"فأعط كل ذي حق حقه" ("Donne à chaque détenteur d'un droit : son droit") – Tu as des devoirs vis-à-vis de plusieurs êtres : Dieu, tes parents, ton épouse, ton enfant, ta famille, tes voisins, les humains, les animaux, etc. – Et par rapport à un devoir qui t'incombe vis-à-vis d'un être précis, ont en fait un droit sur toi : le bénéficiaire de ce devoir ; Dieu, qui a institué sur toi ce devoir ; enfin, l'objet par rapport à quoi ce devoir s'applique à toi

Tu es un être humain, et en tant que tel tu as des devoirs vis-à-vis d'un certain nombre d'êtres : vis-à-vis de Dieu, vis-à-vis de tes proches, vis-à-vis des humains en général, vis-à-vis des animaux, vis-à-vis des plantes, et même vis-à-vis de... ta personne, de ton corps.

"فأعط كل ذي حق حقه" : "Donne donc à chaque détenteur d'un droit : son droit", avait dit Salmân le Perse à Abu-d-Dardâ', propos que le Prophète (sur lui soit la paix) avait ensuite approuvé (al-Bukhârî, at-Tirmidhî).

Mais qui donc exactement a des droits sur toi ?

-
Quelques-uns de ceux qui ont des "droits personnels sur toi" :

– Tes parents ont un droit sur toi :
"عن أبي هريرة، قال: قال رجل: يا رسول الله من أحق الناس بحسن الصحبة؟ قال: أمك، ثم أمك، ثم أمك، ثم أبوك، ثم أدناك أدناك"
:
"Qui a plus droit que je le fréquente en lui faisant du bien ?

- "C'est ta mère ! Ensuite, c'est ta mère. Ensuite, c'est ta mère. Ensuite, c'est ton père. Ensuite, c'est le plus proche, puis le proche de toi"
(Muslim, 2548 ; également : al-Bukhârî, 5626).

– Le pauvre a un droit sur toi :
"وَآتِ ذَا الْقُرْبَى حَقَّهُ وَالْمِسْكِينَ وَابْنَ السَّبِيلِ وَلاَ تُبَذِّرْ تَبْذِيرًا"
:
"Et donne au proche son droit, ainsi qu'au pauvre et au voyageur. Et ne gaspille pas"
(Coran 17/26).

– Ton épouse a un droit sur toi (ô époux) :
– Ton visiteur a un droit sur toi :
– Ton corps et tes yeux ont un droit sur toi :
A Abdullâh ibn 'Amr ibn il-'Âs, qui accomplissait trop d'actions de 'ibâdat ullâh facultatives, le Prophète dit d'alléger le nombre d'actions qu'il faisait, et ajouta : "فإن لجسدك عليك حقا، وإن لعينك عليك حقا، وإن لزوجك عليك حقا، وإن لزورك عليك حقا" :
"Car ton corps a sur toi un droit, ton oeil a sur toi un droit, ton épouse a sur toi un droit, ton visiteur a sur toi un droit"
(al-Bukhârî 1874, Muslim 1159).
"قال
سلمان لأبي الدرداء: "إن لربك عليك حقا، ولنفسك عليك حقا، ولأهلك عليك حقا، فأعط كل ذي حق حقه." فقال النبي صلى الله عليه وسلم: صدق سلمان" : Salmân dit à Abu-d-Dardâ':
"Ton Pourvoyeur a sur toi un droit. Ta personne a
sur toi un droit. Et ta famille [= ton épouse] a sur toi un droit. Donne donc à chaque ayant-droit son droit." Le Prophète dit : "Salmân a dit vrai" (al-Bukhârî 1867, at-Tirmidhî 2413).

– Ton époux a un droit sur toi (ô épouse) :
"والذي نفس محمد بيده، لا تؤدي المرأة حق ربها حتى تؤدي حق زوجها" :
"Par Celui dans la Main de qui se trouve l'âme de Muhammad, la femme ne peut pas s'acquitter du droit de son Pourvoyeur tant qu'elle ne s'acquitte pas du droit de son époux"
(Ibn Mâja, 1853, dha'îf).

