adresse une Salât 'alâ en faveur du Prophète, Dieu accorde 10 [unités] de Salât (hadîth 5).

"Allâhumma sallim 'alâ Rassûlik", cela peut alors signifier :
--- soit : "Ô Dieu, garde Ton Messager complètement sauf de tout malheur" (la particule "'alâ" impliquant le sens d'un autre verbe) ;
--- soit : "Ô Dieu, adresse à Ton Messager une salutation de Ta part". 

--- Certes, le hadîth 2, qui parle de Salât 'alâ ("Celui qui fait Salât sur moi, sa Salât me parvient, et je fais Salât sur lui, et en sus de cela 10 bonnes actions sont inscrites en sa faveur"), aurait pu servir de base d'analogie pour le Salâm 'alâ, permettant de dire que le Prophète répond à celui qui fait Salât sur lui, comme à celui qui fait Salâm sur lui. Mais il est dha'îf (Silsilat ul-ahâdîth idh-dha'îfa, n° 5141).

--- Le hadîth 4, "Toute personne qui fait Salâm sur moi, Dieu me rend mon rûh afin que je rende à cette (personne) le Salâm", ne parle que de la Salam ut-Tahiyya, et ne parle que de ce qu'il adviendra après le décès (cette Salâm ut-Tahiyya ne pouvant être faite que devant la tombe) ; c'est à son sujet seulement que le Prophète a dit qu'il y répond(ra) : "ظاهر عموم "ما من أحد" يشمل من كان قريبا وقت السلام أو بعيدا؛ وكذا إطلاق قوله: "يسلّم علي" [4] بظاهره يشمل حال الحياة وبعد الممات. لكن رد الروح لا يناسب حال الحياة، فيجب تخصيصه بما بعد الممات. وأما تخصيصه بالقريب الزائر فكأن المصنف أخذه من أن السلام إذا لم يسمع، لا يحتاج إلى رده، فمقتضى أنه يباشر بالرد أنه يسمعه؛ والسماع عادة يكون في القريب دون البعيد، فيخص الحديث بالقريب الزائر؛ فيؤخذ منه جواز الزيارة. ويحتمل أنه أخذ جواز الزيارة من إطلاق "ما من أحد" لأنه يشمل القريب كما يشمل البعيد، وشموله للقريب يكفي في المطلوب، ولا حاجة إلى التخصيص والله تعالى أعلم" (Fat'h ul-Wadûd).

--- Quant au hadîth 3, "Dieu a des anges parcourant la Terre, qui me font parvenir le Salâm de la part de ma Umma", il concerne effectivement le Salâm ud-Du'â (comme le dit l'avis B.A) ; mais il n'y est pas dit que le Prophète y répond.

-
Reste la formulation du Salâm dans la Tashahhud (6) : "السلام عليك أيها النبي ورحمة الله وبركاته" ("Que le Salâm soit sur toi ô Prophète, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses bénédictions") : qu'est-ce donc ?

En soi, cela peut :
------- soit avoir été une Salâm ut-Tahiyya durant le vivant du Prophète, et être demeuré cela après son décès ;
------- soit avoir été une Salâm ut-Tahiyya durant le vivant du Prophète, et être devenue une Salâm ud-Du'â après son décès ;
------- soit avoir été une Salâm ud-Du'â durant le vivant du Prophète, et être demeuré cela après son décès.

Je suis l'avis des ulémas qui disent que cela est une Salâm ud-Du'â.

Le fait que, juste après, on dise : "Que le salâm soit sur nous...", ce qui n'est pas une Tahiyya (Salutation) adressée à soi-même, mais un Pur Du'â fait à son propre sujet, cela est un indice du fait que "السلام عليك أيها النبي ورحمة الله وبركاته" (Que le Salâm soit sur toi ô Prophète, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses bénédictions) est aussi une Salam ud-Du'â.

