Le Prophète (sur lui soit la paix) n'a jamais dit : "Combattez les juifs de telle sorte que si le juif s'abrite derrière une pierre, celle-ci le dénonce et dise de venir le tuer" !

Objection :

J'ai lu votre écrit demandant de ne pas être antisémite.

Quand j'y ai lu aussi des hadiths comme preuve, cela m'a fait quelque peu sourire.

Car vous avez oublié de citer le hadith suivant : "Combattez les Juifs de telle sorte que la pierre derrière laquelle s'abrite un Juif dise : Musulman, voilà un Juif derrière moi, tue-le !"

Source : Livre d'El-Bokhari 56, Chap. 94, tome 2, p. 322.

Ce n'est pas aux musulmans que j'apprendrai que le recueil de El-Bokhari est le plus canonique des recueils canoniques de leur Sunna, chose à laquelle ils sont très attachés.

Rajoutez donc ce dit dans votre article, et alors celui-ci sera complet.

-
Réponse à cette objection :

Bonjour.

Primo vous avez mal traduit ce hadîth (les hadîths sont les paroles, actions et approbations attribuées au prophète Muhammad, que Dieu le bénisse et le salue).

Secundo vous avez isolé ce hadîth des autres hadîths traitant du même point.

Ces deux faits vous ont conduit à la déduction erronée que vous insinuez dans votre message.

-
I) Explications succinctes :

Primo il y a deux erreurs dans votre traduction.

Le hadîth ne donne pas une injonction : "Combattez les juifs" (comme vous l'affirmez) (ce qui serait, en arabe : "قاتِلوا اليهود"), mais informe de ce qui se passera dans le futur : "Vous combattrez les juifs" ("ستقاتلون اليهود")". En effet, ce dont le hadîth parle sera un combat défensif de la part de musulmans, suite à une invasion / offensive armée à laquelle ils feront face : "تقاتلكم اليهود" : "Les juifs [= Des juifs] vous combattront" (al-Bukhârî, 3398 / 3593, Muslim, 2921). C'est ce que nous verrons en Premièrement.

La seconde erreur dans votre traduction est que la suite n'est pas : "de telle sorte que si l'un d'eux sa cache derrière une pierre..." (comme vous le prétendez), mais : "jusqu'à ce qu'(arrivera un moment où) ("حتّى") l'un d'eux se cachera derrière une pierre…" (al-Bukhârî, n° 2767). La particule "حتّى" a ici le sens de "إلى", comme dans le verset : "قَالُوا: لَن نَّبْرَحَ عَلَيْهِ عَاكِفِينَ حَتَّى يَرْجِعَ إِلَيْنَا مُوسَى" (Coran 20/91) (cf. Al-Itqân, p. 511).

Ces deux nuances changent déjà beaucoup le sens que vous, vous avez déduit de ce hadîth : ce hadîth parle seulement d'un événement précis, qui surviendra hélas, mais qui surviendra de façon circonscrite aussi bien dans l'espace que dans le temps ; et ce sera une guerre défensive de la part des musulmans.

Deuxièmement : Même en ce qui concerne le moment de cet événement précis, cela ne veut pas dire que tous les juifs combattront concrètement les musulmans, mais que des juifs combattront concrètement des musulmans. Le fait est que l'article défini "al-", placé devant un nom collectif (ici : "al-yahûd"), désigne parfois la totalité des individus de ce collectif, et parfois un certain nombre d'entre eux seulement.

Troisièmement : Pareillement, la suite du hadîth ne veut pas dire que tous les juifs seront alors tués, mais que des juifs seront alors tués.

Quatrièmement : D'autres hadîths – tout aussi authentiques et parlant du même événement – disent clairement que ces hommes de confession juive ne seront pas tués parce que juifs, mais parce que combattants armés, faisant partie de l'armée du Messie Dajjâl, ayant précédemment (jusqu'à avant la descente du Messie Jésus fils de Marie, qui tuera le Messie Dajjâl) combattu des musulmans et leur ayant fait subir de lourdes pertes humaines : lors de la bataille finale, des combattants tueront alors d'autres combattants.

Cinquièmement : Peut-être que, même alors, ce ne seront pas tous les soldats de l'armée du Messie Dajjâl qui soient tués, mais une partie d'entre eux seulement.

On voit qu'il n'y a pas dans ce hadîth un impératif s'adressant aux musulmans pour tous les temps, et qui serait de devoir combattre les juifs jusqu'à les avoir exterminés (comme vous l'affirmez). Ce hadîth parle seulement d'un événement dont le Prophète a annoncé qu'il surviendrait dans le futur par rapport à l'époque où il vivait ; il y aura une offensive armée de la part de juifs ; suite à cette offensive, des musulmans résisteront militairement ; mais le conflit ne cessera pas, et perdurera jusqu'à la victoire de l'une des deux parties ; lors du combat final, des combattants de l'armée ennemie seront tués. Mais ce ne sont pas tous les juifs qui seront tués.

-
II) Explications détaillées, avec les preuves :

-
1) Premier point : Le conflit armé que ce hadîth évoque est un événement qui se passera à un moment donné qui, par rapport à l'époque du Prophète, se trouve dans le futur.
Et ce conflit armé sera, en ce qui concerne les musulmans, purement défensif, et non pas offensif :

1.a) "أخبرني سالم بن عبد الله، أن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما، قال: سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول: "تقاتلكم اليهود. فتسلطون عليهم، ثم يقول الحجر يا مسلم هذا يهودي ورائي، فاقتله : Sâlim rapporte que Abdullâh ibn Omar a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, dire : "Les juifs [= Des juifs] vous combattront. Puis vous aurez le dessus sur eux. Puis la pierre dira : "O musulman, il y a un juif derrière-moi, tue-le"" (al-Bukhârî, n° 3398 / 3593, Muslim, n° 2921).

Cette version 1.a parle, on le voit, du même événement que celui dont parle la version citée dans les hadîths que nous allons citer ci-après, en 1.b et 1.c.