"ألا إن لكم على نسائكم حقا، ولنسائكم عليكم حقا. فأما حقكم على نسائكم فلا يوطئن فرشكم من تكرهون، ولا يأذن في بيوتكم لمن تكرهون. ألا وحقهن عليكم أن تحسنوا إليهن في كسوتهن وطعامهن" :
"Ecoutez : Vous avez sur vos épouses un droit, et vos épouses ont sur vous un droit. (...)"
(at-Tirmidhî, 1163, 3087).

– Le musulman, en général, a des droits sur toi, ô musulman :
"عن أبي هريرة، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "حق المسلم على المسلم ست." قيل: ما هن يا رسول الله؟، قال: إذا لقيته فسلم عليه، وإذا دعاك فأجبه، وإذا استنصحك فانصح له، وإذا عطس فحمد الله فشمته، وإذا مرض فعده، وإذا مات فاتبعه" :
"Le droit du musulman sur le musulman est : 6 choses.
- Quelles sont-elles, ô Messager de Dieu ?
- Lorsque tu le rencontres, adresse-lui le salâm. Lorsqu'il t'invite, réponds à son invitation. Lorsqu'il te demande conseil, conseille-le. Lorsqu'il éternue et fait la louange de Dieu, dis-lui : "Que Dieu te fasse miséricorde", lorsqu'il tombe malade, rends-lui visite, et lorsqu'il meurt, suis son (convoi funéraire)"
(Muslim, 2162).
"عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما، عن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "المسلم من سلم المسلمون من لسانه ويده، والمهاجر من هجر ما نهى الله عنه" (al-Bukhârî, 10 ; Muslim, 40 ; voir aussi 41 ; et 42). "عن فضالة بن عبيد، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم في حجة الوداع: "ألا أخبركم بالمؤمن؟ من أمنه الناس على أموالهم وأنفسهم، والمسلم من سلم الناس من لسانه ويده، والمجاهد من جاهد نفسه في طاعة الله، والمهاجر من هجر الخطايا والذنوب" (Ahmad, 23958). Seule une cause avérée peut entraîner qu'on dise une parole déplaisante à quelqu'un (FB 1/75). Et seul un juge peut infliger, sur la base d'une cause avérée, une peine légale à quelqu'un.

– L'être humain, en général, a des droits sur toi, ô musulman : tu ne dois lui faire aucun tort, ni physique, ni mental, ni autre. Commentant le dernier hadîth venant d'être cité, Ibn Hajar écrit que la mention du "musulman" n'a pas valeur d'exclusivité, cela valant donc pour tout humain : "تنبيه: ذكر المسلمين هنا خرج مخرج الغالب" (FB 1/75).

L'animal a un droit sur toi, ô humain : c'est que tu ne le tues pas sans raison valable :
"عن عبد الله بن عمرو، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "ما من إنسان قتل عصفورا فما فوقها بغير حقها، إلا سأله الله عز وجل عنها." قيل: يا رسول الله، وما حقها؟ قال: "يذبحها فيأكلها، ولا يقطع رأسها يرمي بها" :
"Tout humain qui tue un moineau ou (un animal) plus gros sans son droit, Dieu lui demandera (des comptes) à son sujet (le jour du jugement).

– Et quel est son droit ?
demanda-t-on.
– C'est qu'il l'abatte et en consomme la chair, et non qu'il en coupe la tête et la jette"
(an-Nassâ'ï, 4349, 4445, dha'îf).
"عن الشريد قال: سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول: "من قتل عصفورا عبثا عج إلى الله عز وجل يوم القيامة يقول: يا رب، إن فلانا قتلني عبثا، ولم يقتلني لمنفعة"
:
"Celui qui aura tué un moineau par futilité, (ce moineau) criera le jour de la résurrection vers Dieu, disant : "Seigneur, Untel m'a tué par futilité, il ne m'a pas tué pour une utilité"
(an-Nassâ'ï, 4446, dha'îf).

Etc.

-
Quelques autres hadîths exposant "un droit sur...", ou "un plus grand droit sur...", ou "l'absence d'un droit dans..." :

"عن خولة الأنصارية رضي الله عنها، قالت: سمعت النبي صلى الله عليه وسلم، يقول: "إن رجالا يتخوضون في مال الله بغير حق، فلهم النار يوم القيامة" (al-Bukhârî, 2950).
"عن أم سلمة رضي الله عنها أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: "إنكم تختصمون إليّ، ولعل بعضكم ألحن بحجته من بعض، فمن قضيت له بحق أخيه شيئا، بقوله: فإنما أقطع له قطعة من النار فلا يأخذها "" (al-Bukhârî, 2534, Muslim, 1713).
"" ().

