Peut-on employer le terme "dhalâlah" à propos de l'avis qui constitue une erreur d'interprétation qat'î (khata' ijtihâdî qat'î) ?

A) Pour ce qui est des erreurs des "groupes déviants" :

Il est évident qu'une déviance telle que celle des Kharijites et des Murji'ites etc., on la qualifie de "dhalâlah".

Les ulémas ont employé le qualificatif "dhâll" pour désigner les tendances déviantes – ahl ul-ahwâ' – et qualifier les groupes ainsi constitués de : "firaq dhâlla" ; les Kharijites et les Murji'ites sont ainsi désignés comme étant des "firaq dhâlla".

-
B) Mais peut-on dire d'une erreur d'interprétation qat'î (khata' ijtihâdî qat'î juz'î), présente chez un savant adhérant à l'orthodoxie sunnite, qu'elle constitue une "dhalâlah" ?

Sur un plan général, ce terme dhalâl a pu en effet être employé au sujet d'une simple erreur d'interprétation également.

Cependant, l'usage (istilâh) des ulémas veut qu'on n'emploie pas le terme dhalâl pour qualifier la simple erreur d'interprétation de niveau ijtihâdî, et ce afin d'éviter que le public musulman ('âmmat un-nâs) se mettent à croire que :
--- la déviance telle que celle des Kharijites et des Murji'ites étant nommée "dhalâl",
--- et l'erreur ijtihâdî des mujtahidûn tels que Abû Hanîfa, Mâlik, ash-Shâfi'î, Ahmad, Sufy'ân ath-Thawrî, al-Layth, étant aussi qualifiée de "dhalâlah" :
les deux sont du même niveau !

-
Nous disions que sur un plan général, le terme dhalâl a été employé au sujet d'une simple erreur d'interprétation (khata' ijtihâdî) également.

C'est le cas dans le récit suivant :
"سئل أبو موسى عن ابنة وابنة ابن وأخت فقال: "للابنة النصف وللأخت النصف، وأت ابن مسعود فسيتابعنى." فسئل ابن مسعود وأخبر بقول أبى موسى، فقال: "لقد ضللت إذا وما أنا من المهتدين! أقضى فيها بما قضى النبى صلى الله عليه وسلم: للابنة النصف، ولابنة ابن السدس تكملة الثلثين، وما بقى فللأخت." فأتينا أبا موسى فأخبرناه بقول ابن مسعود، فقال: "لا تسألونى ما دام هذا الحبر فيكم"
Abû Mûssa, questionné un jour au sujet d'un cas d'héritage, ne sachant pas qu'il y avait un hadîth à propos de ce cas précis, fit son propre ijtihâd et fit connaître le résultat de celui-ci à l'homme qui l'avait questionné. Par mesure de vérification (istithbât : FB 12/22), il demanda à l'homme de poser quand même la même question à Ibn Mas'ûd, avant d'ajouter : "Il confirmera ce que j'ai dit". Mais, tout au contraire, prenant connaissance de la réponse que Abû Mûssâ avait donnée, Ibn Mas'ûd s'exclama : "Dans ce cas (si j'approuvais son avis), je serais égaré et ne serais pas de ceux qui sont bien guidés ! Je rendrai à ce sujet le jugement d'après ce que le Prophète a rendu comme jugement" ; puis il fit connaître celui-ci à l'homme. Prenant connaissance de la réponse de Ibn Mas'ûd, Abû Mûssâ fit : "Ne me posez plus de question tant que cet érudit sera parmi vous" (al-Bukhârî, 6355, avec FB 12/22).
On voit ici Ibn Mas'ûd employer le terme "dhalâl" à propos de ce qui n'a été qu'une khata' ijtihâdî qat'î de la part de Abû Mûssâ al-Ash'arî.

Un autre exemple : un célèbre hadîth dit : "Dieu ne réunira jamais ma Umma sur une dhalâla" : ce n'est pas seulement sur une déviance que Dieu ne laissera pas la Umma être unanime, mais aussi sur une erreur d'interprétation isolée (juz'î) mais certaine (qat'î) : Dieu ne laissera pas la Umma être consensuelle (faire un ijmâ') sur une pareille erreur. Or celle-ci a ici été désignée elle aussi par "dhalâla".

De même, le célèbre hadîth : "Toute bid'a est une dhalâla" ne signifie pas que même la bid'a 'amaliyya idhâfiyya constituerait une déviance, quelque chose de comparable à la bid'a des Kharijites !

