Qu'est-ce que l'Aide de Dieu ? - ما المراد بـ{نَصْر الله} ؟ - (I)

Dans le Coran on trouve à de nombreuses reprises la formule "Aide de Dieu".
Dans cet article, cependant, nous ne parlerons que de l'aide de Dieu accordée ou non-accordée par Dieu en ce monde (nous ne parlerons pas des versets qui évoquent l'aide accordée ou non-accordée dans l'autre monde).

Cette Aide de Dieu peut se manifester pour un individu, ou pour tout un groupe.

-

I) Ce que Dieu a créé et qui se déroule par Sa Permission (Idhn Takwînî) mais suivant en cela l'Effet réel (Ta'thîr) dont Il l'a doté :

Tout ce qui se déroule dans l'univers ne voit le jour que d'après la Volonté de Dieu (Irâda Takwîniyya) : réussite comme faillite ; bonheur comme malheur ; santé comme maladie.

Par ailleurs, Dieu a conféré à certains types de créatures des capacités naturelles qu'Il n'a pas conférées à d'autre types de créatures ; et, au sein d'un même type de créatures, Dieu a conféré à certains de ses individus des capacités plus accentuées qu'à d'autres des leurs. Lire à ce sujet notre article : Ce dont Dieu a accordé la capacité à telle catégorie (جنس) de Ses créatures et pas à telle autre, et ce dont Il n'a accordé la capacité à aucune créature... Il y a les capacités de : l'homme ; le djinn ; les éléments physiques naturels ; les anges ; Dieu Seul - ما أقدر الله به هذا الجنس من مخلوقاته، دون ذلك؛ وما لم يقدر به جنسًا من مخلوقاته

Simplement, les événements peuvent s'enchaîner de façon telle qu'ils vont dans le sens de la réussite temporelle d'une personne (laquelle réussit dans ce qu'elle entreprend), alors que l'homme qui lui vouait de l'inimité échoue pour sa part à lui causer du tort.
Ou bien les événements peuvent s'enchaîner de façon telle qu'ils vont à l'encontre des intérêts et désirs de cette personne (laquelle se retrouve prise dans des difficultés et échoue dans ce qu'elle voulait réussir), tandis que son ennemi réussit à causer son échec.
Car c'est Dieu qui gère toute chose : Primo) Ce que Dieu a créé de Sa Main - Secundo) Ce que Dieu a fait (ou fait, ou fera) se réaliser par Sa Parole "Sois !" - Tertio) Ce que Dieu charge des Anges de faire se réaliser - Quarto) Ce qui se réalise lui aussi selon la Volonté Takwînî de Dieu, mais par le biais des causes naturelles que Dieu a créées et qu'Il gère - Quinto) L'action humaine, qui se réalise par la Volonté de Dieu et par le choix de l'homme.

Extrait d'un autre article (Dieu a conféré à chaque chose une essence (طبيعة) et des caractéristiques (خواصّ). Et il existe une réelle causalité (سببية) entre les choses de ce monde : telle cause (سبب) entraîne tel effet (مُسبَّب), et possède donc une réelle incidence (تأثير)) :

Dieu a créé le feu avec la propriété qu'il brûle. Cette causalité est due à un Amr ullâh at-Takwînî général, donné au feu de brûler.
-
Et, à chaque fois que le feu est en contact avec un combustible, il brûle par
une
Idhn ullâh at-Takwînî habituelle. Exactement comme "le bon pays : sa plante sort avec la Permission de son Seigneur" (Coran 7/57-58).
-
Pourquoi encore une
Idhn ullâh ? Le Amr ullâh de brûler ne suffit-il pas ?
Il y a encore besoin d'une
Idhn ullâh parce que d'une part rien ne se déroule sans que Dieu l'ait voulu (Irâda Takwîniyya). Et cela d'autre part parce que Dieu aurait pu :
----- faire intervenir des Causes qui sont créées et sont normales, pour faire qu'il y ait empêchement de l'inflammation : soit de l'eau ; soit un fort vent ; soit un jet de sable sur le feu ; etc.
----- ou faire intervenir, de façon inhabituelle, des causes qui sont créées (comme les Anges) pour faire que l'inflammation soit empêchée par leur effet ;
----- ou bien intervenir par Sa Parole "Sois !" pour suspendre l'effet du feu (comme Il l'a fait pour le feu dans lequel Abraham allait tomber).

-
C'est une fois qu'on a compris cela qu'on peut aborder la question de l'Aide de Dieu...

-

II) Il y a ici 3 choses : A) "le fait que Dieu contre-carre le projet de quelqu'un, empêchant par quelque chose de particulier la réalisation de celui-ci" ; B) "le fait que Dieu n'apporte pas (soit pas à l'instant présent, soit pas du tout) Son Aide Particulière à quelqu'un" ; C) "le fait que Dieu apporte Son Aide particulière à quelqu'un" :

A) "كيد الله على الشخص" : A un extrême il existe le cas où Dieu contre-carre toute possibilité, pour une personne donnée, de réussir ce qu'elle projetait et entreprenait dans un Domaine particulier : c'est une sorte d'Aide particulière Inversée : Dieu fait intervenir des éléments de façon exceptionnelle pour contrer ce que cette personne voulait entreprendre, et ce parce qu'Il est Mécontent d'elle :

C'est ce que Dieu a fait avec l'armée de l'abyssinien Abraha, venu avec un éléphant détruire la Kaaba : "أَلَمْ تَرَ كَيْفَ فَعَلَ رَبُّكَ بِأَصْحَابِ الْفِيلِ أَلَمْ يَجْعَلْ كَيْدَهُمْ فِي تَضْلِيلٍ وَأَرْسَلَ عَلَيْهِمْ طَيْرًا أَبَابِيلَ تَرْمِيهِم بِحِجَارَةٍ مِّن سِجِّيلٍ  فَجَعَلَهُمْ كَعَصْفٍ مَّأْكُولٍ" : "N'as-tu pas vu comment ton Pourvoyeur a fait avec les gens de l'Eléphant ? N'a-t-Il pas mis leur ruse dans un échec ? Il a envoyé contre eux des oiseaux par nuées leur lançant des pierres d'argile dure. Il les a rendus comme la paille mâchée" (Coran 105/1-5).

Il est à noter que les djinns kâfir peuvent eux aussi apporter une assistance (relevant de leurs capacités naturelles) à ceux qui leur rendent le culte. Cependant, Dieu peut intervenir dans ce cadre (A), et contrecarrer leur aide, dont l'effet se trouve alors réduit à néant. Il peut aussi apporter une Aide (C) aux croyants dont les ennemis bénéficiaient jusqu'alors de cette assistance de ces djinns ; voyant la manifestation de cette Aide de Dieu, ces djinns s'enfuient alors : "وَإِذْ زَيَّنَ لَهُمُ الشَّيْطَانُ أَعْمَالَهُمْ وَقَالَ لَا غَالِبَ لَكُمُ الْيَوْمَ مِنَ النَّاسِ وَإِنِّي جَارٌ لَّكُمْ فَلَمَّا تَرَاءَتِ الْفِئَتَانِ نَكَصَ عَلَىٰ عَقِبَيْهِ وَقَالَ إِنِّي بَرِيءٌ مِّنكُمْ إِنِّي أَرَىٰ مَا لَا تَرَوْنَ إِنِّي أَخَافُ اللَّهَ وَاللَّهُ شَدِيدُ الْعِقَابِ" (Coran 8/48). Quant au verset qui dit que ceux à qui (des polythéistes) rendent le culte ne peuvent leur apporter aucune aide, ni ne peuvent s'aider eux-mêmes : "أَيُشْرِكُونَ مَا لاَ يَخْلُقُ شَيْئاً وَهُمْ يُخْلَقُونَ وَلاَ يَسْتَطِيعُونَ لَهُمْ نَصْرًا وَلاَ أَنفُسَهُمْ يَنصُرُونَ وَإِن تَدْعُوهُمْ إِلَى الْهُدَى لاَ يَتَّبِعُوكُمْ سَوَاء عَلَيْكُمْ أَدَعَوْتُمُوهُمْ أَمْ أَنتُمْ صَامِتُونَ إِنَّ الَّذِينَ تَدْعُونَ مِن دُونِ اللّهِ عِبَادٌ أَمْثَالُكُمْ فَادْعُوهُمْ فَلْيَسْتَجِيبُواْ لَكُمْ إِن كُنتُمْ صَادِقِينَ أَلَهُمْ أَرْجُلٌ يَمْشُونَ بِهَا أَمْ لَهُمْ أَيْدٍ يَبْطِشُونَ بِهَا أَمْ لَهُمْ أَعْيُنٌ يُبْصِرُونَ بِهَا أَمْ لَهُمْ آذَانٌ يَسْمَعُونَ بِهَا قُلِ ادْعُواْ شُرَكَاءكُمْ ثُمَّ كِيدُونِ فَلاَ تُنظِرُونِ إِنَّ وَلِيِّيَ اللّهُ الَّذِي نَزَّلَ الْكِتَابَ وَهُوَ يَتَوَلَّى الصَّالِحِينَ وَالَّذِينَ تَدْعُونَ مِن دُونِهِ لاَ يَسْتَطِيعُونَ نَصْرَكُمْ وَلآ أَنفُسَهُمْ يَنْصُرُونَ وَإِن تَدْعُوهُمْ إِلَى الْهُدَى لاَ يَسْمَعُواْ وَتَرَاهُمْ يَنظُرُونَ إِلَيْكَ وَهُمْ لاَ يُبْصِرُونَ" (Coran 7/191-198), apparemment il parle des éléments naturels auxquels des hommes rendent le culte, et non pas des djinns kâfir sur lesquels leur culte "tombe" alors.