-
En fait, par rapport à un même devoir qui t'incombe : Ont des droits sur toi :
le bénéficiaire de ce devoir t'incombant (comme nous venons de le voir) ;
Dieu, qui a institué ce devoir sur toi ;
la chose par rapport à laquelle ce devoir t'incombe
:

Un exemple simple avec la zakât (qui est la part que l'on doit enlever de ses richesses matérielles pour qu'elle soit remise aux bénéficiaires) :
--- La zakât est un droit du pauvre (A), qui est un bénéficiaire de ce devoir. Cela est attendu et normal : c'est le droit du pauvre que de bénéficier d'une certaine redistribution des richesses, et donc de recevoir un bien matériel de la part de qui est plus aisé que lui.
--- Mais, plus étonnant, la zakât est également un droit du bien matériel, de l'objet par rapport auquel elle doit être retirée (B).
--- Plus étonnant encore, la zakât est "un droit de Dieu" (C) !

-
A) La zakât est un droit du pauvre :

"وَآتِ ذَا الْقُرْبَى حَقَّهُ وَالْمِسْكِينَ وَابْنَ السَّبِيلِ وَلاَ تُبَذِّرْ تَبْذِيرًا" : "Et donne au proche son droit, ainsi qu'au pauvre et au voyageur. Et ne gaspille pas" (Coran 17/26).

"كَانُوا قَلِيلًا مِّنَ اللَّيْلِ مَا يَهْجَعُونَ. وَبِالْأَسْحَارِ هُمْ يَسْتَغْفِرُونَ. وَفِي أَمْوَالِهِمْ حَقٌّ لِّلسَّائِلِ وَالْمَحْرُومِ" : "C'était une petite partie de la nuit qu'ils dormaient. Et à l'aube, ils demandaient pardon (à Dieu). Et dans leurs biens il y avait un droit pour le demandeur et (pour) celui qui est privé (mais ne demande pas)" (Coran 51/17-19).

Le terme "zakât", présent dans plusieurs sourates pré-hégiriennes, désigne bien, d'après at-Tabarî, l'aumône. La zakât existait déjà à La Mecque. A Médine, en l'an 2 de l'hégire, ce sont seulement les règles plus détaillées, relatives à la zakât, qui furent révélées (cf. Fiqh uz-zakât, pp. 75-76).

-
B) La zakât est aussi un droit du bien matériel sur lequel elle est due :

Dieu dit : "كُلُوا مِن ثَمَرِهِ إِذَا أَثْمَرَ وَآتُوا حَقَّهُ يَوْمَ حَصَادِهِ وَلَا تُسْرِفُوا" : "Mangez de son fruit lorsqu'il en produit, et donnez son droit le jour de la récolte. Et ne gaspillez pas" (Coran 6/146). D'après l'un des commentaires, il s'agit de la zakât due sur des récoltes. Cela a donc été désigné par les termes : "le droit de la récolte".

"عن أبي هريرة رضي الله عنه، قال: لما توفي رسول الله صلى الله عليه وسلم وكان أبو بكر رضي الله عنه، وكفر من كفر من العرب، فقال عمر رضي الله عنه: "كيف تقاتل الناس وقد قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "أمرت أن أقاتل الناس حتى يقولوا: لا إله إلا الله، فمن قالها فقد عصم مني ماله ونفسه إلا بحقه، وحسابه على الله"؟" فقال: "والله لأقاتلن من فرق بين الصلاة والزكاة، فإن الزكاة حق المال. والله لو منعوني عناقا كانوا يؤدونها إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم لقاتلتهم على منعها!" قال عمر رضي الله عنه: فوالله ما هو إلا أن قد شرح الله صدر أبي بكر رضي الله عنه، فعرفت أنه الحق" (al-Bukhârî 1335, Muslim 20). Abû Bakr dit ici à Omar ibn ul-Khattâb à propos de ceux qui refusaient de s'acquitter de la zakât : "... la zakât est le droit du bien matériel". Lire : Les "Mâni'u-z-zakât" de l'époque de Abû Bakr : qu'ont-ils réellement refusé de faire ?