On voit clairement que les hadîths en rapport avec ce fait parlent en fait d'un combat défensif pour des musulmans, face à l'invasion et/ou l'offensive militaire menée par des juifs.

Commentant ce hadîth, Ibn Hajar écrit : "وعلى هذا فالمراد بقتال اليهود: وقوع ذلك إذا خرج الدجال ونزل عيسى، وكما وقع صريحا في حديث أبي أمامة في قصة خروج الدجال ونزول عيسى؛ وفيه: وراء الدجال سبعون ألف يهودي كلهم ذو سيف محلى" : "Conformément à cela, ce qui est désigné par "le combat contre [d]es juifs" est la survenue de cela lorsque Dajjâl apparaîtra et que [plus tard] Jésus (re)descendra, comme cela est dit explicitement dans le hadîth relaté par Abû Umâma énonçant le récit de la sortie de Dajjâl et la descente de Jésus. Dans ce (hadîth relaté par Abû Umâma) il y a qu'il y aura derrière Dajjâl soixante-dix mille juifs dotés chacun d'une épée ornée" (Fat'h ul-bârî 6/745).

Le fait est que pendant que le Messie Dajjâl ira en tournée mondiale, son armée (composée de soldats dotés d'armes bien réelles, comme spécifié dans le hadîth relaté par Abû Umâma auquel Ibn Hajar fait ici allusion et que nous citerons de façon détaillée plus bas, en 4.c), son armée, donc, entrera en action pour dégager la voie, détruire al-Masjid ul-Aqsâ, et rendre ainsi possible pour leur roi, le Messie Borgne, d'entrer sur ce qu'ils appellent "le Mont du Temple" (par la Porte d'Or) afin d'y bâtir un temple juif.

Comme les musulmans refuseront d'abandonner les lieux, l'armée du Messie Dajjâl passera à l'offensive armée (les rabbins nomment cela : la "mitzva milhema").

Des musulmans résisteront alors militairement (les ulémas nomment cela : le "qitâl difâ'ï"). Mais ils perdront du terrain et de nombreux hommes.

Les musulmans se retrouveront bientôt, selon les dits du prophète Muhammad, encerclés et assiégés :
- dans la vallée du Jourdain / près de Afîq (l'actuelle Fîq),
- et/ou à Jérusalem, sur le Mont ("جبل إيلياء" = "Aelia").

C'est ainsi que finira par avoir lieu cette ultime confrontation entre d'un côté des juifs armés, membres de l'armée de celui qu'ils auront reconnu comme le Messie, et de l'autre côté des musulmans, dirigés par al-Mahdî.

A la fin Jésus fils de Marie redescendra pour terrasser le faux Messie : il redescendra, selon des hadîths :
- soit à Damas,
- soit à Jérusalem.

La scène finale se déroulera à Jérusalem : la porte une fois ouverte, le faux Messie verra Jésus, et, alors, s'enfuira. Jésus fils de Marie le poursuivra. Il le rattrapera et le terrassera :
- à la porte de Lod.

Dans un autre hadîth, où le prophète Muhammad (sur lui soit la paix) a évoqué certaines batailles que des musulmans devront livrer tout au long de l'histoire, on lit à la fin la résistance armée qu'il faudra opposer au Messie Dajjâl (et à son armée) : "عن جابر بن سمرة، عن نافع بن عتبة بن أبي وقاص، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "(...)، ثم تقاتلون الدجال فيفتحه الله لكم." قال: فقال جابر: لا يخرج الدجال حتى (...)" (Ahmad, 1540, al-Hâkim, 8312, authentifié par adh-Dhahabî).

-
1.b) "عن نافع، عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما: أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "تقاتلون اليهود. حتى يختبي أحدهم وراء الحجر، فيقول: يا عبد الله، هذا يهودي ورائي، فاقتله" : Nâfi' rapporte de Abdullâh ibn Omar que le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, a dit : "Vous combattrez les juifs [= des juifs]. Jusqu'à ce qu'(arrivera un moment où) l'un d'entre eux se cachera derrière une pierre. Celle-ci dira : "Serviteur de Dieu, voilà un juif derrière moi, tue-le"" (al-Bukhârî, n° 2767 d'après la numérotation dite "de al-Bughâ" / n° 2925 d'après la numérotation dite "de Fat'h ul-bârî").

1.c) "عن أبي هريرة رضي الله عنه، عن رسول الله صلى الله عليه وسلم، قال: "لا تقوم الساعة حتى تقاتلوا اليهود. حتى يقول الحجر وراءه اليهودي: يا مسلم، هذا يهودي ورائي فاقتله" : Abû Hurayra relate du Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, a dit : "La fin du monde n'aura pas lieu avant qu'(arrive un moment où) vous combattrez les juifs [= des juifs]. Jusqu'à ce qu'(arrivera un moment où) la pierre derrière laquelle le juif sera dira : "O musulman, voilà un juif derrière moi, tue-le"" (al-Bukhârî, n° 2768 / n° 2926 ; également rapporté par Muslim, n° 2922).

Commentant ces deux hadîths, Ibn Hajar écrit : "وهو إخبار بما يقع في مستقبل الزمان" : "Ceci est une information de ce qui se passera dans le futur" (Fat'h ul-bârî 6/126). La version relatée par Abû Hurayra (que nous venons de voir) montre d'ailleurs clairement qu'il s'agit d'un épisode du futur : "La fin du monde n'aura pas lieu avant qu'(arrive un moment où)...".