– Par ailleurs, le fait que Ibn Mas'ûd ainsi que quelques autres Compagnons disaient : "As-salâmu 'alay-ka ayyuha-n-Nabiyyu" dans la Tashahhud lorsque le Prophète était parmi eux, et qu'ensuite, lorsqu'il quitta ce monde, ils se mirent à dire : "As-salâmu 'ala-n-Nabiyyi"" (6.2), cela semble être un indice du fait qu'ils ont considéré ce Salâm comme étant une Salâm ud-Du'â, au moins après le décès du Prophète. Et, en vertu de ce que Ibn Hajar a écrit, suivant la possibilité évoquée par as-Subkî (قال السبكي في شرح المنهاج بعد أن ذكر هذه الرواية من عند أبي عوانة وحده: "إن صح هذا عن الصحابة، دل على أن الخطاب في السلام بعد النبي صلى الله عليه وسلم غير واجب، فيقال: "السلام على النبي"". قلت: قد صح بلا ريب : Fat'h ul-bârî), il est autorisé d'utiliser la formule "As-Salâmu 'ala-n-Nabiyyi wa rahmatullâhi wa barakâtuh" depuis le décès du Prophète. Et même si la grande majorité des ulémas n'ont pas considéré nécessaire que, depuis le décès du Prophète, on dise dans le tashahhud : "As-Salâmu 'ala-n-Nabiyyi", et ont, au contraire, continué d'enseigner la formule : "As-Salâmu 'alay-ka ayyuha-n-Nabiyyu" (6.1), cela n'empêche pas qu'il s'agit bien - inshâ Allâh - d'une Salâm ud-Du'â. En effet, la formulation de cela à la 2nde personne ("sur toi") est une spécificité du Tashahhud, et ne doit pas être employée ailleurs, comme al-Mubârakpûrî l'a écrit ("وإذا يكون هذا الخطاب معدولا عن العقل والقياس، فيكون مقصورا على مورده، فلا يقتضى هذا الخطاب جواز خطابه - صلى الله عليه وسلم - ونداءه في غير تشهد الصلاة" : déjà cité plus haut).
Et cela n'empêche pas non plus que le Prophète ne soit pas présent auprès de nous : on formule cela à la seconde personne dans la mesure où on se le représente mentalement : "وقوله: "يا محمد يا نبي الله": هذا وأمثاله نداء يطلب به استحضار المنادى في القلب، فيخاطب المشهودَ بالقلب، كما يقول المصلي: "السلام عليك أيها النبي ورحمة الله وبركاته"؛ والإنسان يفعل مثل هذا كثيرا، يخاطب من يتصوره في نفسه، وإن لم يكن في الخارج من يسمع الخطاب" (Al-Iqtidhâ', pp. 380-381).

Par ailleurs encore :
--- si dans le tashahhud il s'agissait d'une Salâm ut-Tahiyya au moins du vivant du Prophète,
--- et si le hadîth 3, "Dieu a des anges parcourant la Terre, qui me font parvenir le Salâm de la part de ma Umma", "إن لله ملائكة سياحين في الأرض يبلغوني من أمتي السلام", parle de tout Salâm que le Prophète ne peut pas entendre directement (comme le dit l'avis B.A) ;
--- alors, il n'y a pas de raison de restreindre cette transmission faite par les anges, et le fait que le Prophète y réponde ensuite, à la période d'après le décès : cela serait valable pour la période de sa vie terrestre aussi.
Dès lors, de son vivant aussi, le Prophète recevrait le Salâm de tous ceux qui lui adressaient le Salâm dans le Tashahhud. Et, en vertu de l'avis B.A, il y répondrait aussi...
Or de nombreux Compagnons accomplissaient la prière sous sa direction, donc en même temps que lui : pendant que lui-même récitait le Tashahhud, répondait-il, fût-ce mentalement uniquement, à tous les Salâm ut-Tahiyya lui ayant été, au même moment, adressées, et retransmises ? Il est évident que Non.

