Le Coran dit-il que la Trinité chrétienne est "Père, Mère, Fils" ? - Ou bien existe-t-il un "culte de Marie" ?

Questions (A) :

A.1) "Il est clair que le Coran ne traduit pas fidèlement le dogme de la Trinité auquel croient les chrétiens. Il n'est jamais question, par exemple, de l'Esprit Saint. Par contre, dans le giron du débat sur la Trinité dans le Coran, on trouve des références à Jésus (qui est l'une des "personnes" de la Trinité) et Marie (qui n'en est pas une). Voir Coran 5/73-76."

A.2) "En lisant le Coran, j'ai été assez surprise à lecture de ce verset : "Et lorsque Dieu dira : "O Jésus fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : "Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors de Dieu ?" Il dira : "Pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire. Si je l'avais dit, Tu l'aurais su ; Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Tu es, en vérité, Connaisseur de tout ce qui est caché"" (Coran 5/116). Surprise, pourquoi ? Parce que ce verset parle de la Trinité selon la conception "Père, Mère (Marie) et Fils (Jésus)". Or la Trinité est connue chez les chrétiens comme "Père, Fils et Saint-Esprit". Je me suis donc demandée pourquoi la Trinité est-elle ainsi présentée dans le Coran ?"

-
Réponse (A) :

Le Coran parle explicitement de la Trinité en 5/73 : "لَّقَدْ كَفَرَ الَّذِينَ قَالُواْ إِنَّ اللّهَ ثَالِثُ ثَلاَثَةٍ وَمَا مِنْ إِلَهٍ إِلاَّ إِلَهٌ وَاحِدٌ" : "Ont fait kufr ceux qui ont dit : "Dieu est l'un de trois". Et il n'est pas de dieu sauf un dieu unique" (Coran 5/73).

Il y a également allusion à la Trinité en 4/171 : "يَا أَهْلَ الْكِتَابِ لاَ تَغْلُواْ فِي دِينِكُمْ وَلاَ تَقُولُواْ عَلَى اللّهِ إِلاَّ الْحَقِّ إِنَّمَا الْمَسِيحُ عِيسَى ابْنُ مَرْيَمَ رَسُولُ اللّهِ وَكَلِمَتُهُ أَلْقَاهَا إِلَى مَرْيَمَ وَرُوحٌ مِّنْهُ فَآمِنُواْ بِاللّهِ وَرُسُلِهِ وَلاَ تَقُولُواْ ثَلاَثَةٌ انتَهُواْ خَيْرًا لَّكُمْ إِنَّمَا اللّهُ إِلَهٌ وَاحِدٌ سُبْحَانَهُ أَن يَكُونَ لَهُ وَلَدٌ لَّهُ مَا فِي السَّمَاوَات وَمَا فِي الأَرْضِ وَكَفَى بِاللّهِ وَكِيلاً {4/171} لَّن يَسْتَنكِفَ الْمَسِيحُ أَن يَكُونَ عَبْداً لِّلّهِ وَلاَ الْمَلآئِكَةُ الْمُقَرَّبُونَ" : "O Gens du Livre, (...). Croyez donc en Dieu et en Ses Messagers et ne dites pas : "Trois". Cessez, ce sera mieux pour vous. Dieu n'est qu'un dieu unique. Pureté à lui quant à avoir un enfant. A lui appartiennent ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la Terre. Et Dieu suffit comme Garant ! Jamais le Messie, ni les Anges rapprochés, ne rechigneraient à être serviteurs de Dieu" (Coran 4/171-172).

Certes, dans le premier de ces deux passages coraniques qui évoquent la Trinité, le 5/73, on trouve, quelques versets après la mention de la Trinité, mention du fait que Marie n'est pas un être divin.

En revanche, dans le second passage, le 4/171-172, on trouve, au verset suivant, mention de Jésus et des Anges rapprochés et du fait qu'ils ne sont pas divins.