Un peu plus loin, commentant la phrase du Prophète "vous combattrez", Ibn Hajar écrit : "فيه جواز مخاطبة الشخص والمراد غيره ممن يقول بقوله ويعتقد اعتقاده، لأنه من المعلوم أن الوقت الذي أشار إليه صلى الله عليه وسلم لم يأت بعد" : "On trouve ici la possibilité de s'adresser à une personne alors que celui que l'on veut cibler est autre, qui dit la même chose et a la même croyance (que la première personne). Car on sait que le moment auquel le Prophète, que Dieu le bénisse et le salue, a fait ici allusion, (ce moment) n'est pas encore arrivé" (Ibid, 6/126).
Pareillement, commentant la phrase du Prophète "Les juifs vous combattront", Ibn Hajar écrit : "وفي قوله صلى الله عليه وسلم "تقاتلكم اليهود" جواز مخاطبة الشخص والمراد من هو منه بسبيل، لأن الخطاب كان للصحابة والمراد من يأتي بعدهم بدهر طويل""On voit ici la possibilité de s'adresser à une personne alors que celui que l'on veut cibler est celui qui semblable à elle ; car (cette) énonciation se faisait aux Compagnons, alors que les hommes ciblés viendront une longue période après eux" (Ibid., 6/745-746).

On le voit, le hadîth suscité parle seulement d'un événement précis, limité aussi bien géographiquement que temporellement.

Ces hadîths sont tout à fait comparables à ceux où il est dit : "لا تقوم الساعة حتى يقاتل المسلمون الترك قوما وجوههم كالمجان المطرقة يلبسون الشعر ويمشون فى الشعر" : "La fin du monde n'aura pas lieu avant qu'(arrive un moment où) les musulmans combattront les Turk : un peuple dont les visages sont (larges) comme s'ils étaient des boucliers cuirassés ; qui s'habillent de (vêtements faits en) poils et qui marchent dans (des chaussures faites en) poil" (autre traduction possible : "et dont les cheveux sont longs au point qu'ils semblent marcher dessus") (Muslim, 2912 ; une version voisine est rapportée par al-Bukhârî, 2928). Nous avons parlé de ce hadîth et d'autres semblables dans l'article : Quelques hadîths où le Prophète annonçait les poussées des "Turk" / de "Gog et Magog".

En un mot, le hadîth cité dans l'objection parle d'un combat purement défensif de la part des musulmans. (Voir la Note en fin d'article.)

-
2) Deuxième point : Même alors, cela ne veut pas dire que tous les juifs combattront concrètement tous les musulmans, mais que,
concrètement, DES juifs combattront des musulmans, et des musulmans résisteront alors à leur offensive militaire :

C'est pourquoi il s'agit de traduire ces hadîths par : "Des juifs vous combattront" et "Vous combattrez (alors) ces juifs" respectivement.

Le fait est que la formule "al-yahûd", dans le Coran et la Sunna, désigne parfois : "tous les juifs", mais parfois : "des juifs" seulement.

Ainsi en est-il de cet autre texte de la Sunna, où un Compagnon relate cet événement de l'époque du Prophète : "عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ عُمَرَ رضى الله عنهما أَنَّ الْيَهُودَ جَاءُوا إِلَى النَّبِىِّ صلى الله عليه وسلم" : "Les juifs sont venus auprès du Messager de Dieu…" (al-Bukhârî, 1264) (un autre événement est énoncé dans une autre relation par le même générique "al-yahûd: Abû Dâoûd 2819). Il ne s'agit bien évidemment pas de tous les juifs de l'époque, vivant sur toute la surface de la Terre ; il ne s'agit même pas de tous les juifs de Médine, sans exception. Il s'agit seulement d'un groupe de juifs de Médine.

La même chose est valable pour ce verset du Coran : "وَقَالَتِ الْيَهُودُ: عُزَيْرٌ ابْنُ اللّهِ" : "Et les juifs ont dit : "Uzayr est le fils de Dieu"" (Coran 9/30). Il s'agit pourtant de certains juifs seulement.

Ceci est de nouveau vrai pour cet autre verset : "وَقَالَتِ الْيَهُودُ: يَدُ اللّهِ مَغْلُولَةٌ غُلَّتْ أَيْدِيهِمْ وَلُعِنُواْ بِمَا قَالُواْ" : "Les juifs ont dit : "La Main de Dieu est liée". Que leurs mains soient liées et qu'ils soient éloignés de la miséricorde pour ce qu'ils ont dit !" (Coran 5/64). Il s'agit également ici de certains juifs de Médine, en l'occurrence 2 d'entre eux seulement.

Nous avons expliqué cela en détail dans notre article : Dans le Coran et la Sunna, le nom pluriel précédé de l'article défini "Al-" induit normalement une généralité absolue, mais parfois une généralité seulement relative : "Les hommes" (النَّاس) ; "Les polythéistes" (الْمُشْرِكُونَ) ; "Les juifs" (الْيَهُود) ; "Les chrétiens" (النَّصَارَى)

Pareillement, le "vous" ne désigne pas "tous les musulmans", mais une partie de la totalité des musulmans.

Nous avons déjà cité ce commentaire de Ibn Hajar : "وعلى هذا فالمراد بقتال اليهود: وقوع ذلك إذا خرج الدجال ونزل عيسى، وكما وقع صريحا في حديث أبي أمامة في قصة خروج الدجال ونزول عيسى؛ وفيه: وراء الدجال سبعون ألف يهودي كلهم ذو سيف محلى، فيدركه عيسى عند باب لد فيقتله وينهزم اليهود فلا يبقى شيء مما يتوارى به يهودي إلا أنطق الله ذلك الشيء فقال يا عبد الله للمسلم هذا يهودي فتعال فاقتله إلا الغرقد فإنها من شجرهم أخرجه بن ماجه مطولا" : "Conformément à cela, ce qui est désigné par "le combat contre [d]es juifs" est la survenue de cela lorsque Dajjâl sortira et que [plus tard] Jésus (re)descendra" (Fat'h ul-bârî 6/745).