-

B) "عدم نصر الله للشخص" : Ensuite, il y a le cas où Dieu ni ne contre-carre les aptitudes naturelles d'une personne donnée (comme c'était le cas en A), ni n'apporte d'aide particulière à cette personne dans un Domaine précis (comme ce sera le cas en C) :

Il existe ensuite ici 2 classifications.

Selon la première : 
–--- B.1) soit la personne connaît des difficultés extérieures particulières (que Dieu crée par Sa Volonté, mais en faisant intervenir des éléments courants de l'univers, comme exposé en I ; cela revient aux type 3 et 2 dans notre autre article parlant des différents types de malheurs qui touchent l'homme ici-bas ; et cela avec l'un des trois premiers objectifs mentionnés dans ce même autre article) ;
–--- B.2) soit la personne ne connaît pas de difficultés extérieures particulières (Dieu n'ayant pas décidé d'en susciter sur elle).

Selon la seconde classification :
–--- B.a) soit (dans le fait de faire face au malheur qui nous touche, ou dans le fait de réaliser le projet qu'on a), il s'agit d'une non-assistance de la part de Dieu, mais qui n'est pas due à un Mécontentement de Sa part : "تأخر نصر الله عن الشخص" ;
–--- B.b) soit il s'agit d'une non-assistance, de la part de Dieu, motivée par un Mécontentement de Sa part : il s'agit d'une sorte de délaissement, d'une sorte d'abandon : "خذل الله الشخص" (en effet, "المخذول: المتروك لا يعبأ به" : Tafsîr ul-Qurtubî) : 
–------ B.b.a) soit il s'agit d'un délaissement permanent : "خذل الله الدائم" ;
–------ B.b.b) soit il s'agit d'un délaissement momentané, dû à une Kabîra qui n'est pas du Kufr Akbar : "خذل الله المؤقت".

Le croisement entre ces deux classifications nous donne plusieurs combinaisons, dont voici quelques exemples...

–--- B.1.a) "Difficultés extérieures, avec absence momentanée d'Aide de la part de Dieu" : Dieu ne contrecarre pas ce que l'ennemi de la personne lui fait subir (pas de A contre l'ennemi de cette personne), ce qui fait que cette personne se trouve dans le B.1 (dans des difficultés) ; cependant, cette personne est aussi dans le "B.a" (ce n'est pas par Mécontentement pour ce qu'elle fait que Dieu ne l'aide pas : l'Aide viendra ultérieurement ; ce délai est dû à la réalité des sociétés sur Terre ; et il a pour avantage de tester la solidité de la foi de cette personne croyante).
Toutes les communautés naissantes des prophètes de Dieu sont passées par cette étape : "أَمْ حَسِبْتُمْ أَن تَدْخُلُواْ الْجَنَّةَ وَلَمَّا يَأْتِكُم مَّثَلُ الَّذِينَ خَلَوْاْ مِن قَبْلِكُم مَّسَّتْهُمُ الْبَأْسَاء وَالضَّرَّاء وَزُلْزِلُواْ حَتَّى يَقُولَ الرَّسُولُ وَالَّذِينَ آمَنُواْ مَعَهُ مَتَى نَصْرُ اللّهِ أَلا إِنَّ نَصْرَ اللّهِ قَرِيبٌ""Ou bien aviez-vous pensé que vous entreriez au paradis alors que ne vous est pas encore venue chose semblable à (ce qui est venu aux) gens qui sont passés avant vous ? Le malheur et la difficulté les ont touchés, et ils ont été secoués, jusqu'à ce que le messager et ceux qui avaient apporté foi avec lui disent : "Quand viendra l'Aide de Dieu ?" Ecoutez : vraiment l'Aide de Dieu est proche" (Coran 2/214). Alors que le Prophète (sur lui soit la paix) était assis, enveloppé dans un manteau dans l'ombre de la Kaaba, des Compagnons vinrent le trouver et se plaignirent à lui de ce que les polythéistes de la Mecque leur faisaient subir de persécutions. "Ne demandes-tu donc pas l'aide de Dieu pour nous ? Ne fais-tu pas des invocations pour nous ?" lui dirent-ils. Le Prophète commença par rappeler que des croyants de communautés antérieures avaient subi des épreuves plus grandes encore que les leurs et qu'ils avaient su rester patients et constants sur leur Dîn. Puis il leur annonça qu'un jour arriverait où le voyageur [musulman ou non] pourrait circuler librement dans toute l'Arabie, en n'ayant plus rien à craindre de la part d'un humain : "Par Dieu, Dieu fera se réaliser cette affaire, jusqu'à ce que le voyageur circulera de Sanaa jusqu'à Hadramaout n'ayant à craindre que Dieu, et le loup pour son troupeau. Mais vous êtes trop pressés" : "عن خبَّابِ بن الأرتِّ قال: "شكَوْنا إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم وهو متوسِّدٌ بردةً له في ظل الكعبة، قلنا له: "ألا تستنصرُ لنا، ألا تدعو الله لنا؟" قال: "كان الرجل في من قبلكم يحفر له في الأرض، فيجعل فيه، فيُجاء بالمنشار، فيُوضَع على رأسِه، فيُشقُّ باثنتين، وما يصدُّه ذلك عن دينِه، ويمشط بأمشاط الحديد ما دون لحمِه من عَظْم أو عصَب، وما يصدُّه ذلك عن دينِه. والله ليُتمنَّ هذا الأمرَ حتى يسيرَ الراكبُ من صنعاء إلى حضرموت لا يخاف إلا اللهَ أو الذئب على غنمِه، ولكنكم تستعجلون" (al-Bukhârî, 3416, 3639, 6544).

-
–--- B.1.b) "الخذل من الله" : Une non-assistance de la part de Dieu par rapport à une croyance ou une action mauvaise.
A l'époque du prophète Muhammad (sur lui soit la paix), à Uhud (en l'an 3 de l'hégire), suite à une Khata' de la part de 40 des 50 musulmans placés par le Prophète sur un monticule, Dieu cessa d'assister (B.1.b.b) les croyants (un total de 700 présents sur le champ de bataille), alors qu'Il était en train de le faire. Il n'y eut plus, alors, d'Aide pour aucun camp (sauf pour la personne du Prophète, sur lui soit la paix : deux anges vinrent combattre sous forme humaine à ses côtés, pour le protéger : al-Bukhârî, 3828). Dès lors, les événements se déroulèrent selon les seules capacités humaines en présence (voir le point I) (avec le Idhn ullâh at-Takwînî) : le grand stratège Khâlid ibn ul-Walîd (alors encore polythéiste) remarqua une faille sur le fameux monticule, se faufila jusque là, et abattit les 10 personnes y étant demeurées. Les Mecquois, profitant de l'effet de surprise et étant en plus grand nombre, l'emportèrent alors.
Dans le long passage parlant de cette défaite des musulmans à Uhud, Dieu dit : "إِن يَنصُرْكُمُ اللّهُ فَلاَ غَالِبَ لَكُمْ وَإِن يَخْذُلْكُمْ فَمَن ذَا الَّذِي يَنصُرُكُم مِّن بَعْدِهِ وَعَلَى اللّهِ فَلْيَتَوَكِّلِ الْمُؤْمِنُونَ" : "Si Dieu vous aide, alors il n'y a personne pour vous vaincre. Et s'Il vous abandonne, alors qui vous aiderait après Lui ? Et qu'à Dieu s'en remettent les croyants" (Coran 3/160) : on retrouve ici les deux termes :
--- "la non-assistance" (khadhl) (le B.b) ;
--- "l'aide" (nasr) (le C).

