Qu'est-ce que "l'Invisible et le Visible", "الغيب والشهادة", que le Coran évoque ?

Le Coran distingue, en maints passages, la Shahâda du Ghayb.

La Shahâda est ce qui est observable par l'homme (même si ce n'est pas de ses yeux nus) ; ce qui est accessible aux 5 Sens Matériels humains. Cela englobe ce qui est infiniment petit (comme les bosons ou les quarks) mais qui est observable par le moyens d'outils grossissants.
-

Le Ghayb est ce qui est inaccessible aux 5 Sens humains.

-
Par rapport à la Shahâda, l'investigation humaine s'intéresse à tout :
--- depuis le ciel jusqu'au-dessous de la Terre ;
--- depuis l'extérieur du corps humain jusqu'à son intérieur matériel ou intellectuel ;
--- en passant par tout ce qui se trouve dans l'univers.

-
Le Ghayb est quant à lui de 2 types par rapport à la connaissance que l'homme peut ou ne peut pas en avoir :

–--- Ce que, du Ghayb, Dieu Seul le sait et dont Il n'a donné connaissance à personne parmi Ses créatures, cela est appelé "Ghayb Mutlaq". Par exemple : quand aura lieu la Fin du monde.

–--- Et ce qui relève du Ghayb mais que Dieu a rendu possible (takwînan, et dans certains cas tashrî'an aussi) à des créatures de connaître, cela est appelé : "Ghayb Muqayyad". En effet, la connaissance de cela a été donnée par Dieu à des Anges, ou des humains, ou tous les humains (certains y apportent foi, et d'autres non, mais en tous cas Il l'a porté à leur connaissance par Information qu'Il leur a donnée).

Ainsi :

----- que Dieu existe, cela relève du Ghayb, mais les humains l'ont su par leur Cœur ('Aqla-qalbî), ce qui a été rappelé par la Révélation (Sam'î) ;

----- que le jour du jugement, ce sera le prophète Muhammad (sur lui soit la paix) qui acceptera d'intercéder auprès de Dieu pour qu'Il commence le Jugement, cela relève du Ghayb, mais les humains l'ont su par la Révélation (cela est Sam'î) ;

----- certaines des choses du passé, cela relève du Ghayb : celles dont on n'avait pas de témoin direct ni indirect de l'événement ; mais Dieu les a fait savoir à Son Messager, par la Révélation : "ذَلِكَ مِنْ أَنبَاء الْغَيْبِ نُوحِيهِ إِلَيكَ وَمَا كُنتَ لَدَيْهِمْ إِذْ يُلْقُون أَقْلاَمَهُمْ أَيُّهُمْ يَكْفُلُ مَرْيَمَ وَمَا كُنتَ لَدَيْهِمْ إِذْ يَخْتَصِمُونَ" (Coran 3/44), "تِلْكَ مِنْ أَنبَاء الْغَيْبِ نُوحِيهَا إِلَيْكَ مَا كُنتَ تَعْلَمُهَا أَنتَ وَلاَ قَوْمُكَ مِن قَبْلِ هَذَا" (Coran 11/49) ;

----- les choses qui vont se passer dans le futur, cela relève systématiquement du Ghayb. Cependant, certaines de ces choses, Dieu les a fait savoir à Son Messager, par la Révélation. Et d'autres de ces choses, Dieu ne les a pas fait savoir à Son Messager. C'est cela auquel le verset suivant fait allusion, où Dieu dit à Muhammad (sur lui soit la paix) de dire aux hommes qu'il ne connaît pas si ce qui est annoncé se réalisera bientôt ou plus tard, car Dieu ne fait pas connaître Son Ghayb à qui que ce soit, sauf certaines choses à Ses prophètes : "قُلْ إِنْ أَدْرِي أَقَرِيبٌ مَّا تُوعَدُونَ أَمْ يَجْعَلُ لَهُ رَبِّي أَمَدًا {72/25} عَالِمُ الْغَيْبِ فَلَا يُظْهِرُ عَلَى غَيْبِهِ أَحَدًا {72/26} إِلَّا مَنِ ارْتَضَى مِن رَّسُولٍ فَإِنَّهُ يَسْلُكُ مِن بَيْنِ يَدَيْهِ وَمِنْ خَلْفِهِ رَصَدًا {72/27} لِيَعْلَمَ أَن قَدْ أَبْلَغُوا رِسَالَاتِ رَبِّهِمْ وَأَحَاطَ بِمَا لَدَيْهِمْ وَأَحْصَى كُلَّ شَيْءٍ عَدَدًا {72/28" (Coran 72/25-28).

-
Par ailleurs, du Ghayb Muqayyad :

----- il y a des choses dont l'homme prend connaissance par un moyen agréé par Dieu (c'est le cas des exemples que nous venons de donner) ;

----- et puis il y a des choses dont l'homme a l'aptitude à prendre connaissance, mais qu'il lui est interdit de chercher à savoir (ainsi en est-il d'être lié à un djinn capable de capter des informations auprès d'anges parlant de certains éléments allant se passer dans le futur).