"عن أم مالك البهزية قالت: ذكر رسول الله صلى الله عليه وسلم فتنة فقربها قالت: قلت: يا رسول الله، من خير الناس فيها؟ قال: رجل في ماشيته يؤدي حقها ويعبد ربه، ورجل آخذ برأس فرسه يخيف العدو ويخيفونه"
: en période de troubles, une des deux meilleures personnes est "celle qui demeure parmi son troupeau, s'acquittant du droit de celui-ci et adorant Dieu" (at-Tirmidhî, 2177).

"ولا صاحب كنز لا يفعل فيه حقه، إلا جاء كنزه يوم القيامة شجاعا أقرع، يتبعه فاتحا فاه، فإذا أتاه فر منه، فيناديه: خذ كنزك الذي خبأته، فأنا عنه غني، فإذا رأى أن لا بد منه، سلك يده في فيه، فيقضمها قضم الفحل" : "Tout propriétaire d'or et d'argent qui n'aura pas fait vis-à-vis de lui son droit, ce qu'il aura ainsi thésaurisé viendra le jour de la résurrection en un serpent chauve, qui le poursuivra la gueule ouverte. Lorsqu'il viendra à lui, ce (propriétaire) s'enfuira. Il l'appellera : "Prends ton amas, que tu avais dissimulé, je n'en ai pas besoin." Lorsqu'il verra qu'il ne peut lui échapper, il placera sa main dans sa gueule, (le serpent) la broiera alors comme le fait le chameau mâle" (Muslim, 988).

-
C) La zakât est également un droit de Dieu :

"عن ابن عباس، أن النبي صلى الله عليه وسلم قال: ألا أخبركم بخير الناس؟ رجل ممسك بعنان فرسه في سبيل الله. ألا أخبركم بالذي يتلوه؟ رجل معتزل في غنيمة له، يؤدي حق الله فيها" : Ceci concerne la période de troubles (fitan) (comme spécifié dans le hadîth qui sera cité un peu plus loin) : La seconde meilleure personne est alors "celle qui se tient à l'écart, avec un petit troupeau qu'elle possède, s'acquittant du droit de Dieu au sujet de celui-ci" (at-Tirmidhî, 1652). Ce "droit de Dieu" ici évoqué est "la zakât" due sur les troupeaux, comme cela est dit explicitement dans cette version du même propos : "عن أبي هريرة، عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه قال: "من خير معاش الناس لهم، رجل ممسك عنان فرسه في سبيل الله، يطير على متنه، كلما سمع هيعة، أو فزعة طار عليه، يبتغي القتل والموت مظانه، أو رجل في غنيمة في رأس شعفة من هذه الشعف، أو بطن واد من هذه الأودية، يقيم الصلاة، ويؤتي الزكاة، ويعبد ربه حتى يأتيه اليقين، ليس من الناس إلا في خير" (Muslim, 1889).

Que la zakât soit "un droit de Dieu", cela signifie :
--- que la zakât est une action spirituelle, instituée pour être un moyen de progression spirituelle vis-à-vis de Dieu ;
--- et que s'acquitter de la zakât est un devoir qui incombe au musulman de façon absolue, sans que cela puisse être rendu caduque par le désistement d'un humain.

-
Dieu a sur toi le droit que tu fasses tout ce qu'Il veut et agrée de toi (irâda tashrî'iyya) (il s'agit des "droits de Dieu" au sens général du terme) :

Dans un célèbre hadîth, le Prophète (sur lui soit la paix) a dit à Mu'âdh que "حق الله على عباده أن يعبدوه، ولا يشركوا به شيئا" : "Le droit de Dieu sur Ses serviteurs [= sur les hommes] est que ceux-ci fassent Sa 'ibâda et ne Lui associent rien" (al-Bukhârî, Muslim).

Or la 'ibâda complète de Dieu se fait primo par le fait de Le diviniser et de ne rien diviniser d'autre que Lui, et secundo par le fait de pratiquer (avec sincérité pour Dieu) toute action intérieure et extérieure que Dieu aime et veut de la part de l'homme, que cette action relève du domaine spirituel, du domaine cultuel, physique ou familial, ou encore du domaine des relations de l'homme avec ses semblables ou les autres créatures (lire Al-'Ubûdiyya, Ibn Taymiyya, p. 23).