-
–--- B.2.b) "الاستدراج من الله" : La personne est dans le "B.b" (Dieu ne l'aide pas - elle ne bénéficie pas de C -, et ce par Mécontentement de la part de Dieu pour ce qu'elle fait), mais elle est aussi dans le "B.2" (elle n'a pas de difficultés particulières : Dieu ne contrecarre pas ses plans et ses aptitudes naturelles - pas de A -, ni n'envoie de difficultés particulières sur elle - pas de B.1 -).
Ce cas est évoqué dans ce hadîth : "عن عقبة بن عامر أن النبي - صلى الله عليه وسلم - قال: "إذا رأيتَ اللهَ يُعطِي العبدَ من الدنيا على معاصيه ما يحب، فإنما هو استدراجٌ"، ثم تلا رسول الله صل الله عليه وسلم قوله تعالى: {فَلَمَّا نَسُواْ مَا ذُكِّرُواْ بِهِ فَتَحْنَا عَلَيْهِمْ أَبْوَابَ كُلِّ شَيْءٍ حَتَّى إِذَا فَرِحُواْ بِمَا أُوتُواْ أَخَذْنَاهُم بَغْتَةً فَإِذَا هُم مُّبْلِسُونَ" : "Lorsque tu vois que Dieu donne à l'homme, malgré ses péchés, ce qu'il aime de ce monde, alors cela n'est qu'une conduite graduelle (à la perte)" (Ahmad : As-Silsilat us-sahîha, n° 423).
Ce terme "استدراج" ("conduite graduelle") est présent dans deux passages coraniques, où à chaque fois il est accompagné du terme "إملاء", pour : "délai" : "وَالَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا سَـنَسْتَدْرِجُهُمْ مِّنْ حَيْثُ لَا يَعْلَمُونَ وَأُمْلِي لَهُمْ إِنَّ كَيْدِي مَتِينٌ" (Coran 7/182-183) ; "فَذَرْنِي وَمَن يُكَذِّبُ بِهَٰذَا الْحَدِيثِ سَـنَسْتَدْرِجُهُمْ مِّنْ حَيْثُ لَا يَعْلَمُونَ وَأُمْلِي لَهُمْ إِنَّ كَيْدِي مَتِينٌ" (Coran 68/44-45) : "... Nous allons bientôt les mener graduellement (à leur perte), de là où ils ne savent pas ; et Je leur donne un délai... ".
Le moyen par lequel ce cas se produit est évoqué dans deux passages coraniques : "وَلَقَدْ أَرْسَلنَآ إِلَى أُمَمٍ مِّن قَبْلِكَ فَأَخَذْنَاهُمْ بِالْبَأْسَاء وَالضَّرَّاء لَعَلَّهُمْ يَتَضَرَّعُونَ فَلَوْلا إِذْ جَاءهُمْ بَأْسُنَا تَضَرَّعُواْ وَلَكِن قَسَتْ قُلُوبُهُمْ وَزَيَّنَ لَهُمُ الشَّيْطَانُ مَا كَانُواْ يَعْمَلُونَ. فَلَمَّا نَسُواْ مَا ذُكِّرُواْ بِهِ فَتَحْنَا عَلَيْهِمْ أَبْوَابَ كُلِّ شَيْءٍ حَتَّى إِذَا فَرِحُواْ بِمَا أُوتُواْ أَخَذْنَاهُم بَغْتَةً فَإِذَا هُم مُّبْلِسُونَ" : "(...) Et Nous avions dépêché avant toi (des messagers) à des communautés. Alors [lorsque les gens de ces communautés refusèrent de croire en ces messagers], Nous les saisîmes par le malheur et la difficulté, afin qu'ils reviennent. Pourquoi donc, lorsque Notre rigueur leur vint, n'implorèrent-ils pas ! Mais leur coeurs s'endurcirent, et le Diable leur avait enjolivé ce qu'ils faisaient. Alors, lorsqu'ils oublièrent ce par quoi le rappel leur avait été fait, Nous ouvrîmes sur eux les portes de toute chose. Jusqu'à ce que, lorsqu'ils s'enorgueillirent de ce qui leur eut été donné, Nous les saisîmes soudainement ; voilà qu'ils sont alors désespérés" (Coran 6/42-44) ; "وَمَا أَرْسَلْنَا فِي قَرْيَةٍ مِّن نَّبِيٍّ إِلاَّ أَخَذْنَا أَهْلَهَا بِالْبَأْسَاء وَالضَّرَّاء لَعَلَّهُمْ يَضَّرَّعُونَ. ثُمَّ بَدَّلْنَا مَكَانَ السَّيِّئَةِ الْحَسَنَةَ حَتَّى عَفَواْ وَّقَالُواْ قَدْ مَسَّ آبَاءنَا الضَّرَّاء وَالسَّرَّاء فَأَخَذْنَاهُم بَغْتَةً وَهُمْ لاَ يَشْعُرُونَ" (Coran 7/94-95).

-

C) "نصر الله للشخص" : A l'autre extrême il y a l'Aide particulière de Dieu, qu'Il accorde à une personne dans (au moins) un Domaine précis, et ce parce qu'Il est Content de cette personne dans la globalité de ce qu'elle fait (ou au moins parce qu'Il est content d'une certaine action précise que cette personne fait) :

Il faut ici noter que ce qui permet de distinguer le cas relevant du B.2.b (Istid'râj) et le cas relevant de ce C (l'Aide de Dieu), c'est premièrement la nature des croyances et des actions que la personne fait :
--- une étude approfondie et honnête des arguments des uns et des autres permet de distinguer cela ;
--- ensuite, c'est la finale qui révélera cela dans le réel (al-khârij) : "فَاصْبِرْ إِنَّ الْعَاقِبَةَ لِلْمُتَّقِينَ" : "Aussi, sois patient : la finale reviendra aux pieux" (Coran 11/49).
(Il faut noter que, comme nous le verrons plus bas au point VI, il peut arriver qu'un Kâfir bénéficie d'une Aide de Dieu dans un domaine précis, à cause d'une action particulière qu'il fait par ailleurs ; cependant, il ne bénéficie jamais d'une Aide de Dieu dans sa confrontation avec un Mu'min : il peut l'emporter sur ce dernier à cause d'autres facteurs temporels, mais pas à cause d'une Aide Particulière de Dieu.)

"وَمَا أَرْسَلْنَا مِن قَبْلِكَ إِلاَّ رِجَالاً نُّوحِي إِلَيْهِم مِّنْ أَهْلِ الْقُرَى أَفَلَمْ يَسِيرُواْ فِي الأَرْضِ فَيَنظُرُواْ كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الَّذِينَ مِن قَبْلِهِمْ وَلَدَارُ الآخِرَةِ خَيْرٌ لِّلَّذِينَ اتَّقَواْ أَفَلاَ تَعْقِلُونَ حَتَّى إِذَا اسْتَيْأَسَ الرُّسُلُ وَظَنُّواْ أَنَّهُمْ قَدْ كُذِبُواْ جَاءهُمْ نَصْرُنَا فَنُجِّيَ مَن نَّشَاء وَلاَ يُرَدُّ بَأْسُنَا عَنِ الْقَوْمِ الْمُجْرِمِينَ" : "Et Nous n'avons dépêché avant toi que des hommes à qui Nous avons fait la révélation, parmi les gens des cités. (Ces incroyants) n'ont-ils donc pas parcouru la Terre puis regardé comment a été la finale de ceux qui étaient avant eux ? La Demeure de la (vie) dernière est meilleure (encore) pour ceux qui sont devenus pieux. Ne raisonnent-ils donc pas ? Jusqu'à ce que, lorsque les messagers ont eu l'apparence de se désespérer et ont pensé qu'on leur a menti, Notre Aide leur est venue. Alors ceux dont Nous l'avons voulu ont été sauvés. Et Notre rigueur n'est pas retournée par rapport aux fautifs" (Coran 12/109-110).

A la fin de la mission du prophète Muhammad (sur lui soit la paix), Dieu lui dit ceci : "إِذَا جَاء نَصْرُ اللَّهِ وَالْفَتْحُ وَرَأَيْتَ النَّاسَ يَدْخُلُونَ فِي دِينِ اللَّهِ أَفْوَاجًا فَسَبِّحْ بِحَمْدِ رَبِّكَ وَاسْتَغْفِرْهُ إِنَّهُ كَانَ تَوَّابًا" : "Lorsque vient l'aide de Dieu et la victoire [sur la cité de La Mecque], et que tu vois les hommes entrer par groupes entiers dans le Dîn de Dieu, alors [sache que ta mission est accomplie et que ton retour est proche ; aussi] proclame la Pureté de ton Seigneur avec Sa Louange, et demande-Lui Pardon, Il est Pardonnant" (Coran 110/1-3). 

Dans un premier temps, les pieux subissent des épreuves (B.1.a).
Il se peut qu'ensuite ceux qui s'opposaient à eux connaissent à leur tour certaines difficultés (B.1.b), bien que les pieux ne soient toujours pas délivrés de leur oppression (B.1.a). Ensuite, parfois il arrive que ces opposants impies connaissent une réussite sur le plan temporel (il s'agit du cas B.2.b).
Cependant, à la fin, l'Aide de Dieu (C) vient pour les pieux, tandis que leurs opposants demeurent (comme au début) privés de toute Aide de Dieu (B.b), voire qu'ils connaissent une obstruction exceptionnelle, de la part de Dieu, à leur plan (A).

-

III) L'Aide de Dieu Particulière (C) est de plusieurs types :

--- C.1) "l'Aide de Dieu Particulière qui demeure malgré tout dans l'ordre de l'habituel" ; 
--- et C.2) "l'Aide de Dieu qui est d'ordre inhabituel : de l'ordre de l'exceptionnel". Ensuite, cet "exceptionnel" (C.2) est de deux sous-types :
----- C.2.1) "exceptionnel tout en demeurant à l'intérieur des lois de la nature" (catégorie "z" dans notre article traitant des prodiges) ;
----- C.2.2) "contraire aux lois de la nature".