Il est par ailleurs rapporté que, un jour, le Messager de Dieu (sur lui soit la paix) parla [de nouveau] du fait que dans sa Umma, en tous temps jusqu'à peu avant la fin du monde il y aura un groupe de personnes qui demeureront sur l'orthodoxie et l'orthopraxie, et que ceux qui les délaisseront ne nuiront pas. [Ce jour-là] ayant été questionné : "Où se trouvera ce groupe ?", il répondit : "A Jérusalem ("Bayt ul-maqdis") et aux alentours de Jérusalem" : "لا تزال طائفة من أمتى على الدين ظاهرين لعدوهم قاهرين لا يضرهم من خالفهم، إلا ما أصابهم من لأواء، حتى يأتيهم أمر الله وهم كذلك. قالوا: يا رسول الله وأين هم؟ قال: ببيت المقدس وأكناف بيت المقدس" (Ahmad 22320 ; il y a divergence quant à l'authenticité de ce hadith-ci). Ibn Hajar explique que ce hadîth-ci évoque seulement un moment particulier, au sein de l'ensemble de l'Histoire, et un groupe de personnes particulières, au sein de l'ensemble de ceux qui seront comptés par Dieu comme faisant partie de ce groupe tout au long de l'histoire de la Umma. En effet, ce jour-là le Prophète évoqua seulement : "ceux que ad-Dajjâl assiègera après être apparu, et auprès de qui Jésus descendra alors avant d'anéantir ad-Dajjâl" : "وذكرت ما نقله ابن بطال عن الطبري في الجمع بينهما: أن شرار الناس الذين تقوم عليهم الساعة يكونون بموضع مخصوص وأن موضعا آخر يكون به طائفة يقاتلون على الحق لا يضرهم من خالفهم؛ ثم أورد من حديث أبي أمامة نحو حديث الباب وزاد فيه: قيل: "يا رسول الله وأين هم؟" قال: "ببيت المقدس"؛ وأطال في تقرير ذلك .وذكرت أن المراد بأمر الله هبوب تلك الريح، وأن المراد بقيام الساعة ساعتهم، وأن المراد بالذين يكونون ببيت المقدس الذين يحصرهم الدجال إذا خرج فينزل عيسى إليهم فيقتل الدجال. ويظهر الدين في زمن عيسى؛ ثم بعد موت عيسى تهب الريح المذكورة. فهذا هو المعتمد في الجمع، والعلم عند الله تعالى" (Fat'h ul-bârî 13/360).

Il est possible que cette confrontation, due à une offensive (ou une invasion) de la part de juifs, commencera plusieurs décennies avant la sortie du Messie Dajjâl. Et que ces hadîths veulent évoquer le moment où cette confrontation atteindra son paroxysme après la sortie du faux Messie (Dajjâl) et, où, enfin, elle trouvera son dénouement lors de la bataille finale entre le faux Messie et le vrai Messie (Jésus fils de Marie) ainsi qu'entre leurs deux armées.

-
3) Troisième point : Même lors de la bataille finale prédite par ce hadîth, où il est dit que des musulmans tueront les juifs, cela ne veut pas dire que les musulmans tueront alors tous les juifs ; cela veut dire seulement qu'ils tueront alors certains juifs :

En effet, il est impossible que le sens du hadîth suscité soit que tous les juifs seront alors tués. Cela pour la simple et bonne raison que d'autres textes disent explicitement, parlant du même épisode suivant la déroute du faux Messie et de son armée, que des juifs apporteront alors foi en Jésus : ils apporteront foi que Jésus est un vrai prophète de Dieu, que Dieu avait suscité pour les fils d'Israël il y a des siècles de cela, ainsi que le vrai Messie.

Voici ce verset du Coran : "وَإِن مِّنْ أَهْلِ الْكِتَابِ إِلاَّ لَيُؤْمِنَنَّ بِهِ قَبْلَ مَوْتِهِ وَيَوْمَ الْقِيَامَةِ يَكُونُ عَلَيْهِمْ شَهِيدًا" : "Et parmi les gens du Livre, il n'en restera pas un qui n'apporte foi en lui, avant sa mort" (Coran 4/159). Dans la formule "avant sa mort" (قَبْلَ مَوْتِهِ), le pronom possessif "sa" renvoie à "Jésus", et le verset signifie alors ceci : "Après le retour de Jésus sur Terre, et avant qu'ensuite il meure, il ne restera pas une personne des gens du Livre alors vivante qui n'apporte foi en Jésus" (voir les ouvrages de Tafsîr).

Ce verset signifie que tous les juifs vivant alors, constatant que Jésus a tué l'homme qu'ils auront auparavant cru être le Messie, prendront conscience qu'ils avaient été induits en erreur par cet homme, et apporteront foi en le caractère de vrai Messie de Jésus fils de Marie.
(Le verset veut également dire que, suite au retour de Jésus sur Terre et après avoir vu et entendu ce que Jésus fera et dira alors, tous les chrétiens trinitaires vivant alors cesseront de croire en l'Incarnation et en la Trinité, et apporteront la vraie foi en Jésus.)

Voici les commentaires affirmant cela :
- "عن الحسن أنه قال في هذه الآية: "وإن من أهل الكتاب إلا ليؤمنن به قبل موته"، قال أبو جعفر: أظنه إنما قال: إذا خرج عيسى آمنت به اليهود" (Tafsîr ut-Tabarî, 10808).
- "عن قتادة: "وإن من أهل الكتاب إلا ليؤمنن به قبل موته"، قال: قبل موت عيسى، إذا نزل آمنت به الأديان كلها" (Tafsîr ut-Tabarî, 10801).

- Ibn ul-Jawzî écrit :
"وفي "أهل الكتاب" قولان: أحدهما: أنهم اليهود، قاله ابن عباس.
والثاني: اليهود والنصارى، قاله الحسن وعكرمة.
(...)وفي هاء "به" قولان: أحدهما: أنها راجعة إلى عيسى، قاله ابن عباس: والجمهور.
وفي هاء "موته" قولان:
أحدهما: (...). والثاني: أنها تعود إلى عيسى.
روى عطاء عن ابن عباس قال: إذا نزل إلى الأرض لا يبقى يهودي ولا نصراني، ولا أحد يعبد غير الله، إلا اتبعه وصدقه وشهد أنه روح الله وكلمته وعبده ونبيه"
(Zâd ul-massîr).