Si donc quelqu'un prétend que la mention de Marie quelques versets après la mention de la Trinité est l'indice que le Coran perçoit la Trinité chrétienne comme étant "Dieu, Jésus et Marie", alors le second passage entraîne le raisonnement inverse : il y a, ici, mention des Anges rapprochés (ce qui inclut l'Ange Gabriel, l'Esprit de Sainteté) au verset suivant la mention de la Trinité, ce qui peut servir d'indice du même niveau quant au fait que le Coran décrit bien la Trinité chrétienne comme "Dieu, Jésus et l'Esprit Saint"...

-
Pour ce qui est du verset que vous citez, le 5/116, il n'est pas dit dans le texte coranique que là est la Trinité chrétienne. Il y est seulement dit que le jour du jugement Dieu demandera à Jésus si c'est lui qui avait dit aux gens de les prendre, lui et sa mère, comme divinités. "وَإِذْ قَالَ اللّهُ يَا عِيسَى ابْنَ مَرْيَمَ أَأَنتَ قُلتَ لِلنَّاسِ اتَّخِذُونِي وَأُمِّيَ إِلَهَيْنِ مِن دُونِ اللّهِ قَالَ سُبْحَانَكَ مَا يَكُونُ لِي أَنْ أَقُولَ مَا لَيْسَ لِي بِحَقٍّ إِن كُنتُ قُلْتُهُ فَقَدْ عَلِمْتَهُ تَعْلَمُ مَا فِي نَفْسِي وَلاَ أَعْلَمُ مَا فِي نَفْسِكَ إِنَّكَ أَنتَ عَلاَّمُ الْغُيُوبِ. مَا قُلْتُ لَهُمْ إِلاَّ مَا أَمَرْتَنِي بِهِ أَنِ اعْبُدُواْ اللّهَ رَبِّي وَرَبَّكُمْ وَكُنتُ عَلَيْهِمْ شَهِيدًا مَّا دُمْتُ فِيهِمْ فَلَمَّا تَوَفَّيْتَنِي كُنتَ أَنتَ الرَّقِيبَ عَلَيْهِمْ وَأَنتَ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ شَهِيدٌ" : "Et lorsque Dieu dira : "O Jésus fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : "Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors de Dieu ?" Il dira : "Pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire. Si je l'avais dit, Tu l'aurais su ; Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Tu es, en vérité, Connaisseur de tout ce qui est caché. Je ne leur ai dit que ce que Tu m'as ordonné de dire, (à savoir) : Adorez Dieu, qui est mon Pourvoyeur et votre Pourvoyeur". J'étais témoin sur eux tant que je suis resté parmi eux. Puis, lorsque Tu m'as repris, Tu étais le Surveillant sur eux. Et Tu es Témoin de toute chose" (Coran 5/116-117).

Marie n'est pas prise par des chrétiens comme divinité, me direz-vous ?

Détrompez-vous, les catholiques parlent explicitement de "culte marial", dont ils disent clairement qu'il consiste non seulement en "l'imitation" de la Vierge (ce qui ne pose aucun problème), mais aussi en "son invocation" (source : Spiritualité chrétienne). Or, comme le Prophète Muhammad (sur lui et sur les autres prophètes soit la paix) l'a dit, "L'invocation, c'est l'adoration même". Invoquer un autre que Dieu, c'est donc l'adorer (cliquez ici pour lire notre article sur le sujet). Et adorer un être, c'est le diviniser (cliquez ici pour lire notre article sur le sujet).

Invoquer Marie, c'est donc la diviniser.

Et quand je dis que ces chrétiens lui adressent des "invocations", je parle des invocations formulées comme modèles par des chrétiens érudits (il ne s'agit pas d'ignorants, tels qu'on en trouve dans toutes les religions faisant des choses que cette religion désapprouve ou interdit). Les modèles suivants d'invocations sont ainsi relatés de personnalités chrétiennes :
"Remplis ma bouche, ô Marie, de la grâce de ta douceur. Éclaire mon intelligence, toi qui as été comblée de la faveur de Dieu" (Ephrem).
"Ayez mémoire et souvenance, très douce Vierge, que vous êtes ma Mère et que je suis votre fils ; que vous êtes puissante et que je suis un pauvre homme vil et faible. Je vous supplie, très douce Mère, que vous me gouverniez et me défendiez dans toutes mes voies et actions. Ne dites pas, gracieuse Vierge, que vous ne pouvez ; car votre bien-aimé Fils vous a donné tout pouvoir, tant au ciel comme en la terre. (…) Puis donc, très douce Vierge, que vous êtes ma Mère et que vous êtes puissante, comment vous excuserais-je si vous ne me soulagez et ne me prêtez votre secours et assistance ?" (François de Sales).
"Assistez-moi à l'heure de ma mort ; faites que je rende le dernier soupir, ayant sur les lèvres votre nom et celui de votre Fils, et redisant : Jésus, Marie, je vous recommande mon âme !" (Alphonse-Marie de Liguori). (On remarque dans cette dernière invocation le fait que la personne met côte à côte Jésus et Marie, rejoignant tout à fait ce qui est annoncé par le verset coranique.)