Dans ce passage : "وَإِن جَنَحُوا لِلسَّلْمِ فَاجْنَحْ لَهَا وَتَوَكَّلْ عَلَى اللَّهِ إِنَّهُ هُوَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ وَإِن يُرِيدُوا أَن يَخْدَعُوكَ فَإِنَّ حَسْبَكَ اللَّهُ هُوَ الَّذِي أَيَّدَكَ بِنَصْرِهِ وَبِالْمُؤْمِنِينَ وَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِهِمْ لَوْ أَنفَقْتَ مَا فِي الْأَرْضِ جَمِيعًا مَّا أَلَّفْتَ بَيْنَ قُلُوبِهِمْ وَلَٰكِنَّ اللَّهَ أَلَّفَ بَيْنَهُمْ إِنَّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ" (Coran 8/61-64), Dieu expose que si un groupe (= une cité) incline vers la paix, il s'agit pour le Prophète à Médine d'incliner lui aussi vers elle ; si ce groupe ne veut qu'induire en erreur le Prophète pour le trahir ensuite, eh bien Dieu lui sera suffisant, comme Il l'a toujours été. D'ailleurs, c'est Lui qui a apporté Son assistance au Prophète par "Son Aide et par les Croyants" - il s'agit des Ansâr, les Auxiliaires, dont Il a rassemblé les coeurs après qu'ils soient restés pendant des décennies divisés et sujets à des vendettas interminables.
J'attire votre attention ici sur cette phrase : "Il est Celui qui t'a assisté par Son Aide et par les Croyants" : "هُوَ الَّذِي أَيَّدَكَ بِنَصْرِهِ وَبِالْمُؤْمِنِينَ" ; sachant que toute assistance n'est qu'"Aide de Dieu", pourquoi donc les deux ont été distingués ici ?
L'explication est que :
--- par les termes : "par Son Aide", Dieu évoque ici : "l'Aide qu'Il a apportée sans cause temporelle" (C.2.2), comme par exemple la descente des anges à Badr ;
--- et par les termes : "par les Croyants", Il évoque ici : "l'Aide qu'Il a apportée par une cause temporelle : celle du groupe des Ansâr" : cela a quand même été exceptionnel (C.2.1), dû à une Aide de Dieu, car, comme le dit la suite du verset, un humain n'aurait par ses seules aptitudes pas pu unir ces deux confédérations de tribus, Aws et Khaz'raj, jusqu'alors constamment en guerre.
Ar-Râzî a formulé tout cela ainsi : "فإن قيل: لما قال: {هو الذي أيدك بنصره}، فأي حاجة - مع نصره - إلى المؤمنين، حتى قال: {وبالمؤمنين} ؟ قلنا: التأييد ليس إلا من الله، لكنه على قسمين: أحدهما: ما يحصل من غير واسطة أسباب معلومة معتادة؛ والثاني: ما يحصل بواسطة أسباب معلومة معتادة. فالأول هو المراد من قوله {أيدك بنصرهوالثاني هو المراد من قوله {وبالمؤمنين" (Tafsîr ur-Râzî).

-
Quelques exemples d'Aide de Dieu de type C.1 (particulière mais demeurant malgré tout dans l'ordre de l'habituel) :

--- "اتقوا دعوة المظلوم، فإنها تحمل على الغمام، يقول الله جل جلاله: وعزتي وجلالي لأنصرنك ولو بعد حين" : "Préservez-vous de l'invocation de celui contre qui l'injustice est faite, car (cette invocation) est portée au-dessus du nuage ; Dieu dit : "Par Ma Puissance et Ma Majesté, Je t'aiderai assurément, fût-ce après un moment"" (Silsilat ul-ahâdîth is-sahîha, n° 870, hassan d'après al-Albânî).

--- "وَمَن قُتِلَ مَظْلُومًا فَقَدْ جَعَلْنَا لِوَلِيِّهِ سُلْطَانًا فَلاَ يُسْرِف فِّي الْقَتْلِ إِنَّهُ كَانَ مَنْصُورًا" : "Il est aidé" (Coran 17/33) : d'après l'un des commentaires, cette dernière phrase parle du parent de la victime : "وقوله: { إنه كان منصورا} أي إن الولي منصور على القاتل شرعاً وقدراً" (Tafsîr Ibn Kathîr) ; il peut également s'agir de la victime elle-même (cf. Tafsîr ul-Baghawî). "ذَلِكَ وَمَنْ عَاقَبَ بِمِثْلِ مَا عُوقِبَ بِهِ ثُمَّ بُغِيَ عَلَيْهِ لَيَنصُرَنَّهُ اللَّهُ إِنَّ اللَّهَ لَعَفُوٌّ غَفُورٌ" : "Cela. Et celui qui sanctionne de façon semblable à ce qui lui a été infligé, ensuite une injustice est commise contre lui, Dieu l'aidera assurément. Dieu, est, certes, Effaçant, Pardonnant" (Coran  22/60) : dans Tafsîr ul-Wâhidî, cela est présenté comme une règle générale (alors que dans bien d'autres Commentaires, cela est présenté comme parlant des musulmans que des polythéistes de l'époque avaient attaqués).

--- "عن عبد الله بن أبي أوفى قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "إن الله مع القاضي ما لم يجر، فإذا جار تخلى عنه ولزمه الشيطان" : "Dieu est avec le juge tant qu'il ne (rend pas de jugement) injuste. S'il (rend un jugement) injuste, Dieu Se sépare de lui, et le Diable se met à demeurer avec lui" (at-Tirmidhî, 1330).

--- "يد الله مع الجماعة" : "L'Aide de Dieu est avec la Jamâ'ah" (at-Tirmidhî, 2166). 

-
Quelques exemples d'Aide de Dieu de type C.2.1 (exceptionnelle mais ne sortant pas du cadre des lois de la nature), accordée à des prophètes :

--- C'est le fait que, 2 années avant la première conversion d'habitants de Yathrib à l'islam, une grande bataille a eu lieu entre eux, c'est cela qui a entraîné que le Prophète (sur lui soit la paix) n'a pas connu de la part de ses notables une opposition aussi farouche que celle qu'il a connue à La Mecque : cette bataille, dite de Bu'âth, a causé la mort de la grande majorité des grands notables de Yathrib. Aïcha dit : "L'événement de Bu'âth a été un événement que Dieu a fait se passer pour le bénéfice de Son Messager (que Dieu l'élève et le salue)" : "عن عائشة رضي الله عنها، قالت: "كان يوم بعاث يوما قدمه الله لرسوله صلى الله عليه وسلم. فقدم رسول الله صلى الله عليه وسلم وقد افترق ملؤهم وقتلت سرواتهم وجرحوا. فقدمه الله لرسوله صلى الله عليه وسلم في دخولهم في الإسلام" (al-Bukhârî, 3566).

--- Un vent considérable a soufflé contre les ennemis du prophète Muhammad (sur lui soit la paix) et de ses Compagnons à al-Ahzâb : ce vent glacial les gênait considérablement, et les a, finalement, démoralisés : "يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اذْكُرُوا نِعْمَةَ اللَّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ جَاءتْكُمْ جُنُودٌ فَأَرْسَلْنَا عَلَيْهِمْ رِيحًا وَجُنُودًا لَّمْ تَرَوْهَا وَكَانَ اللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرًا" (Coran 33/9).

--- C'est une invocation du prophète Muhammad (sur lui soit la paix) que Dieu a exaucée et fait immédiatement pleuvoir, puis, une semaine pluvieuse plus tard, c'est une autre invocation de sa part que Dieu a de nouveau exaucée et fait immédiatement arrêter de pleuvoir : "عن أنس رضي الله عنه، أن رجلا جاء إلى النبي صلى الله عليه وسلم يوم الجمعة، وهو يخطب بالمدينة، فقال: قحط المطر، فاستسق ربك. فنظر إلى السماء وما نرى من سحاب، فاستسقى. فنشأ السحاب بعضه إلى بعض، ثم مطروا حتى سالت مثاعب المدينة. فما زالت إلى الجمعة المقبلة ما تقلع. ثم قام ذلك الرجل أو غيره، والنبي صلى الله عليه وسلم يخطب، فقال: غرقنا، فادع ربك يحبسها عنا، فضحك ثم قال: "اللهم حوالينا ولا علينا" مرتين أو ثلاثا. فجعل السحاب يتصدع عن المدينة يمينا وشمالا، يمطر ما حوالينا ولا يمطر منها شيء. يريهم الله كرامة نبيه صلى الله عليه وسلم وإجابة دعوته" (al-Bukhârî, 5742). Du point de vue de l'humain, ce prodige relève de la Catégorie z citée dans notre article sur les prodiges : ce n'est pas immédiatement suite au souhait d'un homme que la pluie commence et s'arrête, bien que cela ne constitue pas quelque chose d'impossible.

--- C'est le fait que les Quraysh ont décidé d'apporter une aide au combat que les Banû Bakr (leurs alliés) s'étaient remis à mener contre les Khuzâ'a (alliés du Prophète) qui a constitué une aide au Prophète (sur lui soit la paix) dans sa volonté de conquérir La Mecque et de pouvoir rendre alors la Kaaba au culte de Dieu l'Unique. En effet, cela a constitué une violation des clauses du traité de al-Hudaybiya, ce qui a entraîné la Conquête de La Mecque. Cette conquête a elle-même entraîné la conversion en masse d'arabes à l'islam (comme l'a relaté 'Amr ibn Salima).

-
Quelques exemples d'Aide de Dieu de type C.2.2 (contraire aux lois de la nature), accordée à des prophètes :

----- Dieu rappellera à Jésus le jour du Jugement : "(...) et lorsque Je t'ai assisté par l'Esprit de Sainteté [= Gabriel] (...)" : "إِذْ قَالَ اللّهُ يَا عِيسى ابْنَ مَرْيَمَ اذْكُرْ نِعْمَتِي عَلَيْكَ وَعَلَى وَالِدَتِكَ إِذْ أَيَّدتُّكَ بِرُوحِ الْقُدُسِ تُكَلِّمُ النَّاسَ فِي الْمَهْدِ وَكَهْلاً و" (Coran 5/110). "Et Nous l'avons assisté par l'Esprit de Sainteté" : "وَأَيَّدْنَاهُ بِرُوحِ الْقُدُسِ" (Coran 2/87 ; 2/253). Bien que ce soient de nombreux prophètes que Dieu a aidés par le moyen de l'Ange Gabriel (at-Tahrîr wa-t-Tanwîr), l'aide que ce dernier a été chargé de fournir à Jésus eut lieu de façon particulièrement continue et soutenue ; d'où ce propos dans le Coran ("وتأييد عيسى بجبريل عليهما السلام أنه أمر أن يسير معه حيث سار، حتى صعد به الله إلى السماء" : Tafsîr ul-Baghawî ; "ورابعها: وهو أن اختصاص عيسى بجبريل عليهما السلام من آكد وجوه الاختصاص بحيث لم يكن لأحد من الأنبياء عليهم السلام مثل ذلك؛ لأنه هو الذي بشر مريم بولادتها، وإنما ولد عيسى عليه السلام من نفخة جبريل عليه السلام، وهو الذي رباه في جميع الأحوال، وكان يسير معه حيث سار، وكان معه حين صعد إلى السماء" : Tafsîr ur-Râzî).