-
En fait, sur le plan littéral (lughawî), les mots "khata'" et "dhalâl" veulent dire à la base la même chose : ils expriment tous deux le fait de s'être trompé, d'avoir dévié ('udûl) de ce qui constitue la vérité, le juste, le correct. Cependant l'un comme l'autre de ces mots désignent, selon les contextes, des réalités fort différentes : dans le Coran, l'un et l'autre ont été employés pour désigner tantôt le kufr akbar, tantôt le grand péché, et tantôt l'action faite par inadvertance...

Ar-Râghib al-Asfahânî écrit ainsi à propos de "KH-T-A" :

"الخطأ: العدول عن الجهة، وذلك أضرب:
أحدها: أن تريد غير ما تحسن إرادته فتفعله. وهذا هو الخطأ التام المأخوذ به الإنسان، يقال:
خطئ يخطأ، خطأ، وخطأة، قال تعالى: إن قتلهم كان خطأ كبيرا [الإسراء/31]؛ وقال:
وإن كنا لخاطئين [يوسف/91.
والثاني: أن يريد ما يحسن فعله، ولكن يقع منه خلاف ما يريد فيقال: أخطأ إخطاء فهو مخطئ، وهذا قد أصاب في الإرادة وأخطأ في الفعل. وهذا المعني بقوله عليه السلام: "رفع عن أمتي الخطأ والنسيان"، وبقوله: "من اجتهد فأخطأ فله أجر" وقوله عز وجل: ومن قتل مؤمنا خطأ فتحرير رقبة [النساء/92"

"Le khata' est de dévier ('udûl) par rapport à la direction (jiha). Cela est de plusieurs types :
L'un est que tu veuilles faire chose qu'il est mal de vouloir faire, puis que tu le fasses. Ceci constitue la khata' complète, pour laquelle l'être humain est responsable. On dit : "Khati'a, yakhta'u, khit'an wa khata'an". Dieu a dit : "Le fait de les tuer est une grande "khit'" [ou "khata'" d'après la lecture de Ibn 'Amir] [Coran 17/31] ; et Il a dit : "Et nous étions khâti'" [Coran 12/91]".
Le second type est que l'homme veuille faire chose qu'il est bien de faire mais qu'il se produise de lui choses différente que celle qu'il voulait. On dit alors : "Akhta'a, ikhtâ'an, fa huwa mukhti'". Cet (homme) a fait ce qui est juste dans son intention mais a fait erreur dans son action. C'est cela qui est visé par la parole du Prophète (que Dieu prie sur lui et le préserve) : "Le [péché fait à cause du] khata' et [de] l'oubli a été enlevé de ma Umma", ainsi que par sa parole : "Celui qui fait ijtihâd et akhta'a aura une récompense", ainsi que par la parole de Dieu : "Et celui qui aura tué un croyant par khata' devra affranchir un esclave" [Coran 4/92]"
.

Et al-Asfahânî écrit à propos de "DH-L-L" :

"الضلال: العدول عن الطريق المستقيم، ويضاده الهداية، قال تعالى: فمن اهتدى فإنما يهتدي لنفسه ومن ضل فإنما يضل عليها [الإسراء/15]. ويقال "الضلال" لكل عدول عن المنهج، عمدا كان أو سهوا، يسيرا كان أو كثيرا، (...).
وإذا كان الضلال ترك الطريق المستقيم عمدا كان أو سهوا، قليلا كان أو كثيرا، صح أن يستعمل لفظ الضلال ممن يكون منه خطأ ما؛ ولذلك نسب الضلال إلى الأنبياء وإلى الكفار، وإن كان بين الضلالين بون بعيد.
ألا ترى أنه قال في النبي صلى الله عليه وسلم: ووجدك ضالا فهدى
الضحى/7]، أي: غير مهتد لما سيق إليك من النبوة. وقال في يعقوب: إنك لفي ضلالك القديم
يوسف/95] ، وقال أولاده: إن أبانا لفي ضلال مبين [يوسف/8]، إشارة إلى شغفه بيوسف وشوقه إليه. وكذلك: قد شغفها حبا إنا لنراها في ضلال مبين [يوسف/30]. وقال عن موسى عليه السلام: فعلتها إذا وأنا من الضالين
[الشعراء/20]، تنبيه أن ذلك منه سهو. وقوله: أن تضل إحداهما [البقرة/ 282]، أي: تنسى، وذلك من النسيان الموضوع عن الإنسان.
والضلال من وجه آخر ضربان:
ضلال في العلوم النظرية، كالضلال في معرفة الله ووحدانيته، ومعرفة النبوة، ونحوهما المشار إليهما بقوله: ومن يكفر بالله وملائكته وكتبه ورسله واليوم الآخر فقد ضل ضلالا بعيدا [النساء/136.
وضلال في العلوم العملية، كمعرفة الأحكام الشرعية التي هي العبادات، والضلال البعيد إشارة إلى ما هو كفر كقوله على ما تقدم من قوله: ومن يكفر بالله [النساء/ 136]. وقوله: إن الذين كفروا وصدوا عن سبيل الله قد ضلوا ضلالا بعيدا [النساء/ 167]. وكقوله: في العذاب والضلال البعيد [سبأ/ 8]، أي: في عقوبة الضلال البعيد. وعلى ذلك قوله: إن أنتم إلا في ضلال كبير [الملك/ 9] ؛ قد ضلوا من قبل وأضلوا كثيرا وضلوا عن سواء السبيل"