Pourrait également étayer cet avis B.B le fait que tout Salâm ut-Tahiyya adressé à une personne pendant la prière rituelle annule celle-ci, cette personne fût-elle le Prophète (sur lui soit la paix) quand il était vivant de cette vie terrestre : un Compagnon qui priait et lui aurait alors adressé une Salâm ut-Tahiyya aurait vu - après l'abrogation de l'autorisation première - sa prière rituelle être annulée.
L'école hanafite est d'ailleurs d'avis que le Salâm que l'on fait pour terminer la prière rituelle ("As-salâmu 'alaykum wa rahmatullâh") est action de sortie de prière rituelle (tahlîluhâ) justement parce qu'elle constitue une parole, une salutation verbale, adressée à des créatures, ce qui contredit la prière : cela est comparable au fait de devoir se raser la tête (ou se raccourcir la chevelure) pour clôturer le pèlerinage : se raser la tête ou se raccourcir la chevelure est une action qui contredit l'état de sacralisation, et qui, faite pendant le pèlerinage, entraînerait la nécessité de s'acquitter d'une expiation (dam) : elle est instituée à la fin du pèlerinage afin de clôturer celui-ci, en sortant de lui : "والسلام خروج عن الصلاة وترك لها، لأنه كلام وخطاب لغيره فكان منافيا للصلاة. فكيف يكون ركنا لها؟ وأما الحديث فليس فيه نفي التحليل بغير التسليم، إلا أنه خص التسليم لكونه واجبا. والاعتبار بالطواف غير سديد، لأن الطواف ليس بمحلل؛ إنما المحلل هو الحلق إلا أنه توقف بالإحلال على الطواف، فإذا طاف حل بالحلق لا بالطواف؛ والحلق ليس بركن؛ فنزل السلام في باب الصلاة منزلة الحلق في باب الحج. وينبني على هذا أن السلام ليس من الصلاة عندنا؛ وعند الشافعي التسليمة الأولى من الصلاة؛ والصحيح قولنا لما بينا" (Badâ'i' us-sanâ'i', 2/9).
Il est d'ailleurs recommandé, quand on prononce ce Salâm final, d'avoir l'intention :
--- de saluer (Tahiyya) ainsi les anges qui restent à ses côtés et écrivent ses actions ou sont chargés de sa protection ; cela si on prie seul ;
--- de saluer (Tahiyya) ainsi les croyants qui prient sous sa direction, ainsi que les anges restant à ses côtés ; cela si on dirige une prière :
--- enfin, de répondre à la salutation (Radd us-Salâm) adressée à soi par l'imam, ainsi que de saluer (Tahiyya) les autres croyants priant à ses côtés, en sus des anges restant à ses côtés ; cela si on prie sous la direction d'un imam.
(Al-Hidâya, 1/94 ; Ad-Durr ul-mukhtâr, 2/241-242, 246 ; Nûr ul-îdhâh, p. 73.)
--- Lors de la salât ul-janâza, l'un des deux avis présents dans l'école hanafite est que, en faisant le Salâm final, on aura l'intention de saluer le défunt aussi (Ad-Durr ul-mukhtâr, avec Radd ul-muhtâr, 3/111).

A contrario, le Salâm que l'on prononce dans la Tashahhud ne semble pas être une Salâm ut-Tahiyya, mais une Salâm ud-Du'â.
-

En vertu de ces 4 arguments, il me semble, en toute humilité, que la formule "As-Salâmu 'alayka ayyuha-n-Nabiyyu" de la Tashahhud n'est pas une Salâm ut-Tahiyya, mais une Salâm ud-Du'â, formulée exceptionnellement à la 2nde personne, wallâhu A'lam.
-
Et, vu que cela constitue une
Salâm ud-Du'â, en vertu de cet avis B.B, le Prophète (sur lui soit la paix) n'y répond pas, mais information lui en est transmise par des anges.

-

Conclusion :

En vertu de l'avis B :

A distance on n'adresse pas de Salutation au Prophète (sur lui soit la paix) : on ne dit pas : "As-Salâmu 'alayka ayyuha-n-Nabiyyu", ou : "Yâ Nabî, Salâm 'alayka" ; en un mot : on ne fait pas Salâm ut-Tahiyya.

A distance, on fait seulement Salâm ud-Du'â : on demande à Dieu de faire Salâm 'alâ le Prophète : on dit : "Allâhumma sallim 'alâ Nabiyyika", ou encore : "As-salâmu 'alâ Nabiyyillâh".

Si on fait ainsi, information en est communiquée au Prophète par des anges.

Cependant, en vertu de l'avis B.B, cette Salâm ud-Du'â, le Prophète n'y répond pas ; c'est Dieu qui, en rétribution, fait 10 Salâm 'alâ la personne qui lui a adressé cette demande.

-

La Salâm ut-Tahiyya aussi est un Du'â ; la différence est que la personne à qui la Salâm ut-Tahiyya est adressée y répond, contrairement au Salâm ud-Du'â, qui n'est pas aussi une Salutation.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email