----- Des anges sont venus s'interposer directement face à Abû Jahl qui s'était avancé pour piétiner le cou du prophète Muhammad (que Dieu l'élève et le salue) pendant que celui-ci était prosterné : "عن أبي هريرة، قال: قال أبو جهل: "هل يعفر محمد وجهه بين أظهركم؟" قال: فقيل: نعم. فقال: "واللات والعزى لئن رأيته يفعل ذلك لأطأن على رقبته، أو لأعفرن وجهه في التراب." قال: فأتى رسول الله صلى الله عليه وسلم وهو يصلي، زعم ليطأ على رقبته. قال: فما فجئهم منه إلا وهو ينكص على عقبيه ويتقي بيديه. قال: فقيل له: ما لك؟ فقال: "إن بيني وبينه لخندقا من نار وهولا وأجنحة." فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "لو دنا مني، لاختطفته الملائكة عضوا عضوا" (Muslim, 2797).

----- Des Anges sont venus aider le prophète Muhammad (que Dieu l'élève et le salue) lors de son émigration depuis La Mecque ("إِلاَّ تَنصُرُوهُ فَقَدْ نَصَرَهُ اللّهُ إِذْ أَخْرَجَهُ الَّذِينَ كَفَرُواْ ثَانِيَ اثْنَيْنِ إِذْ هُمَا فِي الْغَارِ إِذْ يَقُولُ لِصَاحِبِهِ لاَ تَحْزَنْ إِنَّ اللّهَ مَعَنَا فَأَنزَلَ اللّهُ سَكِينَتَهُ عَلَيْهِ وَأَيَّدَهُ بِجُنُودٍ لَّمْ تَرَوْهَا وَجَعَلَ كَلِمَةَ الَّذِينَ كَفَرُواْ السُّفْلَى وَكَلِمَةُ اللّهِ هِيَ الْعُلْيَا وَاللّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ" : Coran 9/40).

----- Des Anges sont venus aider le prophète Muhammad (que Dieu l'élève et le salue) et ses Compagnons lors des batailles de Badr ("إِذْ تَسْتَغِيثُونَ رَبَّكُمْ فَاسْتَجَابَ لَكُمْ أَنِّي مُمِدُّكُم بِأَلْفٍ مِّنَ الْمَلآئِكَةِ مُرْدِفِينَ" : Coran 8/9-10), al-Ahzâb ("يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اذْكُرُوا نِعْمَةَ اللَّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ جَاءتْكُمْ جُنُودٌ فَأَرْسَلْنَا عَلَيْهِمْ رِيحًا وَجُنُودًا لَّمْ تَرَوْهَا وَكَانَ اللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرًا" : Coran 33/9), Hunayn ("ثُمَّ أَنَزلَ اللّهُ سَكِينَتَهُ عَلَى رَسُولِهِ وَعَلَى الْمُؤْمِنِينَ وَأَنزَلَ جُنُودًا لَّمْ تَرَوْهَا" : Coran 9/26). Après avoir exposé que Dieu avait promis aux musulmans de faire descendre tant d'anges pour les aider à Badr, Dieu rappelle que l'Aide ne provient que d'auprès de Lui ("وَمَا جَعَلَهُ اللّهُ إِلاَّ بُشْرَى وَلِتَطْمَئِنَّ بِهِ قُلُوبُكُمْ وَمَا النَّصْرُ إِلاَّ مِنْ عِندِ اللّهِ إِنَّ اللّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ") : cela signifie qu'il ne faut pas se reposer sur l'assistance des anges (encore moins les invoquer pour leur demander une aide), mais comprendre : primo qu'ils n'interviennent que par Ordre de Dieu ; secundo que Dieu peut accorder Son assistance par le moyen de créatures autres que des Anges, et même sans le moyen d'aucune créature ; tertio que l'assistance que les Anges apportent ne se fait qu'à la mesure que Dieu ordonne : si l'homme Lui désobéit, Il retire toute assistance (comme Il l'a fait à Uhud) ("قوله تعالي: {وما جعله الله} يعني هذا الوعد والمدد، {إلا بشرى لكم}، أي: بشارة لتستبشروا به ولتطمئن ولتسكن قلوبكم به فلا تجزعوا من كثرة عدوكم وقلة عددكم، {وما النصر إلا من عند الله العزيز الحكيم}، يعني: لا تحيلوا بالنصر على الملائكة والجند، فإن النصر من الله تعالى فاستعينوا به وتوكلوا عليه، فإن العز والحكم له" : Tafsîr ul-Baghawî) ("أي: وما جعل الله بعث الملائكة وإعلامه إياكم بهم إلا بشرى ولتطمئن به قلوبكم؛ وإلا فهو تعالى قادر على نصركم على أعدائكم بدون ذلك" : Tafsîr Ibn Kathîr).

-

IV) Un point à bien comprendre : On ne peut pas se contenter d'espérer l'Aide particulière de Dieu (C) tout en négligeant le recours aux causes temporelles qui primo) sont licites, et auxquelles secundo) il est nécessaire d'avoir recours :

Car il existe des causes dont Dieu Lui-même a rendu nécessaire aux humains d'y avoir recours, et ne pas seulement se reposer sur l'espoir en l'Aide de Dieu...

Si Dieu apporte Son Aide à ses amis (awliyâ'), ceux-ci doivent pourtant également avoir recours aux causes que Dieu leur a prescrites : et ces causes ne sont pas que les bonnes actions, elles sont aussi les causes matérielles.

--- Ainsi, le Prophète (sur lui soit la paix) a-t-il dit : "Celui qui (s'endort) la nuit sur le toit d'une maison, qui n'a pas de barrière, la protection est enlevée de lui" : "عن عبد الرحمن بن علي يعني ابن شيبان، عن أبيه، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "من بات على ظهر بيت ليس له حجار، فقد برئت منه الذمة" (Abû Dâoûd, 5041). "La protection est enlevée de lui" : d'après l'un des commentaires, il s'agit de la protection que Dieu accorde à chacun : cette protection n'est pas garantie dans certains cas, et notamment celui-ci, où cet homme a agi de façon inconsciente : "وقال في اللمعات: ومعنى براءة الذمة انقطاع عهد الله بالحفظ والكلاءة التي جعلها للعباد" (Badhl ul-Maj'hûd). "وأيضا فإن لكل من الناس عهدا من الله تعالى بالحفظ والكلأ، فإذا ألقى بيده إلى التهلكة، انقطع عنه" (Mirqât ul-mafâtîh).

--- "Celui qui s'endort alors que sur sa main il y a une odeur de gras, ne l'ayant pas lavée, puis que quelque (malheur) l'atteint, qu'il ne blâme que lui-même" : "عن أبي هريرة، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "من نام وفي يده غمر ولم يغسله، فأصابه شيء، فلا يلومن إلا نفسه" (at-Tirmidhî, 1860, Ibn Mâja, 3297, Abû Dâoûd, 3852 : c'est sa version qui a été reproduite ici).

--- Accompagnant le Prophète (sur lui soit la paix) chez Umm ul-Mundhir, et voyant que le Prophète s'était mis à manger quelque chose de grappes de dattes mi-mûres qui étaient suspendues, Alî se mit lui aussi à en manger. Mais le Prophète lui dit : "Non, non, Alî, tu es convalescent !" Umm ul-Mundhir ayant préparé un plat de blette et d'orge et le leur ayant présenté, le Prophète dit : "Alî, de cela mange, cela est plus convenable pour toi" : "عن أم المنذر قالت: دخل علي رسول الله صلى الله عليه وسلم ومعه علي ولنا دوال معلقة، قالت: فجعل رسول الله صلى الله عليه وسلم يأكل وعلي معه يأكل، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم لعلي: "مه مه يا علي، فإنك ناقه"، قال: فجلس علي والنبي صلى الله عليه وسلم يأكل، قالت: فجعلت لهم سلقا وشعيرا، فقال النبي صلى الله عليه وسلم: "يا علي، من هذا فأصب، فإنه أوفق لك" (at-Tirmidhî, 2037, Abû Dâoûd, 3856, hassan d'après al-Albânî).