Dès lors, le fait pour l'homme d'agir en bien avec les autres hommes, de même qu'avec les animaux, relève également de la 'ibâdat ullâh, donc également du droit que Dieu a sur lui.
C'est d'ailleurs pourquoi des ulémas précisent que si on a lésé le droit établi d'un homme (sur le plan physique – par le fait de l'avoir blessé –, ou moral – par le fait de l'avoir calomnié, par exemple –, ou matériel – par le fait d'avoir détruit un bien lui appartenant –), on doit d'abord se faire pardonner par cet homme (ce qui peut exiger de le dédommager avant de recevoir son pardon), mais on doit aussi, ensuite, demander pardon à Dieu pour avoir enfreint l'interdiction qu'Il a faite de faire ce genre de tort à autrui. (Cf. Riyâdh us-sâlihîn, chapitre 2.)

Dieu n'a pas des droits au sens où il aurait besoin que l'on fasse certaines choses à Son égard. Dieu a des droits au sens où Il mérite de, par Sa Perfection, que l'homme L'aime et Lui obéisse.
Vu qu'Il a ordonné au musulman que celui-ci s'acquitte de la zakât sur ses biens matériels, c'est un "droit de Dieu" que de Lui obéir en faisant ainsi. S'acquitter de la zakât en devient un "droit de Dieu".
Respecter son voisin et agir en bien avec lui en devient également un "droit de Dieu", car c'est Lui qui a ordonné cela.

Ici une objection surgit :
"Si tous les devoirs qui nous incombent vis-à-vis d'autrui sont des droits de Dieu, pourquoi, dans le propos de Salmân, le "droit de Dieu" a-t-il été distingué du "droit de la famille" et du "droit de la personne" ?
En effet, voici ce que Salmân avait dit à Abu-d-Dardâ' :

"إن لربك عليك حقا، ولنفسك عليك حقا، ولأهلك عليك حقا، فأعط كل ذي حق حقه" : "Ton Pourvoyeur a sur toi un droit. Ta personne a sur toi un droit. Et ta famille a sur toi un droit. Donne donc à chaque ayant-droit son droit".

La réponse est que, dans ce propos de Salmân, "droit de Dieu" n'est pas au sens général du terme (comme c'était le cas dans le hadîth avec Mu'âdh), mais au sens particulier.
Dans ce propos, Salmân voulait parler seulement de l'accomplissement des "actions de 'ibâdat ullâh" (au sens particulier du terme), c'est-à-dire des "actions ayant été instituées uniquement ou essentiellement pour permettre l'établissement ou le renforcement du lien du cœur avec Dieu". Lire à ce sujet notre article : Certaines actions sont de type "'ibâdât", d'autres de type "'âdât" : qu'est-ce que cette distinction signifie, et qu'est-ce qu'elle implique ? (ما معنى التمييز بين أعمال العبادات وأعمال العادات ؟) ; ainsi que notre autre article : Voici différents "recouvrements" du terme "'Ibâda" ("adorer"), dans la formule : "عبادة الله" ("faire la 'Ibâda d'Allâh", "adorer Dieu").
Salmân voulait dire qu'il doit y avoir un moment pour l'accomplissement de ces actions tournées exclusivement vers Dieu, mais qu'il doit également y avoir un moment pour l'accomplissement des devoirs que sa famille a sur soi, enfin un autre moment encore pour reposer son corps.

Par ailleurs, dans notre article expliquant la distinction entre "droits de Dieu" et "droits de la personne", nous avons exposé un autre sens particulier encore à l'appellation : "droit de Dieu" : il s'agit cette fois du "devoir
qui est institué de façon absolue, sans qu'il puisse être rendu caduque par le désistement d'un humain
".

-
Les objets par rapport auxquels les droits de ces bénéficiaires s'articulent, ces objets ont, eux aussi, des droits sur toi :

Le chemin :
"عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه: أن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "إياكم والجلوس بالطرقات!" فقالوا: يا رسول الله، ما لنا من مجالسنا بد نتحدث فيها، فقال: "إذ أبيتم إلا المجلس، فأعطوا الطريق حقه." قالوا: وما حق الطريق يا رسول الله؟ قال: "غض البصر، وكف الأذى، ورد السلام، والأمر بالمعروف، والنهي عن المنكر" : "Préservez-vous de vous asseoir près des chemins !" Les Compagnons ayant exprimé qu'ils avaient besoin de le faire, le Prophète dit : "Si donc vous tenez à vous (y) asseoir, donnez au chemin son droit ! - Et quel est le droit du chemin, Messager de Dieu ? - C'est de baisser le regard, d'enlever ce qui gêne (les gens), de retourner le salam, d'ordonner le bien et d'interdire le mal" (al-Bukhârî, 5875, Muslim, 2121).