Nous musulmans n'approuvons pas que l'on invoque ainsi un être autre que Dieu : nous considérons ceci comme de l'associationnisme (shirk akbar), puisque constituant en l'adoration d'un autre être que Dieu. Rappelons cependant qu'en pays musulmans (comme ailleurs), les chrétiens ont bien entendu la liberté de le faire (en respectant l'ordre public).

Je souligne de plus que je n'ai pas relevé (naql) ces invocations chrétiennes sur un ton de moquerie (sabb). Je rappelle d'ailleurs, comme je l'ai écrit dans un autre article, qu'il ne faut pas se tromper dans la détermination des idées à laquelle on a à faire face en un moment donné et/ou en un lieu donné. J'ai relevé ces prières chrétiennes seulement pour répondre à votre question et vous montrer que ce que le verset du Coran que vous avez cité dit est entièrement vérifié : un certain nombre de chrétiens ont bel et bien pris Marie aussi comme divinité en sus de Dieu.

Je rappelle ici que ces chrétiens, bien qu'alliant de la sorte du shirk au monothéisme (tawhîd), sont considérés malgré tout comme des Gens du Livre, et non comme des Polythéistes (cliquez ici et ici pour en savoir plus).

Je rappelle enfin – même si ce point-là relève de l'évidence – qu'une question n'étant pas toujours posée pour se renseigner mais parfois pour d'autres raisons, lorsque ce verset coranique 5/116 dit que, le jour du jugement, Dieu demandera à Jésus si c'est lui qui avait dit ceci, ce n'est pas que Dieu aura besoin de S'informer, c'est que, en préalable aux comptes qu'Il sera sur le point de demander aux disciples, Il fera d'abord témoigner le Messager auquel ils se réfèrent.

-
Après avoir lu cette mienne réponse, un visiteur du site m'a adressé, en un message d'une rare politesse, l'objection suivante (B) :

"Laissez-moi tout d'abord me présenter. Je suis un étudiant catholique (...). J'ai donc lu avec un grand intérêt votre article sur le culte marial. Cet article a eu le mérite de susciter à la fois mon admiration pour vous et un peu de gêne vis-à-vis d'un exposé parfois erroné de la foi de l'Eglise. Par cette lettre, j'espère avant tout vous aider à comprendre comment il se fait que vous avez à la fois raison et tort sur un certain nombre de points ; j'espère vous aider à mieux comprendre ce qui fait notre différence. (...) Et puis, si je prends la peine et le temps de vous écrire si longuement, c'est à cause de l'estime que m'a inspirée cet article : j'aimerais pouvoir parler avec autant d'intelligence, de culture et d'autorité sur ces points délicats. (...) C'est enfin à cause de la nécessité et de la douceur d’un dialogue amical. (...)

Selon nous, invoquer n'est pas la même chose qu'adorer ; et vous ne pouvez pas "convoquer" l'autorité de Muhammad pour nous détromper puisque, pour nous, Muhammad ne fait pas autorité… (...)

Selon nous, les saints, au premier rang desquels se trouve la Vierge Marie, sont des amis et des avocats que nous avons auprès de Dieu.