--- Alors que le Prophète et ses Compagnons, à Médine, faisaient face à des ennemis déterminés à en finir avec eux, Dieu a maintes fois évoqué l'Aide qu'Il leur avait apporté ("وَلَقَدْ نَصَرَكُمُ اللّهُ بِبَدْرٍ وَأَنتُمْ أَذِلَّةٌ" : Coran 3/123) et qu'Il leur apportait toujours ("وَيَنصُرْكُمْ عَلَيْهِمْ" : Coran 9/14), sous condition qu'ils demeurent pieux ("يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ إِذَا لَقِيتُمْ فِئَةً فَاثْبُتُواْ وَاذْكُرُواْ اللّهَ كَثِيرًا لَّعَلَّكُمْ تُفْلَحُونَ وَأَطِيعُواْ اللّهَ وَرَسُولَهُ وَلاَ تَنَازَعُواْ فَتَفْشَلُواْ وَتَذْهَبَ رِيحُكُمْ وَاصْبِرُواْ إِنَّ اللّهَ مَعَ الصَّابِرِينَ" : Coran 8/45-46). Cependant, Il leur a, parallèlement, imposé de prendre leurs dispositions matérielles ("وَأَعِدُّواْ لَهُم مَّا اسْتَطَعْتُم مِّن قُوَّةٍ وَمِن رِّبَاطِ الْخَيْلِ تُرْهِبُونَ بِهِ عَدْوَّ اللّهِ وَعَدُوَّكُمْ وَآخَرِينَ مِن دُونِهِمْ لاَ تَعْلَمُونَهُمُ اللّهُ يَعْلَمُهُمْ وَمَا تُنفِقُواْ مِن شَيْءٍ فِي سَبِيلِ اللّهِ يُوَفَّ إِلَيْكُمْ وَأَنتُمْ لاَ تُظْلَمُونَ. وَإِن جَنَحُواْ لِلسَّلْمِ فَاجْنَحْ لَهَا وَتَوَكَّلْ عَلَى اللّهِ إِنَّهُ هُوَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ" : Coran 8/60-61). (D'ailleurs, si l'armée ennemie était plus de 2 fois supérieure en effectif, il y avait l'autorisation de ne pas combattre : "فَإِن يَكُن مِّنكُم مِّئَةٌ صَابِرَةٌ يَغْلِبُواْ مِئَتَيْنِ وَإِن يَكُن مِّنكُمْ أَلْفٌ يَغْلِبُواْ أَلْفَيْنِ بِإِذْنِ اللّهِ" (Coran 8/68) ; de même, d'après certains ulémas dont Ibn ul-Mâjishûn, si l'armée ennemie était plus de 2 fois supérieure en armement).

--- "عن عمر بن الخطاب، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "لو أنكم كنتم توكلون على الله حق توكله لرُزِقْتُم كما يرزق الطير تغدو خماصا وتروح بطانا" : "Si vous vous en remettiez à Dieu selon le droit qu'Il a que l'on s'en remette à Lui, vous seriez nourris / Il vous nourrirait : comme les oiseaux sont nourris : ils partent le matin ventre vide, et reviennent en soirée ventre plein" (at-Tirmidhî, 2344 ; Ibn Mâja, al-Bayhaqî, etc.). Ce hadîth contient bien une allusion au fait que l'homme, bien que s'en remettant à Dieu pour le nourrir, doit avoir recours à la cause nécessaire pour cela : le hadîth dit bien des oiseaux qu'ils quittent leur nid le matin à la recherche de nourriture. "فأشار بذلك إلى أن التوكل ليس التبطل والتعطل بل لا بد فيه من التوصل بنوع من السبب لأن الطير ترزق بالسعي والطلب. ولهذا قال أحمد: "ليس في الحديث ما يدل على ترك الكسب بل فيه ما يدل على طلب الرزق وإنما أراد لو توكلوا على الله في ذهابهم ومجيئهم وتصرفهم وعلموا أن الخير بيده لم ينصرفوا إلا غانمين سالمين كالطير لكن اعتمدوا على قوتهم وكسبهم وذلك لا ينافي التوكل" انتهى. وقال الشيخ أبو حامد: "وقد يظن أن معنى التوكل ترك الكسب بالبدن وترك التدبير بالقلب والسقوط على الأرض كالخرقة الملقاة أو كلحم على وضم. وهذا ظن الجهال. فإن ذلك حرام في الشرع؛ والشرع قد أثنى على المتوكلين؛ فكيف ينال مقام من مقامات الدين بمحظور من محظورات الدين؟ بل نكشف عن الحق فيه فنقول إنما يظهر تأثير التوكل في حركة العبد وسعيه بعمله إلى مقاصده." وقال الإمام أبو القاسم القشيري: "اعلم أن التوكل محله القلب وأما الحركة بالظاهر فلا تنافي التوكل بالقلب بعد ما يحقق العبد أن الرزق من قبل الله تعالى فإن تعسر شيء فبتقديره وإن تيسر شيء فبتيسيره" (Tuhfat ul-ahwadhî). Cela conformément à tous ces autres hadîths qui enseignent de faire l'effort pour rechercher sa subsistance.

--- "عن عوف بن مالك، أنه حدثهم أن النبي صلى الله عليه وسلم قضى بين رجلين، فقال المقضي عليه لما أدبر: "حسبي الله ونعم الوكيل"، فقال النبي صلى الله عليه وسلم: "إن الله يلوم على العجز، ولكن عليك بالكيس؛ فإذا غلبك أمر، فقل حسبي الله ونعم الوكيل" : Le Prophète ayant rendu un jugement entre deux personnes en litige, celui qui perdit s'en alla en disant : "Dieu m'est suffisant, et quel bon Garant est-Il !" [Apparemment l'autre avait présenté de faux témoignages.] Le Prophète lui dit alors : "Dieu blâme l'impuissance ! Tu dois plutôt prendre des dispositions réfléchies ; ensuite, si (malgré cela) tu es vaincu, (là) tu diras : "Dieu m'est suffisant, et quel bon Garant est-Il !"" (Abû Dâoûd, 3627, dha'îf d'après al-Albânî).

-

La prise en compte des circonstances et de ce qu'elles permettent et ne permettent pas :

--- 'Amr ibn 'Abassa était venu rencontrer le Prophète à la Mecque. L'ayant questionné et s'étant converti à l'islam, il lui dit : "Je vais rester avec toi." Le Prophète lui répondit : "Tu ne le pourras pas maintenant ; ne vois-tu ma situation et ce que font les gens ? Mais retourne auprès des tiens, puis, lorsque tu auras entendu que j'ai émergé, rejoins-moi". C'est ce que 'Amr fit : il retourna auprès des siens. Plus tard, ayant appris que l'islam avait émergé suite à l'émigration du Prophète à Médine, il alla l'y rejoindre : "عن أبي أمامة، قال: قال عمرو بن عبسة السلمي: كنت وأنا في الجاهلية أظن أن الناس على ضلالة، وأنهم ليسوا على شيء وهم يعبدون الأوثان، فسمعت برجل بمكة يخبر أخبارا، فقعدت على راحلتي، فقدمت عليه، فإذا رسول الله صلى الله عليه وسلم مستخفيا جرءاء عليه قومه، فتلطفت حتى دخلت عليه بمكة، فقلت له: ما أنت؟ قال: "أنا نبي"، فقلت: وما نبي؟ قال: "أرسلني الله"، فقلت: وبأي شيء أرسلك؟ قال: "أرسلني بصلة الأرحام، وكسر الأوثان، وأن يوحد الله لا يشرك به شيء"، قلت له: فمن معك على هذا؟ قال: "حر، وعبد"، قال: ومعه يومئذ أبو بكر، وبلال ممن آمن به. فقلت: إني متبعك، قال: "إنك لا تستطيع ذلك يومك هذا، ألا ترى حالي وحال الناس، ولكن ارجع إلى أهلك فإذا سمعت بي قد ظهرت فأتني". قال: فذهبت إلى أهلي. وقدم رسول الله صلى الله عليه وسلم المدينة. وكنت في أهلي فجعلت أتخبر الأخبار.، وأسأل الناس حين قدم المدينة. حتى قدم علي نفر من أهل يثرب من أهل المدينة، فقلت: "ما فعل هذا الرجل الذي قدم المدينة؟" فقالوا: "الناس إليه سراع، وقد أراد قومه قتله فلم يستطيعوا ذلك". فقدمت المدينة فدخلت عليه، فقلت: يا رسول الله ‍ أتعرفني؟ قال: "نعم، أنت الذي لقيتني بمكة" (Muslim, 832).

--- Or Abû Dharr était lui aussi venu rencontrer le Prophète à la Mecque pour s'enquérir de ce qu'il enseignait. L'ayant entendu, il embrassa l'islam. Le Prophète lui dit : "Cache cette affaire [= ta conversion] [par rapport aux gens de la Mecque] et retourne dans ta ville ; lorsque la nouvelle de notre émergence te sera parvenue, reviens". Mais Abû Dharr [comprenant qu'il ne s'agissait pas d'un impératif catégorique : Fat'h ul-bârî 7/221] dit : "Par Dieu, je le proclamerai parmi eux !". L'eut-il proclamé sur la place publique à la Mecque qu'il fut battu férocement, au point où il serait mort sous les coups des Mecquois si al-'Abbâs n'était pas intervenu : "فمضى ومضيت معه، حتى دخل ودخلت معه على النبي صلى الله عليه وسلم، فقلت له: اعرض علي الإسلام، فعرضه فأسلمت مكاني، فقال لي: "يا أبا ذر، اكتم هذا الأمر، وارجع إلى بلدك، فإذا بلغك ظهورنا فأقبل". فقلت: "والذي بعثك بالحق، لأصرخن بها بين أظهرهم!" فجاء إلى المسجد وقريش فيه، فقال: "يا معشر قريش، إني أشهد أن لا إله إلا الله، وأشهد أن محمدا عبده ورسوله". فقالوا: "قوموا إلى هذا الصابئ"، فقاموا فضربت لأموت، فأدركني العباس فأكب علي، ثم أقبل عليهم، فقال: "ويلكم، تقتلون رجلا من غفار، ومتجركم وممركم على غفار!" فأقلعوا عني، فلما أن أصبحت الغد رجعت، فقلت مثل ما قلت بالأمس، فقالوا: "قوموا إلى هذا الصابئ"، فصنع بي مثل ما صنع بالأمس، وأدركني العباس فأكب علي، وقال مثل مقالته بالأمس" (al-Bukhârî, 3328).