-
Pour ce qui est des devins (kâhin, pl. kuhhân) :

----- Celui qui prétend connaître le Ghayb Mutlaq commet du kufr akbar ;

----- Quant à celui qui ne prétend pas cela mais reconnaissent tenir des informations partielles, ghayb nissabî, de l'esprit qui est avec eux, lui commet du kufr akbar dans la mesure où ces esprits qui vont tenter de se saisir d'une information auprès d'anges, ces esprits n'en informent que leurs awliyâ', c'est-à-dire ceux qui sont liés à eux par un pacte d'adoration, 'ibâda kub'râ.

-
Pour ce qui est de consulter un devin :

----- Celui qui le consulte pour le confondre ne commet pas d'interdit.

----- Celui qui le consulte mais ne le croit pas, celui-là commet un acte interdit qui ne va pas jusqu'au kufr akbar.

----- Celui qui le consulte en croyant ce qu'il dit, s'il croit qu'il possède le Ghayb, il a là une croyance de kufr akbar ; et s'il croit qu'il ne possède pas le Ghayb mais tient cette information d'un djinn mauvais, alors certains ulémas disent que cela constitue malgré tout du kufr akbar, tandis que d'autres ulémas disent que cela constitue une action interdite qui ne va pas jusqu'au kufr akbar.

Il y a un hadîth qui dit : "حدثنا موسى بن إسماعيل، حدثنا حماد ح وحدثنا مسدد، حدثنا يحيى، عن حماد بن سلمة، عن حكيم الأثرم، عن أبي تميمة، عن أبي هريرة، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال: «من أتى كاهنا» قال موسى في حديثه «فصدقه بما يقول» ثم اتفقا «أو أتى امرأة» قال مسدد: «امرأته حائضا أو أتى امرأة» قال مسدد: «امرأته في دبرها فقد برئ مما أنزل على محمد" : "Celui qui se rend auprès d'un kâhim puis le croit dans ce qu'il dit (...), celui-là a désavoué ce qui a été révélé à Muhammad – que Dieu le bénisse et le protège" (Abû Dâoûd, 3904, également cité dans Al-Qawl ul-mufîd, p. 536).

Et il y a un autre hadîth qui dit : "عن بعض أزواج النبي صلى الله عليه وسلم عن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "من أتى عرافا فسأله عن شيء، لم تقبل له صلاة أربعين ليلة" (rapporté par Muslim, 2230) / "عن بعض أزواج النبي صلى الله عليه وسلم، عن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "من أتى عرافا فصدقه بما يقول لم تقبل له صلاة أربعين يوما" (Ahmad, 16638) : "Celui qui se rend auprès d'un 'arrâf, le questionne au sujet de quelque chose puis le croit dans ce qu'il dit, celui-là Dieu n'acceptera aucune de ses prières pendant quarante jours".

-
L'existence de Dieu aussi relève du Ghayb :

En effet, car Dieu n'est pas visible par nous en ce monde : cette existence ne relève donc pas de ce qui peut être observé en ce monde. Mais on en a connaissance, par son Cœur : cela est inscrit dans la Fit'ra.

Al-Qurtubî écrit ainsi :
"الغيب في كلام العرب كل ما غاب عنك (...).
واختلف المفسرون في تأويل الغيب هنا.
فقالت فرقة: الغيب في هذه الآية: الله سبحانه؛ وضعفه ابن العربي.
وقال آخرون: القضاء والقدر.
وقال آخرون: القرآن وما فيه من الغيوب.
وقال آخرون: الغيب كل ما أخبر به الرسول عليه السلام مما لا تهتدي إليه العقول من أشراط الساعة وعذاب القبر والحشر والنشر والصراط والميزان والجنة والنار.
قال ابن عطية: وهذه الأقوال لا تتعارض بل يقع الغيب على جميعها.
قلت: وهذا هو الإيمان الشرعي المشار إليه في حديث جبريل عليه السلام حين قال للنبي صلى الله عليه وسلم: فأخبرني عن الإيمان. قال: "أن تؤمن بالله وملائكته وكتبه ورسله واليوم الآخر وتؤمن بالقدر خيره وشره"؛ قال: صدقت؛ وذكر الحديث. وقال عبد الله بن مسعود: ما آمن مؤمن أفضل من إيمان بغيب، ثم قرأ: "الذين يؤمنون بالغيب". قلت: وفي التنزيل: "وما كنا غائبين"، وقال: "الذين يخشون ربهم بالغيب"؛ فهو سبحانه غائب عن الأبصار غير مرئي في هذه الدار، غير غائب بالنظر والاستدلال، فهم يؤمنون أن لهم ربا قادرا يجازي على الأعمال، فهم يخشونه في سرائرهم وخلواتهم التي يغيبون فيها عن الناس، لعلمهم باطلاعه عليهم، وعلى هذا تتفق الآي ولا تتعارض، والحمد لله"
(Tafsîr ul-Qurtubî).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

Print Friendly, PDF & Email