Prenons le problème sous un angle linguistique : "avocat" et "invoquer" viennent du même verbe latin, "vocare", qui signifie "appeler". "Ad-vocare" et "in-vocare" signifient "appeler à (soi)", appeler quelqu’un à son secours. Mais en français, nous n'avons gardé du premier verbe que le nom dérivé, "avocat", "celui que l'on a appelé à soi pour qu'il nous défende", et du second que le verbe lui-même, "invoquer", "appeler à soi quelqu’un qui nous défende". La langue française en revanche ne distingue pas un "avocat" et un "invocat (!)", ne distingue pas "invoquer" et "avoquer (!)". En quelque sorte, par un phénomène linguistique qui s'appelle le "supplétisme", c'est "avocat" qui est, en français, le nom commun lié au verbe "invoquer".

Vous voyez les conséquences de cela.

C'est Dieu le Juge, auprès de qui l'avocat parle en notre faveur. Mais la plaidoirie de l'avocat n'oblige pas le juge : en dernier lieu c'est le juge qui décide, et cela dans tous les cas.
Le Juge est le Juge, c'est Lui qui juge, c'est Lui qui justifie ou condamne, c'est Lui seulement qui fait miséricorde.
L'avocat n'est qu'avocat, il ne fait que plaider. Il ne fait que plaider notre cause mieux que nous ne saurions faire. Il ne fait que se présenter comme caution morale ; parce que lui, on sait qu'il est justifié devant Dieu, Dieu le connaît pour justifié, et c’est pourquoi il a des titres à plaider notre cause en justification auprès de Dieu.

Ainsi à Dieu seul revient l'adoration, cela est sûr et certain.
Marie, nous ne l'adorons donc pas.
Pour anticiper sur les prières que vous avez relevées, je peux vous certifier que vous ne trouverez jamais une prière approuvée qui dirait quelque chose comme "Sainte Vierge Marie, je vous adore" (Dieu m'en préserve, que cette parole ne me soit pas comptée en elle-même mais en tant que je la réprouve !).

En arrière-plan de tout cela, il faut se souvenir que, pour nous, les élus sont déjà auprès de Dieu, et non dans l’attente du Jugement dernier. C'est que si au ciel il y a une personne qui peut prendre sur nos lèvres notre prière et la présenter à Dieu en l'appuyant du poids de son propre mérite, c'est bien Marie. Si quelqu'un peut prier Dieu pour qu'Il emplisse notre parole de douceur, qu'Il éclaire notre intelligence, qu'Il nous mette sous Sa seule domination, qu'Il fasse que nous mourions en nous recommandant à Lui (cf. les prières que vous avez relevées), c'est bien elle. Pourquoi ? Parce que c'est elle qu'Il a le plus comblée de toutes ces faveurs (cf. les prières relevées), parce qu'elle devait être l'humaine mère de Son divin Fils. Il lui a déjà donné toutes les grâces que nous pouvons demander à Dieu, et c'est pourquoi nous pouvons nous adresser à elle pour qu'elle demande à Dieu pour nous ces grâces.

En résumé, la réponse chrétienne serait donc : "Vous n'avez pas compris ce que nous voulons dire. Car, pour nous, Marie n’est pas divinité comme vous le dites, et Jésus n'est pas en-dehors de Dieu comme vous le dites." (Donc, selon nous, Dieu, qui est Vérité, ne peut pas poser cette question à Jésus.)J'espère avoir été clair, et surtout ne pas avoir offensé vos yeux par ce qui doit vous apparaître comme un enchaînement de blasphèmes. Comme je vous l'ai dit, mon intention est seulement de rectifier certains points en vous expliquant "de l'intérieur" la cohérence de notre foi. Si vous avez une réponse à me faire, je serai heureux de la recevoir, de la lire et de la méditer du mieux que je pourrai.

Très cordialement, si vous me le permettez, et que Dieu vous garde."

-
Eléments de réponse à cette objection (B) :

Je suis enchanté de faire votre connaissance, et je vous remercie pour votre message.

Avec tout le respect que je vous dois, permettez que je vous dise que votre explication ne correspond pas à la réalité de ces prières.

A un avocat, on dit : "Maître, plaidez pour moi auprès du juge afin que celui-ci m'accorde un non-lieu".
A un avocat, on ne dit pas : "Maître, accordez-moi un non-lieu".