L'autre hadîth (celui qui dit que des juifs seront alors tués) parle du même moment que celui dont ce verset parle : il s'agit du moment qui suivra le retour de Jésus sur Terre et la fin du faux Messie. La preuve : "أن سعيد بن المسيب، سمع أبا هريرة رضي الله عنه قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "والذي نفسي بيده، ليوشكن أن ينزل فيكم ابن مريم حكما عدلا، (...)"، ثم يقول أبو هريرة: "واقرءوا إن شئتم: {وإن من أهل الكتاب إلا ليؤمنن به قبل موته، ويوم القيامة يكون عليهم شهيدا}" : Ayant relaté que le Prophète a dit :  "Bientôt le fils de Marie descendra parmi vous, en tant que dirigeant juste. (…)", Abû Hurayra ajoutait : "Récitez, si vous le voulez, (ce verset coranique) : "Et parmi les gens du Livre, il n'en restera pas un qui n'apporte foi en lui, avant sa mort" [Coran 4/159]" (rapporté par al-Bukhârî, 3264, Muslim, 155, Ahmad, 8955). Abû Hurayra voulait dire que l'événement que ce verset 4/159 évoque se produira après le retour de Jésus sur Terre.

Dès lors que les juifs apporteront foi en Jésus après son retour sur Terre, il devient encore plus évident que, dans l'autre hadîth, l'article défini "AL" précédant le nom "Yahûd" (en arabe : "اليهود") n'est pas universel : il ne s'agit pas de tous les juifs, mais de seulement certains juifs.

En fait, dans le Coran et la Sunna, la formule "al-yahûd" désigne parfois : "tous les juifs", mais parfois : "des juifs" seulement. Nous l'avons démontré au point précédent, le 2.

La même chose est valable pour la formule : "il y a un juif" (en arabe : " هذا يهوديّ") : il ne s'agit pas de tout juif, mais de certains juifs.

-
4) Quatrième point : Les certains juifs qui seront tués lors de cet événement se déroulant au Proche-orient ne le seront pas parce que juifs ; ils seront tués dans le cadre d'une bataille, parce qu'étant des combattants armés, faisant partie de l'armée du Messie Dajjâl et ayant infligé jusqu'alors de lourdes pertes aux musulmans :

Parfois un texte du Coran ou des hadîths évoquent quelque chose à propos d'une personne ou d'un groupe de personnes. Cette personne ou ce groupe possède(nt) une caractéristique qui est le pivot (manât) du propos. Cependant, ce texte ne mentionne pas cette caractéristique (qu'il s'agit de découvrir par recoupement avec d'autres textes), se contentant de désigner cette personne ou ce groupe par un terme plus général. Par contre, d'autres textes, eux, mentionnent cette caractéristique. Il s'agit alors de lire le premier texte à la lumière des seconds…

C'est le cas avec le hadîth suscité.

Bien d'autres hadiths relevant du même phénomène ont été cités dans notre article : Quelques paroles du Prophète (sur lui soit la paix) où ce qu'il a dit (hukm, حكم) au sujet d'une chose X (mahkûm 'alayh, محكوم عليه) est en réalité dû à la présence d'un principe motivant (manât /'illa) (مَناط/ عِلّة) dans la réalité de cette chose X. Ce qui fait que le propos (حكم) concerne en réalité un thème (mahkûm 'alayh, محكوم عليه) plus restreint (أَخَصّ) que ce que la littéralité du texte (ظاهر اللفظ) laissait croire (3/5) (تخصيص).

Certes, dans le hadith suscité, on lit que la pierre (de même que l'arbre, comme spécifié dans un autre hadîth) dira : "هذا يهودي ورائي، فاقتله" : "Il y a un juif derrière moi, viens et tue-le !"

Cependant, même par rapport au fait que cela ne concernera que certains juifs (voir le point précédent, le 3), le hadîth ne veut pas dire que ces "certains juifs" seront tués parce qu'ils seront juifs (gratuitement, ou encore pour faire un exemple et terroriser les autres juifs). Cet homme, désigné ici simplement par le terme "juif", sera en fait tué parce qu'étant un combattant armé faisant partie d'une armée ayant fait subir, juste avant cela, de lourdes pertes en vies humaines aux musulmans.

D'autres hadîths traitant du même thème le montrent très clairement. Voici 4 hadîths de ce type (le premier est un athar, parole, de Ibn Mas'ûd, mais a valeur de hadîth marfû' à cause de son contenu relevant de ce qu'on ne peut affirmer sans que cela soit fondé sur un dit du Prophète)…

4.a) "عن أبي الزعراء، قال: ذكر الدجال عند عبد الله، فقال: "يفترق الناس عند خروجه ثلاث فرق: فرقة تتبعه، وفرقة تلحق بأهلها منابت الشيح، وفرقة تأخذ شط هذا الفرات يقاتلهم ويقاتلونه حتى يقتلون بغربي الشام، فيبعثون طليعة فيهم فرس أشقر - أو أبلق - فيقتتلون فلا يرجع منهم أحد، قال: وأخبرني أبو صادق، عن ربيعة بن ناجذ أنه فرس أشقر، قال: ويزعم أهل الكتاب أن المسيح عليه السلام ينزل فيقتله. ويخرج يأجوج ومأجوج وهم من كل حدب ينسلون فيبعث الله عليهم دابة مثل النغف فتلج في أسماعهم ومناخرهم فيموتون" :
Des personnes ont parlé de Dajjâl devant Abdullâh ibn Mas'ûd. Ce dernier dit alors : "Lorsqu'il sortira, les gens se répartiront en trois groupes. Un groupe le suivra. Un autre groupe rejoindra la terre de ses ancêtres, là où pousse (la plante) shîh [= ce groupe partira à la campagne, fuyant les villes]. Un autre groupe prendra le bord de l'Euphrate. Il [= Dajjâl] combattra alors les gens (de ce troisième groupe), et ils le combattront. Jusqu'à ce que (vienne le moment où) les croyants se rassembleront à l'ouest de Shâm. Alors ils enverront un groupe d'éclaireurs dans sa direction [= Dajjâl], parmi lesquels se trouvera un cavalier sur un cheval alezan - ou bien noir et blanc. Ils [= ces musulmans] seront tous tués, aucun d'entre eux ne retournera." Abdullâh ibn Mas'ûd dit ensuite : "Les gens du Livre* affirment que le Messie [= Jésus] descendra et tuera le (Messie Dajjâl)" (al-Hâkim, n° 8772, authentifié par adh-Dhahabî : At-Tasrīh bi mā Tawātara fī Nuzūl il-Massīh, n° 75, pp. 270-271, note de bas de page). (* Par "les gens du Livre", Ibn Mas'ûd voulait désigner ici les chrétiens précisément. Apparemment ce que d'autres Compagnons avaient entendu le Prophète le dire lui aussi - à savoir que Jésus descendra et tuera Dajjâl - et qu'ils ont relaté de lui, Ibn Mas'ûd ne l'avait pour sa part pas entendu, ce qui fait qu'il n'a ici cité cela que de chrétiens.)