-

Il ne faut donc pas négliger d'avoir recours aux causes accessibles et nécessaires, et se contenter d'espérer l'Aide particulière de Dieu.
-
L'Aide de Dieu ne viendra que si on est pieux et si on a eu recours à tous les moyens temporels licites et nécessaires.
Il faut également invoquer Dieu pour Lui demander Son Aide.

-

V) Invoquer Dieu pour Lui demander Son Aide :

Le Prophète, que Dieu le bénisse et le salue, invoquait parfois Dieu ainsi : "Pourvoyeur, assiste-moi et n'assiste pas contre moi ; aide-moi et n'aide pas contre moi ; ruse pour moi et ne ruse pas contre moi ; guide-moi et facilite-moi la guidance ; et aide-moi contre qui a fait injustice contre moi. (...)" : "عن ابن عباس، قال: كان النبي صلى الله عليه وسلم يدعو يقول: "رب أعني ولا تعن علي، وانصرني ولا تنصر علي، وامكر لي ولا تمكر علي، واهدني ويسر الهدى لي، وانصرني على من بغى علي. رب اجعلني لك شكارا، لك ذكارا، لك رهابا، لك مطواعا، لك مخبتا، إليك أواها منيبا. رب تقبل توبتي، واغسل حوبتي، وأجب دعوتي، وثبت حجتي، وسدد لساني، واهد قلبي، واسلل سخيمة صدري". هذا حديث حسن صحيح" (at-Tirmidhî, 3551, Abû Dâoûd, 1510, et autres auteurs).

"عن عمر بن الخطاب، قال: كان النبي صلى الله عليه وسلم إذا أنزل عليه الوحي سمع عند وجهه كدوي النحل. فأنزل عليه يوما، فمكثنا ساعة فسري عنه، فاستقبل القبلة ورفع يديه وقال: "اللهم زدنا ولا تنقصنا، وأكرمنا ولا تهنا، وأعطنا ولا تحرمنا، وآثرنا ولا تؤثر علينا، وارضنا وارض عنا". ثم قال صلى الله عليه وسلم: "أنزل علي عشر آيات، من أقامهن دخل الجنة"، ثم قرأ: {قد أفلح المؤمنون}حتى ختم عشر آيات" (at-Tirmidhî, 3173, dha'îf).

-

VI) Des incroyants (kâfir) peuvent-ils eux aussi bénéficier de l'Aide particulière de Dieu (C) ?

Il se peut que, pour une bonne action précise, faite par un kâfir, qui est une action que Dieu aime, Dieu accorde une Aide particulière en ce monde (même s'Il déteste le Kufr Akbar dans lequel ce kâfir se trouve) : il s'agit seulement d'une Aide particulière dans un domaine précis.
Ainsi, un Etat qui fonctionne sur une croyance de Kufr et avec des lois faites sans tenir compte aucunement des règles et principes que Dieu a révélés pour les hommes (des lois qui par exemple déclarent licites des choses que Dieu a pour sa part déclarées illicites pour les hommes), mais qui applique ces lois de façon juste sur les membres de la société, sa situation est plus grave auprès de Dieu que celle d'un Etat qui affiche comme théorie écrite de fonctionner avec des lois qui respectent l'ensemble des règles et principes que Dieu a révélés pour les hommes, mais qui, dans les faits, applique ces lois de façon partiale et injuste (selon l'origine ou le niveau social des hommes). Pourtant, en ce monde, Dieu accorde Son Assistance à l'Etat se trouvant dans le premier cas (et ce, à cause de sa justice) beaucoup plus qu'à l'Etat se trouvant dans le second (et ce, à cause de son injustice). Ibn Taymiyya écrit : "فإن الناس لم يتنازعوا في أن عاقبة الظلم وخيمة وعاقبة العدل كريمة؛ ولهذا يروى: "الله ينصر الدولة العادلة وإن كانت كافرة، ولا ينصر الدولة الظالمة وإن كانت مؤمنة" (MF 28/62-63). "وأمور الناس تستقيم في الدنيا مع العدل الذي فيه الاشتراك في أنواع الإثم، أكثر مما تستقيم مع الظلم في الحقوق وإن لم تشترك في إثم؛ ولهذا قيل: "إن الله يقيم الدولة العادلة وإن كانت كافرة، ولا يقيم الظالمة وإن كانت مسلمة." ويقال: "الدنيا تدوم مع العدل والكفر، ولا تدوم مع الظلم والإسلام." وقد قال النبي صلى الله عليه وسلم {ليس ذنب أسرع عقوبة من البغي وقطيعة الرحم} فالباغي يصرع في الدنيا وإن كان مغفورا له مرحوما في الآخرة؛ وذلك أن العدل نظام كل شيء؛ فإذا أقيم أمر الدنيا بعدل قامت وإن لم يكن لصاحبها في الآخرة من خلاق. ومتى لم تقم بعدل لم تقم وإن كان لصاحبها من الإيمان ما يجزى به في الآخرة. فالنفس فيها داعي الظلم لغيرها بالعلو عليه والحسد له والتعدي عليه في حقه" (MF 28/146). Le hadîth qu'il a ici cité est : "عن أبي بكرة، قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "ما من ذنب أجدر أن يعجل الله لصاحبه العقوبة في الدنيا - مع ما يدخر له في الآخرة - من البغي وقطيعة الرحم" (at-Tirmidhî, 2511 : "هذا حديث صحيح" ; Abû Dâoûd, 4902).

"Et lorsqu'ils [= les Polythéistes mecquois] dirent : "O Dieu, si cela est la vérité venant de Toi, fais pleuvoir sur nous des pierres du ciel ou fais venir un châtiment douloureux !" (Or) Dieu n'est pas à les châtier [d'un châtiment terrestre de destruction complète] alors que tu te trouves parmi eux. Et Dieu n'est pas à les châtier [d'un châtiment terrestre de destruction complète] alors qu'ils (Lui) demandent pardon. (Pourtant) qu'auraient-ils à ce que Dieu ne les châtie pas, alors qu'ils empêchent [les croyants de se rendre] à la Mosquée Sacrée, alors qu'ils ne sont pas ceux qui (méritent de) la gérer ; ceux qui (méritent de) la gérer sont les pieux. Mais la plupart d'entre eux ne savent pas" : "وَإِذْ قَالُوا اللَّهُمَّ إِن كَانَ هَٰذَا هُوَ الْحَقَّ مِنْ عِندِكَ فَأَمْطِرْ عَلَيْنَا حِجَارَةً مِّنَ السَّمَاءِ أَوِ ائْتِنَا بِعَذَابٍ أَلِيمٍ وَمَا كَانَ اللَّهُ لِيُعَذِّبَهُمْ وَأَنتَ فِيهِمْ وَمَا كَانَ اللَّهُ مُعَذِّبَهُمْ وَهُمْ يَسْتَغْفِرُونَ وَمَا لَهُمْ أَلَّا يُعَذِّبَهُمُ اللَّهُ وَهُمْ يَصُدُّونَ عَنِ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ وَمَا كَانُوا أَوْلِيَاءَهُ إِنْ أَوْلِيَاؤُهُ إِلَّا الْمُتَّقُونَ وَلَٰكِنَّ أَكْثَرَهُمْ لَا يَعْلَمُونَ" (Coran 8/32-34). Ibn Abbâs explique ce verset par le fait que les Mecquois polythéistes avaient l'habitude de demander pardon à Dieu pendant qu'ils faisaient la circumambulation de la Kaaba (Lubâb un-nuqûl, 'an Abî Hâtim). Cela ne suffisait pas à les faire sortir du polythéisme et à leur faire bénéficier du pardon de Dieu à propos de leur idolâtrie, puisque, simultanément à cette demande de pardon à Dieu, ils continuaient à adorer des idoles ; or Dieu ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés (Coran 4/116), sauf bien sûr si on s'en repent (Coran 25/68-71). Pourtant, Dieu souligne ici que cette demande de pardon qu'ils Lui adressaient leur apportait malgré tout comme bénéfice qu'Il ne les détruisait pas en ce monde, bien qu'ils Lui avaient fait une invocation en ce sens, et bien qu'ils le méritaient par leurs mauvaises croyances et actions (Bayân ul-qur'ân).

-
Par contre, Dieu n'accorde pas d'Assistance à des Kâfir contre des Mu'min.

A Uhud, les Médinois musulmans ont subi un B.1.b.b (Khadhl Mu'aqqat), tandis que les Mecquois polythéistes ont connu un B.2.b (Istid'râj) : mais Dieu n'a pas apporté d'Aide à des Polythéistes contre les Musulmans. "ينصر من يشاء} يعني من أوليائه، لأن نصره مختص بغلبة أوليائه لأعدائه. فأما غلبة أعدائه لأوليائه، فليس بنصره، وإنما هو ابتلاء، وقد يسمى ظفرا" (Tafsîr ul-Qurtubî). 