Car qui dirait cela à un avocat l'élèverait au même statut que le juge. Et qui dirait cela à un avocat s'entendrait immédiatement répondre : "Vous vous méprenez, je ne suis qu'avocat, je ne suis pas le juge ; je ne fais que plaider votre cause ; mais accorder ou non un non-lieu est du ressort exclusif du juge".

Dans le cas de Marie, il y a effectivement d'autres paroles de prières où des chrétiens demandent à Marie d'être leur avocate, c'est-à-dire d'intercéder auprès de Dieu en leur faveur. Ainsi : "soyez ma très miséricordieuse avocate" (Odilon de Cluny). Dans d'autres prières encore d'autres chrétiens lui demandent explicitement d'intercéder pour eux auprès de Dieu.

Mais :
1) sans même entrer ici dans le débat de savoir comment considérer la croyance selon laquelle un humain encore vivant (et a fortiori un être humain ayant déjà quitté ce monde) entend les demandes qui lui sont adressées de partout sur terre et non seulement devant lui...
2) sans entrer ici dans le débat de savoir si un humain ayant déjà quitté ce monde (Marie ou n'importe qui) entend ou non les salutations qui lui sont adressées devant sa tombe, et entend ou non les autres propos qui lui sont adressés devant sa tombe...
3) sans entrer non plus dans le débat de savoir si un pieux croyant intercède en faveur de ceux qui ont des croyances déviantes quant au monothéisme...
4) sans entrer enfin dans le débat de savoir si même après sa mort et avant le jugement aussi (et non plus seulement après avoir reçu la bonne nouvelle de son admission au paradis) un croyant pieux ayant quitté ce monde peut intercéder auprès de Dieu (c'est-à-dire Lui adresser une demande) en faveur d'autres croyants (mu'min)...
Sans entrer ici dans ces 4 débats, on ne peut que constater que dans les formules chrétiennes que j'ai relevées plus haut, il n'a pas été demandé à Marie d'intercéder auprès de Dieu pour que Celui-ci réalise l'objet de la requête. Il a été demandé à Marie de réaliser elle-même l'objet de la requête.

En effet, il y a été dit à cette très pieuse (siddîqa) : "Remplis ma bouche, ô Marie, de la grâce de ta douceur. Éclaire mon intelligence".
Il ne lui a pas été dit : "Demande à Dieu, ô Marie, de remplir ma bouche de douceur, d'éclairer mon intelligence, etc."

Relisez attentivement les prières que j'ai relevées plus haut, et vous verrez de vous-même la nuance.

Ceux qui font à Marie ce genre de demandes, ou qui se mettent explicitement sous sa protection, la considèrent donc bel et bien comme capable de réaliser elle-même les choses demandées. Ce faisant, ils lui accordent une prérogative réservée au Juge, Dieu, et non à un simple avocat. Ils la divinisent donc bel et bien.

Malgré cela, comme je l'ai écrit dans la partie originelle de l'article, plus haut, nous considérons  que les chrétiens, bien qu'alliant de la sorte cette dose de polythéisme au monothéisme, sont des Gens du Livre, distincts des Polythéistes (cliquez ici et ici pour en savoir plus).

Vous avez également affirmé que "Jésus n'étant pas en-dehors de Dieu comme vous le dites, Dieu, qui est Vérité, ne peut pas poser cette question à Jésus".
Or Jésus est bien "en dehors" de Dieu. La preuve la plus évidente est que Jésus a dit que lui-même ne sait pas quand il reviendra, ni les anges, et que seul le Père qui est aux cieux le sait (Evangile selon Marc, 13/32). On voit clairement ici que Jésus n'est pas Dieu. Je vous invite à lire à ce sujet un autre article où cette croyance est évoquée.

Voilà ce que je peux vous dire, en toute humilité.

Très cordialement, Monsieur, et que Dieu nous guide tous sur le chemin qu'Il agrée et qui mène réellement à Lui.

-
Suite à cet échange, j'ai reçu un message d'une autre personne encore, qui m'a écrit ceci (C) :

"Je suis chrétienne orthodoxe et je suis d'accord avec ce que mon frère catholique vous a écrit.