4.b) "واعلموا أنه مكتوب بين عينيه كافر، يقرأه من يكتب ومن لا يكتب، وأن إحدى عينيه ممسوحة عليها ظفرة، أنه يطلع من آخر أمره على بطن الأردن، على ثنية أفيق، وكل واحد يؤمن بالله واليوم الآخر ببطن الأردن، وأنه يقتل من المسلمين ثلثا، ويهزم ثلثا، ويبقي ثلثا، ويجن عليهم الليل، فيقول بعض المؤمنين لبعض: "ما تنتظرون أن تلحقوا بإخوانكم في مرضاة ربكم؟ من كان عنده فضل طعام فليغد به على أخيه، وصلوا حين ينفجر الفجر، وعجلوا الصلاة، ثم أقبلوا على عدوكم". فلما قاموا يصلون نزل عيسى ابن مريم صلوات الله عليه أمامهم، فصلى بهم، فلما انصرف قال هكذا "افرجوا بيني وبين عدو الله " قال أبو حازم: قال أبو هريرة: "فيذوب كما تذوب الإهالة في الشمس"، وقال عبد الله بن عمرو: "كما يذوب الملح في الماء". وسلط الله عليهم المسلمين فيقتلونهم" :
Hudhayfa relate : Le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, a dit, parlant du Messie Dajjâl :
"A la fin il
[= Dajjâl] aura le dessus sur la vallée du Jourdain, sur le col de Afîq. Toute personne ayant foi en Dieu et au jour dernier sera alors dans la vallée du Jourdain. Il aura tué [= son armée aura tué], parmi les musulmans [= ceux des musulmans qui se seront opposés à l'avancée de son armée], un tiers, aura défait un tiers, et un tiers restera.
Une nuit les couvrira de son obscurité. Certains des croyants diront alors à d'autres : "Qu'attendez-vous pour rejoindre vos frères dans le Contentement de votre Seigneur ? Celui auprès de qui il reste un surplus de nourriture, qu'il le donne à son frère ! Accomplissez la prière dès que l'aube poindra, mettez-vous rapidement à l'accomplir, puis dirigez-vous vers votre ennemi !"
Lorsqu'ils se seront mis debout pour accomplir la prière, Jésus fils de Marie descendra devant eux. Puis il accomplira la prière avec eux. Lorsqu'il aura terminé celle-ci, il fera (un geste de la main), voulant dire ainsi : "Ecartez (vous du chemin) entre moi et l'ennemi de Dieu !" Alors (Dajjâl) fondra comme fond le halo autour du soleil, ou comme fond le sel dans l'eau. Dieu accordera le dessus aux musulmans sur eux [= l'armée de Dajjâl], ils les tueront alors"
(rapporté par al-Hâkim, 8507, authentifié par Ibn Hajar : Fat'h ul-bârî 6/745 ; TTNM, n° 36 ; dans la suite de ce hadîth on trouve de nouveau mention du déferlement de Gog et Magog après la victoire de Jésus sur le faux Messie).