"Le dhalâl est la déviance ('udûl) par rapport à la voie droite (as-sirât ul-mustaqîm). Son opposé est la hidâya. (…) On emploie "dhalâl" pour toute déviance ('udûl) par rapport à la voie, que cette (déviance) soit volontaire ou involontaire, qu'elle soit petite ou grande. (…)
Dès lors que adh-dhalâl est le fait de délaisser, volontairement ou involontairement, peu ou beaucoup, le chemin droit, il est juste que le mot dhalâl soit employé à propos de qui une quelconque erreur s'est produite. C'est pourquoi le dhalâl a été attribué à des prophètes et aux kuffar, même si entre les deux dhalâl il y a une grande différence."
Ensuite al-Asfahânî donne quelques exemples de l'emploi coranique du terme dhalâl dans son sens de simple erreur : "Et (Dieu) a dit, en relation de Moïse : "Je l'avais fait alors, quand j'étais parmi les dhâllîn" [Coran 26/20] : indication que cela s'est produit par erreur de sa part. Ainsi que cette parole : "Afin que si l'une d'elle tadhilla" [Coran 2/282], c'est-à-dire : "oublie". Ceci relève de l'oubli pardonné à l'être humain" (Muf'radât ur-Râghib).
Al-Asfahânî donne aussi un exemple de l'emploi coranique du terme dhalâl dans son sens le plus grave, celui qui n'est pas pardonné à l'être humain ; il écrit : "Le dhalâl lointain fait allusion à ce qui constitue du kufr", et il cite le verset "Celui qui renie Dieu, [ou] ses Anges, [ou] ses Livres, [ou] ses Envoyés, [ou] le Jour dernier, celui-là s'est égaré d'un dhalâl lointain" [4/136]".

-
Un exemple de l'emploi de chacun de ces deux termes "dhalâl" et "khata'" pour désigner le "kufr akbar" :

"ومن يكفر بالله وملائكته وكتبه ورسله واليوم الآخر فقد ضل ضلالا بعيدا" : "Celui qui renie Dieu, [ou] ses Anges, [ou] ses Livres, [ou] ses Envoyés, [ou] le Jour dernier, celui-là s'est égaré d'un dhalâl lointain" (Coran 4/136) : il est évident qu'ici il ne s'agit pas d'une déviance du niveau de celle des Murji'ites, mais d'un égarement qui constitue du kufr akbar.

"Pharaon, Hâmân et leurs armées étaient khâti'" (Coran 28/8).

"Aujourd'hui il n'a pour lui, ici, point d'ami chaleureux, ni de nourriture autre que provenant de ghislîn, que seuls les khâti' mangeront" (Coran 69/37) : il est clair qu'il ne s'agit pas ici de personnes qui faisaient une simple khata' ijtihâdî.

-
Un exemple de l'emploi de chacun de ces deux termes "dhalâl" et "khata'" pour désigner un grand péché ("kabîra") qui ne constitue pas du kufr akbar :

"Un croyant et une croyante n'ont pas, lorsque Dieu et Son Messager ont décrété quelque chose, à avoir encore le choix dans leur affaire. Et celui qui désobéit à Dieu et à Son Messager s'est égaré d'un dhalâl évident" (Coran 33/36). Ici il s'agit d'un grave péché.

"Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté. Les tuer serait une grande khata'" (d'après la lecture de Ibn 'Amir) (Coran 17/31) : il ne s'agit pas ici d'une khata' ijtihâdî mais d'un grave péché.

-
Un exemple de l'emploi de chacun de chacun de ces deux termes "dhalâl" et "khata'" pour désigner l'action faite par inadvertance :

"Afin que si l'une des deux [les femmes portant témoignage] fait dhalâl, l'autre lui rappelle" (Coran 2/286) ; il s'agit ici du fait de faire une erreur par oubli de ce qui s'est réellement passé.

"Et celui qui aura tué un croyant par khata' devra affranchir un esclave" (Coran 4/92). Ici aussi il s'agit d'une erreur.

-
Quand on a compris cela, on comprend que quand Ibn Mas'ûd a dit qu'il serait dans le dhalâl s'il confirmait l'avis ijtihâdî erroné de Abû Mûssâ, il ne voulait parler ni d'un dhalâl de niveau kufr akbar, ni d'un dhalâl de même niveau que celui des Kharijites (dont le Prophète avait annoncé l'apparition) ; il voulait parler d'une simple erreur ijtihâdî, celle-là même dont le Prophète avait dit qu'elle rapporterait une récompense pour le savant qui l'a faite par inadvertance.

C'est parce que le terme "dhalâl" peut s'appliquer à des réalités fort différentes que Ibn Mas'ûd a pu l'utiliser pour désigner cette simple erreur ijtihâdî, comme il aurait d'ailleurs également pu employer à sa place le terme "khata'".

Cependant, tout le monde n'est pas du niveau de Ibn Mas'ûd et de ses élèves. Et des musulmans peu au fait de ces nuances pourraient, entendant le terme "dhalâl" être employé à propos d'un avis des illustres mujtahidûn, se croire autorisé à qualifier des mujtahidûn de dhâll, et se mettre ensuite à croire qu'ils font partie des firaq dhâlla.

C'est pour cela que l'usage (istilâh) des ulémas postérieurs veut qu'on n'emploie le terme "dhalâl" que pour désigner les erreurs telles que celles des groupes déviants – ahl ul-ahwâ' / firaq dhâlla – comme les Kharijites, etc., et non pour qualifier les erreurs ijtihâdî.

C'est ce que ash-Shâtibî a ainsi exprimé :
"وكذلك الخطأ الواقع في المشروعات ـ وهو المعفو عنه ـ لا يسمى ضلالا، ولا يطلق على المخطئ اسم ضال، كما لا يطلق على المتعمد لسائر المعاصي اسم الضال"
"De même, l'erreur s'étant produite à propos des choses instituées (mashrû'ât) – il s'agit de (l'erreur) pardonnée – n'est pas nommée "dhalâl" ; et le nom "dhâll" n'est pas attribué à celui qui est mukhti'" (Al-I'tissâm, 1/135).
Plus loin il écrit que le mubtadi' [= le dhâll], bien que se fondant aussi les textes des sources islamiques, "fixe son hawâ comme le premier de ses objectifs, et appréhende les textes de façon dépendante", c'est-à-dire de façon à les faire correspondre à son hawâ.
Par contre, celui qui n'est pas mubtadi' "fixe la guidance vers la vérité comme le premier de ses objectifs, et repousse son hawâ, si celui-ci existe ; le rend dépendant" (Ibid., 1/136-137).

-
La question qui se pose maintenant est : Qu'est-ce qui différencie les erreurs de déviance (dhalâl, au sens istilâhî du terme) des erreurs ijtihâdî ?

Est-ce, comme le pensent certains musulmans, que les premières n'ont cours que lorsqu'il y a divergence sur des points de croyances pures (massâ'ïl i'tiqâdiyya, comme la question de savoir si les hommes pourront contempler Dieu ou non dans le Paradis, ou celle de savoir si le Prophète a vu Dieu ou non lors de son ascension nocturne), tandis que les secondes n'ont cours que lorsqu'il y a divergence sur des points liés aux actions extérieures (massâ'ïl 'amaliyya, comme le caractère - hukm - de boire en quantité qui n'enivre pas un alcool formé à partir d'autre chose que le raisin et la datte, ou le caractère - hukm - de boire du vin) ?

Des éléments de réponse à cette question sont proposés dans un autre article

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email