De même, l'Aide de Dieu ayant vu le jour à l'armée de l'Eléphant fut une Aide apportée à la Kaaba, et pas aux Polythéistes mecquois (puisque face à eux se trouvaient des Gens du Livre, lesquels sont de croyance plus proche de la Vérité qu'eux) : "وعلم العقلاء أن هذا لم يكن نصرا من الله لمشركي العرب، فإن دين النصارى خير من دينهم. وإنما كان نصرا للبيت وللأمة المسلمة التي تعظمه، وللنبي المبعوث من البيت، وكان ذلك عام مولد النبي صلى الله عليه وسلم" (Al-Jawâb us-sahîh, 1/101) (également : 4/106). 

Par contre, au passage suivant, qui évoque la contre-offensive victorieuse des Byzantins (menés par Héraclius) face aux Perses Mazdéens, c'est bien (d'après l'un des commentaires du verset) l'Aide de Dieu accordée aux Rûm qui est évoquée : ceux-ci, bien que Trinitariens, étaient de croyance plus proche de la vérité que les Mazdéens : eux étaient Gens du Livre, alors que les Mazdéens sont des Polythéistes : "الم غُلِبَتِ الرُّومُ فِي أَدْنَى الْأَرْضِ وَهُم مِّن بَعْدِ غَلَبِهِمْ سَيَغْلِبُونَ فِي بِضْعِ سِنِينَ لِلَّهِ الْأَمْرُ مِن قَبْلُ وَمِن بَعْدُ وَيَوْمَئِذٍ يَفْرَحُ الْمُؤْمِنُونَ بِنَصْرِ اللَّهِ يَنصُرُ مَن يَشَاء وَهُوَ الْعَزِيزُ الرَّحِيمُ وَعْدَ اللَّهِ لَا يُخْلِفُ اللَّهُ وَعْدَهُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ" : "Alif, Lâm, Mîm. Les Rûm ont été vaincus dans un proche territoire. Après (cette) défaite ils seront bientôt vainqueurs, dans quelques années. A Dieu appartient l'ordre avant et après. Et ce jour-là les croyants se réjouiront de l'aide de Dieu. Il aide qui Il veut. Et Il est le Puissant, le Miséricordieux. Promesse de Dieu ! Dieu ne trahit jamais Sa Promesse. Mais la plupart des hommes ne savent pas" (Coran 30/2-6). Les musulmans ont été contents parce que les Romains étaient des Gens du Livre et que leurs ennemis, les Perses, étaient des Polythéistes. 

Par contre, à Hunayn, bien que les musulmans sont sur la vérité et qu'ils faisaient face à des Polythéistes, Dieu n'a, dans un premier temps, pas accordé Son Aide aux musulmans à cause d'un manquement dans le Kamâlu Tawhîd illâh fi-r-Rubûbiyya de la part de quelques-uns parmi eux (qui exprimèrent se reposer sur la supériorité numérique de l'armée musulmane, et "oublièrent" quelque peu que la victoire provient de Dieu). Etant moins nombreux mais excellents archers, les Polythéistes de la tribu Hawâzin firent reculer les forces musulmanes. Ces dernières étant retournées auprès du Prophète, Dieu leur accorda ensuite Son Aide. "لَقَدْ نَصَرَكُمُ اللّهُ فِي مَوَاطِنَ كَثِيرَةٍ وَيَوْمَ حُنَيْنٍ إِذْ أَعْجَبَتْكُمْ كَثْرَتُكُمْ فَلَمْ تُغْنِ عَنكُمْ شَيْئًا وَضَاقَتْ عَلَيْكُمُ الأَرْضُ بِمَا رَحُبَتْ ثُمَّ وَلَّيْتُم مُّدْبِرِينَ ثُمَّ أَنَزلَ اللّهُ سَكِينَتَهُ عَلَى رَسُولِهِ وَعَلَى الْمُؤْمِنِينَ وَأَنزَلَ جُنُودًا لَّمْ تَرَوْهَا" : "Et Dieu vous a aidés en de nombreux lieux, ainsi qu'au jour de Hunayn, lorsque votre grand nombre vous plut, alors il ne vous servit à rien, et la terre se resserra sur vous malgré sa largesse, ensuite vous tournâmes le dos" (Coran 9/25-26). Dieu voulut en fait les éduquer : "ومع هذا ما أجدى ذلك عنهم شيئاً، فولوا مدبرين إلا القليل منهم مع رسول اللّه صلى اللّه عليه وسلم، ثم أنزل اللّه نصره وتأييده على رسوله وعلى المؤمنين الذين معه، ليعلمهم أن النصر من عنده تعالى وحده، وبإمداده، وإن قل الجمع، فـ{كم من فئة قليلة غلبت فئة كثيرة بإذن اللّه واللّه مع الصابرين" (Tafsîr Ibn Kathîr).
Et à Uhud c'est après l'avoir dans un premier temps accordée aux musulmans que, ensuite, Dieu leur retira Son Aide, et ce à cause d'un manquement dans la 'Amal (un abandon du strict impératif laissé par le Prophète) de la part de 40 sur un total de 700 personnes : Dieu dit : "وَلَقَدْ صَدَقَكُمُ اللّهُ وَعْدَهُ إِذْ تَحُسُّونَهُم بِإِذْنِهِ حَتَّى إِذَا فَشِلْتُمْ وَتَنَازَعْتُمْ فِي الأَمْرِ وَعَصَيْتُم مِّن بَعْدِ مَا أَرَاكُم مَّا تُحِبُّونَ مِنكُم مَّن يُرِيدُ الدُّنْيَا وَمِنكُم مَّن يُرِيدُ الآخِرَةَ ثُمَّ صَرَفَكُمْ عَنْهُمْ لِيَبْتَلِيَكُمْ وَلَقَدْ عَفَا عَنكُمْ وَاللّهُ ذُو فَضْلٍ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ" (Coran 3/152), rappelant à ces illustres musulmans qu'Il avait rempli Sa promesse, mais leur reprochant d'avoir ensuite "divergé" [alors que l'impératif du Prophète ne permettait aucune divergence tant il était explicite et clair] et d'avoir "désobéi". Dans la suite du verset Il dit leur avoir accordé Son Pardon. Dans le même passage, Dieu leur dit ceci : "أَوَلَمَّا أَصَابَتْكُم مُّصِيبَةٌ قَدْ أَصَبْتُم مِّثْلَيْهَا قُلْتُمْ أَنَّى هَذَا قُلْ هُوَ مِنْ عِندِ أَنْفُسِكُمْ" : "Et est-ce que, lorsqu'une difficulté vous a atteints alors que vous aviez infligé deux fois son semblable, vous avez dit : "D'où cela (provient-il) ?" Dis : "Cela provient de vous-mêmes"" (Coran 3/165).

Lors de la Guerre des 6 jours, l'Etat d'Israël affichait un peu moins de 265 000 hommes, contre plus de 540 000 hommes du côté des Etats Arabes coalisés pour l'occasion ; moins de 200 avions de combat, contre plus de 950 de l'autre côté ; 800 chars, contre plus de 2 500 du côté arabe. Dieu n'a pas accordé Son Aide à ces musulmans ; c'est Lui qui décide, mais force est de constater que les dirigeants de ces Etats arabes entrés en guerre avaient manqué à bien des devoirs vis-à-vis de Dieu : Nasser s'était résolument tourné vers le nationalisme arabe au mépris de l'islam ; dans les jours qui précédaient l'entrée en guerre, ses gens paradaient par des manifestations belliqueuses (contrairement à ce que Dieu dit : "وَلَا تَكُونُوا كَالَّذِينَ خَرَجُوا مِن دِيَارِهِم بَطَرًا وَرِئَاءَ النَّاسِ" : Coran 8/47) ; lors du conflit, les Arabes coalisés ne furent pas non plus unis (contrairement ce que Dieu dit : "وَلَا تَنَازَعُوا فَتَفْشَلُوا وَتَذْهَبَ رِيحُكُمْ" : Coran 8/46). Dieu n'a pas non plus accordé Son Aide à l'Etat d'Israël (puisque ses combattants sont kâfir). C'est seulement qu'Il n'aida alors aucun camp ; or, sur le plan temporel, bien que l'Etat d'Israël semblait moins bien loti en terme de nombre, il avait la supériorité du renseignement, de la préparation minutieuse et de l'art de la stratégie militaire (voir le documentaire de Imineo ; celui de Kings & Generals ; ainsi qu'une interview d'un ancien soldat égyptien). Ces musulmans arabes n'avaient donc pas de recours suffisant aux causes temporelles, avec en plus des manquements dans le Dîn. Comment l'auraient-ils emporté ?
Conformément à la règle que Abu-l-Hassan 'Alî an-Nadwî a écrite : "فكان برهانًا على أن النظام يغلب الزحام" : "ce fut une preuve que la bonne organisation l'emporte sur la quantité en foule" (Al-Qirâ'at ur-râshida, 3/23 ; voir également p. 26) (certes au sujet d'un autre cas : la victoire des Anglais sur des musulmans indiens ayant essayé de vaincre l'emprise britannique grandissante en Inde sur le point d'être colonisée). Pour ce qui est de la défaite arabe de Juin 1967, an-Nadwî a écrit à son sujet une série d'articles, dans lesquels il expose les causes de cette débâcle (cf. 'Âlam-é 'arabî kâ alamiyya).

-

Lire la suite :

Dieu a promis d'aider Ses Messagers (sur eux soit la paix) en ce monde - (II).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email