4.c) "عن أبي أمامة الباهلي قال: خطبنا رسول الله صلى الله عليه وسلم، فكان أكثر خطبته حديثا حدثناه عن الدجال، وحذرناه" :
Abû Umâma al-Bâhilî relate : "Le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, nous a fait (un jour) un discours, dont la plus grande partie duquel était un propos qu'il nous a tenu au sujet du Dajjâl et dans lequel il nous a mis en garde contre celui-ci."
Suivent, dans ce hadîth relaté par Abû Umâma, une description des affirmations de Dajjâl, de son apparence physique et de certains des prodiges qu'il realisera. Puis on lit qu'à un moment du discours, le Prophète dit :
"وإنه لا يبقى شيء من الأرض إلا وطئه، وظهر عليه، إلا مكة، والمدينة، لا يأتيهما من نقب من نقابهما إلا لقيته الملائكة بالسيوف صلتة، حتى ينزل عند الظريب الأحمر، عند منقطع السبخة، فترجف المدينة بأهلها ثلاث رجفات، فلا يبقى منافق، ولا منافقة إلا خرج إليه، فتنفي الخبث منها كما ينفي الكير، خبث الحديد، ويدعى ذلك اليوم يوم الخلاص» ، فقالت أم شريك بنت أبي العكر: يا رسول الله فأين العرب يومئذ؟ قال: "هم يومئذ قليل، وجلهم ببيت المقدس، وإمامهم رجل صالح. فبينما إمامهم قد تقدم يصلي بهم الصبح، إذ نزل عليهم عيسى ابن مريم الصبح، فرجع ذلك الإمام ينكص، يمشي القهقرى، ليتقدم عيسى يصلي بالناس، فيضع عيسى يده بين كتفيه، ثم يقول له: تقدم فصل، فإنها لك أقيمت. فيصلي بهم إمامهم. فإذا انصرف، قال عيسى عليه السلام: افتحوا الباب. فيفتح، ووراءه الدجال معه سبعون ألف يهودي، كلهم ذو سيف محلى وساج. فإذا نظر إليه الدجال ذاب، كما يذوب الملح في الماء، وينطلق هاربا. ويقول عيسى عليه السلام: إن لي فيك ضربة، لن تسبقني بها. فيدركه عند باب اللد الشرقي، فيقتله. فيهزم الله اليهود، فلا يبقى شيء مما خلق الله يتوارى به يهودي إلا أنطق الله ذلك الشيء، لا حجر، ولا شجر، ولا حائط، ولا دابة، إلا الغرقدة، فإنها من شجرهم، لا تنطق، إلا قال: يا عبد الله المسلم هذا يهودي، فتعال اقتله""
:
"Il ne restera aucune (ville) de la Terre qu'il ne foule et où il n'établisse sa domination, sauf la Mecque et Médine : il n'y arrivera, venant d'aucune de leurs voies, sans que les Anges ne lui fassent face avec des épées dégainées. Arrivera le moment où (
"حتّى") il s'arrêtera près de la colline rouge, aux confins de la terre saline [à Médine, près du oued Marqanâh*]. Médine tremblera trois fois ; il n'y restera alors aucun hypocrite homme et aucune hypocrite femme qui n'(en) sorte pour se rendre auprès de (Dajjâl). (Médine) fait disparaître son mal comme la forge fait disparaître le mal du fer. Ce jour-là sera appelé "le jour de la délivrance"."
Ummu Sharîk dit alors : "Messager de Dieu, où seront donc les Arabes ce jour là ?"
Il répondit : "Ils seront ce jour là peu nombreux. Et la plupart d'entre eux seront alors à Bayt ul-maqdis. Leur dirigeant sera un homme pieux. Alors que leur dirigeant se sera avancé pour diriger la prière du matin devant eux, voilà que Jésus fils de Marie descendra auprès d'eux le matin. Le dirigeant reculera alors afin que Jésus avance et dirige la prière en congrégation. Jésus placera sa main entre ses épaules puis lui dira : "Avance, toi, et dirige la prière. Car c'est pour toi (comme imam) que le second appel à la prière a été donné." Leur dirigeant dirigera alors la prière en congrégation avec eux. Lorsqu'il aura terminé, Jésus dira : "Ouvrez la porte !" Celle-ci sera ouverte. Derrière elle se trouvera Dajjâl, avec lui seront 70 000 juifs, chacun doté d'une épée ornée (سيف محلّى) et d'un (vêtement appelé : ) "sâj". Lorsque Dajjâl le regardera [= Jésus], il fondra comme le sel fond dans l'eau. Il s'enfuira. Jésus dira : "Il y a pour toi un coup par rapport auquel tu ne pourras pas m'échapper." Il le rattrapera auprès de la porte orientale de Lod, et il le tuera alors. Alors Dieu infligera la défaite aux juifs [= à ces juifs combattants, faisant partie de l'armée de Dajjâl]. Il ne restera rien de ce que Dieu a créé et derrière lequel un juif se sera caché sans que Dieu le fasse parler – ni pierre, ni arbre, ni mur, ni animal, excepté le gharqad [= nitraria retusa], il fait partie de leurs arbres et il ne parlera pas –, sans qu'il dise : "Serviteur de Dieu, musulman, voilà un juif, viens et tue-le""
(rapporté par Ibn Mâja 4077). (* Comme spécifié dans un autre hadîth : Ahmad, n° 5099.)
Ici, "70 000" ne désigne pas le nombre exact compris entre 69 999 et 70 0001, mais : "un grand nombre". Ce seront donc, on le voit, des hommes armés, faisant partie de l'armée du Messie Dajjâl.

4.d) Samura ibn Jundub relate que, après avoir accompli la prière de l'éclipse, le Prophète fit un discours. A un moment du discours, il parla de Dajjâl. Et il dit à son sujet :
"وإنه سيظهر على الأرض كلها، إلا الحرم وبيت المقدس. وإنه يحصر المؤمنين في بيت المقدس، فيزلزلون زلزالا شديدا. ثم يهلكه الله وجنوده، حتى إن جذم الحائط وأصل الشجرة لينادي،: يا مؤمن هذا كافر تعال فاقتله""
:
"Il établira sa domination sur toute la Terre, sauf le Haram et Bayt ul-maqdis. Il assiègera les croyants à Bayt ul-maqdis. Ceux-ci seront alors dans de grandes difficultés. Ensuite Dieu l'anéantira, ainsi que ses armées (
جنوده). Jusqu'à ce que le pan du mur et la racine de l'arbre dira : "Croyant, voilà un incroyant qui se cache derrière moi, viens, tue-le""
(Ahmad, n° 19318, al-Hâkim, n° 1230 ; authentifié par adh-Dhahabî : TTNM, n° 17 ; Fat'h ul-bârî, 13/131). Il ne s'agira pas de tuer cet homme parce qu'il sera un incroyant (kâfir), mais parce qu'il sera un incroyant ennemi combattant.

-
Un verset du Coran dit, pareillement : "فَإِذَا لَقِيتُمُ الَّذِينَ كَفَرُوا فَضَرْبَ الرِّقَابِ" : "Lorsque vous rencontrez ceux qui ont fait kufr, alors frappez-en les cous" (Coran 47/4) : il ne s'agit bien évidemment pas de tous ceux qui sont non-musulmans, kâfir, mais uniquement de ceux qui sont à la fois : kâfir, ennemis (harbî) et combattants (muqâtil), et il s'agit de la "rencontre" sur le champ de bataille (fî sâhat il-qitâl).

On voit que ceux des juifs qui seront alors tués le seront sur le champ de bataille, en tant que combattants faisant partie de l'armée de Dajjâl.

Lire ici notre article : Comment comprendre les "épée", "lance" et "arc" que les hadîths évoquent pour l'époque du retour de Jésus fils de Marie ?.

-
5) Cinquième point :

Peut-être que, même parmi les combattants de l'armée du Messie Dajjâl, le hadîth susmentionné évoque seulement une partie des combattants, alors que d'autres combattants ne seront pas tués lors des combats qui suivront la défaite du Messie Dajjâl, notamment parce qu'ils se seront réfugiés derrière l'arbre sus-désigné. Par la suite ils reconnaîtront eux aussi Jésus comme étant le vrai Messie.