Les chrétiens savent bien ce qu'ils prient, et Dieu connait bien leur coeur, Il sait bien que les chrétiens ne confondent pas la Vierge avec Dieu et ne font pas de la Vierge une divinité, qu'importe la façon de formuler leur prières. Donc aucun chrétien ne prie la Vierge comme si elle était Dieu.

Comme notre Seigneur Jésus est le Fils, et en même temps il est Dieu unique en Trinité avec le Père et le Saint Esprit, de la même façon la Vierge est la mère de Dieu dans le sens où Dieu le Verbe (la Parole) a pris chair en Jésus quand il est né de la Vierge.

Vous ne comprenez pas cette façon de voir parce que votre culture religieuse présente un manquement en éléments bibliques."

-
Réponse (C) :

Dans ce cas comment expliquez-vous que les juifs orthodoxes, dont la culture religieuse ne présente pourtant aucun "manquement en éléments bibliques", ne vous reconnaissent eux non plus pas comme purement monothéistes, à cause justement de ces croyances que vous avez : Trinité, culte des saints, etc. ?

J'ai relevé certains propos de rabbins au sujet de certaine de ces croyances dans un autre article : vérifiez à la source et vous verrez que cela n'a rien à voir avec les éléments bibliques ou non bibliques : cela contredit le message monothéiste de tous les prophètes de Dieu, Jésus y compris.

Ceux qui se réfèrent au message de Jésus fils de Marie (que Dieu les salue), à eux s'adresse cette mise en garde qui est relatée de Jésus : 
"Ceux qui me disent : "Seigneur, Seigneur !" n'entreront pas tous dans le royaume des cieux. Mais seul [y entrera] celui-là qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

Plusieurs me diront en ce jour-là : "Seigneur, Seigneur,
n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ?
n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ?
et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?
"

Alors je leur dirai ouvertement : "Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité""
(Evangile selon Matthieu, chapitre 7, 21-23).

On voit qu'il ne suffit pas de dire "notre Seigneur Jésus" pour être sur la vérité. On voit qu'il ne suffit même pas d'exorciser des démons par le nom de Jésus, ni même de faire des miracles par le nom de Jésus pour être sur le vérité.
Il faut être en pleine et parfaite conformité avec la volonté de Dieu, qui est au-dessus des cieux, c'est-à-dire avec ce qu'Il agrée.
Si ce n'est pas le cas, alors le jour du jugement, Jésus se désolidarisera même de ceux qui se réclamaient de lui mais étaient injustes envers Dieu en Lui associant d'autres êtres, ces autres êtres fussent-ils de grands prophètes et des très pieux et très pieuses.

Accorder à un autre que Dieu (et Marie est "autre que Dieu", vous l'avez dit vous-même) ce qui est réservé à Dieu Seul (le culte), c'est commettre une très grande iniquité, c'est-à-dire une très grande injustice.

-
J'ai ensuite reçu un autre message encore, d'un homme s'étant présenté comme "catholique" (D) :

"Ce verset coranique pose un problème face à une grande partie des chrétiens : les protestants.
Ces derniers, à l'inverse des catholiques et des orthodoxes, ne pratiquent pas le culte marial, sous aucune forme que ce soit.
Mais les musulmans, à la lecture du Coran, sont persuadés que Marie est un être divin pour tous les chrétiens. Ce n'est pas vrai. Vous voyez comment le Coran se trompe."

-
Réponse (D) :

Si certains musulmans (vous en connaissez, je suppose) sont persuadés que tous les chrétiens croient cela, eh bien ces certains musulmans se trompent, c'est tout.

Mais montrez-moi où le Coran lui-même dirait que tous les chrétiens croient cela ? Vous pourrez lire ici cet autre article : Dans le Coran et la Sunna, le nom pluriel précédé de l'article défini "Al-" induit normalement une généralité absolue, mais parfois une généralité seulement relative : "Les hommes" (النَّاس) ; "Les polythéistes" (الْمُشْرِكُونَ) ; "Les juifs" (الْيَهُود) ; "Les chrétiens" (النَّصَارَى).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email