Ta richesse matérielle :
"ولا صاحب كنز لا يفعل فيه حقه، إلا جاء كنزه يوم القيامة شجاعا أقرع، يتبعه فاتحا فاه، فإذا أتاه فر منه، فيناديه: خذ كنزك الذي خبأته، فأنا عنه غني، فإذا رأى أن لا بد منه، سلك يده في فيه، فيقضمها قضم الفحل"
: "Tout propriétaire d'or et argent qui n'aura pas fait vis-à-vis de lui son droit, ce qu'il aura ainsi thésaurisé viendra le jour de la résurrection en un serpent chauve, qui le poursuivra la gueule ouverte. Lorsqu'il viendra à lui, ce (propriétaire) s'enfuira. Il l'appellera : "Prends ton amas, que tu avais dissimulé, je n'en ai pas besoin." Lorsqu'il verra qu'il ne peut lui échapper, il placera sa main dans sa gueule, (le serpent) la broiera alors comme le fait le chameau mâle" (Muslim, 988).

Ton chameau [= ta monture] :
"قال رجل: يا رسول الله، ما حق الإبل؟ قال: حلبها على الماء، وإعارة دلوها، وإعارة فحلها، ومنيحتها وحمل عليها في سبيل الله" : "Quelqu'un demanda : "Messager de Dieu, quel est le droit du chameau ? - C'est de le traire lorsqu'il vient boire (et de donner de cette traite aux pauvres), de prêter son seau, de prêter le mâle, de prêter la (chamelle pour que le pauvre en boive le lait), et de transporter (des hommes) dessus dans la voie de Dieu" (Muslim 988). Voir également al-Bukhârî, 2849.

Le bien matériel d'autrui :
--- "من أخذ من الأرض شيئا بغير حقه، خسف به يوم القيامة إلى سبع أرضين" : "Celui qui aura pris de la terre quelque chose sans son droit, celui-là sera englouti le jour de la résurrection jusqu'à 7 terres" (al-Bukhârî, 2322).
--- "والله لا يأخذ أحد منكم شيئا بغير حقه إلا لقي الله يحمله يوم القيامة" : "Par Dieu, aucun d'entre vous ne prendra quelque chose sans son droit, qu'il viendra le jour de la résurrection le portant sur lui" (al-Bukhârî, Muslim).
--- "من حلف على مال امرئ مسلم بغير حقه، لقي الله وهو عليه غضبان" : "Celui qui fait un serment à propos du bien d'un musulman, sans son droit, celui-là rencontrera Dieu alors qu'Il sera Courroucé contre lui" (Muslim, 138).
--- "وإن هذا المال حلوة، من أخذه بحقه، ووضعه في حقه، فنعم المعونة هو، ومن أخذه بغير حقه كان كالذي يأكل ولا يشبع" : "Ce bien matériel est sucré. Celui qui le prend avec son droit et le place dans son droit, quel bonne aide est-ce ! Et celui qui le prend sans son droit, celui-là sera comme celui qui mange et ne se rassasie pas" (al-Bukhârî, Muslim).

L'intimité d'une personne de l'autre sexe :
Le Prophète (sur lui soit la paix) a raconté que, parmi les communautés antérieures, un homme avait profité de la détresse matérielle d'une femme dont il était amoureux, et avait conditionné l'aide financière qu'il lui apporterait au fait qu'elle accepte de coucher avec lui, hors mariage. La femme se résigna à cela. Mais alors que l'homme était arrivé au point où il allait passer à l'acte, la femme lui dit : "اتق الله ولا تفض الخاتم إلا بحقه" : "Crains Dieu, et ne défais le sceau que par son droit !". Ce rappel toucha l'homme, qui partit, et laissa à la femme l'aide financière (al-Bukhârî, Muslim).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email