-
III) Quelques précisions supplémentaires :

Un autre hadîth dit que, après sa descente, le Messie Jésus fera périr des gens de son souffle : "فبينما هو كذلك إذ بعث الله المسيح ابن مريم، فينزل عند المنارة البيضاء شرقي دمشق، بين مهرودتين، واضعا كفيه على أجنحة ملكين، إذا طأطأ رأسه قطر، وإذا رفعه تحدر منه جمان كاللؤلؤ. فلا يحل لكافر يجد ريح نفسه إلا مات، ونفسه ينتهي حيث ينتهي طرفه. فيطلبه حتى يدركه بباب لد، فيقتله" (Muslim, n° 2937).

Alî al-Qarî précise que ce sera un souffle volontaire, et non pas tout souffle ; et qu'il est possible que ce miracle ne lui soit pas accordé de façon permanente, mais à un moment précis seulement (Mirqât).

Il est possible que cela se produise lors de la bataille finale : après avoir terrassé Dajjâl, Jésus ferait périr un certain nombre des soldats de celui-ci par son seul souffle.

Les textes disant que la pierre et l'arbre dénonceront les combattants ennemis venus se cacher derrière eux, l'attitude normale est de les appréhender au sens propre, et cela sera alors un miracle, comme une sorte de pendant aux prouesses d'ordre technologique, magique et illusionniste que le Messie Dajjâl aura réalisées avant cela. Certains ulémas ont pour leur part dit que cela peut être appréhendé au sens figuré, ces hadîths signifiant que ces combattants, bien que s'étant dissimulés derrière ces choses, ne réussiront pas à se cacher (ces deux possibilités ont été relatées par Ibn Hajar in Fat'h ul-bârî, 6/745-746).

-
IV) Conclusion :

Ce que le hadîth que vous avez cité dans votre question évoque est un événement limité dans le temps et dans l'espace.

Si vous lisez seulement un hadîth de façon isolée, vous ne le comprendrez pas correctement.

Il faut le lire à la lumière des autres hadîths parlant du même sujet.

Revoyons brièvement le contenu de ces hadîths : Sâlim rapporte que Abdullâh ibn Omar a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, dire : "(D)es juifs vous combattront" (al-Bukhârî, n° 3398). C'est suite à cette offensive armée qu'ils subiront, que les musulmans combattront leurs agresseurs : Nâfi' rapporte de Abdullâh ibn Omar que le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et le salue, a dit : "Vous combattrez (c)es juifs" (al-Bukhârî, n° 2767).

Ce conflit débutera peut-être quelque peu avant la sortie du Messie Dajjâl, puis atteindra son paroxysme avec celle-ci, et ce toujours aux détriments des arabo-musulmans. un grand nombre de ceux-ci seront alors tués, et le reste seront sur le point d'être complètement défaits, quand, soudain, le Messie Jésus fils de Marie redescendra : par la permission de Dieu, la situation en sera alors renversée.

Lors du combat final qui s'ensuivra, le Messie Dajjâl sera terrassé par le Messie fils de Marie. "Ses armées" (Ahmad, n° 19318) seront alors attaquées et défaites. C'est alors que se déroulera ce que le hadîth a prédit : le combattant armé qui se sera réfugié derrière une pierre ne pourra pas se cacher.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

-
---------------------------------------------------------------------
-
Note
:

Certes, dans le Coran il est dit de combattre "ceux qui ne croient pas en Dieu et au jour dernier, qui ne considèrent pas interdit ce que Dieu et Son messager ont déclaré interdit et qui ne professent pas la vraie religion parmi ceux qui ont reçu l'écriture avant vous, jusqu'à ce qu'ils donnent la jizya en ayant les moyens de le faire et en acceptant [le cadre du droit musulman]" : "قَاتِلُواْ الَّذِينَ لاَ يُؤْمِنُونَ بِاللّهِ وَلاَ بِالْيَوْمِ الآخِرِ وَلاَ يُحَرِّمُونَ مَا حَرَّمَ اللّهُ وَرَسُولُهُ وَلاَ يَدِينُونَ دِينَ الْحَقِّ مِنَ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ حَتَّى يُعْطُواْ الْجِزْيَةَ عَن يَدٍ وَهُمْ صَاغِرُونَ" (Coran 9/29).

Cependant :

--- Primo ce verset coranique 9/29 ne dit nullement qu'il s'agirait de combattre les Gens du Livre jusqu'à les avoir tués : il dit : "jusqu'à ce qu'ils acceptent la souveraineté musulmane".

--- Secundo, ce verset 9/29 parle de combat offensif, qitâl iqdâmî (soit le cas B5 dans notre article commentant de ces versets), alors que le hadîth cité dans la question parle, lui, de combat défensif, qitâl difâ'î (soit le cas B1, ou B2).

--- Tertio, si certains ulémas ont appréhendé cette règle énoncée en ce 9/29 comme s'appliquant à tout Etat non-musulman (avis 1), il existe d'autres ulémas qui ont interprété cette règle à la lumière d'autres textes et ont exposé qu'elle concerne seulement les Etats qui ont une forte puissance (avis 2), ou seulement les Etats qui empêchent leurs habitants de pouvoir se convertir à l'islam (avis 3) (ces 3 avis sont mentionnés dans l'article suscité).

--- Quarto, aujourd'hui cette règle de l'agrandissement par combat offensif n'est pas applicable, vu les accords de non-agrandissement des territoires ayant été signés par les pays musulmans (lire notre article exposant cela).

En tous cas :
comme nous l'avons dit en Secundo, ce verset 9/29 parle de combat offensif, qitâl iqdâmî (soit le cas B5 dans notre article suscité). Alors que le hadîth cité dans la question parle, lui, d'un combat défensif, qitâl difâ'î (soit le cas B1 ou B2 dans notre article).

Print Friendly, PDF & Email